AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Lun 18 Juil 2016 - 19:16

Cette aire d'entraînement n'en est pas réellement une, il s'agit des ruines du village de Suna tombé il y a bien longtemps. Ce n'est pas le lieu le plus accueillante et encore moins le plus sûr du coin. On raconte qu'il n'est pas rare de croiser des animaux pas très sympathique.
L'équipe a l’entièreté des ruines pour s'entraîner mais ne peu quitter un certain périmètre délimité par le senseï sans qu'il n'en ai donné la permission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eika Shirogane
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 55
Date d'inscription : 20/11/2011

Feuille de personnage
Points d'expérience:
66/100  (66/100)
Points de vie:
147/147  (147/147)
Points de chakra:
206/206  (206/206)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Mar 19 Juil 2016 - 11:54

Les étendues désertiques. Ca fait déjà deux fois en une très courte durée que je les parcoure. Grâce à ma mission récente, j’ai déjà une petite expérience du pays du vent, mais aussi des créatures qu’on peut trouver dans le coin ou de la manière de les éviter.
Je parcoure le désert depuis trois bonnes heures quand j’entrevois enfin les ruines de Suna, entre deux dunes. C’est là que j’arrête ma marche, pour obliquer. Je compte les contourner, plutôt que de me pointer par ce qu’on pouvait définir comme l’entrée principale.

En effet, la convocation d’entrainement d’équipe dit clairement que nous allons devoir trouver notre senseï afin de pouvoir débuter l’entrainement. En vérité, je me fiche pas mal de la récompense. Je n’ai pas besoin de ce genre de leitmotiv pour faire les choses bien. Le challenge de la chasse en lui-même me convient déjà très bien. La compétition ? Elle ne m’intéresse pas plus que ça. Je suis du genre à me vexer si quelqu’un trouve avant moi … Mais bon, je ne crois pas qu’Ikusa ou l’autre Genin vont réussir à obtenir ce résultat, je suis confiante en mes capacités en la matière.
Par contre, le défi est intéressant. Si ce type utilise ce genre de procédé pour nous tester, à tous les coups il doit être bon dans le domaine. Du coup, je ne peux pas ne pas relever le challenge.

Je contourne plusieurs dunes, tout en prenant garde de ne pas me mettre à découvert par rapport aux ruines. Je ne veux pas être vue. D’où je suis, je dois pouvoir arriver de façon latérale, à un endroit où je n’aurais pas beaucoup de chemin à parcourir à découvert. Donc une bonne opportunité de rejoindre les ruines avec un minimum de chances de me faire voir.
Mais avant …
Je compose deux ou trois signes de main, et je me croque le doigt, avant de poser la main à plat sur le sable. Un sceau se forme avec le sang qui goutte de ma main, et Naki apparaît devant moi. Le coyote regarde autour de lui. Il n’est pas trop habitué au sable, plutôt à la terre rugueuse du Canyon. Mais bon la famille des coyotes est plutôt douée pour survivre dans n’importe quel type d’environnement, surtout les environnements chauds. Je ne me fais pas trop de soucis pour lui. Il plie une patte avant, effectuant une petite courbette en signe de respect.

« Pour quelle raison m’appelles-tu, Reine Solitaire ? »

« Une petite partie de chasse. La personne que je recherche est un ninja expérimenté qui connait certainement mon visage, mais pas nécessairement le tiens. Du coup, j’aurais besoin que tu fasses une petite reconnaissance du côté des ruines, derrière la dune. Tu zyeutes juste les alentours et l’entrée, et si tu ne vois rien tu me le dis, que je puisse me faufiler à l’intérieur à mon tour. »

« Est-ce tout ? »

« Non. Si tu croises un autre Genin, ce sera un coéquipier. Dis-leur que je me suis trouvé un poste en hauteur et que tu peux communiquer avec moi si jamais ils ont quelque chose à me dire. »


Naki acquiesce et part en trottinant vers les ruines de Suna. En l’attendant, j’en profite pour m’hydrater à l’ombre d’une dune, à moitié enfoncée dans le sable pour faire parasoleil. Une petite astuce sympathique qu’on m’a donnée la première fois que je suis venue ici. La surface du sable est brûlante, mais à l’intérieur, il est bien plus frais. Un bon moyen de rafraichir le corps.
Au bout de quelques minutes, le hurlement du coyote se fait entendre. Personne à vue. Normal, notre senseï doit être caché. Et vu que j’ai déjà un peu d’habitude du désert par rapport à mes équipiers, je suis sans doute la première arrivée sur les lieux. Bien, normalement Naki devrait continuer à vagabonder et attendre mes équipiers maintenant. Je vais au moins pouvoir me mettre en place avant de continuer.

Aux aguets, je me faufile à pas de loup depuis la dune, jusqu’aux anciens murs latéraux du village du sable. De là, je me glisse à l’intérieur par un interstice entre deux murs. Coup d’œil aux alentours. Il y a une tour qui semble dépasser en hauteur la plupart des ruines présentes. Parfait, je vais pouvoir aller m’y percher pour avoir une vue d’ensemble.
Je grimpe les escaliers de pierre décrépies un à un, et je m’installe en haut de la tour. Par pur réflexe, je passe mon Yumi dans mes mains et j’encoche une flèche. Je sens d’autant mieux que je suis en chasse quand j’ai une flèche encochée, allez savoir pourquoi.

Pendant ce temps, le coyote trottine aux alentours de l’entrée, je le vois en tout petit depuis ma position surélevée. Mais je n’ai pas besoin de surveiller cette zone, s’il voit quelqu’un il me le dira. Naki a un flair et une vue aussi bonnes que les miennes, je peux compter dessus.
Sur mon perchoir, je dissimule mon chakra pour passer en mode furtif, et je laisse mes yeux parcourir les alentours. La roche en particulier, les restes de ruines. Je cherche des détails, ou quelqu’un dissimuler à l’aide d’une technique particulière. Les arts ninjas permettent par exemple de se fondre dans le sable ou la pierre. Je vois bien un ninja spécialiste du camouflage utiliser ce genre d’astuce.

-40 chakra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedan Drake
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 8
Date d'inscription : 17/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/25  (0/25)
Points de vie:
93/93  (93/93)
Points de chakra:
83/83  (83/83)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Mar 19 Juil 2016 - 20:28


Le soleil était levé depuis quelques heures déjà et nous retrouvons notre héros totalement endormi dans son lit, le peuple de l’Empire était déjà en train de vaquer à diverses occupations, tandis qu’un corbeau tapait de son bec à la fenêtre de notre héros. Aedan n’était pas le genre de garçon à aimer être réveillé et c’est ainsi que machinalement, il jeta une de ses chaussures contre le mur pour faire partir cet oiseau de malheur. Malheureusement pour le jeune homme, la bête était tenace et l’oiseau rentra dans sa chambre pour se poser sur son lit. Il fit quelques bons puis il donna de puissants coups de bec sur le crâne du Genin, ce dernier hurla de colère dans toute la maison maudissant cette chose qui avait osé le réveiller…

Aedan ouvrit péniblement les yeux et il fixa le corbeau quelques secondes tout en s’imaginant l’embrocher avec son arme… Une fois le message délivré, l’oiseau reprit son chemin et disparu. Drake finit par se lever sans lire le message qu’il avait laissé trainer sur son bureau, la journée suivit son cours habituel et le jeune homme était partit s’entraîner dans son coin.

Les jours se suivaient et se ressemblaient, notre héros avait l’habitude de dormir toute la matinée, sa mère étant habitué à ça, elle n’avait guère peur de venir prendre quelques affaires pour les laver et lorsqu’elle prit quelques vieux vêtements, un rouleau de parchemin tomba sur le sol, elle le ramassa et commença à le lire tandis que son fils dormait toujours comme un bébé qui venait de finir son repas.

Quelques secondes à peine après avoir fini de lire elle réveilla en urgence Aedan tout en lui expliquant qu’il avait une mission et qu’il faisait partie maintenant d’une équipe. Le jeune homme réalisa qu’il était grandement en retard et qu’il devait se mettre en route tout de suite pour retrouver ses partenaires. Notre héros sauta de son lit, manquant de bousculer sa mère, il prit ses affaires en vitesse et son Katana puis il partit à toute allure en hurlant qu’il était en retard. Les villageois de l’Empire risquent fort d’avoir du mal à oublier cette scène plutôt inhabituelle. Le clan Drake, quant à eux, se contentaient de soupirer… Aedan était comme ça, ce n’était pas nouveau.

Après de longues heures à marcher dans le désert, le Genin finit enfin par arriver prêt des ruines de Suna, essouffler et assoiffé, il se dirigea vers l’entrée, du moins ce qu’il en restait, du village. Il regarda autour de lui, avant de soupirer, il était seul et il avait fort à parier qu’il était en retard. Aedan enfonça un doigt dans son oreille afin d’enlever quelques grains de sable puis il se dirigea vers les restes d’un bâtiments détruit pour être au frai. Une fois à l’ombre, il fit tomber son sac sur le sol et se coucha, la tête appuyée sur ses affaires.

*Voyons voir, je suis seul, mes coéquipiers ont déjà dû se retrouver… Il parait que celui qui trouvera notre Sensei aura une surprise… C’est plutôt étrange comme façon de procéder, après tout, on est une équipe… Si l’un d’entre nous gagne alors nous gagnons tous… Par conséquent…*

Aedan se mit à sourire et à rire quelques secondes avant de hurler.

Aedan - Il ne me reste plus qu’à les laisser trouver notre Sensei !

Le jeune homme continuait de sourire et il se contenta de rester à l’ombre tout en profitant de cette pause pour boire un peu d’eau. Aedan continuait de rêvasser, il se demander à quoi pouvait bien ressembler ses coéquipiers et surtout comment ils étaient niveau mental… Il espérait tomber sur des personnes sympas avec qui il pourrait partager une véritable aventure épique.

*En tout cas, pour notre Sensei, je l’imagine mal nous attendre en plein soleil comme ça… Je suis sûr qu’il doit nous observer quelque part… Il doit soit être à l’ombre soit se cacher dans le sol… J’espère que mes partenaires arriveront à cette conclusion*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eika Shirogane
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 55
Date d'inscription : 20/11/2011

Feuille de personnage
Points d'expérience:
66/100  (66/100)
Points de vie:
147/147  (147/147)
Points de chakra:
206/206  (206/206)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Jeu 21 Juil 2016 - 11:52



Naki, le jeune coyote, trottinait à l’ombre de l’entrée, guettant du flair et des oreilles l’arrivée des futurs protagonistes. Il repéra sans aucun problème le premier jeune homme qui fit son apparition. Celui-ci arriva tout droit, en marchant, par l’entrée principale, et sans chercher le moins du monde à dissimuler son chakra. Une approche digne d’une bonne proie. Surtout que ses réserves de chakra confirmaient un peu ce statut … Il avait un bon potentiel en la matière, mais à son stade d’éveil peut-être même que le coyote pourrait s’occuper de lui tout seul.
Bon en tous cas d’après les descriptions de la Reine Solitaire, celui-là n’était pas Ikusa. Et vu son allure, ce n’était pas non plus le senseï qu’ils étaient censés trouver.
A l’abri d’un muret, Naki suivit le garçon des yeux jusqu’à ce qu’il se pose et entame ce qui ressemblait fortement à une sieste.

Il restait immobile pour éviter au maximum d’attirer un ver des sables peut-être ? Mais d’après l’examen du sol, il y avait fort peu de chances qu’il y en ait un dans le coin … Non, il se reposait vraiment. Naki resta sur cette conclusion, après tout tous les humains n’avaient pas l’endurance d’Eika et des coyotes. Si c’était le cas, ils seraient tous des prédateurs et non des proies. Et il ne resterait aux coyotes qu’à devenir végétariens. Ce qui n’enchantait guère Naki, et qui mettrait assurément le Roi Charognard dans une rage monstrueuse.
Et ça, même pas la peine d’y penser. La seule fois où Naki l’avait vu se mettre réellement en colère, c’était quand une autre famille d’invocations avait pénétrée dans le Canyon sans venir lui demander la permission. Il les avait tous exterminés sans aucune forme d’avertissement. La fierté du roi.

Et c’était aussi parce qu’il ne pouvait pas mettre le Roi en colère qu’il devait obéir aux instructions de la Reine Solitaire. Elle avait bien dit d’informer les Genins qui pointeraient le bout de leur museau. Pour être honnête, celui-là, il aurait préféré le bouffer que de lui parler. Mais bon, vu son attitude, il en aurait peut-être l’opportunité par la suite.
Surtout qu’il paraissait jeune mais pas suffisamment pour que la viande soit élastique. Il était déjà un peu plus mûr qu’un rejeton humain. A point, en fait. Mais même s’il ne voyait en lui qu’un gros casse-croûte mobile, il savait bien qu’il ne pourrait pas tenter quoi que ce soit.
Toujours caché, Naki émit un aboiement long qui résonna dans toutes les ruines. Il était adressé à Eika, pour l’informer de l’arrivée de l’un des deux Genins attendus. Il avait bien veillé à utiliser l’intonation signalant l’arrivée d’un allié, et non celle qu’on utilisait pour les proies. Inutile de froisser la Reine Solitaire, surtout qu’ils étaient plutôt en bons termes depuis sa cérémonie d’intégration aux chasseurs de la meute. Elle l’avait bien aidé sur ce coup en plus.

Son hurlement informatif accompli, il avança directement dans la direction d’Aedan. De face, sans détour. C’était la manière, pour un coyote, de signifier qu’il n’était pas une menace. Car sa famille avait la fâcheuse habitude d’attaquer les gens par derrière ou après les avoir encerclés. Et même ainsi, si l’un venait de face, il montrait les crocs et cherchait à faire paniquer la proie. Histoire qu’elle n’entende pas arriver les autres.
Ce qui en l’occurrence n’était pas le cas. Il aurait bien voulu qu’il en soit autrement, mais il venait en ami.

« Tu es l’un des deux Genins dont Eika-sama m’a parlé ? Je suis Naki, chasseur de la meute du Roi Charognard. »

Visiblement oui, mais c’était une manière comme une autre de se présenter. Le garçon n’avait pas l’air très débrouillard et plutôt feignant mais bon peut-être cachait-il bien son jeu.

« Je ne peux pas te dire à haute voix où elle est pour des raisons évidentes. Mais elle t’informe qu’elle a pris un poste d’observation à distance, et elle m’a chargé de la communication avec le reste de l’équipe. J’ai un bon flair, je peux aussi être utile pour vous empêcher d’être pris dans une embuscade fâcheuse. Ah, et je peux transmettre des messages de nous à elle en cas de besoin, même si l’inverse est plus compliqué, quoique pas impossible. »

Voilà il avait fait le topo, job accompli.
C’était vrai que le fait qu’Eika ne pouvait pas aboyer était parfois un problème. Mais en général elle se débrouillait pour envoyer une flèche, avec un message. Ce serait sans doute le cas pour travailler avec ses équipiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikusa Seisen
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 33
Date d'inscription : 17/06/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
46/100  (46/100)
Points de vie:
130/215  (130/215)
Points de chakra:
90/90  (90/90)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Sam 23 Juil 2016 - 21:01

Une convocation au sein d’une équipe, sérieusement ? Ils me prennent pour qui ? Je suis pas un de ces foutus larbins qui rêvent de gloire ou de je sais pas quoi. Je suis un mercenaire. Je travaille pour l’Empire ok, mais en solo. J’ai pas envie de me coltiner des glandeurs qui font faire mumuse avec leur chakra à lancer des boules de feu ou je sais pas quoi. Ah ouais, pire encore, à grimper sur les arbres plus facilement parce qu’ils ont la flemme. Bordel, j’ai vraiment pas envie. Et puis tu veux que je m’entraîne sur quoi ? Le seul entraînement que j’ai à faire c’est sur la maîtrise du sabre. Et sur ma force, ma vitesse et ma résistance. C’est tout. Et pour ça j’ai pas besoin d’un senseï. Je sens qu’il va me saouler. Mais bon, j’ai pas l’choix j’suppose. Sinon bye-bye l’armée et donc les séances de torture et le poutrage de Shousanais.

* Ouais, bon. Allez préparer toi. Le sabre, l’armure. C’est dans les ruines de Suna. Pas besoin de veste, un simple débardeur suffit. Prendre un chapeau aussi. Bon. J’pense que j’ai tout. Ah ouais non d’la flotte. Beaucoup de flotte. Et un truc à bouffer une fois là-bas. Bon. C’est parti. Fais chier… *

L’avantage, c’est qu’Eika est avec moi. Je sais déjà que je vais pas me faire trop chier du coup. Par contre l’autre Genin je le connais pas. Son nom me dit rien non plus, au moins il risque pas de se la péter avec ses attributs héréditaires comme tout les autres. J’suis un Kaguya, mais je porte pas mon nom. Les gens ont pas besoin de savoir, et j’ai pas à m’en vanter. J’espère aussi qu’il va pas être casse-burnes. J’me suis déjà tapé Akiro ça suffit maintenant.

Maintenant que j’y pense, l’entraînement ça pourrait être sympa. Surtout si faut se taper dessus entre coéquipiers pour avoir une situation réelle. J’vais m’éclater. Avec Eika en plus. Oh ouais j’ai bien envie de faire couler un peu son sang, mais rien de grave, elle est bien trop intéressante pour la blesser vraiment. Et puis une petite fessée pendant le combat ça lui fera que du bien. Hahaha.

J’arrive en vue des ruines de Suna. La convocation précisait que j’devais le trouver. Par contre va pas falloir pousser le bouchon. J’suis venu c’est déjà un exploit, parce que j’ai strictement rien à foutre ici. Du coup j’vais pas en plus me casser le cul à chercher un type que j’ai aucune envie de voir. J’aurai bien rejoins Eika cependant.

Le problème c’est qu’elle, c’est une chasseuse. Du coup bah y’a moyen qu’elle soit encore plus difficilement trouvable que la maître. Mais si je la trouve, alors j’suis quasiment certain qu’on va le trouver. Bien que j’m’en foute. J’ai pas envie de passer des jours comme un con ici. Et si je rentre j’dis adieu à ma discipline. C’est chiant l’armée putain, j’aurai du continuer à bosser solo, ça paie mieux et on me dit pas quoi faire, ni comment le faire.

Bon, faut avouer, par contre Suna ça en jette. Un pays entièrement recouvert de sable. Des dunes à perte de vue, quelques ruines. C’est un paysage post-apocalyptique. C’est classe vraiment. Le seul truc chiant, c’est que la chaleur est pas facilement supportable. J’ai pris pas mal d’eau, mais pas suffisamment vu le rythme auquel je la liquide. Va falloir que j’me rationne.

J’pense que je suis à la bourre par rapport à mes deux futurs coéquipiers. J’me suis assez trainé sur le chemin. Avec un peu de chance ils sont déjà arrivés et ils m’attendent. Mais j’y crois pas trop. L’Empire c’est quand même chacun pour sa gueule. Ils commenceraient l’entraînement sans moi. Tant pis, ça me ferait une excuse pour rentrer.

Du coup il est hors de question que j’me bouge le cul pour chercher quelqu’un, j’vais attendre. Et la récompense ? Bah en fait j’en ai strictement rien à secouer. Par contre j’vais pas non plus attendre à rien foutre, le temps va être long. Y’a un coin d’ombre as très loin. Le soleil va moins cogner. Je m’y rends.

J’décide de faire un peu de sport. L’avantage de la chaleur c’est que tu transpires à mort quand tu fais des activités. Du coup, ça assèche ton corps. Et un corps sec c’est parfait, t’es beaucoup plus résistant. Bon j’ai pas non plus un pet de graisse, mais un peu de remise en forme fait jamais de mal. Du coup j’enlève mon haut, on sait jamais si Eika m’observe de loin qu’elle profite un peu du spectacle.

J’durçis mes os à l’intérieur de mon corps. Du coup, vu qu’ils sont plus denses, je les rends plus lourds. Comme ça, le moindre mouvement nécessite une force supplémentaire. C’est un avantage d’être Kaguya. Pas besoin de poids ou de machine. Des simples mouvements normaux peuvent tout de suite devenir insurmontables. Du coup j’fais une petite série d’exercice. Abdos, pompes. Ca me tue, mais c’est de la bonne fatigue.

Par contre, j’finis assez rapidement, mes membres me tirent de tous les côtés. J’commence donc à affuter mon sabre en attendant.

« Faudrait peut-être vous bouger le cul. J’vais finir par me casser moi sinon. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Mer 27 Juil 2016 - 23:14

Pour Aedan et Naki : Une silhouette entièrement noire (pas vêtue de noir, une sorte d'ombre d'un sexe indéfini nu) observe Aedan et Naki d'un point en hauteur. Il reste immobile un certain temps sauf si vous tentez de vous approcher de lui, dans ce cas elle fuit dans un bâtiment. Dedans il n'y a personne.

Pour Ikusa : une silhouette noire identique à celle qui observe Aedan et Naki s'approche de toi silencieusement. Elle t'observe mais tu ne saurais pas dire depuis combien de temps. Elle te lance un shuriken par surprise, celui-ci est empoisonné. Tu perds 40pv et 20pv par poste.

« Le temps t'es compté. Trouve moi ou meurt. »

La silhouette disparaît dans un nuage de fumée qui se disciple rapidement. Il n'y a aucune trace de pas dans le sable indiquant la direction qu'elle aurait pu prendre.

Pour Eika : tu assistes aux deux scènes de ton point de vue surélevé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eika Shirogane
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 55
Date d'inscription : 20/11/2011

Feuille de personnage
Points d'expérience:
66/100  (66/100)
Points de vie:
147/147  (147/147)
Points de chakra:
206/206  (206/206)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Jeu 28 Juil 2016 - 18:28

Eika :
 
En contrebas, il commence à y avoir du mouvement. L’arrivée de mes deux équipiers d’abord. Enfin équipiers. Ces deux crétins ne semblent pas vouloir y mettre du leur. Aedan, que je ne connais pas encore, se dore la pilule au soleil et Ikusa s’est mis à faire des pompes avant même d’entrer dans les ruines. L’un comme l’autre font ça pépère. Ca se voit qu’ils n’ont encore jamais croisé beaucoup de gradés de l’Empire. Le peu que j’en ai vu, je suis consciente que ça ne rigole pas. Ce ne sont pas tous des Eclairs Noirs mais l’idée de hiérarchie est très importante pour Shi. Il y a beaucoup de territoire à administrer et beaucoup de boulot pour les forces impériales, alors pas question d’avoir des éléments trop discordants forcément.
Bon, ils vont sûrement déguster mais ça sera peut-être une bonne opportunité pour moi. Je continue de dissimuler mon chakra tout en observant les alentours. Naki me signale sa position. Evidemment, mais je le vois très bien d’où je suis à vrai dire.
D’ailleurs, deux silhouettes s’approchent de mes équipiers et se mettent en action. Difficile de savoir qui est vraiment le chasseur maintenant : notre cible s’est mise à jouer avec nous et se met en position de supériorité, nous transformant en proie. Il ne faut pas se laisser faire, nous devons reprendre le fil.
 
Bon, les silhouettes sont sûrement des clones élaborés, ou une partie d’une ombre, pour cacher leur apparence. Ou alors des pantins ? Tiens, c’est une idée. En plus nous sommes dans les ruines de Suna, berceau du Kogutsu et qui a connu les plus grands marionnettistes de tous les temps. Et même si les personnes les plus habiles peuvent dissimuler les fils de chakra, les utiliser signifie employer une technique active. Si je repère la présence de fils, à défaut de les voir à l’œil nu, je peux peut-être repérer quelqu’un qui utilise du chakra dans les alentours …
Ma portée pour repérer le chakra est d’environ trente mètres. Je suis trop loin pour checker la silhouette au-devant d’Ikusa. Par contre, celle du côté de l’entrée est dans ma portée … Donc s’il utilise une technique active, ou un pantin … Je peux peut-être repérer une piste de chakra ? Je ferme les yeux et je me concentre sur la silhouette.
 
Je rouvre les yeux, un sourire flottant sur les lèvres. Ce n’est pas aussi précis que ce que j’espérais, mais j’ai attrapé quelques trucs sympas. Il y a du chakra à l’intérieur des silhouettes. Et une plus grosse source au niveau du bâtiment, dans lequel la silhouette vint se jeter, comme si elle faisait à la base partie d’une plus grosse source.
Un peu comme une entité de chakra qui se divisait en plusieurs. C’est un peu différent d’un clone, mais l’idée reste là. Si on reste dans cette idée, la cible est donc dans le bâtiment, et elle est capable de se diviser et de se rassembler à volonté. Et un second bâtiment présentait une source de chakra, plus proche de celles des silhouettes que de celles de ce que je supposais être la source principale.
 
Bien. Je dois me mettre en action avant que Naki et mes équipiers fassent une boulette. Je prépare quatre flèches, et je me prépare à bouger. Une fois que j’aurais tiré, je devrais aller me percher ailleurs. J’avise une seconde tour à une centaine de mètres, qui me permettait de me rapprocher du bâtiment où la silhouette près de l’entrée avait disparu.
Je tire mes quatre flèches, puis je dégringole souplement les escaliers pour changer de place. La loi fondamentale d’un archer en pleine partie de cache-cache. Tu tires, tu bouges aussitôt. Et le plus silencieusement possible. L’avantage c’est que je n’utilise pas de chakra, et que je continue de maintenir le mien en sourdine. Avec un peu de chance, je ne suis pas encore repérée du tout.
 
Naki :
 
Le coyote regarde d’un air sceptique le garçon qui se prélasse au soleil. A coup sûr, il ne va pas beaucoup aider Eika celui-là. Mais pour ne pas se faire engueuler par la Reine Solitaire, et donc par le Roi, il ne peut pas le mordiller un peu pour essayer de le faire se remuer. Du coup il inspecte plutôt les alentours avec le flair, les oreilles, le regard. Il cherche quelque chose d’inhabituel. Et une silhouette sombre, un peu comme une ombre, surgit soudain. Par réflexe, Naki bondit en arrière. La silhouette ne bouge pas. Il fait deux pas vers elle. Encore deux. Elle s’enfuit. Plutôt que de courir après comme un dératé et tomber dans un piège, le coyote se contente de la suivre du regard, prudemment. Elle rejoint un bâtiment et semble s’y planquer.
Le coyote dit à l’adresse d’Aedan :
 
« Tu devrais venir. Si y’en a d’autres on sera pas trop de deux pour se défendre. »
 
Et il avance prudemment vers la bâtisse. C’est alors que des flèches volent. Une vers le bâtiment qu’ils épient, une autre sur un autre bâtiment. Et une à terre, juste devant eux. Habitué de tout ça, Naki regarde. Une flèche avec deux rubans bleus, celle du bâtiment en face. Une autre sur l’autre bâtiment, ruban bleu. Et celle à leurs pieds est un ruban rouge.
 
** Deux sources de chakra alors. Celle du bâtiment en face est plus importante, celle de l’autre bâtiment est plus faible. La flèche rouge signifie qu’elle ne veut pas qu’on aille dans cette direction. Tout du moins pas moi. Trop dangereux … Si la silhouette nous entraine par là, logique que ce ne soit pas le bon chemin. **
 
Naki renifle l’air, semble chercher un indice mais rien. Comment elle a fait pour trouver autant d’informations en si peu de temps ?
Il se tourne vers Aedan.
 
« Bon on dirait que le troisième membre de l’équipe n’arrive pas. D’après Eika ce bâtiment est dangereux et y’a un piège éventuel dedans. Par contre ce bâtiment là-bas, à environ cent mètres, a une source de chakra plus faible et … Enfin, moins risqué quoi. Je pense qu’on devrait aller y jeter un œil mais je ne suis pas censé prendre de décision, juste traduire. Alors fais comme tu le sens. »
 
Eika :
 
Je me demande comment mes équipiers vont réagir du coup. Je ne suis pas leur mère, s’ils n’y mettent pas du sien tant pis pour eux.
 
Les techniques de notre cible me laissent perplexe. Des silhouettes noires. Une sorte de générateur de chakra … Ce n’est pas un type de technique que je connais. Enfin, je ne crois pas. Leur apparence me fait un peu penser aux techniques d’ombre du clan Nara mais en différent. Difficile d’avoir des informations exactes quand on a affaire avec un type de technique inconnu. Je grimpe sur ma seconde tour, les sens aux aguets. Ce perchoir-là est un peu moins pratique, puisque je vois surtout l’arrière du bâtiment. Si Naki n’assure pas niveau communication ça craint, maintenant. Parce que je ne les vois plus du tout. Bon. Y’a peut-être moyen, maintenant que je suis plus près de la grosse source du chakra, de sentir quelque chose de plus …

Je me concentre dessus, tout en épiant les fenêtres en ruines du bâtiment, histoire de tenter d’apercevoir quelque chose. A moitié à couvert derrière un reste de muret, j’espère aussi avoir été assez discrète.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedan Drake
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 8
Date d'inscription : 17/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/25  (0/25)
Points de vie:
93/93  (93/93)
Points de chakra:
83/83  (83/83)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Jeu 28 Juil 2016 - 22:32

Nous retrouvons notre héros dans la même position qu’il était il y a encore une dizaine de minutes, il était là, couché à l’ombre en train de somnoler et de réfléchir tranquillement. L’inconscience et l’insouciance du jeune homme faisaient partie de ses nombreux défauts. Pour devenir un ninja accomplis, il allait devoir travailler dur pour corriger tout cela, mais il était encore bien trop immature pour le moment, il n’avait encore jamais eu de choc psychologique suffisamment puissant pour qu’il remette tout en question. Quoi qu’il en soit, le genin avait les yeux fermé, il gardait le sourire mais soudain, il senti quelqu’un ou quelque chose approché de lui et il releva naturellement la tête pour faire face à un coyote qui semblait très amical.

L’animal entama la discutions, sur le coup Aedan se demanda s’il n’avait pas pris un coup de chaud au niveau du crâne, mais très vite Naki expliqua qu’il était au service de sa partenaire et c’est donc avec un sourire presque aussi large que son visage que notre héros écouta chaque mot prononcer par l’invocation.

Naki, commença à tourner le dos à notre héros, ce dernier se releva et s’approcha pour aller caresser la bête, depuis tout petit, Aedan était un amoureux des bêtes, il ne pouvait s’empêcher de caresser et faire des câlins aux animaux quelles qu’ils soient. Alors qu’il n’était plus qu’a quelques centimètres de poser sa main sur la tête de son nouvel ami, une ombre apparut pour s’enfuir aussitôt… Naki décida de suivre l’ombre vers le bâtiment et il indiqua à notre héros qu’il pourrait le suivre s’il le voulait. Aedan soupira tout en gardant le sourire puis il se gratta l’arrière de son crâne.

Aedan Drake - Génial, voila maintenant que je reçois des ordres d’un animal …

Une fois dans le bâtiment, Naki expliqua qu’il y avait visiblement plusieurs chakra et qu’il était préférable de se diriger vers le chakra le plus faible. Aedan posa un genou à terre et il caressa la fourrure du Coyote tout en le fixant.

Aedan Drake - Écoute Naki, j’ai un peu réfléchi et finalement… Ce qu’on fait est idiot. Nous sommes une équipe et nous ne sommes même pas arrivés ici ensemble… Cet endroit est étrange et dangereux, Eika à localisé un chakra puissant .. Rester séparer les uns des autres nous fait perdre de l’espérance de vie. Avant de vouloir tout explorer, nous devrions tous nous retrouver, ensemble, nous sommes une équipe et c’est comme ça qu’on va survivre dans ce monde de dingue… L’objectif, ce n'est pas de trouver notre Sensei mais belle et bien de nous retrouver nous pour que nous commencions à penser et agir comme une vraie équipe ! Tu dois m’emmener vers Eika mon amie boule de poil …

Le jeune homme laissa quelques secondes de blanc avant de reprendre la parole.

Aedan Drake - Pourquoi notre Sensei nous ferait venir ici si ce n’est pour voir si nous sommes capables de travailler en équipe ? Chacun de notre côté, nous sommes faibles, mais je sais qu’ensemble, nous pourrons retrouver notre maître et puis je me disais… Je me disais que c’est un endroit plutôt dangereux… Et si… Et si cette ombre n’était pas une création de notre Sensei ? Et si s’était un piège tendu par une sorte de monstre qui vit ici ? Crois-moi, on doit penser à l’équipe avant de penser à notre mission…

Aedan arrêta de caresser le crâne de Naki puis il se leva et il sortit du bâtiment, attendant l’animal qui devait l’emmener retrouver son invocatrice. La situation était étrange, il ne fallait pas faire n’importe quoi et par conséquent, il ne fallait pas continuer de faire cavalier seul ! Trois Genins, une équipe, un objectif unique …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikusa Seisen
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 33
Date d'inscription : 17/06/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
46/100  (46/100)
Points de vie:
130/215  (130/215)
Points de chakra:
90/90  (90/90)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Sam 30 Juil 2016 - 15:18

Je suis posé à l’ombre, j’attends tranquillement. Personne aux alentours. Je suis donc bien le dernier à être arrivé, sinon forcément j’aurai croisé soit le senseï soit un de mes coéquipiers. Je suis juste à l’entrée des ruines, le passage obligatoire pour entrer. Donc je vais pas les retrouver comme ça. Tant pis, c’est eux qui viendront à moi.

Y’a une silhouette qui apparaît devant moi, à environ dix mètres. Elle me fixe. Je me relève, j’attrape mon sabre fraichement amélioré. Je vais peut-être pouvoir le tester une nouvelle fois. J’attends qu’elle vienne vers moi. Pas question de bouger, j’ai dit que je rentrerai pas dans le jeu du type qui va nous apprendre les arts ninjas. Je suis déjà venu c’est un exploit. Et c’est tout.

La silhouette vient pas, elle se contente de me fixer. Ca commence à ‘mintriguer, j’ai envie d’aller la trancher en deux avec mon sabres. Patience, ne pas céder.

« Allez, viens, ramène toi ! »

Elle fait un mouvement. Mais j’ai pas le temps de réagir. Un shuriken vient se planter, bien profond dans mon abdomen. La silhouette disparait aussitôt. Ca pisse le sang, ca fait un mal de chien. Trouve moi ou meurs, elle est bien drôle. T’as vraiment cru que j’allais céder à un truc dans ce genre ? C’est mort. J’attrape mon t-shirt. J’déchire un morceau de tissu assez longe. Je l’enroule autour de mon ventre, et serre. Au moins le sang arrête de couler. La douleur est quand même bien présente.

« T’as vraiment cru qu’il en fallait si peu pour que j’bouge ? Sale lâche. »

C’est décidé, je bougerais pas. La douleur commence à se calmer, je saigne plus le tissu à stopper l’hémorragie. J’ai quand même perdu un bon paquet de sang, mes mouvements vont être beaucoup moins fluides maintenant.

Mais je commence à ressentir une autre douleur. Elle se répends dans tout mon corps. Elle attaque le système nerveux j’ai l’impression. Du poison ? Un membre de Shi se serait vraiment abaisser à une pratique aussi lâche ? Y’a plus le moindre doute, je bougerais vraiment pas à la recherche de ce con. On va voir s’il va vraiment porter mes couilles et me laisser crever ici. Je pari que soit il arrive pour me filer l’antidote, soit je me réveille à l’hôpital. Mais il va pas me laisser crever. Et même si ça devait être le cas. Au moins j’trahis pas mes principes. J’ai dit que je bougeais pas, je bouge pas. L’honneur, c’est le seul truc qui compte. Vivre en faible, c’est pas pour moi.

J’vois une flèche voler dans ma direction. Elle est pour ma gueule ? Non, le tir est trop faible. C’est Eika sans aucun doute. Elle doit vouloir communiquer. Ca veut dire qu’elle est en hauteur, poste idéal pour elle, et qu’elle veut me transmettre des infos.

J’vais récupérer la flèche, ça fait un mal de chien ça refait couler le sang de ma blessure. [- 5 pvs en plus]

Heureusement, le tissu bloque à nouveau rapidement le sang. C’est juste le fait de s’être relevé qui a refait un peu couler de sang. Je lèche ce que j’ai sur les doigts. C’est pas si mal. Le plus chiant en fait, c’est vraiment le poison, ça me brûle de l’intérieur. Mais j’dois résister, ne serait-ce que pour moi. Et il verra au moins que si je suis pas un bon chasseur au moins je suis résistant.

J’attrape la flèche. Un morceau de papier. Elle m’explique rapidement la situation dans laquelle on se trouve. Rien à foutre.

« Si tu peux m’entendre Eika, j’bouge pas, trouve-le et venez à moi, sinon prépare toi à m’emmener à l’hosto j’pense. »

Ca lui rajoute un peu de pression comme ça ahah. J’vais voir si mon sort compte un peu pour elle. J’retourne à l’ombre. Je m’allonge, ça évite que ma blessure à l’abdomen me fasse trop douiller. Au sein d’un combat, la douleur me stimule. Mais là, faut avouer que je douille pas mal.

[Ikusa – 65 pvs. -40 de shuriken, -20 de poison, -5 de déplacement.
Total : 150/215 pvs]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eika Shirogane
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 55
Date d'inscription : 20/11/2011

Feuille de personnage
Points d'expérience:
66/100  (66/100)
Points de vie:
147/147  (147/147)
Points de chakra:
206/206  (206/206)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Mar 2 Aoû 2016 - 18:15

Alors que la main d’Aedan effleurait à peine le pelage de Naki, celui-ci se retira d’un saut agile en arrière. Tout en grognant et en montrant les dents. Le coyote avait peut-être l’air paisible au naturel, mais son pelage sale, ses côtes apparentes et maintenant sa gueule prête à mordre venaient clairement contredire ce que la première impression pouvait laisser comme image de lui. Cet enfant humain prenait un peu trop de libertés à son goût.
Il avait dû prendre sur lui pour ne pas attaquer la main qui avait tenté de le toucher. Encore plus pour ne pas la lui arracher. Naki savait bien qu’il passerait plus qu’un sale quart d’heure s’il désobéissait aux ordres de quelqu’un qui avait un rang supérieur à lui dans la meute. Et seule la peur avait suspendu ses crocs. Une peur et une rage qu’on pouvait lire dans son regard à cet instant.
Tâchant de reprendre son calme, il se rendit compte que ce petit n’était pas forcément mauvais. Juste complètement humain. Et définitivement pas au courant de ce qu’il était, ni que les Kyuchioses étaient loin d’être inférieurs aux êtres humains.

« Si tu caresses quelqu’un que tu croises dans la rue tant mieux pour toi. Mais je ne suis pas un animal, ne t’avises pas de me toucher ou de me considérer comme tel. Je suis un Kyuchiose, humain. Et si je tolère que tu me prennes pour un être inférieur, ce n’est que parce qu’Eika m’a demandé de faire équipe avec vous. Refais ce geste quand je n’aurais plus cet ordre et je t’arracherais la main, le bras, et je dévorerais le reste de ton corps quand tu auras fini de gigoter. »

Des dissensions. Naki grimaça. Si Eika l’entendait, il aurait sans doute le droit à des remontrances. Mais c’était plus fort que lui. Il ne faisait pas confiance aux humains. Encore moins à ceux qui manifestaient un instinct de survie aussi puéril. La gentillesse n’avait pas de prise sur lui, parce qu’il ne la connaissait pas. Ce n’était pas dans le Canyon qu’il aurait pu apprendre son existence. Autrement que dans les blagues d’un des Anciens sur les mœurs pathétiques des humains.

Il devait se calmer. Se calmer. Inspirer. Expirer. Bon. Il fallait simplement faire preuve d’un peu de patience, c’est tout.

« Je ne sais pas où est Eika. Et nous essayons de travailler en équipe avec toi, figures-toi. Si on ne le faisait pas, je ne serais pas ici. Il faudrait aussi que le troisième se décide à faire quelque chose, mais je ne suis pas sûr qu’il en ait envie … Il est là-bas, devant les ruines, et il semble ne pas vouloir bouger. »

Etrange. Il avait peut-être chaud, ou quelque chose du genre, mais il sentait sa sueur jusqu’ici. Ou alors c’était simplement un de ces tas de muscles dont l’odeur naturelle est si caractéristique qu’elle est aisée à sentir quand le vent apporte leur fumet.
Naki pointe ses oreilles dans la direction, et il entend un espèce de type qui beugle quelque chose comme quoi il bougera pas. Et que s’ils ne se pressaient pas il finirait à l’hôpital. Le coyote hausse des sourcils qu’il n’a même pas. Mais quels énergumènes côtoyait donc la Reine Solitaire, dans son monde ? S’il était blessé d’une quelconque manière, le mieux c’était de se mettre à couvert pour lécher ses plaies non ? Quelle idée de rester immobile et complètement à découvert dans un endroit qui, en plus, possédait autant de cachettes.

« Je ne comprends pas. Apparemment votre troisième équipier est blessé, mais ne veux pas bouger. Il préfère mourir que de bouger … Je ne sais pas ce que tu veux faire, mais Eika n’a pas l’air de réagir et moi je suis juste perdu. Quel intérêt à se laisser crever de la sorte ? »

C’était une vraie question. Naki ne savait pas du tout quoi faire. Je lui avais juste demandé de rester avec Aedan pour qu’on puisse travailler avec une équipe au sol, et quelqu’un en embuscade et en observation en hauteur. Mais moi-même je suis un peu sceptique et perdue. Mes indications, mes équipiers semblent totalement s’en moquer. Et Ikusa qui a décidé de ne pas bouger et de le beugler pour on ne sait quelle raison … Il croit quoi ? Que ça va me motiver ? C’est encore une de ses stratégies pour voir s’il me plait ? Pas moyen, qu’il crève la bouche ouverte ou fermée, je m’en balance. Il est grand, il se démerde.
De toute manière, tout ceci est une comédie pour tester nos capacités, même pas une vraie chasse. Je compte juste faire mon job, et si personne n’en profite pour le moment je n’y peux rien. J’ai déjà risqué de me faire repérer une fois en tirant ces flèches. Je n’ai pas envie de me griller tout de suite. Surtout que je n’ai pas encore vraiment compris la technique de notre ‘adversaire’.
J’ai besoin de temps et d’informations. Mais est-ce qu’ils vont réussir à faire quelque chose de celles que je leur ai données déjà ?

Pas moyen de les voir, et Naki ne semble pas avoir d’informations à transmettre pour l’instant. Je suis isolée et je n’ai pas d’autre mouvement à anticiper.
Bon, c’est décidé, je reste où je suis et j’attends. J’observe. Il va bien finir par arriver quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Mar 2 Aoû 2016 - 20:30

Pour Aedan et Naki:

Une silhouette arrive un nouvelle fois dans votre champ de vision, elle s'avance vers vous. Elle ne semble pas être là pour en découdre avec vous au contraire. Au bout de quelques secondes de silence tout en fixant, enfin vous supposez vu qu'elle ne semble pas posséder d'yeux.

« Apparemment l'un de vos coéquipiers est déjà décidé à se laisser mourir. Il a été empoisonné par mes soins et a choisi de se reposer afin de ne pas trop épuiser son corps. »

Il marqua une pause avant de tendre sa main et de l'ouvrir au niveau d'Aedan.

« Deux choix s'offrent à toi. Tu peux continuer à me chercher ou alors tu peux porter secourt à ton coéquipier. Il se trouve à l'entrée des ruines. Ou alors tu peux tout simplement continuer à me chercher, dans ce cas tu n'auras pas droit à cette fiole qui contient l'antidote. A toi de faire un choix. »

Après que ton choix soit fait la silhouette s'en ira tout simplement.

Pour Ikusa:

Pour toi aussi une nouvelle silhouette arrive. Elle non plus ne semble pas venir pour en découdre avec toi.

« Très bien, je vois que tu agis de façon stupide. Tu as été mis sous ma protection mais que je sache tu n'as pas encore mis un pas dans mon aire d'entraînement. Ce qui implique que tu n'es pas encore sous ma tutelle. Tout ce qui t'arrive maintenant ne me sera pas reproché. Après tout tu ne fais que désobéir aux ordres. Shi n'a aucun intérêt à s'inquiéter de ceux qui préfèrent mettre des bâtons dans les roues de l'impératrice. »

Il marche un peu autour de toi.

« En refusant de te plier à l'exercice tu vas directement à l’encontre des choix fait par les hautes instances. Je ne suis pas sûr qu'un tel acte soit apprécié par l'impératrice. Mais bon, si tu as choisi d'agir comme un lâche et un moins que rien c'est ton choix. Voilà pourquoi je suis toujours contre le fait d'accepter des mercenaires tels que toi. Des gens sans aucune discipline.»

Il finit par s'arrêter à face à toi, il s'accroupit pour être à ton niveau. Sa bouche qui semble être plus un trou qu'autre chose se fend en un sourire amusé.

« Après tout rien d'étonnant de la part d'un fils de putain. Ha non désolé, si j'ai bien compris elle n'a même pas été payée.»

Spoiler:
 

Pour Eika:

Tu vois dans les ruines un peu de mouvement. Les masses faibles de chakra se multiplient et se dispatche dans les ruines. Elles ne semblent pas chercher à encercler qui que ce soit mais plus à tenter d'amener de la confusion dans les ruines. Certaines fabriquent de fausses pistes, d'autres installent des trucs sous le sable. Ca semble s’affairer. Aucun doute ça prépare le terrain.

Une silhouette attire plus ton regard, elle est plus chargée en chakra est plus massive que les autres. De temps en temps des silhouettes viennent jusqu'à lui et se font littéralement absorber par elle, elle devient à chaque fois un petit peu plus massive. Il arrive aussi que certaine sortent de lui, faisant l'inverse. C'est la grosse source de chakra qui se trouvait dans un des bâtiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eika Shirogane
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 55
Date d'inscription : 20/11/2011

Feuille de personnage
Points d'expérience:
66/100  (66/100)
Points de vie:
147/147  (147/147)
Points de chakra:
206/206  (206/206)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Jeu 4 Aoû 2016 - 14:39

Naki :

Le coyote ne semble pas trop savoir comment réagir. Il recule de quelques pattes, laissant à Aedan le soin de gérer la situation qui lui échappait. Sans instructions il ne pouvait pas aller plus loin par lui-même. Mais il pouvait continuer de faire ce pour quoi il avait été invoqué.
Légèrement en retrait de la conversation, il poussa deux longs hurlements. Pour une oreille qui n’y prêtait pas attention, c’étaient de simples cris. Pour quelqu’un de plus expérimenté ou de plus concentré, on percevait des nuances dans les aboiements, permettant d’instaurer un message codé, directement à destination d’Eika. Elle devait avoir toutes ces informations sur ce qu’ils voyaient et sur la situation.

Eika :

Naki, enfin. J’entends et je sens que les choses s’agitent, de là où je suis, mais difficile de tirer des conclusions ou de tenter quoi que ce soit sans d’avantage d’éléments. Et il vient de me donner ce dont j’ai besoin.
Apparemment Ikusa est empoisonné et une des silhouettes vient de proposer un antidote à Aedan contre le fait de lui porter secours. Ce qui signifie ne plus le chercher, et donc mettre en péril leur objectif. Ce senseï qu’on nous a attribué n’est pas un tendre. Il nous a piégés dans une situation très complexe, et les choses s’enveniment pour nous. Sans mauvais jeu de mot.
Ce qui parait le plus sensé, c’est de prendre la fiole et d’aller la tester. Ou de toute manière d’aller secourir Ikusa d’une façon ou d’une autre. On a beau faire partie de l’Empire, l’esprit de camaraderie, mercenaire ou pas, se doit d’être présent. Si on se retrouve au milieu d’une bataille on doit au moins pouvoir se fier à ses alliés. C’est un principe de base de la survie. Aide les autres, ils t’aideront en retour. Faire cavalier seul est une chose. Compromettre la vie de ses alliés en est une autre. Il est donc logique de penser qu’Aedan va aller secourir Ikusa.

De toute manière, il peut toujours le secourir mais revenir dans la partie après. C’est même sans doute ce qu’il va faire. Le truc, c’est que cela laisse l’opportunité à notre adversaire de prendre possession des lieux, et du terrain. Et de ce que je vois de là où je suis, c’est ce qu’il compte faire. Plutôt que de réagir à chaud, je me contente dans un premier temps de m’emparer d’une feuille et d’un crayon. Je dresse un rapide rectangle représentant les ruines, j’indique le soleil, puis je mets de petites croix sur le papier à l’endroit où je vois les silhouettes disposer des choses dans le sable. Que ce soit des pièges ou des mines, ce sera toujours utile dans un futur très proche. Tout en faisant cela, je rajoute des notes sur les croquis. Les emplacements de mes flèches, quelques bâtiments. Des repères afin d’accélérer la localisation des pièges quand le besoin s’en fera sentir.

Un autre spectacle est à prendre en compte. Une silhouette plus grosse que les autres, la grosse source de chakra, qui absorbe ou crée des silhouettes à son gré. Autant dire que la technique qu’il utilise commence à avoir du sens, mais n’en parait pas moins difficile à contrer.

** Quelle source de chakra incroyable. Et il est étrange … Un peu comme sa technique ou ces silhouettes, je sens quelque chose de ténébreux. Comme des miasmes. J’ai vraiment du mal à sonder sa nature en fait. C’est pas bon. Il y a trop d’inconnus dans l’équation et il en profite. Plutôt que des prédateurs comme annoncé, en fait, c’est lui qui nous chasse. Nous devenons les proies. On perd la main, on doit faire quelque chose. N’importe quoi. **

Le truc, c’est qu’Aedan et Naki sont occupés avec cette histoire d’antidote, et dos au mur pour ainsi dire. Et qu’Ikusa est une tête de con qui a décidé de ne pas bouger. Peut-être à raison cela dit : au moins il ne répandra pas le poison. J’ai un bocal de sangsues pour le Shuljutsu. On peut peut-être s’en servir pour purger le sang de cette saloperie si je lui amène à temps. Le hic, c’est que si je quitte des yeux les ruines, on va se retrouver avec encore plus d’informations manquantes et là, ce ne sera vraiment pas bon du tout pour notre matricule. On doit pouvoir savoir ce qui se passe. Dans la mesure du possible.

Je compose quelques mudras et j’invoque deux clones à mes côtés. Je confie le bocal à l’un d’eux, et il s’en va faire le tour en sortant des ruines par un trou entre deux murs. Je n’ai pas vu de silhouettes à l’extérieur, il doit pouvoir atteindre Ikusa sans se faire intercepter. Quant à l’autre … Il reste près de moi pour le moment. Je dois tester cette technique de notre senseï afin d’avoir d’informations sur lui et sur elle.

[-10 chakra : deux clones]

Le clone fait donc le tour et arrive jusqu’à Ikusa. Une silhouette est présente, il se planque donc derrière un mur en attendant d’avoir le champ libre.

Et pendant ce temps je prépare une flèche bien spéciale. J’y accroche un parchemin explosif, en fait. Et je la tire en direction de la grosse silhouette. Aussitôt, je me mets à couvert et je change de position, dans le but de me rendre discrètement à mon ancien perchoir. Mon clone, lui, prend la position de quelqu’un qui vient de tirer et reste en place sur la petite tourelle que je viens d’utiliser. Comme ça, je peux peut-être rester à couvert tout en effectuant le test. Je grimpe la première tour rapidement, et je me remets aux aguets. Je fais aussi exploser mon clone à distance pour récupérer ses informations. Que ce soient les emplacements des nouveaux pièges que je n’ai pas pu voir pendant le trajet, ou simplement la réaction de la grosse silhouette.

** J’ai utilisé du chakra donc je suis devenu localisable un bref instant. Espérons que j’ai été suffisamment rapide à enchainer mes actions pour ne pas me faire repérer, ou que le leurre du clone a fonctionné pour le distraire. Mais je n’avais pas le choix. Je ne peux pas laisser la situation nous échapper complètement. **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabaku no Hana
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 47
Date d'inscription : 22/12/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
80/80  (80/80)
Points de chakra:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Ven 5 Aoû 2016 - 16:07

Je ne saurais dire si j’étais heureuse de fouler à nouveau le sable du Grand Cagnard. Certaines sensations m’avaient manquées, certainement. Mais le funeste destin de ma tribu, et le souvenir de l’épidémie qui les avaient tous emportés restait là, bien présent. Je ne pouvais pas le réprimer, ou ne pas me souvenir qu’il m’avait sans doute ravi mon père et tous les amis avec lesquels j’avais cheminé pendant ma petite jeunesse.
Et puis, le soleil, le sable qui ralentit les enjambées, l’absence de points d’eau à l’horizon. J’avais passé de longues heures à souffrir tandis que nous voyagions d’oasis en oasis, à cause de la malédiction des esprits.
Non, c’était trop difficile d’admettre simplement que voir le désert m’avait manqué. Car ce n’était pas vrai. Pas totalement. Mon cœur était ravi de le voir, mais mon corps se souvenait de sa souffrance et rejetait la possibilité d’y retourner de tout son être.

Mais pour rallier les ruines de Suna, c’était une autre histoire. Bien que ce village ait été situé dans le désert, il était bien loin de ses profondeurs. Et les tempêtes de sable, par exemple, étaient peu fréquentes dans cette région plus paisible. De même, il y avait moins de dunes. Et surtout, une couche de sable moins épaisse. Les pieds d’une personne légère ne s’enfonçaient que très peu, et puis, malgré le soleil qui frappait puissamment, un manteau à capuche comme le mien suffisait à se prémunir de certains effets indésirables.
Heureusement, en bonne enfant du désert, j’avais aussi pensé à amener deux gourdes d’eau que j’avais accrochée de chaque côté de ma ceinture. Une pour l’aller, une pour le retour. Car il faut toujours penser au trajet du retour, c’est bien souvent celui pour lequel on a rien prévu. On ne sait jamais si on va arriver à destination, donc quand nos réserves d’eau sont à  la moitié, on doit rebrousser chemin. Et en prendre d’avantage pour le trajet suivant. C’était des leçons de survie assez basiques. Comme la lecture de la course du soleil. Sans cela, les nomades seraient éteints depuis bien longtemps …

Quand j’arrive aux abords des ruines, je suis un peu étonnée. Il y a beaucoup plus d’êtres vivants que je ne le pensais dans les environs. Et pour la plupart, leurs chakras sont très actifs. Comme s’ils étaient en pleine bataille. Je me rapproche prudemment, tâchant de voir quelque chose qui pourrait m’être utile. L’académie m’a juste envoyée ici comme une malpropre, sans même me dire qui serait mon professeur ou combien j’aurais de coéquipiers. Je n’ai pas le moindre nom, même. Il y a juste quelqu’un qui m’a dit, il y a quelques heures, que si je n’avais rien à faire je ferais mieux de passer voir ce qu’il y avait ici. Qu’un professeur s’occupait de ses élèves et qu’il accepterait peut-être de s’occuper aussi de moi.

Je vois enfin deux personnes. Non, trois. Comme je suis un peu en retrait, je remarque une jeune femme cachée derrière un muret, qui semble observer la scène. Une sorte de silhouette semble discuter avec un jeune homme qui …


** Aïe. Quelle blessure atroce … Et c’est quoi ces teintes violacées dans le sang ? Du poison ? Mais qu’est-ce qui se passe ici ? C’est quel genre d’entrainement au juste ? **

Je continue d’avancer encore un peu et je surprends les dernières paroles de la silhouette pour le jeune homme. Des paroles qui me stoppent net dans mon avancée. C’est insultant, et humiliant pour son interlocuteur de parler de la sorte. Même si c’est une provocation, véridique ou non, ce ne sont clairement pas des manières de parler à un autre être humain. J’ai déjà été témoin de ce genre de diffamation, mais il n’empêche qu’elles me mettent toujours autant en colère après ces quelques années passées à Taki.
A part cela, je ne comprends rien à la situation. La silhouette n’a que vaguement forme humaine, le jeune homme semble être content de ne pas bouger de sa position malgré la plaie franchement pas belle qu’il arbore. S’il y a quelque chose à comprendre, cela m’échappe. Ce doit être une sorte d’exercice, ou de test. Mais vu ce que je viens d’entendre, je ne suis vraiment pas d’humeur à essayer de comprendre quoi que ce soit. Je me rapproche et je prends la peine d’enlever poliment mon capuchon. Puis, sans prendre le temps de me présenter, je bougonne d’une voix claire et forte :


« Vous vous prenez pour qui ? Vous n’avez pas à dire des choses aussi dégueulasses. On m’a appris que ceux qui étaient contraints de s’en prendre à un proche d’une personne pour la provoquer n’étaient pas des hommes mais des lâches. C’est votre cas ? »

Quand ils tournent la tête vers moi, je réalise plus ou moins que je viens de faire une énorme boulette. Ils sont tous les deux supers effrayants. Chacun à leur manière. L’un parce qu’il est du genre grand et musclé, l’autre parce qu’il n’a pas d’yeux.

Bon, ben cocotte. Il va être temps d’assumer. Je me tiens simplement prête à exécuter une permutation, en attendant de voir ce qu’il va se passer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikusa Seisen
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 33
Date d'inscription : 17/06/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
46/100  (46/100)
Points de vie:
130/215  (130/215)
Points de chakra:
90/90  (90/90)

MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Ven 12 Aoû 2016 - 15:37

[Désolé d’avoir été si long. J’attendais qu’Aedan réponde dans un premier temps et après beaucoup de boulot.
Affinité Doton.]

Je suis allongé sur le sol. Je sens que si je bouge pas trop le poison se répand moins, je douille moins du coup. J’pense que ça va vraiment être impossible de bouger. Même si j’en avais l’envie. J’arrive pas bien à contenir le sang qui coule de ma blessure au bide. Un pauvre shuriken, me faire une plaie aussi grande. J’me demande comment c’est possible, le type doit avoir une puissance prodigieuse. Et ces silhouettes aussi, c’est quand même bizarre. Au moins je commence à entrer un peu dans le jeu, c’type m’intrigue, et j’ai une furieuse envie de lui foutre mon sabre dans la gueule. C’est pas trop mal pensé de sa part. Mais il a été stupide de m’blesser, y’avait plein de meilleur moyen de m’faire bouger, maintenant en plus de pas avoir envie ça me fait douiller.

La flotte va vite devenir un problème aussi. J’en ai utilisé un peu pour nettoyer la blessure, obligé avec tout le sable qu’il y a dans ce putain de désert j’ai pas le choix sinon ça va devenir crade. Du coup j’en ai assez pour le trajet du retour, mais pas si je m’éternise ici. J’commence à me demander si j’devrais pas partir à la recherche du senseï. Ouais non, faut pas déconner. Déjà qu’on m’traîne de force, j’vais pas non plus me bouger. Bon par contre Eika semble s’en taper. J’vais peut-être pourir ici au final ? J’serai mort comme un con, mais en gardant mon honneur. C’est à peu près tout ce qui compte.

Nouvelle apparition de la silhouette. Plus proche c’te fois. Elle se met à me parler. Enfin c’est un grand mot. On va plutôt dire qu’elle se met à m’insulter.

« T’parles de l’impératrice. Mais je m’demande bien ce qu’elle dirait si elle t’entendait parler en son nom. »

Encore un lèche-cul à n’en pas douter. Le genre de gars qui se croit supérieur parce qu’il a une équipe à charge et de quoi foutre un coup de pression. Alors que je pari que c’est une petite merde de bas étage. Un chuunin j’suis sûr, fraichement promu à l’occasion d’une mission quelconque. La paie est plus sympa, mais à part ça j’vois pas l’intérêt, à part se trimballer des Genins relous à longueur de journée

D’un coup, le discours se fait quand même plus menaçant. Moi lâche ? Je commence à me relever. Si y’a bien un truc auquel tu peux pas t’attaquer sans en subir les conséquences, c’est ma fierté. Que tu sois Impératrice ou qui que ce soit. Je suis pas une merde, et même si j’sais que tu peux m’couper en deux en quelques secondes j’en ai rien à foutre. Tu me provoques pas c’est tout c’est comme ça.  

J’attends de voir ce qu’il va faire.

Forcément, il connait mon passé, le lot de tout ceux qui sont passés par l’académie, lire dans la mémoire ou j’sais pas trop quoi. J’ai rien à cacher. Mais il se met à parler de ma mère, et ça c’est juste pas possible. Il est vraiment entrain de la traité de salope ?

« Tu vas voir putain d’ordure »

Je dégaine mon sabre et je commence à courir vers la silhouette, prêt à la trancher, même si j’sais que ça fera rien. Faut que j’extériorise ma rage, et que je lui monte que je suis pas là pour qu’on s’foute de ma gueule. Je sens le poison qui se répand encore plus dans mon organisme. Ca fait un mal de chien. Le sang coule encore plus de ma blessure au bide. J’tiendrais pas longtemps à ce rythme-là. Mais j’en ai rien à foutre. Il va prendre mon poing dans la gueule et bien comme il faut.

Mais je suis stoppé en plein élan. Une voix qui m’est inconnu s’élève. En signe de protestation. J’m’arrête et j’me retourne vers elle. Une nana. Toute petite, toute frêle. Si frêle que j’pourrais la trancher en deux en un seul coup de sabre, qu’elle serait KO en un seul coup de poing limite. Allez p’t’être deux. Ce serait ma deuxième partenaire ? Pas possible, pas qu’avec des gonzesses, notre équipe serait faiblarde dans ce cas. En même temps tu me diras je compte pas forcément trainer dans cette équipe.

« Mêle toi de ton cul et bouge. »

Je me tourne à nouveau vers la silhouette. Toujours là, immobile. Elle me nargue. J’lui fonce dessus. Elle disparaît.

« Putain ! »

J’ramasse mes affaires. Tant pis pour la douleur, la soif de sang a pris le dessus. J’vais le trouver et lui casser les dents y’a pas moyen. J’fais une compresse un peu plus solide sur mon bide. Le poison me brûle, mais ça va être supportable. La douleur n’est qu’une information, seule sa volonté à de l’importance. J’me tourne vers la nouvelle venue.

« Magne toi le cul de m’suivre si tu veux pas traîner ici. Moi c’est Ikusa »

Après tout, si on a un adversaire commun c’est con de faire cavalier seul. Je pénètre dans le désert. Personne à l’horizon. Je gueule à l’intention d’Eika, je sais qu’elle est planquée quelque part par là.

« Eika, j’vais par où ? »

[-20 pvs de poison. Fiche modifiée]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna   Aujourd'hui à 15:36

Revenir en haut Aller en bas
 

Aire d'"entraînement" dans les ruines de Suna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4
» Entraînement d'escrime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Next Generation :: 
PARTIE RP
 :: Empire de Shi :: Désert/ruines de Suna
-