AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Chez Sanae Hyuuga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Chez Sanae Hyuuga   Mar 28 Juin 2016 - 17:22


Tokuto Sangurasu
Chef de l'Enquête

Tokuto s’arrêta net devant la porte. Il prit son inspiration par deux fois. Depuis qu’il faisait partie de la Discipline d’Enquête de Shousan, il avait fouiné dans pas mal de dossiers épineux. Annoncer des mauvaises nouvelles était presque le plus dur dans son métier. Même si avec la recrudescence d’espions de Yuki, il y avait plus dur au niveau technique. Ces couards étaient diablement doués pour ne pas se faire repérer et il lui fallait parfois trois années complètes pour en démasquer et en chopper un seul.
Mais moralement, ce qu’il s’apprêtait à faire était bien plus dur. Même après l’avoir fait des dizaines de fois. Bon, au moins, contrairement à d’habitude, il n’y avait pas de morts cette fois.

Il toqua au panneau par trois fois. Un homme vint lui ouvrir. Il vit les yeux de celui-ci se poser sur son crâne luisant et ses lunettes de soleil et il s’esclaffa presque, mais l’air sérieux de Tokuto l’arrêta avant qu’il n’éclate.


« Tokuto Sangurasu. Chef de l’Enquête. J’ai besoin de voir Sanae Hyuuga. C’est au sujet d’une de ses élèves. Je ne viens pas enquêter, mais remettre entre ses mains les résultats d’une enquête toute récente. »

L’homme le fit entrer, et lui indiqua une chaise où se poser. On ne pouvait pas fermer sa porte à l’Enquête. Pour ainsi dire, tout Shousan, en particulier les ninjas, se devaient de leur venir en aide dès qu’ils le pouvaient.
Dès que Sanae fut là, Tokuto la salua d’un signe de tête. Il la connaissait. En fait, ils s’étaient déjà croisés. Pas dans le cadre d’une mission, mais plutôt pour lui en donner. Tokuto était un peu plus vieux que la Chuunin, mais pas de beaucoup. Il connaissait pas mal de personnes de sa génération, notamment pour les avoir vu à l’œuvre à l’examen de sélection. Alors que lui-même était simplement venu pour essayer d’identifier les espions dans les tribunes, et protéger la population.


« Sanae Hyuuga ? J’ai quelques informations cruciales à partager, asseyez-vous je vous prie. Je ne sais pas comment vous allez le prendre, mais ce sont de mauvaises nouvelles. »

« Vous ne l’ignorez pas, afin de protéger les places fortes frontalières, nous postons des combattants dans celles-ci afin de prévenir des incursions de l’Empire. Votre élève, Nanako Nara, faisait partie de la patrouille à Ito, un peu après la frontière du pays du feu. D’après mon investigation et quelques témoins civils, elle a engagé le combat avec deux soldats impériaux qui étaient dans le coin. Elle aurait eu de l’aide, mais la personne n’avait pas de bandeau officiel et a fini par s’enfuir avant la fin du combat … On a retrouvé personne quand les renforts sont arrivés, et je suis donc allé enquêter moi-même sur place. »


Il ferma les yeux quelques instants en signe de condoléances.

« Rien. On a retrouvé quelques-uns de nos miliciens près de la scène, tous morts. D’après un autre témoin, ils auraient vu un éclair de lumière noire et ils sont tous tombés en un instant. Vous savez qu’il n’y a qu’une personne qui a pu faire ça. On n’a pas retrouvé le corps de Nanako non plus. Tout ce qu’on sait, c’est qu’elle s’est beaucoup débattue. Et que les trois sont partis en la portant sur leur dos. Elle doit être au Bagne, dans les souterrains de l’Empire. Torture, interrogatoire. Je ne vous fait pas de dessin, elle va passer un mauvais moment. Mais au moins elle est vivante. »

« Le Shoukage est en train de mobiliser les troupes pour défendre les frontières à l’heure actuelle et on est sur le pied de guerre. Shouma-sama vous laisse carte blanche, vous pouvez demander de l’aide si vous en avez, mais les Jounins et les Anbus sont très occupés par toute cette affaire … Par contre, si vous voulez, on peut vous mander un Anbu expert en infiltration pour vous appuyer si vous le désirez. »

« Je suis désolé de le dire comme ça mais récupérer Nanako Nara ne se fera pas par la force de frappe. Tout ce qu’on peut faire c’est vous autoriser à former un commando, très petit, avec peu de membres, qui pourrait espérer s’infiltrer. Mais je vous laisser maitresse de votre décision, comme les ordres me le demandent. Vous savez mieux que personne à quel point l’Empire est dangereux, nous pensons que vous prendrez la bonne décision. »


Tokuto se leva. Hésita. Se retourna.

« Je suis désolé de ne pas pouvoir vous fournir plus d’aide pour le moment. Mais quoiqu’il arrive, cet événement ne restera pas impuni. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Mer 29 Juin 2016 - 6:02


Sanae Hyuuga
Chuunin

La nouvelle secoua d'avantage Sanae que prévue. Elle posa ses mains sur la table, et respira un grand coup, refoulant ses larmes. Devant ses élèves, l'Hyuuga était de glace, mais chez elle, avec son mari, elle laissait ses émotions s'exprimées. Et Tokuto était venu chez elle...

Son mari, qui était à ses côtés, passa un bras aux épaules de sa femme figée. Puis la chuunin se leva et remercia Tokuto d'être passé, lui présentant une main molle. Elle le remercia poliment, sans rajouter quoique ce soit. Les faits étaient ce qu'ils étaient et malgré tous ses avertissements, malgré toutes ses précautions, voilà qu'on lui volait à nouveau un de ses proches. Sanae s'assura que Tokuto soit plus loin avant de s'effondrer dans les bras de son époux, qui était resté à ses côtés, redoutant ce moment. Bien qu'elle était une femme taciturne, son passé la rattrapait et après l'enthousiasme éprouvé face à ses nouveaux élèves — qui c'était traduit par un sommaire rapide de leur première rencontre ; non, Sanae n'aimait pas parler de sa vie professionnelle à la maison — voilà qu'elle se devait d'aller au secours de l'un d'eux.

Elle prit un moment pour pleurer puis la chuunin se redressa, essuyant les larmes de ses joues. Elle resta une minute de plus immobile, avant de respirer tranquillement, le contrôle reprit. Elle plongea son regard nacré dans celui terne de son époux.


« J'ai besoin que tu fasse quelque chose pour moi. J'ai besoin que tu contacte Kazuhiro. »

~

Le rendez-vous avait été donné le soir même chez elle, dans la petite cour arrière de sa demeure. Si de jour, l'endroit respirait la tranquillité, à la lueur des flambeaux et à la mappemonde posée sur une table, l'esprit n'était plus au repos, mais à l'action. Sanae avait contacté la seule personne qui comprendrait réellement la situation, son ex-équipier avec qui elle avait survécue à la guerre.

Il était libre d'inviter ses élèves, ou il pouvait venir seul. Akira, lui, serait présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Shuichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 62
Date d'inscription : 29/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
68/100  (68/100)
Points de vie:
158/158  (158/158)
Points de chakra:
118/118  (118/118)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Mer 29 Juin 2016 - 22:02

Je regarde les étoiles, le dos contre le muret en pierre. Bras croisés derrière la tête, jambes étendues. Je ne songe pas spécialement à quelque chose en particulier. Je profite juste du calme, après l’entrainement bruyant d’hier. J’ignorais que j’étais un tant soit peu capable de me forcer à faire partie d’une équipe. C’est quasiment sûr que c’était de la comédie, même si je ne suis pas certain de m’en persuader moi-même.
Sous ma tête, il y la BD Cap’tain Alukar. Je viens de la terminer, juste avant que la nuit ne tombe, et je me suis allongé juste après, restant plongé dans mes pensées. Pas sûr que ce soit mon type de lecture, mais ça m’avait permis de m’évader et de sourire un peu. Ce n’était pas spécialement drôle, mais j’aimais bien le style imperturbable du justicier. Passé douteux, piraterie, mais vénéré par tous comme un héros. Non, mieux qu’un héros. Un roi.
Je suis nostalgique de ma vie souterraine. Le roi du ring. Le Luchador. J’étais apprécié, estimé pour ma force malgré le milieu difficile dans lequel j’évoluais. Être un champion me plaisait beaucoup. Surtout que j’avais une série d’invincibilité encore en cours. Le genre de record dont on ne peut qu’être fier quand on est un combattant. Certains diront que je n’en étais pas un, que le monde extérieur est plus cruel, plus fourbe. Je suis d’accord avec eux, c’est un monde de lâches. Mais pour moi les ninjas ne sont pas d’authentiques guerriers.

Alors que je me demande ce que je vais faire ce soir, un messager me tombe dessus. Pas un ninja. Un homme qui doit avoir un peu plus de la vingtaine, en habits de ville. Je ne sais pas vraiment si le métier de coursier rapporte, mais il doit y en avoir pas mal. Chaque Jounin semble toujours en avoir quelques-uns à employer en cas de besoin.
Il me tend une lettre, et je lui fais simplement signe de la poser à côté, sur le muret. Pas un seul mot. Je n’ai pas envie de parler. Faut dire que je n’ai jamais envie de parler. La lettre n’a pas le sceau des autorités du village. Ce n’est donc pas une convocation stupide et obligatoire à une quelconque mission. Mais qui peut bien avoir envie de m’écrire et de m’envoyer un facteur, alors ? Je n’ai pas envie de savoir, juste de rêvasser.
Et puis merde. La curiosité m’étreignait. Je me redressais, et attrapais l’envelopper pour en ôter le message. Celui-ci me fit grimacer. Je pensais tomber sur une distraction différente des conneries des shinobis. Peut-être même quelque chose qui me permette de passer une soirée sympathique. Mais même si ce n’est pas officiel, le mot est écrit de la main de Kazuhiro. J’ai du mal avec ce senseï. Il ressemble à un shinobi en puissance : membre d’un clan, plus fort que le commun des mortels, avec ses techniques dévastatrices dont ils sont si fiers. Mais je crois qu’il est différent. Ce type n’est pas comme les autres ninjas, c’est un mec bien. Ca me fait mal de le réaliser, moi qui ait tant de haine envers les shinobis.

Il veut nous informer qu’il part aider une ancienne équipière dont l’élève a été capturée par l’Empire. Une mission difficile. Très risquée même. Mettre nos vies en jeu. Mais aucune obligation. On avait le choix. Je soupire. Vraiment difficile de le cerner celui-là … C’était notre senseï, il pouvait facilement nous ordonner de les aider afin de faire augmenter les chances de réussite du sauvetage. Mais il préférait nous laisser le choix. C’était une attitude d’homme avant d’être une attitude de ninja. Quand bien même, j’ignorais ce que la Genin avait pu faire pour se faire capturer, mais je n’avais rien à voir avec cette guerre. Et aucune envie de m’impliquer dedans et de risquer ma peau pour une ninja. J’imaginais déjà l’arrogance dont elle avait sûrement dû faire preuve pour se faire capturer. Rien que d’y penser, je n’aimais pas cette fille.
Je me rallonge, histoire de profiter encore un peu de la chaleur de la nuit avant d’aller boire quelques verres. Puis de jouir d’une nuit de sommeil bien méritée. Avec mon salaire, j’avais peut-être même moyen de faire durer la soirée et de trouver un peu de compagnie ? Même les mecs comme moi aimaient avoir un peu de douceur. Pas forcément tringler une minette. Juste discuter, mettre un peu de fraicheur dans ma vie de loubard. C’était toujours de bons moments.

Je pose les yeux sur la bande dessinée, et grimace. Putain de merde.

Une vingtaine de minutes plus tard, je passais les portes d’une petite cour, comme indiqué dans la lettre, avec un petit plan plutôt simple à comprendre. Je n’étais qu’à quelques rues d’ici, quand je prenais mon bain lunaire.
Ma lourde veste, renforcée avec de fines plaques métallisées, tintait lourdement à chacun de mes pas. Elle se balançait sur mon torse nu. Le tout encadré par une tête sur laquelle était posée un bonnet et des jambes interminables. J’avais posé sur ma tête un bonnet en laine noir. Et pour l’occasion, passé mes gants, eux aussi renforcés avec des couches métalliques. Je n’avais rien de la tenue officielle des shinobis. Je ressemblais à ce que j’étais vraiment : un zonard.

J’arrive devant une femme qui doit à peu près avoir l’âge de Kazuhiro. Sûrement Sanae. Elle a l’air d’être le genre de senseï qui ne m’aurait pas convenu. Tout dans son attitude clame l’autorité et la force. Ce que je déteste chez les shinobis. Leur hiérarchie. Leur fonctionnement. Même leur rôle officiel, qu’ils ne remplissaient qu’aux yeux des plus naïfs, me dégoutait.
Sans rien dire, je lui tends la lettre de Kazuhiro. S’ils se connaissent, elle reconnaitra l’écriture. Pendant qu’elle la lit, je m’allume une clope. C’est ce que je fais toujours après mes siestes pré-nocturnes. Mais là, à cause de la lettre et de ma stupide décision d’y répondre, j’ai oublié.
Sanae décroche les yeux de la lettre. Terminé. Au moins, cette mission, si on réussit, me permettra peut-être d’enfin faire mes preuves. On me lâchera un peu de mou. Je ne reverrais peut-être même plus Hikako et ses sermons. Tant mieux.
Bon, il fallait faire les choses dans les règles alors … Peut-être que c’était la dernière fois que je devais me contraindre à faire quelque chose comme ça. Je me présentais rapidement :


« Akai Shuichi. Je fais partie de l’équipe de Kazuhiro Uchiwa. Je suis venu vous filer un coup de main. »

Je faillis ajouter : je ne viens pas pour vous ou pour cette stupide gamine, mais j’suis quand même là. Mais ce n’était pas le moment de créer des tensions dans une escouade qui semblait de toute évidence s’improviser dans la confusion. J’étais pas là pour crever. Inutile de foutre le bordel et de risquer nos vies. Déjà que ça ressemblait à s’y méprendre à une mission suicide.

Tant mieux. Les plongeons suicides, sauter de haut sans savoir ce qui m’attendait en bas, c’était ma marque de fabrique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Jeu 30 Juin 2016 - 12:16


Kazuhiro Uchiwa
Vie : 152/152 Chakra : 517/517 Energie : 117/117

La question s’est souvent posée parmi ses équipiers comme ses élèves : mais où un homme de la trempe de Kazuhiro Uchiwa peut-il bien vivre ? Il n’a aucune adresse connue, c’est d’ailleurs très difficile de lui envoyer le moindre message.
En fait, Kazuhiro n’est pas issu de ligne directe du clan Uchiwa. Son père est un puissant Uchiwa, du genre influent au sein du clan. Par contre, sa mère était une nomade du désert. Kazuhiro a longtemps vécu en nomade, et il n’a pas pris l’habitude de vivre dans une maison. Avec sa doctrine d’être toujours à 100% lui-même, forcément, la combinaison donne des étincelles …

Kazuhiro s’étira et ouvrit une fermeture éclair. Il faisait beau au-dehors. Genre, super beau. Un peu trop beau pour qu’il soit le matin … Il mit ses lunettes de soleil sur son nez et sortit au-dehors, en caleçon de nuit. La première personne qu’il croisa fut une vieille dame qui revenait du marché. Il ôta ses lunettes de façon respectueuse et demanda poliment si elle pouvait lui donner l’heure.

« Mais qu’est-ce que c’est que cet accoutrement ? Exhibitionniste ! Je vous préviens, je vais appeler la police ! »

« Du calme Madame, regardez, je suis Chuunin. C’est moi la police … Vous ne pouvez pas juste me donner l’heure s’il vous plait ? »

« Il est dix-huit heures ! »

Il la remercia posément et retourna dans son abri. Dix-huit heures ? Il s’était couché vers vingt heures … Kazu venait de faire une bonne sieste, en somme.
L’Uchiwa s’habilla rapidement de son habituel chemisier à fleurs, et de son bermuda, puis sortit de nouveau au grand air.
Le parc de Shousan était vraiment le meilleur endroit pour planter son pavillon. Ca faisait presque deux mois qu’il était là et il se demandait s’il allait bouger un jour. Oh, n’allez pas croire que c’était un clochard hein. Ce n’était pas une petite tente qu’il avait. C’était le plus grand modèle, presque une maison en tissu. A l’intérieur, chambre, cuisine, séjour, chambre d’ami, mais aussi un jacuzzi qui faisait fondre toutes ses conquêtes.
Il avait même acheté une boite aux lettres à mettre devant sa tente, mais bon, personne ne postait jamais. Comme il ne restait jamais plus de trois mois au même endroit, personne ne lui envoyait jamais de courrier. Ou alors très rarement.
Les autorités étaient venues plusieurs fois au début, mais il prétextait faire de la surveillance de nuit dans le village, et on avait fini par lui foutre la paix. Maintenant, il pouvait s’installer où il voulait avec sa maison portative.

Alors que Kazu était en train de lire une bande dessinée, dans son canapé, on frappa à la porte.

« Henry II tu peux aller voir ? »

Un squelette sortit du sol et s’en alla ouvrir.

« Hein ? Bordel Kazuhiro, arrêtes de faire ça c’est dégueulasse ! Et c’est pas le moment de jouer ! »

« Repos Henry II. »

Le squelette se décomposa tandis que Kazu se déplaçait pour aller voir son invité. Le mari de Sanae Hyuuga. Un civil, mais un brave type. Enfin, Sanae et lui ne venaient jamais le voir, car cela signifiait brasser trop de souvenirs douloureux pour les deux Chuunins. Mais ils avaient gardé le contact de loin. Curieusement, malgré les manières de Kazu et le style militaire de Sanae, ils étaient dans ce qu’on pouvait appeler de bons termes. Surtout compte tenu de leurs tempéraments respectifs. Du coup, il était vraiment étonné. Une visite ? Seul en plus ?
Kazuhiro fit une petite pirouette et se posta dans une attitude cool au possible. Un genou plié, les deux mains tendues en pistolets devant lui.

« Yo ! Qu’est-ce qui se passe vieux frère ? »

« J’ai eu un mal fou à te retrouver dans tout Shousan … Heureusement une vieille dame m’a parlé d’un exhibitionniste avec des lunettes de soleil. L’heure est grave Kazuhiro, Sanae a besoin de ton aide de toute urgence. »

L’air de Kazuhiro devint soudainement grave. Une expression qu’on pourrait presque croire impossible chez lui. Il fit signe à l’homme de s’asseoir, tout en attrapant une cigarette dans son paquet. Il l’alluma d’un geste qui avait perdu tout élan de connerie.
Être à 100% c’était aussi savoir quand il fallait être sérieux et quand il y avait des vies en jeu. Parfois, un ninja ne peut plus s’amuser. Ne peut plus être lui-même. Il doit devenir une arme. Ca ressemblait à l’un de ces moments.

« Explique. »

« Une des Genins dont Sanae a la chargé a été capturée par l’Empire. Nanako Nara. Mais Shousan est en train de rassembler ses forces donc difficile de la secourir … On va faire ça avec nos propres moyens. Et tu es le seul sur qui elle peut compter à l’heure actuelle. »

« Je ne te crois pas. Sanae serait morte avant que la petite soit capturée. »

« Elle n’était pas là. C’était lors d’une patrouille à Ito. »

« Tu as encore des jambes pour courir ? Je ne peux pas envoyer Henry II pour un courrier rapide. »

« Des courriers ? »

« Tu te figures quoi ? Qu’on va faire une mission de secours à deux ? Je vais utiliser mes propres messagers pour proposer à mes coéquipiers de venir se joindre à la mission. Mais il y a quelqu’un d’autre qu’on peut prévenir. Une petite organisation. Je ne sais pas ce qu’ils feront, mais au pire on aura quelqu’un pour nous aider. Quelqu’un de fort. Au mieux, ils enverront un second commando. »

« A qui tu penses ? »

« Tiens. Remets cette lettre à l’adresse écrite dessus. »

« … Eux ? C’est … Kazuhiro … Comment tu as pensé à ça ? »

« Ce n’est pas mon élève qui a disparue tu sais. Et tu sais bien que peu importe ce qui arrive je suis toujours à 100%. Allez dépêches, je vais rejoindre Sanae. »

Ah ouais. Parce que vous n’avez jamais connu le grand Kazuhiro Uchiwa. Celui qui est sérieux, qui en jette sa mère. Et justement il venait de changer de tenue. Chemise blanche, sans fleurs, avec une armure de combat légère au-dessous. Fini le bermuda, pour un pantalon noir qui avait l’air plus pratique et surtout moins voyant. Et les tongs en bois avaient laissé place à des sandales plus traditionnelles des shinobis. Plus pratiques aussi. Il passa différentes sacoches à sa ceinture, et enfila des gants métallisés autour de ses poings. L’arme signature du pro-taijutsu, qu’il n’utilisait pourtant pas très souvent. Par-dessus sa chemise blanche, il enfila une veste noire. Il avait l’air d’avantage d’être en tenue de soirée hyper classe qu’en tenue de ninja, mais avec les lunettes et la clope à la bouche, ça faisait son effet.

Quelques minutes plus tard, il était dans la cours derrière l’habitation de Sanae. Kazu resta pratiquement interdit en voyant qu’Akai était là. En passant à côté de lui, il lui tapota fermement l’épaule pour lui signifier sa reconnaissance. Il était surprit, surtout qu’il pensait qu’il serait le dernier à venir, voire le seul à pas venir du tout. Il n’était décidément pas le Genin le plus facile à comprendre dans le groupe.
Kazu s’arrêta devant Sanae. Et ôta la clope de sa bouche d’un geste expert. Il avait toujours une légère attitude de poseur, mais pas vraiment exagérée cette fois.

D’une voix assurée, ne tremblant d’aucune forme d’hésitation, il choisit de ne pas dire bonjour et de simplement déclarer en posant sa main sur l'épaule de la jeune femme :

« On va la ramener chez elle. Et s’il faut botter les fesses à la moitié de l’Empire pour ça, tant mieux. Ca nous fera un bon échauffement. »

100%. Toujours 100%.

« J’ai demandé à mon équipe s’ils voulaient venir. Je leur ai laissé le choix, comme tu t’en doutes, tu connais ma façon de faire. Mais que la Meute soit au complet ou non, tu peux compter sur nous. »

Il hésita à lui faire une fausse joie, puis ajouta :

« Et j’ai demandé à ton mec d’aller voir une dernière personne. Nanako Nara, c’est ça ? Le clan Nara fait partie des clans qui ont une filiale au sein de Shousan. Et il y a quelques Naras bien badass ici. Je me suis dit qu’ils voudraient avoir nos informations. Peut-être qu’ils enverront quelqu’un avec nous, peut-être qu’ils monteront leur propre opération. En tous les cas, quoiqu’ils fassent, ils feront sans doute quelque chose. Et ça ne peut pas nous desservir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jirobû Akimichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 138
Date d'inscription : 11/11/2014

Feuille de personnage
Points d'expérience:
55/100  (55/100)
Points de vie:
146/146  (146/146)
Points de chakra:
10/120  (10/120)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Jeu 30 Juin 2016 - 13:41

Le soleil était à nouveau venu faire son intéressant par la petite fenêtre qui donnait directement sur le lit de Jirobû. La lumière empêchait l’Akimichi de continuer à dormir, et celui-ci sortit alors de son lit. Comme à son habitude, il alla faire son petit pipi du matin avant d’aller se laver, avant de se préparer à manger. Le petit-déjeuner, le repas le plus important de la journée ! Celui-ci l’était encore plus lorsqu’il était question de celui d’un Akimichi !

Bien sûr, il fallait par-dessus tout s’entraîner ! Kazu-sempai avait donné un programme d’entraînement particulier pour chacun de ses élèves, et Jiro avait environ deux fois plus de musculation que les autres dans son programme, mais fort heureusement pour lui, très peu de footing. Parfait pour sa bouboule d’amour ! Il commença alors ses séries d’exercices, mis son bandeau bien en évidence sur son front et partit faire quelques petits tours du quartier. C’était très important de ne pas faire plus que ce qui était demandé, mais cependant il fallait absolument atteindre le nombre exact d’exercices que Kazu-sempai lui avait prescrit.

Au moment d’arriver à nouveau chez lui, une personne s’en approcha afin de lui remettre une lettre. Ça n’avait pas l’air officiel, mais Jirobû reconnu tout de suite le style de son sempai. Une enveloppe entièrement à moitié fermée, avec à l’intérieur une lettre écrite à la hâte.

*Une genin de chez nous capturée par l’empire ? Papa avait raison ! La guerre va nous tomber dessus ! Je dois y aller ! Mais avant ça…*

Jirobû retourna dans sa cuisine afin de se préparer un dernier petit plat. Impossible de partir en mission le ventre vide. Un petit sandwich préparé à la va-vite contenant beaucoup plus de viande et de sauce que de pain, histoire d’avoir relativement assez de protéines pendant un petit moment. Il avait pensé à se prendre des chips avec, au cas où, mais il savait pertinemment bien qu’il fallait qu’il les ait terminé avant d’arriver dans le territoire de l’empire, il n’était pas question de faire trop de bruit une fois là-bas. Déjà que Luciole serait là, et que ces deux-là, niveau bruit… Enfin, disons juste qu’ils pouvaient en faire beaucoup.

Il prit son sac à dos et partir en direction de la résidence de la dénomée Sanae Hyuuga.  Il savait bien qu’il ne pourrait pas faire grand-chose dans cette mission de sauvetage, mais pas grand-chose c’était toujours mieux que rien. Et puis il s’en serait voulu toute sa vie s’ils n’avaient pas su sauver la kunoichi, sans que lui-même ait essayé de participer à l’action.

Il était enfin arrivé à destination et frappa deux fois à la porte avant de l’ouvrir. Relativement gêné d’entrer sans avoir eu une quelconque permission, il passa sa tête par l’ouverture afin de découvrir un petit groupe : Akai était présent, ainsi que Kazu-sempai et une autre personne qui avait l’air beaucoup plus sévère que Kazu. C’était sans doute Sanae.

« Yo ! Jirobû Akimichi. Equipe de Kazu-sempai et prêt pour le sauvetage ! »

Certes, la légèreté de Jirobû lui permettait de ne pas vraiment réaliser la gravité de la situation. Ou plutôt il ne voulait pas se laisser abattre d’avance, et savait déjà au plus profond de lui que la mission serait un succès. Quoiqu’en pensaient les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaouri no Kido
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 46
Date d'inscription : 13/11/2014
Age : 23

Feuille de personnage
Points d'expérience:
8/100  (8/100)
Points de vie:
130/130  (130/130)
Points de chakra:
128/128  (128/128)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Jeu 30 Juin 2016 - 16:41

L’entrainement d’hier m’empêche de fermer l’œil de la nuit. Voilà qui est bien inhabituel, moi qui d’ordinaire dors à l’heure pour me réveiller à l’heure de l’entrainement. Je suis désormais totalement dérégler. Toutes ces choses sur mon pouvoir que m’apprit sempai. Ce savoir entraine un tas de question et donne très peu de réponses. La radioactivité est un effet de ma technique que je ne peux empêcher. Ce ‘don’ comme l’appel Kazuhiro n’est pas quelque chose je souhaite. Mes techniques sont dangereuses pour mes nakama et pour moi aussi. Il est hors de question que je me laisse à nouveau envahir par la colère et que je perds le contre. Père disait souvent, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Je comprends mieux le sens de cette phrase… Je finis par m’endormir alors que le soleil pointait déjà le bout de son nez.

Toc Toc Toc

Quelqu’un à la porte, il est rare que j’ai des visiteurs. Non enfaite je n’en ai jamais eu. Mon appartement est le lieu le plus calme que je connaisse après la bibliothèque. Qui ça pouvait bien être je regarde par la fenêtre la lune avait déjà remplacé le soleil. Je me dirige vers, la porte, approche ma main de la poignet et remarque qu’une lettre fut glissé par le bas de la porte. Pris de curiosité je fini mon geste et ouvre la porte. Personne, la personne devait surement être pressée… Je referme la porte et me hâte d’ouvrir la lettre, assis sur mon lit.
L’empire à kidnapper un ninja de Shousan, une équipe se forme pour aller la sauver. La meute sera sans doute réunie. Hors de question pour moi d’être absent. L’empire, voilà un état dont j’ai très peu d’informations. Kidnapper un genin, dans quel but ? La guerre entre Shousan et L’empire est donc inévitable ? Ou ont-ils simplement décidé de la kinapper pour ces capacités ? L’empire… J’apprendrais peut-être quelque chose sur mon clan là-bas. Grouuh, mon estomac, Jiro reconnaitrais surement ce son entre milles. Je me presse de me rassasier, prend une bonne douche, enfile mon équipement et passe la porte.

Le lieu de rendez-vous est un appartement tout à fait banal. Je passe la porte sans toquer et remarque que Kazuhiro, Akai, Jiro et une autre personne sont déjà là. Il doit s’agir de Sanae. Kazu-sempai avait un tenu bien différent que celle de l’entrainement. Cette mission, pas de doute c’est du sérieux. Akai lui avait toujours son air blasé sa clope en bouche. Il ne semble pas perturber par le manque d’informations au sujet de la mission a moins qu’il n’en sache davantage. Jirobû est là aussi sandwich à la main mâchant la bouche ouvert avec un peu de sauce qui dégouline de sa bouche. Sacré Jiro, il pense toujours à son ventre avant tout celui-là.

« Kaouri no Kido, je réponds présent pour la mission de sauvetage ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Jeu 30 Juin 2016 - 20:30


Shimifu Nara

Aux yeux du monde, en pleine lumière, Shimifu était quelqu’un de plutôt connu. Elle avait un petit salon de tatouage en bordure du centre-ville de Shousan. Et il marchait plutôt bien, le certificat étant assez dur à obtenir légalement dans ce village, alors qu’hormis les générations les plus anciennes, tout le monde semblait apprécier son travail et elle voyait tous types de personne défiler au moins une fois. Pour se renseigner, le plus souvent. Et parfois, carrément pour acheter ses compétences en la matière. Shimifu laissait le plus souvent les petites commandes à ses apprenties : elle ne s’occupait que des tatouages qui nécessitaient un peu de doigté. Ce qui intéressait la jeune femme, c’était ce qui mettait sa créativité au défi.

Mais quand le soleil se baissait sur l’horizon, elle devenait une personne bien différente. Dans l’ombre, Shimifu était membre de l’ANBU. Mais elle était surtout une sorte d’agent double officialisé. A la fois au service de Shousan, mais aussi des clans du Nord, elle faisait très souvent la navette entre les deux, l’objectif final étant un rapprochement, mais aussi la sécurité de son clan. Car le clan Nara primait sur tout pour elle. Que ce soit Kikaru, Shousan, ou les autres clans du Nord. Elle avait été éduquée entièrement dans cette optique.
Protéger son clan et les valeurs qu’il véhiculait. Pas seulement le respect de la nature, ou sa volonté de faire progresser les recherches médicales ou de peaufiner les tactiques utilisées en stratégie. Mais d’autres valeurs plus anciennes et plus secrètes.
Elle ne faisait pas que manier les ombres. Elle était devenue elle-même une ombre. Que tout le monde connaissait pour sa fonction, mais que personne n’avait jamais réellement vu en face, ou n’arrivait à mettre un visage et un nom dessus.

Fuukako Nara débarqua ce soir-là, alors qu’elle venait de fermer le salon et qu’elle était seule comme à son habitude. Il avait une lettre à lui remettre. Une lettre arrivée à l’ambassade du clan Nara, de la part d’un certain Kazuhiro Uchiwa.
Deux lueurs agitèrent successivement son regard. La première fut de la colère pour ne pas avoir été prévenue plus tôt, la seconde fut de l’inquiétude. Ainsi donc une jeune Nara était aux mains de l’Empire. Mais que pouvaient-ils y faire ? Elle était sans doute déjà au plus profond des cachots, d’une sécurité renforcée, et il était impossible, virtuellement de passer au-travers.

Shimifu inspira. Il y avait bien une solution, peut-être, en fait. Ce serait sacrifier des années de travail de ses agents, mais elle existait. Annuler un projet de plus grande envergure pour la vie d’une des siens ? En était-elle réellement capable ? Bien entendu. La question ne se posait même pas. Un projet fictif et hypothétique contre la vie d’une jeune qui était plus que prometteuse et qu’elle suivait depuis son entrée à l’académie, en secret.

Une femme masquée arriva donc dans la cours de Sanae Hyuuga. Après un instant d’hésitation, elle retira le masque après être entré dans les faibles lueurs dispensées par les réverbères. Vingt-cinq ans tout au plus en apparence, Shimifu approchait pourtant la trentaine. Elle n’avait jamais dévoilé son secret sur le sujet … Simplement beaucoup de chance, sans aucun doute. Aucune arme sur elle, pas la moindre pochette, juste une armure au-dessous des vêtements qui attestait de son statut.
Elle s’approcha du petit groupe qui s’était formé, non sans les détailler avec curiosité. Elle les connaissait tous, au moins de nom, mais était surprise de voir une escouade aussi hétéroclite. Un groupe bien étrange.
L’Anbu s’approcha de Sanae et Kazuhiro et sortit son bandeau d’une poche intérieure. Elle le conservait pour ce genre d’occasions.


« Shimifu Nara. Shousan n’a pas la possibilité de vous donner des renforts, mais heureusement j’obéis en priorité aux besoins de mon clan. Je suis venue vous apporter mon aide, ainsi qu’un … atout que je gardais dans ma manche pour une opération au sein de la capitale impériale. Il ne servira peut-être jamais, alors je suis prête à vous le léguer si vous le désirez. »

Aurait-elle fait la même chose si la petite n’avait pas été aussi prometteuse ? Sans doute pas, car elle n’aurait alors eu aucune couverture officielle. Car s’ils n’avaient pas de plan précis et qu’elle leur donnait réellement l’atout dont elle parlait, il serait perdu après l’opération. A tout jamais. Et impossible d’en reconstruire un aussi efficace en seulement quelques années. Cela prendrait des décennies, plutôt. Car il faudrait carrément former quelqu’un directement dans l’académie ennemie. Ni plus ni moins. Et c’était prendre l’énorme risque qu’il soit ou démasqué et ne puisse s’enfuir à cause de son jeune âge ; ou bien qu’il s’approprie des valeurs ennemies. Le jeune âge avait ce défaut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 53
Date d'inscription : 11/11/2014
Age : 20

Feuille de personnage
Points d'expérience:
9/100  (9/100)
Points de vie:
148/148  (148/148)
Points de chakra:
121/121  (121/121)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Ven 1 Juil 2016 - 2:10

Le réveil était difficile, les douleurs musculaires suite au rude entraînement effectué la veille s'éveillait tout comme Luciole et son compagnon. Il se leva pour prendre le sac de croquette afin de remplir la gamelle du chien, il se dirige à la cuisine la bouilloire sur le feu. Quelques instants plus tard un sifflement retentissait, l'eau était prête pour le thé. Les arômes du jasmin imbibait les narines du genin. Il lui fallait ça pour se réveiller, et un œuf sur le plat pour tenir le coup jusqu'à midi. Les oiseaux chantaient chaleureusement par delà la fenêtre, sans doute pour remercier le ciel d'offrir ce magnifique soleil. Luciole laissait traîner son regard sur le programme d’entraînement journalier...

« Aujourd'hui, Oni, c'est jour de repos. Nos corps ont besoin de souffler un peu. J'ai l'impression de peser une tonne. »

Le chien lançait un bâillement approuvant par ce geste les paroles de son maître. Quelques étirements pour assouplir les membres avant de profiter du temps en flânant dans les rues de Shousan. L'après-midi venait de commencer, assis sur un tabouret de bois massif on pouvait apercevoir les deux compagnons rassasier leurs estomacs au stand de ramen du centre ville. Luciole tournait légèrement sa tête sur le côté et d'une main amicale apportait une bonne tranche de lard fumé à la gueule de son chien. Il apercevait Jirobu traverser la place à toute hâte un petit paquetage digne d'un Akimichi accroché à son dos.

*Toujours égal à lui même ce bibendum. Je me demande ou il va... Peut être une mission lui a été confié ? Ou peut être qu'il commence son entraînement journalier ? Peu importe, la vue de sa graisse qui s’entre-choc autour de son corps m'a coupé l'appétit.*

« Viens Oni, rentrons ! On va commencer la lecture du manuel stratégique de Kazu-sempai. Je nous imagine déjà sur le petit balcon avec le soleil qui vient nous réchauffer...»

L'idée avait l'air de plaire, l'Inuzuka et son ami empruntaient le chemin du retour. Ils s'estompaient dans les rues pour retrouver leur confort, l'appartement était devenu pour eux un lieu de relaxation. Arrivé à destination, la clef dans la serrure, la porte s'ouvrait laissant s'égarer un bruit de papier froissé par le mouvement de celle-ci.

« Encore une publicité ! J'en ai marre, je leur ai déjà dit que je n'en voulait... Ha non une lettre... Sans cachet ? Une admiratrice peut être ? »

La missive était signée par Kazu-sempai, le message était important et un choix était à faire. Une genin de Shousan enlevée par l'empire, seul une équipe de volontaire devait participé à la mission de sauvetage. Luciole ne connaît ce royaume que par les livres d'Ikaru, des histoires sauvages d'une dictature impérial assoiffé de pouvoir et de sang lui revenait à l'esprit.

*Il n'y a pas d'équipe plus qualifié pour cette mission ? Mais il se foute de nous ! Il y a des effectifs occupés ailleurs, l'affaire n'est pas assez importante aux yeux des autorités... Cet une mission à haut risque, une gamine de Shousan est en danger, enlevée par les mains de sale bâtard de l'empire ! Il n'y pas d'autre choix je suppose, je vais venir au rendez-vous. Même si je ne servirais à rien vu mon faible niveau, Kazuhiro saura nous trouver une utilité.*

Le noir du ciel imposait le silence dans les rues du village, les étoiles scintillantes, légèrement voilées de nuages, installaient une mélancolie dans le profond des yeux de Luciole. La boule au ventre, un mal-être plus exactement s’emparait du jeune Inuzuka. Il avait la vague impression que cette vue sombre était le dernier tableau qu'il allait voir. Les maisons défilaient au rythme des pas du jeune genin et son acolyte, la résidence de Sanae c'était ici que la course s’arrêtait.

Toc, Toc...

Pas de réponse, on entendait quelque personne discuter. Il y avait un jardin suivi d'une petite terrasse, qui prolongeait la maison. Un petit muret le séparait de la rue, les voix étaient plus audibles de ce côté. Luciole reconnaissait les voix de ses équipiers, sans trop se poser de question il enjambait le muret suivi d'Oni. Une petite troupe était déjà présente sur les lieux, Luciole s'avançait près d'une femme qui semblait être Sanae. Derrière sa froideur se cachait la tristesse de l’événement, dissipé au fond de sa droiture et son orgueil gisait l'inquiétude.

« Je suis Luciole, et lui Oni. Nous sommes tout deux de l'équipe Kazuhiro. Nous venons prêter main forte suite au message reçu.»

Luciole tournait le regard autour de lui, pour y apercevoir l'équipe au complet.

*J'ai bien fait de venir... Tout le monde est présent, ça me rassure un peu. Étonnant, Jiro ne me dégoûte pas autant ce soir. Je suis peut être trop préoccupé par la situation pour m’inquiéter de tel futilité.*

Kazu-sempai avait l'air content de voir tout le monde répondre à l'appelle. Il devait être fière de son équipe, elle se rapprochait de son nindo, être à 100%, se donner à 100% et surtout de pouvoir compter les un sur les autres à 100%.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Uchiwa
Etudiant de Shousan
Etudiant de Shousan


Messages : 43
Date d'inscription : 07/12/2014

Feuille de personnage
Points d'expérience:
30/100  (30/100)
Points de vie:
132/132  (132/132)
Points de chakra:
214/214  (214/214)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Lun 4 Juil 2016 - 10:53

Et dire que la journée avait si bien commencée ! Je m'étais levée aux aurores et pris un petit déjeuner avant de me vêtir de mes vêtements ninjas. J'étais bien décidé à ce moment d'aller m'entraîner afin de progresser le plus rapidement possible. Ma rencontre avec Sanae et ma coéquipière s'était plutôt bien passée et j'avais rapidement compris les mentalités de chacun, réussissant même à me créer un lien d'entraide avec ma partenaire. Je me devais de progresser en habileté afin de pouvoir effectuer mes sceaux plus rapidement et atteindre un niveau identique à celui de la Nara qui possédait une maîtrise de ninjutsu légèrement supérieure à la mienne. Et j'étais prêt à tout pour ne pas être un boulet !

Ma vie c'était bien remplie dernièrement, et je commençais à regretter l'époque ou j'étais considéré comme l'une des personnes les plus douées de l'académie. La réalité en terrain s'avérait souvent bien plus complexe et fourbe comme me l'avait démontrer ma sensei, et le nombre de tournois, missions et autres tâches que j'accomplissais était plutôt impressionnant. La vie d'académicien n'avait vraiment pas le même rythme que dans la vie active, et je me trouvais bien trop jeune pour endosser autant de responsabilités.

Le terrain d'entraînement m'aida véritablement à me vider mon esprit. Si vous saviez à quel point balancer des rayons électriques dans la gueule de mannequin en vois et les réduire en cendre peut soulager ! Je terminais ma matinée d'entraînement avec quelques exercices de développement musculaire tels que des abdominaux ou des pompes : j'avais beau être fin et élancé, je savais qu'il ne fallait pas en négliger totalement ma musculature. Un ninja se devait d'avoir des bases dans toutes les matières; et j'avais ma chaîne pour m'aider avec le corps à corps !

Je décidais de me nourrir lors du déjeuner dans un restaurant, me permettant un petit plaisir après toutes ces semaines pendant lesquelles je faisais plus attention à ma puissance qu'à ma santé. Après ce plaisir gustatif, je partis en direction du centre-ville afin d'effectuer une petite ballade et acheter mes divers équipements ninjas manquants.

Ce n'est qu'en rentrant en début d'après-midi que je vis une lettre cachetée sur le pas de ma porte. On m'avait déposé une lettre importante tandis que j'étais absent. Mais si elle était si importante… Pourquoi le coursier l'avait laisser en plein milieu du sol, visible par n'importe qui ? Dépité par cette faute de débutant, j'ouvris la porte de mon appartement et ramassai la lettre dans le but de vérifier ce dont elle parlait. Le papier était froissé - sans aucun doutes saisi à la va-vite – et l'écriture était maladroite. La signature indiquait que le papier venait de mon sensei. Seules quelques mots étaient inscrits dessus, indiquant que je devais me rendre chez elle dans la soirée.

Le ton brusque de la lettre, le fait qu'elle ait été écrite rapidement et le papier froissé… Tout ça augmenta mon rythme cardiaque. J'étais persuadé qu'il était arrivé quelque chose de grave, et je me devais de répondre présent. De toute façon, je ne pensais pas que j'étais en mesure de refuser. Une fois la lettre obtenue, le temps se mit à passer beaucoup plus lentement qu'auparavant : j'attendis le soir afin de sortir de chez moi et de me rendis au rendez-vous.

Je toquais à la porte de mon professeur. N'ayant aucune réponse, j'entrais dans sa bâtisse et constatai que des bruits venaient du jardin : des voix. Ainsi donc, je m'avançais jusqu'à ce fameux jardin et y pénétrait connstatant que trois adultes et autant d'enfants étaient présents. Ne sachant pas pourquoi j'étais ici, je décidais de me présenter afin de faire savoir que j'étais là.

- Bonsoir ! Akira Uchiha, genin de l'équipe numéro treize. Enchanté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Dim 10 Juil 2016 - 4:53


Sanae Hyuuga
Chuunin
PVs : 335  Chakra : 355

Sanae admira la volonté de ces ninjas, à la lueur des flambeaux.  Une flamme vacilla et marqua d'une ombre sévère le regard de la chuunin.

« Merci à tous d'être venus. »

Le ton de la kunoichi était neutre, lui donnant des airs de militaire.  Ses mains s'étaient rejointes dans son dos et elle bomba le torse, tandis que la chaîne attachée dans son dos et ses gants métalliques pendus à sa hanche, luisaient sous la lueur des flammes.  Elle avait nouée ses cheveux sous son chapeau.

« Cependant, je me dois de vous avertir que la mission que nous allons entreprendre sera de rang A et n'est pas officiellement financée par le village.  La dangerosité de celle-ci est sans égal à ce que vous avez pu connaître et ceux qui souhaiteront renoncer le pourront. »

Sanae fixa chacun des genins présents, le visage dur.  Elle souhaitait qu'ils comprennent.  Qu'ils acceptent les risques.  Elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour les sauver tous, au besoin...  Mais elle ne pouvait rien promettre.  L'Hyuuga ferma les yeux lorsqu'elle croisa le regard de Kazuhiro.  Ensemble, ils avaient survécus à de nombreux défis.  La kunoichi ne parvenait pas encore que tout cela était réel, qu'elle vivrait à nouveau cet enfer...  Mais la vision de voir son élève torturée lui donnait la motivation nécessaire pour avancer.

Elle rouvrit les yeux, décidée.


« Je ne vous demande pas de prendre une décision sur le champ.  Prenez la nuit pour y réfléchir, une fois que je vous aurai expliqué tous les éléments de cette mission.  Nous partirons demain matin, à la première heure.  Ceux qui se présenteront auront alors choisi de mettre leur vie en jeu, afin d'aider l'une des leurs. »

Sanae inspira profondément, avant de récupérer un dossier.  Elle l'ouvrit et en sortit une photo, qu'elle montra à tous.


« Très bien.  Commençons.

« À l'heure où nous nous parlons, mon élève, Nanako Nara, est désormais aux prises de l'empire.  Suite à une simple mission de reconnaissance au poste frontalier auprès d'Ito, elle a été faîte prisonnière par deux soldats avec qui elle aurait engagée le combat. Notre mission est de parvenir à libérer Nanako des griffes de ses bourreaux, avant qu'il ne soit trop tard.  Bien qu'elle ne soit qu'une genin, l'Empire pourrait tenter de récolter certaines informations précieuses concernant le village et...  Je... »


La voix de la chuunin se brisa, alors qu'elle s'imaginait les sévices que l'on pouvait faire subir à la Nara.  Sanae s'accota sur la table devant elle, où y avait été déposé une carte.  Ses mains tremblaient et elle serrait les lèvres de fureur.  Elle se contint tout de même, afin de ne pas perdre la face.  Elle se redressa, avant d'affronter l'assemblée de son regard nacré.

« Je ne les laisserai pas faire. »

Elle s'était exprimée d'une voix claire, afin de poursuivre :

« Nous allons devoir nous infiltrer au Bagne, dans les souterrains de l'Empire, afin de secourir Nanako et en ressortir vivant.  Nous n'aurons aucune autre possibilité de réussite et notre défaite se résultera pas notre mort. »

Elle fit une nouvelle pause, afin de leur faire digérer l'information.  Ils n'avaient pas besoin de connaître toutes les spécificités de la mission, seulement les risques encourus.  Puis, avant de terminer, elle fixa Kazuhiro une seconde fois.  La suivrait-il vraiment ?

« Nous ne connaissons ni les forces de l'ennemi, ni leur nombre.  Mais une chose est sûr... »  (Elle prit une grande inspiration.) « L'Éclair Noir aurait été aperçu parmi eux.  Si vous le croisez, fuyez. »

Voilà, tout avait été dit.  Sanae jeta un regard interrogatif à Shimifu, puis à Kazu.  S'ils souhaitaient ajouter quelque chose, c'était le moment.  Si les élèves souhaitaient poser une question, c'était le moment.  Dans le cas contraire, ils se retrouveraient demain matin à la première heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Lun 11 Juil 2016 - 12:27


Shimifu Nara

L’Eclair Noir. Shimifu frissonna. Elle avait elle-même rassemblé des informations sur cet homme à cause d’une affaire grave il y a quelques années. La mission de sauvetage s’avérait encore plus difficile qu’annoncé. Elle ignorait ce qu’il venait faire dans cette histoire, et autant dire que cet inconnu dans l’équation ajoutait un problème dont ils auraient très bien pu se passer.

Sanae semblait très déterminée. Et Kazuhiro fermement décidé à l’aider. Quant à leurs élèves … Ils étaient probablement à moitié conscients de ce dans quoi ils s’embarquaient, mais ils ne manquaient pas de courage. Nanako avait bien de la chance. Parmi les membres du clan Nara qui restaient à Shousan, peu pouvaient se targuer d’avoir autant d’amis fidèles au sein du pays du feu. Leur clan était après tout quasiment entièrement retiré des affaires du village. Des pacifistes pour certains, des traitres même pour d’autres, ou tout simplement des lâches. L’attitude du clan avait fait soulever quantité de réactions négatives.
D’un autre côté, cette étrange alliance entre une Hyuuga et un Uchiwa faisait sourire Shimifu. Tout n’était peut-être pas perdu pour que l’époque des clans renaisse un jour. Ils avaient été maltraités par l’émergence des villages, puis par l’émergence du soleil écarlate, quoique brève, et tout le monde avait oublié combien ils avaient été grands et puissants autrefois. Mais malgré leurs différends, des membres de deux clans majeurs ayant connu la guerre pouvaient encore s’allier et devenir de proches amis. C’était encourageant, et pour cela aussi Shimifu avait à cœur d’aider pour la mission à venir.

Shimifu haussa un sourcil surpris quand Sanae annonça ce qui semblait être son plan. Heureusement qu’elle était venu apporter de l’aide, sinon ils auraient tous couru droit vers la mort. Ca ne manquait pas de bravoure, mais quand même d’un brin de réalisme. Une réaction à chaud, dicté par les sentiments qu’elle éprouvait. Louable, mais suicidaire.
Lorsque Sanae interrogea du regard pour savoir si elle souhaitait ajouter quelque chose, Shimifu s’avança de trois pas pour prendre la parole.


« Comme je vous l’ai dit j’ai un atout à vous donner pour cette mission. Un moyen de s’infiltre au Bagne, en fait. Je ne sais pas à quel niveau Nanako sera détenue, mais il est probable que ce soit assez bas, dans les niveaux de haute sécurité. Nous sommes en guerre après tout. Ce moyen nous permettra de nous infiltrer mais nous n’aurons qu’une seule chance, si nous voulons ressortir avec elle par la suite. Ca va demander beaucoup d’efficacité. Mais surtout, la réussite de cette proposition est conditionné à quelque chose d’autre … »

La Nara fit coulisser la bretelle qui recourait son épaule d’un tissu, afin de montrer un de ses tatouages, qui venait de prendre l’apparence de quelqu’un. A la manière d’un portrait-robot. Un homme d’un peu moins de trente ans, un sabre à la main, les yeux jaunes.

« Uchiwa Shamen. Chef des forces de police de l’Empire, mais aussi de la Défense. Il faut éloigner l’attention de cet homme du groupe qui s’infiltrera par n’importe quel moyen. Il possède avec lui une troupe de ninjas sensoriels d’élite, mais aussi des combattants plutôt forts. Par chance, la défense de la capitale sera affaiblie par le fait que Shousan soit sur le pied de guerre. Ils enverront beaucoup d’éléments à Okarina pour consolider la frontière. Du coup, ce qu’il restera sera essentiellement concentré sur le palais où se trouve l’Impératrice, laissant un possible accès à la prison. Mais il restera à distraire cet homme. »

« Ce que je propose est simple. Deux groupes. Un que j’aiderais à infiltrer et qui récupèrera Nanako. L’autre qui s’occupera d’une diversion afin d’attirer l’œil de l’Empire ailleurs que sur le groupe principal. Autant dire que si la diversion est mal effectuée c’est du suicide pur et simple. Donc ne faites pas les groupes sans soigneusement y réfléchir. »


Shimifu se tut. Elle aurait pu dévoiler son atout afin d’expliquer plus en avant ce qu’elle avait à proposer mais elle ne le ferait pas pour le moment. Elle ne souhaitait pas que ceux qui abandonneraient soient au courant de quoi que ce soit. C’était dans sa nature d’être méfiante, voire un peu paranoïaque sur les bords.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jirobû Akimichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 138
Date d'inscription : 11/11/2014

Feuille de personnage
Points d'expérience:
55/100  (55/100)
Points de vie:
146/146  (146/146)
Points de chakra:
10/120  (10/120)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Lun 11 Juil 2016 - 22:09

Apparemment, et comme tout le monde pouvait s'en douter, la mission qui se construisait allait s'avérer plus que difficile. Une mission de rang A, pour autant de shinobis... Ca revenait presque à envoyer un bataillon dans les rangs ennemis. Renoncer ? C'était déjà trop tard pour renoncer. Ils étaient déjà tous venus en sachant qu'ils devraient sauver quelqu'un. La chuunin semblait relativement secouée – normal, il s'agissait de son élève après tout – alors qu'elle énonçait les détails de la situation aux shinobis présents. Mais dans tout ce qu'elle a dit aux autres, ce que Jirobû garda en tête était le surnom de cet homme... L'éclair noir. Il lui semblait avoir déjà entendu quelque chose de semblable, mais impossible pour lui de se rappeler où. Il ouvrit alors discrètement un paquet de chips, suite à la réclamation de son estomac et commença à les déguster tout en faisant le moins de bruit possible.

L'autre kunoichi présente dans la cour prit ensuite la parole. Elle semblait être plus... Pragmatique que la Hyuuga, sans doute parce qu'elle n'était pas directement concernée par l'enlèvement de Nanako, même si elles étaient du même clan. Jirobû savait comment les clans fonctionnaient, et sans doute les deux kunoichis ne s'étaient jamais vues auparavant, elle agissait peut-être d'avantage par obligation envers celui-ci et son village que par désir de sauver quelqu'un de sa famille.

Séparer les shinobis en deux groupes, et en plus elle avait déjà un agent inflitré chez l'ennemi ? Que pouvait-on demander de plus ? On avait une stratégie, et les moyens de la mettre en place. Ca ne pouvait qu'aller bien, cette mission ! Enfin, de là à dire qu'elle serait facile... Ca restait tout de même une mission non officielle qui valait bien une rang A. C'était pas du bambou pour bébé panda tout ça !

Alors que Jirobû finissait son paquet de chips et qu'il s'enfilait la dernière de celui-ci, il eut comme un flash-back dans lequel il se souvint des paroles d'Eihiko qui s'appelait lui-même l'éclair blanc.

« Mais bien sûr qu'on est tous d'accords, ça sert même à rien de nous proposer d'abandonner ! On est conscients des risques, on a tous reçu une lettre nous disant qu'un shinobi de Shousan avait été capturé par l'empire et qu'on allait le sauver ! Je crois qu'on sait tous ce que ça implique de se pointer là-bas ! Enfin, je sais pas pour les autres, mais moi, c'est pas ces deux trois détails qui vont me faire peur, j'en suis toujours ! Je veux bien faire partie de n'importe laquelle des deux escouades, je m'en fous, tant que je peux aider.»

*Et puis, avec Kazu-sempai ça ne peut que bien se passer !*

« Par contre, j'ai une question, Sanae-san. Est-ce que l'Eclair Noir aurait un lien avec Eihiko-kun ? Un Genin de Shousan qui s'appelle lui-même l'Eclair Blanc de Shousan ! Si oui, dites-le moi, ça pourrait l'aider ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Mar 12 Juil 2016 - 21:15


Kazuhiro Uchiwa
Vie : 152/152 Chakra : 517/517 Energie : 117/117

Kazu croyait qu’on l’avait appelé à la rescousse pour une situation désespérée, mais finalement, tout n’était pas si sombre que ça. C’était sérieux, mais la réussite de cette mission était clairement possible à entrevoir. Le discours de Sanae montrait son sérieux et sa détermination, et celui de Shimifu un plan pragmatique qu’il était possible d’utiliser pour secourir la jeune Nara. L’Uchiwa commençait même à se demander quel serait son rôle à lui dans l’histoire. Et celui de son équipe. C’était clair qu’il ne les avait pas entrainés pour l’infiltration. Plutôt pour combattre tous coude à coude, comme une véritable meute. C’était un escadron formé au combat, pas aux subtilités que pouvait offrir le monde shinobi. Ce n’était pas leur point fort, il le savait, et n’avait pas cherché à pallier cette faiblesse. Plutôt à faire mûrir leurs qualités.

Les paroles de Shimifu résonnèrent soudainement dans son esprit. Kazu sut instantanément ce qu’il y avait à faire.
Il attrapa d’un geste sec la photo de Shamen Uchiwa.

** C’est encore toi qui te dresse sur mon chemin Shamen. Parfait. Si je peux te revoir, cette fois, je te vaincrais. Et je récupèrerais notre petite sœur. Kaede, je pourrais peut-être savoir où tu te trouves tout en participant à cette mission … Et t’arracher aux griffes de notre grand frère. **

Il surprit le regard de Sanae. Elle devait être la seule à avoir compris ce qui se passait dans la tête de Kazu. Mais sa stature militaire le ramena à la raison et à ses responsabilités envers ses élèves. Il ne pouvait pas risquer leur vie pour ses objectifs personnels. Bien sûr, s’il en avait l’occasion, il la saisirait, mais il y avait trop d’éléments dangereux dans cette mission. L’apparition de l’Eclair Noir était préoccupante notamment. Même si Shimifu, quant à elle, ne l’avait pas mentionné. S’enfuir, avait dit l’Hyuuga … Si lui et ses élèves tombaient sur un tel type, il savait très bien que ce ne serait pas une option. La seule qu’il aurait serait d’offrir sa vie pour eux. S’enfuir face à un tel adversaire tiendrait du miracle, tout simplement. Il fallait plutôt espérer ne pas le croiser du tout. Oui, il devait maintenir ses élèves en vie à tout prix …

Kazu s’approcha de Jirobû qui avait parlé d’une voix si courageuse qu’il n’en revenait pas lui-même. Il connaissait la valeur de ces jeunes, mais c’était toujours une immense fierté d’en avoir la preuve. Il posa sa main sur son épaule pour signifier qu’il prenait le relais, que c’était son tour de parler.

Musique classe !

« Mon équipe est composée d’éléments hétéroclites, les filles. Mais nous combattrons tous ensembles, et aucun ne se défilera. Je le sais. D’ailleurs, la seule chose que nous sachions réellement faire, et c’est valable pour moi aussi. Surtout pour moi en fait. C’est se battre. Nous ne vous servirons à rien pour ce qui est de l’infiltration. Mon visage est connu à Shi, et je n’ai pas eu le temps d’apprendre à mes kohais comment mener ce genre d’opération. On vous gênerait. »

L’Uchiwa partit d’un grand rire. Tonitruant même. Il utilisa ses deux doigts pour faire des symboles de pistolet qu’il tendit vers l’assemblée incrédule formée par le jeune Akira, sa senseï, et la Nara. Il appuya le tout d’un clin d’œil appuyé derrière ses lunettes de soleil, et d’une petite pirouette tout en équilibre et en classe.

« Laissez-nous la diversion. Tous ensembles, on devrait pouvoir vous offrir le temps dont vous avez besoin. »

Il avait déclaré ça avec calme et classe, mais c’était surtout pour dissimuler la responsabilité écrasante qu’il venait de s’attribuer. Bien plus que celle de ses élèves, c’était sa propre vie qu’il venait de mettre dans la balance. Car s’il voulait les sortir tous les quatre de cette manœuvre sans le moindre pépin … Ca signifiait sans doute qu’il allait devoir prendre pas mal de coups à leur place. Et c’était bien possible qu’il ait du mal à tout encaisser cette fois.

Ce n’était pas important. Il ne les laisserait jamais tomber. Il serait à 100% présents pour ses amis, ses kohaïs, et ses camarades. Il avait toujours été comme ça. Et ce n’était pas près de changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Shuichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 62
Date d'inscription : 29/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
68/100  (68/100)
Points de vie:
158/158  (158/158)
Points de chakra:
118/118  (118/118)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Dim 17 Juil 2016 - 20:29

Je fixais les différents protagonistes en réfléchissant à la mission de secours qui allait venir, tandis que tout le monde prenait la parole tour à tour. C’était moins désespéré que je ne le pensais, comme mission, de ce que j’entendais. La représentante du clan Nara avait un plan, et elle pouvait infiltrer Sanae et Akira. Alors ils y allaient à trois ? Ce gamin était plus fort qu’il en avait l’air, alors ? Peut-être bien. En tous cas, c’était aussi parce qu’on venait de confier à notre meute un rôle crucial. Et un peu ingrat. En fait, c’était même super dangereux.
En plein cœur de l’Empire, dans la capitale même, nous allions devoir faire une diversion. Puis nous enfuir. C’était un peu paradoxal, que notre partie de la mission consiste à fuir. Mais bon pas trop le choix. On a beau s’être entrainés d’arrache-pied, notre équipe reste constituée d’un Chuunin, tout aussi expérimenté qu’il soit c’était un ninja supérieur, mais pas au point d’être une élite. Et sinon, quatre Genins chacun plus ou moins débutants à sa façon. Et en face, par contre, ce serait une horde de ninjas d’élite qu’on allait trouver.

Je fermais les yeux. Je voulais bien envisager qu’on atteigne la capitale. Mais j’avais du mal à croire qu’on pourrait en partir vivant, ou même en un seul morceau. Ca ressemblait à cinq sacrifices pour sauver une seule fille. Cinq princes chevaliers qui allaient se faire dégommer par le méchant dragon pendant que la princesse détalerait avec sa nounou.
Mais bon. Comme vient de le dire notre sempaï, je ne nous vois mal nous occuper de l’infiltration, c’est clairement pas pour ça que notre équipe est faite.
En essayant d’être discret, j’observe Kazuhiro. Il est inhabituellement sérieux, mais il respire toujours la confiance. Néanmoins, une veine saille à son cou. Il sue pas mal. Il a conscience de la difficulté de la tâche à accomplir, alors. Donc il croyait vraiment qu’on pourrait le faire sans tous y passer. C’était pas le genre de mec à envoyer ses élèves à la mort. S’il avait calculé les risques, et trouvé qu’il y avait moyen ça signifiait deux choses : d’une il était plus balèze que je ne le pensais. De deux …


« Comme l’a dit Jirobû on a déjà dit qu’on venait. Bon, c’est vrai que c’est pas stupide de revenir sur sa parole parfois. C’est le genre de truc qui peut te sauver la mise. »

Je me grattais la nuque, un peu gêné. Je n’aimais toujours pas prendre la parole devant un auditoire.

« Mais bon je suis pas un mec intelligent. J’ai promis que je venais, alors j’en suis. Si ça signifie que je suis con de toujours m’en tenir à ce que je dis, alors qu’il en soit ainsi. »

Petit détail intéressant : Kazuhiro avait dit ‘’mon visage est connu à Shi’’. Avait-il participé plus activement que son allure le laissait penser durant la période de guerre intensive, quelques années plus tôt ? Ce serait une explication. Alors s’il était du genre connu, c’était qu’il était vraiment plus fort que son apparence le suggérait. Assez pour tenir à lui seul deux ou trois soldats d’élite de l’Empire ? C’était dur à croire, ça. Mais peut-être assez pour leur échapper tout en gardant leurs regards et donc leur attention braqués sur lui.

Je regardais mes autres équipiers. Luciole et Kaouri n’avaient pas l’air d’être du genre dégonflés. Probable qu’on la fasse à cinq cette mission. Et quelque chose me disait que soit on vivrait tous les cinq, soit on y passerait tous sur le champ de bataille. J’aurais préféré crever sur un ring, après un combat d’anthologie. Mais bon, je commençais à me dire que je pouvais me contenter de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 53
Date d'inscription : 11/11/2014
Age : 20

Feuille de personnage
Points d'expérience:
9/100  (9/100)
Points de vie:
148/148  (148/148)
Points de chakra:
121/121  (121/121)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Mer 20 Juil 2016 - 3:38

Jirobu, est un personnage imposant... Non pas seulement par son physique mais par la place qu'il prend en parlant. C'était le premier de l'équipe à s'être exprimer une nouvelle fois devant l'assemblée. Ténacité et courage des adjectifs qui se collaient très bien à la façon dont il a annoncé une nouvelle fois sa présence lors de cette mission. Kazu-sempai du le retenir dans son élan pour prendre la parole à son tour. Il connaissait son équipe, il connaissait les forces et les faiblesses de chacun de ses poulains. Kazuhiro avait confiance en son équipe, et prit l'initiative d'assurer la diversion pour laissé s'écouler l'infiltration sans trop de soucis. Akai prit parole à son tour, un peu plus timidement, prendre parole devant autant de personne n'est décidément pas trop son truc... Ceci dit, sa détermination était tout aussi élevée que les autres participants.

Une mission à haut risque, on le savait déjà. Le choix était déjà fait en se présentant au domicile de dame Sanae. Il n'était plus possible pour Luciole et son compagnon de reculé malgré la gravité de la situation. Tout était dangereux, ça faisait parti de leur job, du monde de shinobi. Kazuhiro parlait d'une stratégie de diversion qui était plus approprié aux capacités de ses élèves. L'Inuzuka et son molosse trouvait cette mission de plus en plus exaltante, peut-être que le goût du risque attisait leur adrénaline, et l'insouciance du danger prenait place...

« Le fait d'être venu au rendez-vous confirme notre présence pour cette mission de sauvetage. Peut importe les risques, je me suis engagé et je ne reculerais pas malgré les difficultés qui s'annoncent. La détermination est bien plus forte que la peur instauré par l'empire. Je confirme à nouveau la présence d'Oni et de ma personne.»

Il ne restait plus qu'à Kaouri de répondre. Comme toute l'équipe ne s'est pas défilée, on peut fortement supposer que celui-ci ne reculera pas non plus face au danger prédis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Sam 30 Juil 2016 - 11:12


Shimifu Nara

Shimifu regardait la scène en silence. Kazuhiro Uchiwa et quatre Genins allaient se charger de la diversion, si proche de la capitale … La Nara commençait à comprendre à quel point ce plan était encore plus risqué pour eux que pour Sanae, Akira et elle. Eux, avec une diversion, ils pouvaient peut-être s’infiltrer et libérer Nanako sans trop se faire voir. Grâce à son contact, elle pouvait facilement prendre une place importante à Shi et pénétrer dans le bagne. Une fois dedans, le seul obstacle serait Kiara Kempachi. Mais elle pensait pouvoir la gérer au combat, au moins suffisamment longtemps, surtout avec Sanae, tandis qu’Akira emmenait sa coéquipière. Pour ce qui était de la fuite ensuite … Eh bien, c’était une spécialité du clan Nara. Et ensuite, grâce à la diversion, ils pourraient s’échapper en profitant du relâchement au sein de la police impériale.
Par contre pour Kazuhiro et ses élèves c’était bien différent. Si les informations de Shimifu étaient exactes, le rapport de Kazuhiro sur son échappée de l’Empire était formel. Il avait perdu contre le chef de la police impériale. En un contre un. Et même, dans cette cours, aucun d’entre eux ne pouvait espérer l’abattre ou le mettre en fuite. En difficulté peut-être … Mais Shamen Uchiwa était un tout autre morceau que Kiara Kempachi. Qui était déjà un sacré opposant en soi.
Et Sanae et Kazuhiro, au sein de leur équipe, avaient un lourd passif. Une mission de haute importance, une réussite d’ailleurs. Mais qui avait coûté des vies. L’événement avait dû les marquer plus qu’ils ne l’admettaient. Est-ce qu’ils en gardaient encore une forme de traumatisme ?
Mais l’Anbu avait déjà donné son accord pour participer. Impossible de reculer. Elle espérait juste que pour une fois dans sa vie, ce Kazuhiro savait ce qu’il faisait. Parce que sinon ses quatre Genins allaient y passer.


** Mais c’est la seule manière, pour le moment, d’éviter d’entrer en guerre totale. Shouma-sama a donné son accord, et il pense aussi que c’est le cas … **

Au moment où ils allaient se séparer afin d’aller se reposer avant le départ du lendemain, un homme arriva à proximité de la cours. Il avait la tenue traditionnelle et masquée des Anbus. Il donna simplement un message à Shimifu, et s’en fut. La Nara plissa les yeux tout en dépliant le parchemin. Et ses yeux s’agrandirent sous l’effet de la surprise.

** Etonnant ! Et c’est une bonne nouvelle … Enfin j’imagine. Comment Shouma-sama a réussi à persuader cet impotent de passer à l’action ? **

Shimifu releva un visage orné d’un sourire vers l’assemblée. Et en particulier en direction de Sanae.

« Votre ordre de mission est annulée, Sanae, Kazuhiro. Notre Shoukage a rencontré le chef du clan Nara en début d’après-midi et nous avons les conclusions de cette entrevue. Je ne sais pas comment il s’y est pris, mais le clan Nara va aller directement négocier la libération de Nanako Nara avec l’impératrice. Ils la ramèneront à Kikaru pour la soigner, près de ses parents. Shousan pourra aller la récupérer là-bas, ou bien simplement attendre qu’ils la ramènent une fois qu’elle sera sur pieds. »

Une immense vague de soulagement. Shimifu n’était pas spécialement contre des missions risquées, mais qu’il y ait une alternative à une mission suicide pour empêcher la guerre et récupérer un membre de son clan … Eh bien, elle appréciait grandement leur Kage dans un instant pareil. Sa volonté de chercher une voie pacifique avait sans doute sauvé des vies aujourd’hui. Et à en voir la tournure de leur plan, celle de Kazuhiro et de ses élèves en particulier. La Nara ignorait leurs capacités exactes mais … Eh bien, ce n’était pas un manque de confiance. Plutôt de la lucidité.

« Shouma-sama vient de nous éviter de choisir une alternative entre cette mission difficile et une guerre totale on dirait. Nekota Nara, l’un des trois chefs des clans du Nord, se déplacera en personne jusqu’à la capitale. Je suppose que vous voudriez que je vous mette au courant de quand elle sera libérée ? Je suis certaine que vous aurez le droit de prendre quelques jours de congé pour aller la voir à Kikaru. »

Shimifu se détourna pour partir et se retourna finalement vers Kazuhiro et son équipe.

« Merci de m’avoir prévenue Kazuhiro. Vous avez toujours été un peu … fou. Mais un fou lucide, aussi curieux que ça puisse paraître. Et à vous cinq, alors que vous êtes de simples Genins vous étiez prêts à vous jeter dans la gueule du loup pour sauver Nanako. En tant que membre du clan Nara, je souhaiterais vous remercier particulièrement. Je saurais m’en souvenir, croyez-moi. Si jamais vous êtes dans une impasse un jour, ou qu’il vous manque une information … Pensez à passer au siège Nara de Shousan. Il y aura peut-être quelque chose que je pourrais faire. »

Et l’Anbu s’évanouit au cœur de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Shuichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 62
Date d'inscription : 29/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
68/100  (68/100)
Points de vie:
158/158  (158/158)
Points de chakra:
118/118  (118/118)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Dim 31 Juil 2016 - 12:57

Tout le monde semble accepter les risques, même après ce que Kazuhiro vient de dire. Leur plan, c’était que nous on fasse diversions pour permettre aux autres de s’infiltrer. De toute manière, c’était comme notre senseï avait dit : on n’avait rien de mieux à faire dans ce genre de mission. Notre équipe était basée essentiellement sur la force physique. Même pas vraiment la vitesse, hormis Kazuhiro. Et peut-être Kaouri, un peu plus équilibré que nous. Mais dans l’ensemble, ce qui primait c’était notre force de frappe. Même notre faculté à encaisser des coups était assez moyenne. Et on ne pouvait pas se permettre de se prendre certains types d’attaques. C’était dur à dire, mais frapper fort et en groupe était notre principale faculté.
En groupe. Je n’aimais pas l’avouer. Mais aucun de mes équipiers ne s’était défilé, ou avait semblé vraiment douter que foncer au-devant du danger était la meilleure chose à faire. Ils étaient téméraires, voire un peu fous, tous autant qu’ils étaient. Ca devait être la raison pour laquelle je me sentais mieux avec eux qu’avec les autres ninjas croisés jusqu’à présent. Même, pendant un instant, je me sentis vraiment faire partie d’un groupe.
Cette mission, si on y survivait tous, pourrait peut-être forger des liens bien plus solides qu’on ne pouvait s’y attendre. Je commençais déjà à avoir confiance.

Mais la Nara reçu soudain un messager, et annonça peu de temps après que la mission était annulée et qu’une voie diplomatique avait été trouvée.
C’était sans doute mieux pour la fille qu’on était censé aller secourir. Mieux aussi pour le village. Mais j’étais quand même déçu. La mission paraissait de plus en plus intéressante au fil des minutes qui passaient et des explications. Et j’avais l’opportunité de m’intégrer à un groupe qui semblait composé de membres aussi fous que moi face au danger.
Peut-être même qu’ils éprouvaient le même frisson que moi en face de lui ? Ce vertige qui m’avait poussé à développer mon style de taijutsu aérien. L’envie de prendre de la hauteur pour mieux se jeter à corps perdu. Non, c’était sans doute différent. Mais pour une fois que je pouvais partager ces sensations avec quelqu’un, on m’en ôtait la possibilité.

Shimifu se perdit dans des explications et je me détachais de la conversation. Les histoires des clans et de la politique entre les pays ne m’intéressaient pas. J’étais issu d’un milieu où on était si bas que les négociations entre les puissances du continent se déroulaient pour nous au-dessus d’un mur dont on ne voyait pas le sommet. Et même si j’avais en quelque sorte la possibilité de l’escalader pour m’y plonger, je n’en avais aucune envie. J’avais grandi tout en bas de ce grand mur, et il m’avait toujours paru impossible de grimper.
Je n’étais pas encore prêt, ni n’avait le désir, de monter en haut. Les seuls protagonistes que j’avais vu danser au-dessus du mur, de loin, ne m’avaient pas vraiment plût.

L’Anbu s’arrêta soudainement de parler, me ramenant au fil de la conversation. Elle nous dit qu’elle nous en doit une puis se tire.
Sur le coup je me dis que je n’avais pas besoin d’un clan quelconque. Mais à bien y réfléchir, il faudra peut-être que je tente d’y passer dans pas trop longtemps. Histoire de voir s’ils peuvent faire quelque chose pour ma condition. Mon chaperonnage ressemblait à une liberté surveillée, et ça ne me plaisait pas du tout. Peut-être que cette femme pouvait achever de me séparer de l’académie et de son chienchien ? Ca valait le coup d’essayer, juste pour voir si c’était possible. Après tout, si une Anbu se portait garante de moi, ils me lâcheraient sans doute les basques en se disant que j’étais devenu un vrai shinobi. Puisqu’ils m’avaient contraint à vivre cette vie, je voulais avoir le droit de choisir maintenant. Libéré de ces obligations, est-ce que je continuerais à l’être et à faire partie de cette équipe, d’ailleurs ? Peut-être que je ferais mieux d’aller annoncer que je partais dès que je serais officiellement et complètement libre. De retrouver le bandeau que j’avais balancé par ma fenêtre pour le remettre. J’avais vu faire ça dans une vieille BD policière. Ca doit être possible d’une façon ou d’une autre.
Mais maintenant, j’avais envie de continuer un peu avec cette équipe pour voir ce que ça donnait. Et puis je n’avais pas encore les moyens financiers de tout claquer pour aller ailleurs. Il fallait bien que je travaille encore quelques temps. Au moins pour avoir un peu de fric pour voyager et reprendre ma vie ailleurs. Ninja, c’était un boulot qui payait plutôt bien. Et au moins je pouvais me battre, un peu, et apprendre quelques trucs auprès de Kazuhiro. Pour le moment, il avait été un bon prof il ne méritait pas qu’on l’abandonne comme ça.

Bon, ben la soirée est finie du coup. Je me mets en marche vers la sortie en agitant la main en guise d’au revoir. Je pense un moment à rentrer chez moi, mais je me ravise et je me tourne vers l’assemblée.


« Je vais boire un verre avant d’aller dormir. Quelqu’un veut venir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Jeu 4 Aoû 2016 - 14:04


Kazuhiro Uchiwa

Tout le monde était nerveux, mais tout le monde était prêt. Kazuhiro portait sur ses élèves un regard plein de fierté. Chacun d’entre eux était prêt à le suivre dans cette périlleuse aventure, malgré tout ce qui venait de se dire. Le cœur de l’Empire, chargés d’une diversion, avec des adversaires qu’ils ne pourraient, même tous ensembles et avec lui, vaincre. Ce serait provoquer, puis fuir en espérant pouvoir survivre. Surtout que leurs compétences n’étaient pas vraiment excellentes pour une course-poursuite. Au moins ils avaient tous l’endurance et la vitesse de course de ninjas qui comptaient sur leur force physique et leurs muscles pour accomplir leurs devoirs. Sur la durée, ils pouvaient peut-être semer une équipe formée à la va-vite … Même si elle était composée d’éléments d’élites. Peut-être même de spécialistes du genre.
En préparant un peu le terrain, c’était même plus que possible. Le plan reposait sur une fuite en terrain piégé. Forestier si possible. Il y avait un petit bois au Nord-Ouest de Shi, Kazuhiro le connaissait bien. Ils pouvaient aller là. Ici, il pourrait les aider à fuir de son mieux et s’ils se retrouvaient à combattre, au moins l’un d’entre eux connaitrait le terrain. Et s’ils le préparaient tous ensembles, ils pouvaient se créer un avantage conséquent … Suffisant, même, pour faire ça vite et bien et infliger suffisamment de dommages. Même si c’était juste faire reculer l’ennemi, cela pouvait suffire pour reprendre la course.

Kazu pensait à une technique en particulier. Une sorte d’arme secrète, qu’il avait promis à sa mère de ne jamais utiliser. Même si elle la lui avait donnée pour des cas comme celui-ci. Si ses élèves étaient en danger et que leurs poursuivants les rattrapaient, il pouvait l’utiliser pour les sauver. L’Uchiwa ignorait totalement les conséquences que cela pouvait avoir sur lui-même et sur son corps, encore plus sur son esprit … Mais il avait les moyens de garder ses élèves en vie. Il en était sûr et certain. Et il croyait en leur force collective, même si elle vacillait un peu parfois. Après tout, il leur avait dit qu’il fallait toujours être à 100% lorsqu’on n’était pas en service parce que justement, en service, c’était différent. Il regrettait simplement de ne jamais les avoir emmenés en mission tous ensembles pour qu’ils l’expérimentent sur le terrain.

** Pas grave. J’ai confiance en eux. **

Mais alors que Kazu allait reprendre la parole, Shimifu la subtilisa. Un messager arriva pour lui remettre une missive, et elle annonça aussi sec l’annulation de la mission. Apparemment, une autre solution avait été trouvée pour ramener Nanako Nara au bercail. Plus pacifique, leur Shoukage était passé par l’intermédiaire du clan Nara pour résoudre le problème. Une bonne nouvelle s’il en était : ils pourraient atteindre le but de cette mission de secours sans pour autant mettre qui que ce soit en danger.

Les nerfs de Kazu, à vif, se délièrent. Malgré toute sa confiance, ses élèves n’étaient pas tout à fait prêts et ils auraient donc l’opportunité de s’entrainer avant d’avoir à faire ce genre de mission de rescousse. Mais ils en tireraient quand même des enseignements : la guerre était une réalité, et l’Empire un ennemi bien réel lui aussi. La situation dans le monde ne se limitait pas au pays du feu et ils devaient se tenir prêts à tout instant pour pouvoir être appelés dans des situations délicates. La prochaine fois ce serait peut-être bien différent d’une simple fausse alerte. Il y aurait d’autres vies en jeu, certaines s’éteindraient. Définitivement. D’autres ne seraient pas loin d’y passer elles aussi.

Kazu avait bien connu ça du temps où il était Genin, dans la même équipe que Sanae. Marcher malgré les corps inertes de ses équipiers, afin de faire que leur sacrifice ne soit pas vain et œuvrer pour tout faire afin de parvenir au bout de l’objectif qui leur avait tant coûté. Pour sauver des dizaines d’autres vies. Les ninjas étaient parfois le seul rempart entre les populations et des désastres qui paraissent inéluctables. La mission à Kui à laquelle il avait pris part en était un exemple marquant. L’esprit chevaleresque, le respect des règles de la guerre ne faisaient pas tout. Des drames arrivaient, et il fallait tout faire pour les éviter.
Ce jour-là, ils avaient été excellents Sanae et lui. Presque héroïques. Malgré tout, leurs compagnons avaient perdu la vie parce qu’ils s’étaient mal préparés. Cela ne se reproduirait plus, s’étaient-ils dit. Il imaginait sans peine son ancienne équipière, et ses doutes, au moment où elle avait appris pour Nanako. Elle n’était pas à blâmer, malgré tout, elle avait dû s’en vouloir. Ou en vouloir à leur métier, parfois si beau, parfois si horrible qu’on en perdait les mots.

Kazu posa sa main sur l’épaule de la kunoichi.

« On dirait que tout va rentrer dans l’ordre. Comme le dit Shimifu tu devrais prendre quelques jours. Au moins pour aller voir ton élève quand elle reviendra. Elle en aura sans doute bavé, et elle aura besoin de quelqu’un d’expérience pour traverser ces épreuves. »

Akai annonce qu’il va boire un coup. Sans doute l’émotion l’a-t-elle plus atteint qu’il ne le laisse voir. Après tout, même s’il parait un peu bourru, ce n’est pas le moins sensible de l’équipe, loin de là. Kazu fait signe de la tête que lui ne vient pas.

« Je rentre. Il y a d’autres affaires sur le feu. On aura sans doute une autre mission bientôt, la situation est délicate. Encore plus désormais. Ne veillez pas trop tard, entrainez-vous convenablement et prenez soin de votre corps. C’est votre arme ne l’oubliez pas. Je vous recontacte bientôt. »

Et s’il alla. Alors il ne reverrait pas Shi de sitôt. Un bien ou un mal ? Difficile à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaouri no Kido
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 46
Date d'inscription : 13/11/2014
Age : 23

Feuille de personnage
Points d'expérience:
8/100  (8/100)
Points de vie:
130/130  (130/130)
Points de chakra:
128/128  (128/128)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Ven 5 Aoû 2016 - 21:22

La pièce était maintenant remplie, beaucoup de personne que je ne connaissais pas, parmis toutes ces personnes un gennin comme, nous... Sanae prit la parole pour nous expliquer le plan, nous allons devoir nous infiltrer dans les souterrains de l'Empire, afin de secourir Nanako et en ressortir vivant. Le plan semble clair, je ne mesure pas le danger que cela représente. Sanae a parlé avec beaucoup d'émotions. Peut-être cette mission est vraiment insurmontable, non, ce n'est rien face à la puissance de celui qui est venu au village pour nous a anéantir. Ce genre de puissance, peut-être que cet 'éclair noir' la possède... Je n'ai lu que de vagues lignes sur l'histoire de l'empire, j'ai toujours voulu y enquêter. Peut-être vais je en apprendre plus sur mon passé... Je dois être capable de surmonter ce genre de danger si je veux pouvoir me venger un jour.

Shimifu prit la parole ensuite pour nous expliquer comment nous allons procéder. Deux groupes, un qui se chargera de faire diversion tandis que l'autre s'occupera de l'infiltration et du sauvetage de Nanako. Mon rôle dans ce plan est évident, enfin, le mien est celui de ma meute. Shimifu nous demandent de bien réfléchir la mission reste suicidaire, mais bon je ne suis plus du genre à réfléchir quand il s'agit du danger. La peur est quelque chose que mon ennemie juré ma inspirée lorsque j'étais face à lui, j'ai abandonné ce sentiment dès lors...

Jiro prit la parole en premier, malgré les apparences il est bien celui qui est la plus dynamique d'entre nous. Sa réponse ne me surprend pas vraiment, bien qu'il pose une question intéressante sur l'éclair noir. Le connaît-il ?

Kazu-sempai prit la parole à son tour il s'imposa plus 100% que jamais, il parvient presque même à m'enflammer, je suis tout à fait d'accord avec lui. Nous nous chargerons donc de la diversion !

Akai affirma sa présente à sa manière, non tu es loin d'être con Akai si tu veux mon avis t'es juste un gars qui n'a qu'une parole et c'est une bonne chose je trouve...

Le discours de luciole aurait pu être les miens mot pour mot, je ne pouvais être plus d'accord avec lui, il était déjà beaucoup trop tard, il est impossible pour nous de faire demi-tour maintenant.

Je pris la parole a mon tour, je suis sure qu'il se doute tous de se que je vais dire...

«Les autres ont déjà tout dis, il est trop tard pour faire marche arrière, le danger ne nous atteins déja plus.»

Alors que je m'étais résigné à aller au front Shimifu reçut une lettre d'un membre de l'Anbu. Cette organisation secrète est plus qu'intéressante. Elle possède sans doute beaucoup plus d'informations que la bibliothèque de Shousan. Je sais qu'ils agissent partout dans le monde. Après avoir lu la lettre Shimifu leva la tete et adressa un sourire en direction de Sanae. La mission est annulée, je ne sais pas si je dois me réjouir ou me frustrer. J'aurais surement eu accès à de bien nombreuses informations sur ce pays que je connais si peux... La bonne nouvelle c'est qu'on est sure que Nanako s'en sortira. Akai nous quitte en premier suivi de Kazu-sempai. Je me dis qu'il est temps pour moi aussi de partir Kazu-sempai a raison, il faut se concentrer sur l'entrainement. Même si la mission n'a pas eu lieu, je suis plutôt content de connaitre la détermination de mes loups.

«Je vais y aller aussi.»

Je regarde Shimifu une dernière et fois et me détourne d'eux... Anbu...

«À la prochaine.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 53
Date d'inscription : 11/11/2014
Age : 20

Feuille de personnage
Points d'expérience:
9/100  (9/100)
Points de vie:
148/148  (148/148)
Points de chakra:
121/121  (121/121)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Sam 6 Aoû 2016 - 16:34

L'idée de partir en mission tous ensemble ravissaient Oni et Luciole. Il s'imaginait au combat avec à ses cotés l'équipes farfelue de genin suivi de leur sensei Kazuhiro. C'était l'occasion de tester la force acquise suite aux entraînements intensifs que leur sempai concoctait chaque jour. Déterminé plus que jamais, Luciole attendait avec impatience le départ. Shimifu prit la parole et fut interrompue par un anbu. Une lettre qui redonnait un soupçons de contentement chez la personne.
Le problème était réglé, la politique avait devancé l'action. Luciole était déçu de ne pas être parti à l'aventure, mais il était rassuré par la même occasion. Nanako allait rentré au village, et aucun membre de l'équipe allait subir la cruauté de l'empire. Les personnes présentes semblaient rassurées, les ninjas de Shousan rentraient calmement dans leurs appartements.

*Ça ne valait pas la peine de se mettre dans des états pareils et de s'être déplacé... La prochaine fois, on devrait peut être se mettre d'accord avec les hautes autorités avant de rameuter les troupes.*

Akai parti le premier, et proposait d'aller boire un verre avant de dormir...

« Personnellement, je vais profiter pour me reposer Akai, je ne vais pas te suivre... Demain l’entraînement va reprendre comme si rien ne s'était passer... Et connaissant Kazu-sempai, on va sûrement user toutes nos forces jusqu'à épuisement.»

Luciole regarde une dernière fois le petit groupe et fit un signe de la main.

« Je vais rentrer chez moi, à plus tard tout le monde et j'espère vous revoir dans d'autre condition... »

Kaouri partait un peu avant que Luciole lançait ces derniers mots. L'Inuzuka et son chien se présentaient devant le muret au fond du jardin et d'un saut ils se trouvèrent tout les deux dans les rues du village.

*Même si on a rien fait, j'ai pu voir se soir l'entre-aide et la détermination des shinobi de Shousan. Je suis fière d'en faire parti.*

La fatigue du à l'heure avancée prenait le dessus, les pas de course s’enchaînait et l'appartement de Luciole se rapprochait...

« Mon lit, un compagnon fidèle qui m'enlace et me restaure. Aussi bavard qu'une carpe, aussi doux que le poil d'un chien c'est toujours dans tes bras que je viens m'endormir. »


Luciole et Oni était rentré et s’enfonçait tout les deux dans les profondeurs du sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Dim 7 Aoû 2016 - 20:54

Tokuto/Shimifu (E.) : 60 yens

Sanae (K.) : 30 yens

Akai/Luciole/Jiro/Kaouri : 8 xp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jirobû Akimichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 138
Date d'inscription : 11/11/2014

Feuille de personnage
Points d'expérience:
55/100  (55/100)
Points de vie:
146/146  (146/146)
Points de chakra:
10/120  (10/120)

MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Dim 7 Aoû 2016 - 21:20

Apparemment y’avait plus grand-chose à faire ici. Les autres réagissaient chacun à leur tour, comme si ils se passaient une balle ou plutôt comme si ils faisaient une tournant au ping-pong shinobi.

Comme si la situation n’était pas assez bizarre pour l’instant, une nouvelle personne fit irruption afin de glisser quelques mots – doux, apparemment – dans les mains de celle qui s’appelait Shimifu qui servait apparemment de représentante du clan Nara lors de cette entreprise.

Au final, cette mission se solda par une réussite, sans qu’on ait même à lever le petit doigt. Certes, les shinobis de Shousan seraient toujours présents en cas de pépins pour l’un des leurs, mais… Tous ceux de la meute étaient présents comme il le fallait, et surtout étaient plus que près à faire diversion pour que la vraie mission se déroule sans accrocs. J’étais vraiment super content de faire partie de cette équipe, que j’en oublia même de saluer Karu-sempai, l’autre blondasse et Tipiak le pirate alors qu’ils s’en allaient, me retrouvant seul avec Akai pendant un court instant.

« Bah écoute… Après tout, même si on a rien fait, ça reste une mission réussie, alors faut fêter ça ! Je te suis Akai-kun. »

Connaissant l’énergumène, il m’emmènerait très certainement dans un endroit plus que chelou, mais bon je n’avais pris qu’une dizaine de yens sur moi juste au cas où j’avais vraiment trop faim, donc je ne saurai pas réellement boire beaucoup et ça n’entraverait pas mon entraînement. Et puis je suis sûr que Kazu-sempai approuverait que nous nous rapprochions !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chez Sanae Hyuuga   Aujourd'hui à 15:35

Revenir en haut Aller en bas
 

Chez Sanae Hyuuga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» visite chez le gynéco
» Chez le Forgeron
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Next Generation :: 
PARTIE RP
 :: 
Pays du Feu
 :: 
SHOUSAN [OUVERT]
 :: 
Habitations et Résidences
-