AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Une petite maison dans la prairie, nord de Shi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akiro
Civil
Civil


Messages : 39
Date d'inscription : 08/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
22/100  (22/100)
Points de vie:
215/215  (215/215)
Points de chakra:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Dim 17 Juil 2016 - 0:17

Maison :



Itami / Kushina

 

« Tu apprends vite mon petit. Tu es doué pour focaliser avec ton esprit. Et ton corps se régénère à une vitesse folle. Je t’ai trouvé il y a à peine un an le squelette méticuleusement brisé.
Je ne pensais pas te voir remarcher un jour. Ni ne m’imaginais-je un jour t’apprendre ce que je savais. Aussi maigre mon savoir soit-il ! »


Un sourire espiègle se dessina dans la barbe densément garnie d’Itami. Je le soupçonnais souvent d’abuser de fausse modestie. J’avais lu quelque part que cela se traduisait souvent par une bonne estime de soi. Et de l’estime de soi il n’en était pas dépourvu ! Malgré son âge très avancé, il restait charmeur avec les femmes, espiègle, serein. Ce n’était pas de l’arrogance, simplement une confiance en soi pleine de maturité avec un soupçon d’insolence juvénile. Car il n’en demeurait pas moi qu’il était sage et cultivé et pouvait s’avérer très lucide sur le monde.  Disons qu’il avait ses heures avec, et ses heures sans. Car comme tout un chacun il pouvait s’avérer être d’une humeur exécrable. Grognon, renfermé, marmonnant des paroles incompréhensibles et pestant dans sa barbe aussi blanche que de la neige.

« Ça, c’est grâce à la nourriture de mami. Elle te gâte trop la grincheuse ! »


Il faisait référence à Kushina, sa femme. Un sacré petit bout de femme. Et une sacrée bonne cuisinière. Ce n’était pas une femme coquète ni vraiment soucieuse de son apparence. Néanmoins elle ne rechignait jamais à la tâche et avait le mérite de tenir en laisse un homme comme Itami. Lui rouspétant dessus à la moindre occasion et n’aillant pas peur d’utiliser sa force prodigieuse pour une femme de sa taille et de sa corpulence. Et de son âge.

« Moi, jamais je n’ai droit à un tel traitement de faveur ! Je ne fais que manger ses sarcasmes, ses tacles assassins dès que j’ai le malheur de me jeter quelques fleurs. Et encore c’est quand elle est trop fatiguée pour me jeter à la figure un de ses énormes chaudrons.
-Elle vous supporte, c’est déjà ça !
-Je vois ! Monsieur fait de l’humour maintenant ! La prochaine fois, souris quand tu fais une blague pour que les gens comprennent que c’est une blague.
-Vous croyez ? Je ne trouve pas ça logique. C’est comme si je leur intimais insidieusement de rire à ma propre blague.  Ce n’est pas juste, ils ne sont pas à même de jauger par eux-mêmes de la qualité de mon humour ! »

Itami haussa un sourcil, incrédule avant de sourire.

« Et en plus monsieur philosophe ! Fais attention, à trop réfléchir tu finiras par ouvrir plus de porte que d’en fermer. Si tu vois ce que je veux dire. »

Clin d’œil complice. J’appréciais ses traits d’esprits. Quand il le voulait il pouvait être très subtil, très concis tout en visant juste.

Le couple vivait au nord de Shi no Kuni, à deux jours de marche rapide, dans une petite maison idéalement située au sommet d’une colline, dominant les environs sur des kilomètres à la ronde. Quelques arbres par-ci, par-là, un sol vert, presque luxuriant, quelques rochers. En somme une prairie paisible. Il n’y avait d’ailleurs qu’un seul chemin de gravier pour accéder à leur maison.
Leur maison, deux étages, ceinturée d’arbres, un petit jardin surplombant un potager bien garni dévalant le flanc nord de la colline.

« Tiens, un voyageur égaré ? »

Dit-il en pointant du doigt le chemin qui conduisait à l’entrée de la maison et en s’appuyant un peu plus sur son bâton.

« Allons voir de quoi il s’agit. De toute façon j’ai faim. Pas toi ‘monsieur’ ? »

Je lui emboîtai le pas en silence, toujours autant excité et intrigué à l’idée de rencontrer un étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Dim 17 Juil 2016 - 1:21

Pourquoi dieu son père l'avait obligé à accompagner Anako, Mikako et quelques autres personnes jusqu'ici ? Il n'avait que treize ans, ce n'était pas un âge pour s'approcher des terres de l'empire. Surtout qu'il allait devoir rentrer à l'académie dans moins d'une semaine. En temps normal il ne se serait pas soucié du temps qu'il restait mais là ... Déjà une matinée qu'il marchait en errant. Pourquoi avait-il du se perdre !? « Va chercher de l'eau au ruisseau. », c'est ce que lui avait demandé son frère. Ce n'était pas dur pourtant, il lui suffisait de marcher cent mètres et de remplir le sceau. Tak lui avait bien indiqué qu'il fallait prendre à droite et non à gauche à ce moment. Sham lui têtu comme il l'était à l'époque, persuadé qu'il avait toujours raison. Le Kitsune avait bien tenté de le dissuadé mais c'était comme parler à un mur. Le pire c'est qu'il ne s'était même pas inquiété avant d'avoir parcouru bien un kilomètre sans réellement suivre une ligne directionnelle. Il n'était jamais venu ici, il s’émerveillait devant des fleurs, son attention attirée par diverses créatures et j'en passe. Ce manque de concentration sur un point s'était traduit par la prise de chemin différent, allant à droit et à gauche, retournant un peu sur ses pas, tournant autour d'une pierre et que sais-je encore. Tak avait bien tenté de retenir mentalement le chemin ou ne serais-ce que la direction à prendre pour le retour mais avec tous ces détours il avait fini par perdre le fil. Sham avait même fini par abandonner le seau, trop encombrant à son goût.

« T'es content Sham! Je t'avais dis que tu prenais le mauvais chemin ! »

« T'en fais pas Tak ! Je sais exactement où il faut aller ! C'est par là je t'assure ! »

C'était déjà la troisième fois que l'adolescent lui sortait la même rengaine. Treize ans et incapable de faire quoi que ce soit comme il le fallait. Rien d'étonnant à ce qu'il passe ses journées à se faire engueuler par un peu tout le monde. Le pire c'est qu'il était totalement persuadé d'avoir raison, qu'en prenant la direction qu'il indiquait fièrement du doigt il allait finir par tomber sur le campement qu'ils avaient monter. Hélas, il ne faisait que s'éloigner de plus en plus de celui-là. Alors que lui était totalement insouciant, le renardeau lui était clairement inquiet. Que se passerait-il s'ils ne trouvaient pas le campement avant la tombée de la nuit ?

Au bout de quelques heures de marche Sham ne montrait plus son visage fier, il n'avait qu'une envie, boire quelque chose. Il faisait une chaleur étouffante ici. Etait-ce dû à la proximité avec le désert ? Certainement. Marcher de la sorte sous un tel soleil n'était pas dans ses habitudes, ni celle de Tak d'ailleurs. Ils avaient passé un bon moment à se faire des reproche les uns des autres, maintenant c'était le silence le plus totale. Ils tentaient de garder un maximum d'eau dans leurs corps. Tous deux étaient loin d'être déshydraté mais vous savez à cet âge l'exagération n'est pas rare.

«Monter cette colline. »

« Hmmm. »

Qu'est-ce que je disais, l'échange ce limita à ça. Sham n'avait pas trop envie de s'attaquer à une pente mais il voyait bien où Tak voulait en venir. Prendre de la hauteur allait leur permettre d'avoir une vue dégagée sur la prairie. Il lui fallut un bon moment pour en venir à bout, il se permit cette fois de rouspéter à plusieurs reprises. Surtout sur ces oréoles qui se créaient un peu partotu sur son t-shirt, surtout où Tak était installé sur son épaule. Il avait des aires de véritable piscine.

« Sham ! Sham ! Regarde une maison ! »

« Ho classe ! J'espère qu'ils ont une piscine comme à la maison ! J'ai trop envie de piquer une tête ! »

L'excitation d'avoir enfin croiser de la civilisation les portas. Pas très longtemps, la distance entre eux et la bâtisse semblait être grande. Et puis il y avait leur ventre qui criait famine, sans parler de leur bouche pâteuse. Ils auraient tué pour un bon verre de thé glacé et un part de tarte fait par la maman de Sham. Malheureusement il était impossible de se procurer tout ça, il n'avaient que le vent sec à se mettre sous la dent. Dégoutté par ce t-shirt collant il finit par le retirer. Etait-ce une bonne idée sous ce soleil cuisant ? Qu'importe, il n'avait jamais eu de coup de soleil, merci sa peau métisse. Il essuya la sueur sur son corps à l'aide du tissu et reprit la route. C'était étrange comme impression, il était excité à l'idée de pouvoir certainement pouvoir bientôt boire quelque chose et en même temps exaspéré de la distance qu'il allait devoir parcourir.

Ce ne fut qu'une bonne heure plus tard qu'il arrivaient à commencer à réellement apercevoir la maison. Elle était plus grande qu'ils ne l'avaient pensé. Sham avait l'impression de voir des gens proches de celle-ci mais il n'en aurait pas mis sa main à couper. Après tout peut-être tout cela n'était un mirage causé par la fatigue, la soif et la chaleur. Non ça ne pouvait pas être le cas, ça faisait bien trop longtemps qu'ils l'avaient en vue. Et puis un mirage ça peut toucher deux personnes simultanément, les faisant voir exactement la même chose ? Ce n'est pas dans un désert un mirage d'ailleurs ? Sham n'en avait aucune idée, il avait juste envie de se rentre dans cette maison et demander de quoi se rassasier et manger un peu. Il avait quelques pièces en poche dans le pire des cas.

Les habitants venaient à sa rencontre, trop insouciant à l'époque pour ne serait-ce que se dire qu'il risquait un danger quelconque. Tak lui n'avait pas son instinct qui s'était mis en éveil, il ne voyait donc pas une raison de s'inquiéter. Au bout d'un moment l'adolescent fit signe aux deux personnes, il pouvait maintenant dire qu'il y avait une vieille personne accompagné d'un plus jeune. Sûrement grand-père et petit fils. Ils finirent par arriver pratiquement au niveau de ceux-ci. Toujours torse nu l'adolescent lâcha à voix haute, histoire d'être sûr d'être entendu.

« Bonjour je suis désolé de vous déranger mais mon ami et moi-même nous nous sommes perdu. On est pas du tout du coin et ...  »

Sham se prit le pied dans un caillou manquant de peu de se retrouver la face la première dans l'herbe.

« Ce que mon amis tente de vous dire. Ou plutôt de vous demander. Vous auriez de quoi boire s'il vous plaît ! On meurt de soif ! »

« Tak ! C'est pas une manière de faire ! Ta maman t'a jamais expliqué les règles de politesses ? On se présente toujours avant ! »

« J'ai soif et j'ai faim ! J'en peux rien ! Un Kitsune ne devrait pas ressentir ces besoins si tu veux mon avis ! »

La peut-être famille fini par arriver à leur niveau. Sham se tourna immédiatement vers eux et sorti son plus beau sourire.

« Désolé pour ce spectacle. Je m'appelle Sham Ono est lui c'est mon ami Tak. Comme je vous l'ai dit on sait perdu depuis un bon moment. Ce serait possible d'avoir de quoi boire et manger ? Je ne voudrais pas abuser de votre gentillesse. » dit-il tout en fouillant l'une de ses poches « J'ai quelques Yens avec moi, ça devrait pouvoir couvrir ma demande.»

Il tendit les pièces au vielle homme avant de réaliser qu'il était torse nu. Il rougit un peu avant de l'enfiler rapidement son t-shirt qui avait séché entre temps. Il retendit enfin la main.

« Et c'est qui qui connaît pas les règles de politesses ? Se présenter torse nu devant des inconnus. Et ça vient faire la morale. »


Dernière édition par Sham Ono le Lun 18 Juil 2016 - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiro
Civil
Civil


Messages : 39
Date d'inscription : 08/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
22/100  (22/100)
Points de vie:
215/215  (215/215)
Points de chakra:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Dim 17 Juil 2016 - 16:48

Un adolescent. Torse nu visiblement. Et qui ne semblait pas très dangereux. Ni même très habile.
Il venait de se prendre les pieds dans le sol tout en essayant de se présenter.
Itami sourit et sembla se détendre. La vue du jeune garçon augurait une rencontre plaisante et le couple ne refusait jamais le gite et le couvert à quiconque le demandant poliment. Moi-même je me réjouissais intérieurement de pouvoir jouir d’une présence étrangère et nouvelle dans la maison. J’étais curieux de voir à quoi il ressemblait et de quoi était fait son esprit.

Nous arrivâmes finalement à sa rencontre et je découvris avec stupéfaction qu’il n’était pas tout seul. Un petit renard l’accompagnait, Tak s’appelait-il vraisemblablement. Et il parlait ! Un animal qui parlait ! J’écarquillai les yeux, partagé entre admiration et crainte. C’était la première fois que j’étais confronté à pareil spectacle. Certes dans les livres d’Itami ils en parlaient, un petit peu. Mais entre lire une chose et la voir, il y avait une grosse différence. C’était comme si soudainement les images prenaient vie.
Le vieil homme quant à lui ne paraissait pas surpris le moins du monde. Ce ne devait pas être la première fois qu’il était confronté à un animal qui parle. Pour autant, il était habile pour dissimuler ses émotions et ses ressentiments. Je savais que dans sa tête, ça fusait à mille à l’heure.

« Et bien et bien ! Il semblerait que mami va devoir ajouter un couvert en plus pour le repas de midi. Elle m’en voudrait jusqu’à la fin de ma vie d’avoir refusé d’aider un petit garçon en détresse. »

Dit-il en souriant.

« Akiro mon petit, tu veux bien aller la prévenir ? Sinon elle va me faire une scène comme quoi je ne fais pas attention à elle, que je la préviens au-dernier moment blablabla blablabla. Je vais accompagner ce jeune garçon et son ami à la maison. »

J’acquiesçai mollement, toujours obnubilé par cet étrange animal. C’était fascinant.

« Akiro tu m’entends !? Ce n’est pas très poli de fixer quelqu’un comme ça du regard. »

Son bâton s’écrasa doucement mais surement sur mon crane et me tira de mes rêveries. Je tournai brusquement mon regard vers celui de mon mentor et acquiesçai vigoureusement cette fois-ci.
Puis je m’inclinai légèrement en direction du renard.

« Veuillez m’excuser monsieur Tak. »

Avant de me lancer à l’assaut de la colline en courant.
Itami se tourna alors vers Sham et l’invita à le suivre tout en bavassant.

« Sham c’est bien cela ? Tu peux garder tes pièces, ici l’argent n’a pas de pouvoir ! » Petit sourire malicieux avant de poursuivre.

« C’est étrange mais ton nom de famille m’évoque quelque chose. Ono. Tu es de la région peut-être ? Et ton animal, ton ami pardon, d’où vient-il ? J’ai connu autrefois quelques animaux qui parlaient. Ils étaient systématiquement accompagnés d’un ninja. Serais-tu un ninja ? »


Itami marqua une pause. Parler tout en marchant sous ce soleil de plomb l’essoufflait.

« Tu as de la chance de nous avoir trouvé. Cette région peut s’avérer forte ingrate avec les visiteurs qui ne la connaissent pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Lun 18 Juil 2016 - 20:52

Sham sauta pratiquement de joie en voyant que le vieil homme acceptait sa demande, tout comme Tak d'ailleurs. Le ventre de chacun se joignit à la partie, montrant leurs approbations par des bruis de gargouillement. Il n'y avait aucun doute à avoir sur le fait qu'ils étaient bel et bien vide. Ils n'avaient plus qu'une envie, se mettre à table, enfin rassasier leurs gosiers et se faire exploser le ventre jusqu'à ne plus en pouvoir. Enfin, ce dernier point était surtout pour Tak, l'adolescent avait tout de même des notions de savoir vivre. Il lui était donc impossible de profiter de l'hospitalité d'une personne, surtout quand celle-ci était acceptée avec autant de gentillesse.

Le Kitsune remarqua le regard insistant que lui portait Akiro, le supposé petit fils de ... D'ailleurs comment se nommait le vieil homme ? Il n'en avait aucune idée, il avait omis de se présenter. L'avait-il fait exprès ? Son âge y était-il pour quelque chose ? Non il en doutait, après tout il semblait avoir toute sa tête. Le renardeau tenta bien de se soustraire au regard mais impossible, certes il ne fit que se cacher un peu derrière la nuque du jeune Ono ne voulant pas froisser leurs hôtes.

Le shousanien fut amusé de voir à quel point l'adolescent qui devait avoir à peine quelques années de plus que lui, mais qui à cet âge ne faisait que lui donner l'impression d'un cratère entre Akiro et lui, n'arrivait pas à décrocher son attention. Quand le coup de bâton frappa le crâne de l'adolescent, Sham dû retenir un rire, son visage ne le trahi pratiquement pas mise à part ce petit sourire qui s'était dessiné. Tout comme face aux excuses. Monsieur Tak ? Pourquoi n'avait-il jamais pensé à le nommer de la sorte juste pour le taquiner.

« Heu ce n'est rien. Ne t'en fais pas je suis quand même habitué à ce genre de chose. Il faut dire que les Kuchiyoses ne courent pas les rues. Surtout par ici à mon avis. »

Tak décocha un large sourire dévoilant sa dentition. Sham fut surpris du refus de l'argent. C'était la première fois de sa vie qu'il entendait que l'argent n'avait aucun pouvoir. C'était justement tout le contraire. L'argent permet de tout obtenir, il le voyait bien avec son père. Si jamais quelqu'un refusait quelque chose à Oma Ono il suffisait de menacer ou d'allonger la monnaie, ça réglais tout les problèmes.

« Oui c'est bien Sham et vous ? Je ne voudrais pas vous parler en évitant à chaque fois de vous nommer. Enfin si vous voulez bien le dévoiler bien sûr. Tout comme celui de votre ... » l'adolescent n'était pas totalement certain, enfin il y avait peu de chance qu'une femme partageant le toit avec un homme ne soit pas mariée avec « femme. Ou alors une façon de vous nommer ? ... Et vous êtes certain pour l'argent ? Je me sentirais mieux si je pouvais tout de même un peu contribuer. »

Sham n'était pas habitué à recevoir la gentillesse d'autre, après tout à Shousan tout le monde savait qui il était. Si jamais quelqu'un avait un geste de la sorte envers lui c'était toujours pour un but, plaire au père ou autre.

Il fut surpris que son nom dise quelque chose au vieil homme. Ils étaient tout de même plutôt loin de Shousan. Son père n'avait jamais agit dans le coin de façon ouverte. D'ailleurs s'il ne se trompait pas ils étaient la première équipe à venir dans un but de repérage. Bien que jeune il était tout de même conscient que de dire la vérité sur son nom et ses origines n'était pas une bonne idée. Les tensions entre l'empire et le pays du feu étaient tous de même présente.
« Etrange qu'Ono vous dise quelque chose, je n'ai jamais rencontré quelqu'un d'autre le porter mise à part mes frères et soeurs. Mon père aussi bien sûr ! Tout comme ma mère. Mais ma famille n'est pas spécialement une famille connue, des fermiers rien de plus. C'est pour ça que je suis étonné monsieur. »

Comme toujours quand il mentait l'adolescent détourna le regard. Ca tombait bien, la question qui suivait était au sujet de Tak.

« C'est vrai que ça doit être étrange pour des gens qui n'y sont pas habitué à croiser de Kuyochioses. Si vous voulez tout savoir je viens du mont Hansei mais ça m'étonnerait grandement que vous connaissiez monsieur. Vous avez raison sur le point que normalement on accompagne toujours un shinobi. Mais ce n'est pas le cas entre nous, j'ai moi-même choisi de fréquenter Sham il y a bien longtemps. Enfin choisi est un grand mot, je crois que c'est un concours de circonstances qui a fait que l'on se rencontre. C'est vrai qu'il doit être le seul à être rattaché à une famille de Kuyochioses sans être shinobi. »

« Mais je le serais bientôt monsieur ! Je rentre à l'académie dans quelques jours. J'ai tellement hâte !»

Cette fois-ci Sham ne détourna pas le regard, après tout maintenant il disait la vérité ! Il avait juste omis de parler de son village. De la sorte le vieil homme penserait qu'il allait rejoindre les rangs de Shi no kuni.

Le vieil homme semblait avoir un peu de difficulté pour avancer, il est vrai que la pente était plutôt ardue et que le soleil frappait plutôt fort, surtout à cette heure-ci de la journée.

« Oui on a beaucoup de chance d'être tombé sur des personnes comme vous. Je suppose que le coin ne doit pas dû tout être sympathique une fois la nuit tombée. » se rendant compte de la bêtise qu'il venait de dire il enchaîna directement en détournant le regard « On a tellement de travail à la maison que je ne sors pas souvent. Après tout il faut qu'on aide père à cultiver les champs et s'occuper des animaux. »

« Vous voulez peut-être de l'aide monsieur ? »

Sham tendit son bras pour que l'homme puisse s'appuyer dessus s'il en avait envie. L'adolescent avait omis un point sur son mensonge, un paysan ne portait pas des vêtements d'une telle qualité ou tout du moins pas un petit comme il avait sous entendu.  

« En tout cas monsieur vous avez une magnifique maison et un petit fils très aimable. J'aimerais bien que Sham soit aussi bien entouré. »

L'adolescent tiqua un peu, c'est vrai qu'une telle famille doit être quelque chose de paisible ... Mais même pour tout l'or du monde, jamais il ne changerait sa famille. Elle était bien sûr  bourrée de défauts qui n'allaient pas s'améliorer avec le temps mais c'était la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiro
Civil
Civil


Messages : 39
Date d'inscription : 08/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
22/100  (22/100)
Points de vie:
215/215  (215/215)
Points de chakra:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Mer 20 Juil 2016 - 2:45

La chaleur plombait les jambes du vieil homme. Des gouttes de sueurs dévalaient allègrement son front et se lovaient dans sa barbe toujours aussi éclatante. Il faut dire qu’il y passait du temps à l’entretenir ! La tailler, la peigner, la lustrer. Tout comme ses cheveux d’ailleurs. Après tout, il n’y avait pas d’âge pour prendre soin de son corps et même si ce-dernier peinait à suivre le rythme, il n’en restait pas moins alerte et plus apte qu’il n’y paraissait.
Ce n’était simplement pas l’heure de vagabonder en pleine cagna ! Non. Un verre de thé glacé, une pipe fourrée de feuilles de cannabis, un hamac à l’ombre d’un arbre, voilà qui semblait beaucoup plus alléchant.
Le vieil homme fit taire l’appel de la paresse et se concentra sur son petit interlocuteur. Ce-dernier, bien que jeune et indubitablement innocent, l’intriguait. Qu’est-ce qu’un gamin faisait dans le coin, seul, sans provisions d’appoint, trainant avec lui un petit renardeau insolent. Et puis il y avait ce nom, Ono. Il était prêt à mettre sa main à couper que ce n’était pas le nom d’un simple fermier. Peut-être était-ce son esprit qui lui jouait des tours. Après tant d’années passées sur cette terre, normal que sa mémoire lui fasse défaut. Pourtant, c’était son instinct qui cognait le plus à la lisière de ses pensées. Et son instinct, il pouvait s’y fier car forgé par l’expérience et l’âge.

Enfin bref, pour le moment il était inutile de tirer des conclusions hâtives ou de spéculer outre mesure. Ce n’était qu’un enfant affamé et assoiffé, aussi inoffensif que son animal de compagnie. Itami ricana gentiment.

« Et à quoi pourrait bien me servir ton argent mon petit ? Regarde devant toi. J’ai une maison, une femme qui prend soin de moi, un potager divers et varié, un hamac à l’ombre des arbres et une fin de vie paisible qui m’attend. Qu’est-ce que ton argent pourrait bien m’apporter de plus ? »

Clin d’œil. Ahanement.

« Je m’appelle Itami et ma femme s’appelle Kushina. Prends garde à elle, elle n’en a pas l’air mais c’est une sorcière ! »

Nouveau clin d’œil.

*Famille de fermier dis-tu ? Aha mon petit, on n’apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces ! Tu es bien trop maniéré pour être issu d’une famille modeste et bien trop perdu dans la nature pour être issu de la campagne. Mais bon. Tu as probablement tes raisons, comme nous tous. Et puis tant que tu ne troubles pas ma quiétude, peu m’importe d’où tu viens et qui tu es. *

Cette fois-ci, le sourire que lui adressa Itami était plein de malice. Comme celui d’un joueur de Poker qui avait appréhendé le bluff dans le jeu de son adversaire. Mais il décida de jouer le jeu. C’était quelqu’un d’ouvert d’esprit et avec un cœur trop grand pour envisager son interlocuteur comme une menace potentielle. D’ailleurs, lorsque ce-dernier lui tendit son bras, le vieil homme prit un air courroucé et le frappa de son bâton avec plus de vivacité qu’on aurait pu lui prêter de primes abords.

« Tetete ! J’ai peut-être pris beaucoup d’avance sur toi sur la route de la vie, mais je n’ai pas égaré ma fierté sur le bord du chemin ! »

Cela étant dit, il cacha avec peine son soulagement lorsqu’ils arrivèrent sur le seuil de la maison.

*Un bien bel accoutrement mon petit ‘Ono’. *

Nouveau sourire, cette fois-ci plus pour lui-même que pour Sham. Encore une fois, il ne chercha pas à le mettre face à ses contradictions. Ce n’était premièrement guère poli et deuxièmement il n’y avait aucune gloire à démasquer un garçon. Ainsi il se contenta de rigoler tout en ouvrant la porte.

« CO CO CO ! Ninja dis-tu ? En voilà de beaux projets pour le fils d’un humble fermier !  J’imagine que ton père sera fier de toi. Mais ta mère risque de se faire du souci alors promets à un pauvre vieillard en fin de vie que tu la rassureras aussi souvent que faire se peut et que tu veilleras à ne pas prendre de risque inconsidéré ! »

Une seule pièce, remplie de chaudrons, de marmites, de bocaux, d’ustensiles de cuisine en tout genre avec en son centre une table en bois, ronde, assez grande pour y faire tenir une petite famille.

« Mami ! Regarde ce que j’ai trouvé dans les bois ! Suffisamment de viande pour préparer un bon ragout ! »

Itami s’apprêtait à adresser un clin d’œil à Sham lorsqu’il se reçut en pleine figure une casserole aussi grosse que sa tête.

« En voilà une façon d’accueillir notre invité ! »

Kushina surgit de nulle part et s’empressa de prendre Sham par le bras, le forçant à moitié à s’assoir.

« Assieds-toi mon petit ! Tu dois être épuisé par cette chaleur. Et assoiffé ! Que veux-tu ? J’ai du thé glacé, du sirop de grenadine, du jus d’orange fraichement pressé…. Ou peut-être tout simplement de l’eau ? Mets-toi à l’aise surtout, ici tu es chez moi, dans mon antre. Ce vieux chnoc ne pourra plus te maltraiter !»

Sans même attendre la réponse du garçon elle retourna à ses fourneaux, tournant le dos à la petite assemblée.

« Akiro mon enfant, mets la table veux-tu ? Et toi Itami enlève tes chaussures pleines de terre. »

Je pris garde cette fois-ci de ne pas m’appesantir sur le renard de notre invité et m’affairai à mettre la table consciencieusement, en silence. Le vieil homme maugréa dans sa barbe mais s’exécuta.

« Vieille bique »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Ven 22 Juil 2016 - 16:38

Ce que l'argent pourrait lui apporter de plus ? Du confort par exemple. Sham avait du mal à suivre le raisonnement du vieil homme, après tout il avait toujours vécu dans un luxe sans limite. Voir quelqu'un se contentant de ce qu'il possédait le déstabilisé un rien, surtout dans un lieu aussi perdu. Certes l'endroit était très beau et semblait agréable mais ajouter une piscine par exemple pourrait s'avérer être très agréable. Enfin, il n'allait pas insister pour donner l'argent, après tout ça serait plutôt mal venu de la part d'un invité. Il remit donc les quelques pièces qu'il avait en main dans le fond de sa poche.

L'adolescent hésita quelques instants à répondre à son clin d'oeil et n'en fit rien au final. Après tout il n'en voyait pas l'intérêt, de la part d'Itami c'était une façon de montrer sa sympathie. Enfin c'est l'impression que l'adolescent en avait.

Le jeune Ono ne s'était pas attendu au coup de bâton, il n'avait fait que proposer son aide. En voyant l'« attaque » venir il se protégea à l'aide de ses bras. Trop habitué à recevoir des coups. Ce fut bien moins violent qu'il ne l'aurait cru. Ce n'était pas pour lui faire mal simplement pour lui montrer son mécontentement et encore ça semblait plus être une autre forme de sympathie, étrange mais une forme tout de même. L'adolescent sourit sans réellement savoir s'il devait répondre quelque chose ou non à ce geste. Parole bien sûr et non acte.

Sham sourit aux paroles d'Itami. Sa mère se tracasserait-elle de ce qui pouvait lui arriver durant ses entraînements et missions ? Oui sûrement mais elle était habituée à ce genre sentiment. Après tout être mariée à un mafieux apportait bien des traquas surtout quand celui-ci ne se prive pas de placer ses enfants dans l'action. Peut-être même que shinobi était une place bien moins risquée ou tout du moins sur le début. Il imaginait mal Shousan confier des missions trop complexe à de jeunes genins. Son père fière ? Elle était bonne celle là, il avait dû batailler durant des semaines pour qu'il le laisse entrer à l'académie. De la fierté ? Non sûrement un total opposé.

« Je vous le promet monsieur Itami. Je ferais attention où je mets les pieds et rassurerais ma mère. »

Il ne se sentit pas très bien durant quelques instants, mentir de la sorte à une personne aussi aimable ne lui plaisait pas du tout. Il l'accueillait chez lui sans rien demander en retour et lui pour le remercier n'arrêtait pas de torde ou de totalement remplacer la vérité.

Ils finirent par arriver dans la demeure, elle n'était pas très grande mais comme elle le laissait présager très agréable. Le futur aspirant huma l'odeur régnant dans la pièce, un délice, elle lui mit l'eau à la bouche. Son ventre ainsi que celui de Tak se remirent à pousser des cris divers.

Sham se mit à rire de la blague du vieil homme, il aimait beaucoup l'ambiance de cet endroit. Pour la première fois de la journée il se félicita de s'être perdu, c'était bien mieux que le campement. Il désenchanta un peu quand il vit cette casserole voler et atterrir sur le crâne d'Itami. Kushina avait réellement un bon caractère. Sans qu'il n'ait le temps de s'approcher du vieil homme pour prendre de ses nouvelles elle vint à son niveau.

Tout se passa très vite. Il sentit qu'elle venait de le prendre par le bras, le tirant jusqu'à une place tout en lui proposant à boire. Sham ne savait pas trop quand placer un mot, il tenta bien de demander un verre de thé glacé mais elle s'était déjà retournée. Il préféra donc attendre histoire de ne déranger personne.

« En tout cas merci beaucoup de nous accueillir comme ça à l'improviste. »

On lui avait toujours conter pas mal d'histoire sur les habitants de l'empire, d'après celles-ci ils avaient tous un côté fanatique. Pourtant ici il ne voyait aucun portrait de qui que ce soit. Ils étaient même très aimable. Même plus qu'à Shousan, ou tout du moins vers sa personne. Ici on ne connaissait pas son père ou en tout cas personne n'en faisait le rapprochement.

« Tu pourrais proposer d'aider un peu non au lieu de rester assis là en attendant. » venait de lui souffler Tak

« Heu ... oui bien sûr ! Heu ... Akiro c'est ça ? Tu veux de l'aide ? »

Sham se leva et tenta d'aider tant bien que mal l'adolescent. Il ne l'avait jamais fait, ne sachant pas quel couvert se mettait à gauche et le quel à droite. D'ailleurs où étaient ceux à entrée ? Il préféra ne rien demander, si ça se trouve ici on les posait au fur et à mesure. Il eut un nouveau sourire qu'il camoufla au mieux cette fois, il trouvait comique l'entente entre le couple. Certes il y avait une certaine violence mais rien de grave, Sham lui y voyait une entente bien spéciale. Leur façon de montrer leur amour.

« En tout cas on peut dire qu'on ne s’ennuie pas ici. » lança-t-il pour Akiro en parlant un peu plus bas « Et sinon tu fais quoi toi ? Tu veux aussi devenir shinobi ? »

Pour Sham ça ne faisait aucun doute, tous les garçons du monde, mise à part ses frères, voulaient rejoindre les rangs militaires de leur village respectif. Pourquoi en serait-il différent pour l'empire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiro
Civil
Civil


Messages : 39
Date d'inscription : 08/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
22/100  (22/100)
Points de vie:
215/215  (215/215)
Points de chakra:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Ven 22 Juil 2016 - 19:02

Sham sembla s’amuser de la relation détonante qu’entretenait le vieux couple. Personnellement j’y étais habitué. Ils possédaient tous deux une personnalité prononcée et différente de l’autre. Itami était espiègle et paresseux tandis que Kushina était susceptible et hyperactive. Un coktail explosif mais fusionnel en somme. L’adage ne disait-il pas que les opposés s’attirent ? Ou bien était-ce qui se ressemblent s’assemblent ? Aucune idée. Toujours est-il que ces deux là ne rataient pas une occasion pour se chamailler  Aussi n’y prêtai-je pas plus d’attention que cela.

En revanche Tak continuait de me fasciner. Devais-je le considérer comme un animal de compagnie ? Comme un ami ? Quelle relation entrainaient-ils ? Ils avaient évoqués le nom de Kuchiyose. Je tentai de me souvenir du peu d’informations que j’avais glané ça et là. Des animaux venant d’une autre dimension, liés à des humains via un pacte de sang. Pourquoi pouvaient-ils parler ? Pourquoi se lier à des humains ? Comment faisait-on pour les invoquer ? Combien de temps pouvaient-ils rester dans notre dimension ? S’ils mouraient ici, mourraient-ils aussi là-bas ? Autant de questions pour si peu de réponse. C’était frustrant. Mais bon, un jour j’en apprendrais plus  á leur propos.

Sham me proposa son aide et me tira par la même occasion de mes réflexions intrinsèques. Surpris par cette demande spontanée je ne savais que répondre. Je me contentai de secouer négativement la tête en souriant, gêné de ne pas savoir comment me comporter en pareille situation. Allait-il mal le prendre ? Ou peut-être n’était-ce qu’une proposition hypocrite afin de paraitre civilisé et respectueux. Mais après tout, l’hypocrisie était inhérente à l’homme aussi surement que ce-dernier indexait ses actes spontanés et naturels par une raison mesurée et analytique. Quoiqu’il en soit j’en déduisis que mon interlocuteur était bien élevé. Et pas moi.

Ce-dernier tenta une première approche avec moi. Sans doute parce que nous avions sensiblement le même âge. Je souris à sa remarque avant de me rendre compte qu’il escomptait probablement de moi que je lui réponde. Vite, il fallait que je trouve quelque chose à dire.

«Ne fais pas attention. Ils passent leur temps à se chamailler. Ils ne l’avoueront pas mais c’est leur façon de manifester leur sentiment. Tu vas vite t’y habituer même si sa va continuer à t’amuser. »

Fis-je en passant me main dans mes cheveux pour les recoiffer en arrière. Ce que je fais ici ? Excellente question ! Je me la posais tous les jours sans parvenir à y répondre pour autant. Cela faisait un an que j’aidais du mieux que je pouvais Itami et Kushina, que ce soit pour les taches ménagères, pour le jardinage etc… En échange, un accord tacite et implicite a mon sens bien que jamais ils ne l’avoueront car pour eux ils le faisaient par simple bonté, ils me nourrissaient, m’offraient un toit, et Itami m’enseignait ce qu’il savait sur l’anatomie et la génétique.

«Je ne sais pas trop ce que je fais là et je ne pense pas devenir Shinobi un jour. »

Me rendant compte que j’avais répondu un peu abruptement, je m’empressai d’ajouter.

«Il faut avoir des pouvoirs spéciaux pour cela non ? J’ai lu qu’ils étaient capables de grandes prouesses martiales et spirituelles. »  

Voila la table était prête à accueillir le repas. Je m’empressai de rejoindre Kushina pour voir si elle avait besoin d’aide pour apporter la nourriture.

Itami, qui était sorti fumer un peu de tabac, s’esclaffa devant l’incrédulité qui se peignait sur le visage de Sham devant le comportement atypique d’Akiro.

«Il n’est pas méchant le bougre. Il est simplement différent. Disons qu’il n’a pas eut une enfance normale. »  

Son visage s’assombri.

«Enfin je crois. Je l’ai trouvé à moitié mort le long d’un chemin pédestre il y a un an de cela. Nous l’avons recueilli avec Kushina. C’est un être brisé de l’intérieur qui se cherche. C’est comme si il n’avait pas été éduqué. Il s’émerveille de tout et possède une soif de savoir intarissable. Il ne nous a jamais parlé ‘d’avant’. Mais vu l’état de son esprit, j’imagine que ça doit pas être triste.»

Itami s’arrêta net en se rendant compte qu’il parlait à un enfant et que ce-dernier ne devait probablement pas écouter, obnubilé par la faim et la soif.

«Bah, peu importe au fond.  Il a le cœur sur la main et est très sensible a ce qui l’entoure. Simplement il peut se montrer… peu loquace dirons-nous aha. En outre je crois que Tak l’impressionne. Il est fasciné par le monde des Shinobis.
Mais d’ailleurs que connais-tu de ce milieu ? Si tu veux je peux t’en apprendre un peu plus. Je les ai suffisamment côtoyés pour le connaitre plutôt bien. Plus qu’un simple fermier en tout cas ! »


Dit-il en faisant référence au père de Sham, sans volonté d’insulter ce-dernier bien entendu.  

Pendant ce temps, Akiro et Kushina s’affairaient à empiler les plats sur la table. Au menu : Du pain blanc, du pain complet, du pain aux olives, du pain au fromage, une salade de tomate avec de l’avocat, du mais et des oignons agrémentée d’huile d’argan et de poivre, une salade de patates avec du thon, des poivrons rouges et jaunes, de l’ananas, copieusement fournie en mayonnaise, du riz mélangé a des carottes et des petits pois, des œufs dur dépecés,  un énorme poulet soigneusement découpé et baignant dans son jus, de la viande de bœuf séchée et trempant dans un mélange d’huile d’olive et de citron, du saumon fumé parsemé de ciboulette et de fenouil, du melon mélangé avec du jambon cru et du fromage de vache frais et suave, un panier d’osier rempli à ras bord de fruits, de l’eau fraiche, du thé glacé, du sirop de grenadine et du jus d’orange.

Kushina épongea son front et fit s’assoir Akiro en face de Sham. Elle n’était pas cuisinière pour rien.

«Voila mes enfants ! Régalez-vous et videz moi tout ca !
Sham, mon petit, pas de manières à cette table. Sers-toi copieusement et mange tout ce qui te fera plaisirs. Sinon je prendrais ça comme une insulte. Toi aussi Tak !

-Il manque le sel et le poivre mami ! Et je ne dirais pas non à un petit verre de vin rouge. »

Kushina poignarda son mari du regard mais s’exécuta aussitôt. Puis elle se mit a table et, voyant que personne ne semblait vouloir attaquer un tel festin (peut-être ne sachant pas par quoi commencer), elle lança les hostilité en croquant a pleine dent dans une cuisse de poulet.
Ici, pas de manières, les couverts étaient la pour faire beau plus qu’autre chose et les gens n'hesitaient pas à parler la bouche pleine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Sam 23 Juil 2016 - 23:56

Spoiler:
 
Sham se réinstallait sur sa chaise, Akiro venait de refuser son aide pour l'aider à mettre la table. Voilà qui plaisait l'adolescent dans une position un peu inconfortable, on l'invitait sans qu'il n'ait rien à payer et ne pouvait même pas aider. Il n'était pas habitué à être invité chez des gens mais savait qu'en temps normal il fallait aider lors du dressage de la table, ne serais-ce que pour montrer sa bonne éducation. Il n'allait pouvoir rien y faire cette fois-ci apparemment ou tout du moins pas pour le moment. Il jeta un coup d'oeil à Tak, ce n'était pas de sa faute après tout.

Akiro confirma ce que l'adolescent avait pensé, cette façon d'être du couple était leur façon de se montrer mutuellement leurs sentiments. Il aurait aimé que ses parents soient dans le même genre, au moins de cette façon il aurait eu la preuve qu'ils s'aiment encore. Jamais il ne les avait vu montrer publiquement leur amour de n'importe quelle façon que ce soit. De ce qu'il avait compris de ses frères et soeurs leur entente s'était un peu dégradée au fil des années. Il se demandait bien pourquoi.

Ce qu'il fait là ? Sham ne comprit pas directement, apparemment sa question n'avait pas été comprise comme il l'avait voulu. Il s'était plus intéressé aux hobbys du garçon et non à sa place dans cette maison. Cette réponse éveilla un peu sa curiosité. Sa position lui rappelait un peu la sienne, ne pas savoir ce que l'on fait chez soi. Sauf que lui le fait de vouloir devenir shinobi était la source de ce problème. Fallait-il réellement avoir des sortes de pouvoirs pour entrer dans l'armée ? Pas spécialement, enfin pas à ses yeux en tout cas.

« Je suis pas sûr. Je crois que ça s'apprend sur le tas non ? »

Sham ne savait pas trop comment réagir. Son interlocuteur semblait vouloir couper un peu court à la discussion. Enfin pas réellement non plus, après tout il ouvrait des questions. Ca m'était le garçon dans un position un peu inconfortable. Devait-il continuer de parler avec ou non ? La réponse fut rapidement apportée quand Akiro finit de mettre la table, il retourna auprès de Kushina sûrement pour lui apporter son aide.

« Un peu bizarre ce garçon non ? »

« Shut Tak ! On dit pas des trucs comme ça. »

L'adolescent avait peur que l'on les ait entendu. Apparemment non à son grand soulagement, deux étaient en train de s'affairer près des fourneaux et Itami revenait à peine de l'extérieur. Ce dernier vint trouver Sham. Lui avait apparemment entendu la discussion entre Akiro et le futur aspirant, il ne voyait pas pourquoi il serait venu lui parler de celui-ci autrement.

Le visage du vieil homme s'était changé, il semblait moins sympathique. Après tout il était occupé de se remémorer une partie de sa vie pas très joyeuse. Le regard que Sham portait sur Akiro changea un peu, il se sentit un peu plus proche de lui. Sa vie à lui semblait avoir été plus difficile que celle du jeune Ono. Ce qui lui parlait le plus était ce qu'Itami avait dit au tout début, une enfance anormale. Sham connaissait bien ça. Mais ça n'avait jamais été à un tel stade, fort heureusement pour lui d'ailleur.

« Je comprend mieux du coup. Comme quoi tu as plus de choses en commun avec lui que tu ne le pensais Sham. Enfin, je ne veux pas comparer ta vie à la sienne. »

Sham donna un coup de coude à Tak, il allait un peu trop loin. Surtout que ce n'était pas la totale vérité. Lui n'avait jamais été brisé ... Enfin pas totalement. Mais surtout il n'était pas comme une personne vierge de tout apprentissage, il avait un vécu et le connaissait. Etait-ce le cas d'Akiro ?

Le sujet changea totalement, il passa de quelque chose de sombre à de bien plus terre-à-terre au soulagement du garçon. Il ne voulait pas zapper le morale du vieil homme en l'obligeant à se ressasser des vieux souvenirs.

« Tak impressionnant ? Mais il est tout mignon ! »

« Hé ! Je suis un Kitsune ! »

Sham rigola à la réaction de son ami avec de reprendre son sérieux tout en gardant un large sourire.

« C'est vrai vous pourriez m'apprendre des choses sur les shinobis ? Ca serait vraiment bien ! Surtout que ce que je connais sûr eux c'est un peu ce que tout le monde connaît. Enfin mise à part Tak bien sûr, je suis plutôt calé sur les Kuchiyose vu mon entente avec mais sinon pour ce qui est du reste mise à à part les bases des bases. Les différents branches utilisées pour le combat, enfin ce genre de trucs quoi. »

Trop curieux pour pouvoir se retenir.

« Vous avez vraiment côtoyé des shinobis ? Vous en étiez un ? C'est vraiment trop classe ! »

Le garçon n'avait même pas remarqué que la table s'était remplie petit à petit de nourriture diverse et variée. Quand Tak lui donna un coup de museau pour le lui indiquer il eut immédiatement l'eau à la bouche. Il en oublia pratiquement la discussion qu'il avait avec le vieil homme. Toute façon il doutait qu'elle allait continuer dans l'immédiat. Toute cette nourriture ... Son ventre ne se sentait plus, il sentait qu'il allait être dans un bref délais être rassasier et vu la quantité pas qu'un peu.

Apparemment il n'y allait pas avoir d'autre couvert pour l'entrée. D'ailleurs l'entrée semblait se prendre en même temps que le repas en lui même ... Une seule assiette ? Sham était un peu perdu devant toute cette découverte. Tak lui semblait être dans son milieu.

« Merci beaucoup madame pour ce repas ! Ne vous en faites pas on va vous faire honneur ! »

Le renardeau se redressa sur les genoux de son ami, posant ses patte avant sur la table attendant impatiemment que Sham replisse l'assiette.

« Oui merci beaucoup à tout le monde. »

Sham sourit à la remarque du vieil homme, elle n'était pas des plus sympathique mais maintenant qu'il connaissait un peu le couple il ne put s'empêcher de trouver un côté mignon dans cette remarque bien qu'un peu déplacée.

Tout le monde attaqua le repas, tout le monde sauf Sham et Tak qui lançait un regard noir à son ami. Le garçon ne savait pas trop par quoi commencer ni trop où se mettre. Jamais il n'avait mangé avec les mains, enfin si tout petit mais il s'était tout aussi rapidement fait réprimandé. D'ailleurs jamais il n'avait remplis lui même une assiette ... Il se lança tout de même, pas très sûr de ses mouvements. Il tentait de faire une pince avec sa fourchette et son couteau comme les domestiques le faisaient chez lui, sauf qu'eux avaient une fourchette et une cuillère. Ce n'était pas facile surtout que Tak attrapait directement la moitié des choses atterrissant dans l'assiette. Quand il termina celle-ci n'était pas fort fournie, il comptait se resservir s'il en avait besoin. Il avait même tenté de déposer les aliments de façon harmonieuse. Comment comptait-il pouvoir faire croire qu'il n'était qu'un paysan ? Déjà la tenue ne collait pas ... Mais là les manières c'était juste la goutte qui faisait débordé la goutte d'eau du vase. Il remplit ensuite son verre de thé glacé et en plaça un peu dans une coupelle qu'il plaça proche de Tak. Il faisait réellement tache dans le décor, mangeant de façon maniérée, pratiquement petit doigt en l'air. S'essuyant la bouche avant de boire à son verre histoire de ne pas placer de trace grasse sur celui-ci. Ne prenant jamais de bouchée trop grosse, même plutôt petite. Il faisait le moins de bruit possible. Tout le contraire de Tak, dévorant une patte de poulet à pleine dent à même l'assiette. Son pelage au niveau du visage se retrouva rapidement recouvert de trace de gras et d'un peu de chaire.

« C'est vraiment délicieux ! Vous êtes une cuisinière hors paire ! »

Tak tenta d'articuler la même chose, la bouche pleine ce n'était pas simple. Leur corps les remerciaient déjà de cet apport nutritif.

« Tu as vraiment de la chance de pouvoir manger comme ça tous les jours Akiro ! En tout cas je suis vraiment heureux d'être tombé sur des gens comme vous. »

Sham avait le visage rayonnant, Tak en fut surpris, jamais il ne l'avait vu comme ça. Chez lui il avait toujours quelque chose dans son regard qui plombait un peu la joie qu'il laissait transparaître. Le Kitsune sourit avant de s'attaquer une nouvelle fois au repas.

« Il parait que toi aussi tu aimes bien le monde des shinobis Akiro. Si tu aimes vraiment bien tu devrais peut-être pensé à le devenir non ? Je sais que tu as dis que tu penses pas le devenir mais si tu veux faut te donner les moyens. Je crois que c'est à la portée de tous ceux qui le veulent vraiment. »

Sham lâcha un large sourire sans entrouvrir ses lèvres histoire de camoufler si quelque chose était calé entre ses dents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiro
Civil
Civil


Messages : 39
Date d'inscription : 08/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
22/100  (22/100)
Points de vie:
215/215  (215/215)
Points de chakra:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Dim 24 Juil 2016 - 23:59

Itami sourit et se perdit quelques instants dans ses pensées. Cela remontait à tellement loin maintenant que cette époque lui paraissait comme sortie d’un rêve.  Il n’était pas passé par l’académie. Médecin de formation, il avait rapidement fait ses preuves et s’était notamment illustré en sauvant la vie d’un haut-gradé de Shi. Pour le remercier, ce-dernier l’avait mené à la capitale et l’avait directement intégré dans les rangs de l’empire. Malheureusement, il ne s’y était jamais plu et ne s’était jamais habitué au mode de vie, à son sens, inhumain des soldats et plus largement à la direction que suivait la société. Une vie de malheur ponctuée par la haine et la violence. Du coup il avait pris sa retraite de façon précipitée et était parti vivre avec sa jeune femme loin des affres de la capitale.
Il secoua la tête nonchalamment. Tant de visages, tant de personnes rencontrées sans qu’il ne puisse savoir ce qu’ils étaient devenus. Et aujourd’hui, le temps lui faisait défaut.

« En tant que médecin j’ai flirté un long moment avec les Shinobis de l’Empire mais cette époque est révolue depuis bien longtemps !»

Je tiquai légèrement en entendant cela. Itami ne m’avait jamais parlé de son passage au sein de l’armée. Je l’avais toujours imaginé en simple médecin de campagne menant une vie paisible à l’orée de la civilisation. Cela dit, c’était cohérent avec sa maitrise du chakra et ses connaissances des arts ninjas. J’aurais dû m’en rendre compte plus tôt.

Itami adressa un clin d’œil à Sham avant de glisser un regard discret mais entendu à sa femme. Kushina lui sourit, ce qui était rarissime, elle-même nostalgique de cette époque. La frivolité et l’insouciance de la jeunesse, le sentiment d’immortalité, la beauté. La route tournait et leur titre de séjour touchait à sa fin. Il leur fallait laisser place à de nouvelle génération, bien que cette résolution ne soit pas évidente à accepter.
Mais bon, ils étaient encore aptes et c’était tout ce qui comptait. D’ailleurs même un pied dans la tombe la vie continuait de leur offrir de quoi se sentir utile.

« Oui Kushina est une sacrée cuisinière ! D’ailleurs dans le temps elle était réputée pour être une des meilleures de l’empire !
-Arrête de raconter n’importe quoi vieux brigand ! Je cuisine avec mon cœur voilà tout. »

J’acquiesçai la bouche remplie de patates. Oui, elle était vraiment douée pour marier les gouts et les couleurs. Les saveurs fondaient dans la bouche et créaient un amalgame complexe à détailler mais simplement délicieux. D’ailleurs je ne pouvais que hocher la tête à la remarque du jeune homme. Que ce soit la chance ou le destin qui m’avait conduit ici, je ne pouvais que m’estimer heureux (à défaut de le ressentir). Ou le devais-je ? N’importe qui se sentirait redevable. Mais je ne pouvais faire taire cette petite voix qui distillait régulièrement dans ma tête des pensées sombres. Je ne pouvais m’empêcher de penser que sans eux je serais probablement mort et j’aurais eus alors accès à toutes les réponses de ce monde. Sans eux, je ne me sentirais pas autant abimé et désarmé face à ce monde complexe qui m’effrayait autant qu’il me fascinait. Sans eux je ne croulerais pas sous une avalanche de questions en suspens ou en veille.

Itami se rendit rapidement compte que je m’étais enfoncé dans les limbes de mon inconscient et chercha à détourner l’attention de moi le temps que je recouvre mes esprits.

« Ça de la chance il en le petit ! Entre une cuisinière extraordinaire et un maître sage et respecté, il a de quoi nourrir ET son estomac ET son cerveau.
-Sage et respecté ? Aha mon pauvre Sham ce qu’il ne faut pas entendre ! Sans moi ce vieux singe mal peigné ferait la manche depuis bien longtemps !
-QUOI ?!
-En plus, à part lui bourrer le crâne avec tes vieux sermons soi-disant philosophique qui attraient plus à ceux d’un vieillard sénile et pervers je ne vois pas en quoi tu le nourris ! Notre petit homme n’a pas besoin de toi, il est plus intelligent que toi. »


Kushina m’adressa un regards bienveillant empli de tendresse. Gêné je le lui rendis avant de vite détourner le regard.

« Et bien et bien mami puisque c’est comme ça je vais faire la grève de la parole, on verra si tu es capable d’élever le débat vieille sorcière !
-Aha fais donc ça nous fera des vacances ! »

Vexé, Itami se renfrogna et reporta son entière attention sur la nourriture et maugréant dans sa barbe.
C’est Sham qui me tira de mes rêveries en tentant une nouvelle fois de s’adresser à moi personnellement. Kushina braqua son regard sur moi également, guettant ma réaction et ma réponse. Il ne fallait pas que je la déçoive. Je posai la cuisse de poulet que j’avais entre les mains et répondis à mon interlocuteur d’une voix posée et mesurée.

« Oui c’est un monde qui m’inspire beaucoup. Je trouve ça fascinant la capacité de l’être humain à toujours se dépasser, toujours chercher plus haut et plus loin. C’est comme s’il n’y avait pas de limite ! J’ai lu que les ninjas étaient capables de cracher du feu, de créer de l’eau, de contrôler jusqu’à la moindre cellule de leurs organismes etc… C’est pour ça que je te disais tout à l’heure que je ne me sentais pas capable de pouvoir intégrer l’académie de Shi. Je n’ai aucun talent ni prédispositions particulières, le peu de chose que je sais je le sais grâce à mes lectures et non de manière empirique. »

J’attaquai à pleine dent une tranche de bœuf séché avant de poursuivre.

« Mais je dois avouer que je suis curieux d’approcher ce système de plus près, ne serait-ce que pour l’étudier plus en amont ! D’ailleurs, pourquoi cherches-tu à devenir ninja ? La reconnaissance ? La fierté personnelle ? L’altruisme et la volonté d’aider ton prochain ? Le goût de l’aventure ? Du danger ? »

Je ne pus m’empêcher de glisser un œil sur Tak le petit renard de compagnie.

« Et pourquoi t’es-tu lié à un anim…. Kuchiyose ? Je veux dire, comment cela se passe-t-il ? C’est toi qui le choisit ou c’est lui ? Et comment c’est chez toi Tak ? Je veux dire dans ton monde, il y a des humains aussi ? »

Itami ne put s’empêcher d’exploser de rire.

« CO CO CO ! Ne lui donnez plus la parole à ce petit sinon il va vous noyer sous une tonne de questions ! Cela dit moi aussi j’aurais une petite question Sham. »

Il posa ses couverts sur son assiette, s’épongea la bouche et la barbe avec sa serviette et plongea son regard dans celui du jeune homme.

« Tu n’es pas habitué à vivre modestement je me trompe ? »

Un grand sourire malicieux se peignit sur son visage. Il s’ennuyait et se devait de titiller le petit garçon un petit peu, sans méchanceté aucune, simplement pour voir jusqu’à quel degré était-il prêt à s’enfoncer dans le mensonge. D’ailleurs Kushina devina son petit jeu et lui jeta à la figure sa serviette avant même que Sham n’ait eu le temps de répondre quoique ce soit.

« Psch ! Laisse le tranquille ! On a tous le droit d’avoir nos petits secrets ! »

Avant de se tourner vers le petit homme.

« Ne t’en fais pas mon enfant, Itami cherche juste à te provoquer, à te tester. Mais sache qu’ici on ne te jugera pas, qui que tu sois et d’où que tu viennes. Pour autant ne te sens surtout pas obligé de lui répondre au vieil oiseau. »

Je ne pus me retenir d’ajouter en souriant.

« On sait tous autour de cette table que tu ne viens pas d’une famille de paysan. Tes habits, ta façon de manger, de t’exprimer….  Mais si je peux me permettre, tu n’as rien à craindre de nous. Simplement le mensonge est rarement le bienvenu pour le bon fonctionnement des relations humaines. »

J’étais moi-même curieux devant tant d’incohérence. Je ne savais plus que penser à l’égard du futur aspirant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Mer 27 Juil 2016 - 21:46

Itami avait l'air d'avoir eu une ville plein de mouvement, en tout cas c'est l'impression que Sham en avait. Une certaine force se dégageait de ce vieil homme. Il ne savait rien de son passé mais sans réellement savoir pourquoi il sentait que cet homme n'était absolument pas comme on peignait un enfant de l'empire en temps normal. Cette information l'obligeait à revoir les préjugés qu'il avait. On lui avait raconté pas mal d'histoire sur le peuple de cet endroit mais aucune ne concordait avec ce qu'il vivait pour l'instant. Même ce qu'Anako lui avait raconté été à mille lieux de ce petit trio. Itami était donc un médecin ? Peut-être pourrait-il venir en aide Mihako, sa soeur, qui montrait des premiers signes de maladie. Mais était-ce réellement utile ? Pas réellement, après tout Anako lui aussi pratiquait cet art et de façon plus utile qu'un simple médecin. Mais le vieil homme était-il simplement un médecin ou alors pratiquait-il lui aussi les jutsus ? Bonne question mais il ne se voyait pas poser cette question.

Itami envoya un énième clin d'oeil à l'adolescent et pour une fois il eut un geste délicat envers sa femme. Sham pu sentir une partie des émotions qui se dégageait de ce sourire. Il avait déjà vu quelque chose de similaire entre ses grands-parents. Un moment de nostalgie planait dans l'air. Kushina eut même droit à un compliment. C'était plaisant d'assister à ces petits moments qui semblait arriver peu souvent ici.

Mais ce qu'il avait connu ici reprit rapidement sa place, de nouveau le couple s'envoya des piques. Sham sentait autant d'amour dans ce genre d'échange que dans celui qui venait de se produire. Aucun doute, il se sentait réellement bien dans ces lieux.

Cette fois-ci la dispute alla un peu plus loin, le vieil homme refusait de parler à présent. En un clin d'oeil Sham ne savait plus réellement où se mettre. A défaut de savoir comment agir il prit une bouchée de ce qui se trouvait dans son assiette. Akiro se mit à répondre à sa question tout en lui en renvoyant toute une flopées. Sham ne savait plus trop où donner de la tête. Entre le jeune homme qui parlait que Itami qui intervint directement. Tout se passa très rapidement, on le plaçait au pied du mur. Son mensonge n'avait absolument pas tenu la route, Kushina tenta de lui venir un peu en aide mais ça ne lui donna que l'impression de devoir encore plus répondre à ces questions bien qu'elle avait dit totalement le contraire. C'était le fait qu'elle ai dit qu'il ne serait pas jugé sur ce qu'il cachait. Le futur aspirant avait tout simplement l'impression d'être obligé d'apporter des réponses. Il échangea un regard gêné avec Tak. Lui aussi ne savait pas trop où se mettre à présent, il ne mangeait plus trop soucieux de ce qui allait se passer par la suite. Oui ils avaient dit qu'ils n'avaient rien à craindre mais était-ce la réalité ? Et si jamais il était balancé à Shi ? Non, il ne voyait pas ces gens très aimable le livrer à l'empire.

Ce fut Akiro qui apporta le coup de grâce, Sham n'osait plus regarder qui que ce soit. C'est simple ses yeux fixaient ses pieds gêné d'avoir menti de cette façon à ce gens si accueillant. Il fallut quelques dizaines de seconde pour qu'il se mette à parler, son visage pourpre et toujours pointé vers le bas.

« C'est vrai, je suis désolé de pas avoir été sincère avec vous. »

Il marqua une nouvelle pause, ce fut Tak qui reprit la relève, un peu plus à l'aise dans cette situation que Sham. Mais pas totalement non plus.

« Avant d'attaquer le vif du sujet il serait peut-être bon d'assouvir la curiosité d'Akiro sur certains points. Ca laissera le temps à Sham de chercher ses mots pour vous expliquer. » il monta directement sur la table pour être à meilleure hauteur par rapport à Akiro vers qui il s'était tourné. « Pour ce qui est du lien entre Sham est moi est un sujet plutôt complexe. A vrai dire je suis un Kuchiyose pas réellement comme les autres. Normalement on pactise avec un shinobi et non avec un enfant comme je l'ai fait. Il y a quelque chose qui m'a énormément plu chez Sham mais je ne serais pas dire quoi. Je ne me suis jamais vraiment plus dans le monde des Kuchiyose. J'ai trouvé avec Sham un réconfort et une stabilité que je n'avais pas avant. C'est en grande partie ça qui m'a poussé à me lier avec lui. Pour ce qui est du choix, souvent c'est d'un commun accord mais il est déjà arrivé qu'un humain force une famille de Kuchiyose à se lier avec mais c'est quelque chose de rare et de très mal vu. »

Lui aussi échangea un regard un peu nostalgique avec Sham qui eut un petit sourire. Déjà huit années qu'ils se connaissaient, huit années qu'ils partageaient pratiquement tous les moments de leur vie. Tak reporta son attention sur Akiro.

« Pour ce qui est du monde des Kuchiyose il est bien différent de celui-ci. Déjà ne serait-ce que dans l'atmosphère qui y règne mais en même temps il est tellement proche. Comme tu peux t'en douter il n'est pas peuplé d'humain contrairement à votre monde mais tout comme on peut croiser des Kuchiyose ici on peut en croiser là-bas. »

Tak se tourna une nouvelle fois vers Sham, il lui montrait clairement par ce geste que c'était à son tour de parler maintenant. Son ton était plus sérieux qu'auparavant.

« Hum, avant d'attaquer le gros morceau je vais répondre à tes premières questions en premier. Si je veux devenir shinobi c'est un peu pour tout ça en même temps. Je veux prouver que n'importe qui peut devenir membre de l’armée d'un village. Pas question force mais question place sociale en quelque sorte. Je veux pouvoir apporter de l'aide aux gens qui ne sont pas capables de se protéger ou qui ont tout simplement choisi un autre métier. Après tout les shinobis sont là pour assurer la sécurité de tout à chacun. A mes yeux c'est même plus large que ça, je ne vois pas pourquoi une shinobi de l'empire ne pourrait pas apporter son aide à un civile de Shousan. Après tout lui n'a rien demandé, s'il y a des tensions ce n'est pas de sa faute. Et non je ne le fais pas pour de la renommée mais si elle va avec ça me va parfaitement. Après tout qui cracherait sur de la reconnaissance sur son travail fourni ? Mais comme je l'ai dit être shinobi ça se limite pas à protéger sa nation. Je crois que de ce point de vue je ferais un mauvais shinobi aux yeux de la nation. »

Sham préférait encore éviter de parler de l'endroit d'on il venait. Il releva enfin son visage, moins rouge. Parler le soulageait un peu.

« Et non je ne suis pas fils de paysan mais de commerçant. Mon père est plutôt bien implanté dans le milieu dans le quel il évolue. Je ne peux pas réellement vous en dire plus mise à part que je suis issu d'une lignée plutôt aisée ... Même très aisée. Le commerce de mon père est une affaire familiale d'on je ne veux pas faire partie. C'est pour ça que je veux devenir shinobi. Montré que même en étant le fils de mon père je peux apporter du bien dans ce monde. »

Tak s'était installé sur les genoux de son ami.

« Je ne peux pas vous en dire plus par contre, sans quoi c'est moi qui aurait des problèmes et même peut-être vous. Je ne voudrais pas attirer malheur dans cette demeure. »

Devait-il dire que l'un de ses frères et l'une de ses soeurs étaient sûrement à sa recherche ? Il n'en avait aucune idée mais ne voyait pas en quoi cacher cette information pourrait faire de mal à cette famille. Sham et Tak restèrent tout de même sur leurs gardes. Il n'était pas dit à cent pour cent qu'il ne serait pas livré à l'empire. Après tout garder secret la présence d'Anako et de Mihako était sûrement la meilleure chose à faire pour si ça tournait mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiro
Civil
Civil


Messages : 39
Date d'inscription : 08/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
22/100  (22/100)
Points de vie:
215/215  (215/215)
Points de chakra:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Sam 30 Juil 2016 - 4:29

Sham changea de couleur et sembla vaciller sous le poids de l’évidence ; il ne pouvait plus persévérer dans ce sens. Néanmoins je ne compris pas pourquoi se sentait-il honteux alors que nous avions, tous les trois, fait de notre mieux pour lui exprimer notre ouverture d’esprit. Rien dans l’attitude de ses hôtes n’avait suggérée l’animosité, le ressenti, l’amertume de s’être fait dupé. D’ailleurs plus personne ne mangeait. Les bouches étaient figées dans une moue expectative. Qu’allait-il bien pouvoir raconter ? Quel était son secret ? L’ambiguïté humaine à l’œuvre. Nous qui protestions à l’instant nous voilà béats, l’esprit rongé par la curiosité.

Ce fut Tak, finalement, qui rompit le silence en se hissant sur la table et en donnant un instant de répit à son camarade. Ou maître. Comment le considérait-il dans sa tête ? Quoiqu’il en soit, ce-dernier se proposa pour me livrer, enfin, un début de réponse sur la nature des Kuchiyose. Car même si la récolte était maigre, au moins j’avais un avis fiable à disposition. Enfin fiable. Peut-être n’était-il pas un sujet très représentatif de la population. Il n’en restait pas moins le seul à avoir été en contact avec les deux mondes donc, somme toute, le seul à pouvoir en parler.
J’acquiesçai en guise de remerciement et refrénai les questions qui déjà me brulaient les lèvres. Premièrement j’avais appris que ce n’était pas une bonne chose d’insister, il m’avait dit tout ce qu’il voulait me dire et deuxièmement je savais qu’un sujet autrement plus brulant était à l’ordre du jour. D’ailleurs, Kushina s’était remise à manger pendant l’explication de Tak et Itami, lui, écoutait le regard absent.

Cependant, lorsque Sham reprit le flambeau, l’assemblée se focalisa de nouveau et bue chacune de ses paroles.
Un beau projet que voilà. Je glissai un regard à ma droite ; Itami souriait, sans doute des souvenirs du passé qui surgissaient. Un regard à ma gauche ; Kushina regardait notre interlocuteur d’un œil tendre. Qui avait-il de plus beau, de plus pur que l’innocence, l’insouciance d’un enfant ? Pour ma part j’étais partagé. Certes il n’avait pas encore la maturité de concevoir et d’échelonner un plan sur le long terme. Certes il était trop jeune pour comprendre le concept de responsabilité. Un enfant introverti en manque d’affection et en perte de repère ? Cela pourrait expliquer les mensonges sur sa personne. Mais il y avait dans son regards quelque chose qui me troubla dans ma prise de position. Quelque chose de pugnace. D’indélébile. On avait tous traversé dans notre vie des évènements qui nous définissaient plus surement que tous les autres. Lui, bien que née une cuillère en or dans la bouche, semblait avoir déjà connu son baptême de l’air. Simplement il ne s’en rendait pas compte. Je ne le reverrais probablement jamais de ma vie. Pour autant j’étais curieux de voir comment il allait évoluer. A mon sens soit il ferait de cette résolution le leitmotiv de sa vie, soit il ignorerait l’appel de son destin et fera face à la frustration. Le regard ne trompe jamais chez l’être humain. Je me demandai à quoi ressemblait le mien, s’il était aussi expressif que celui de ce jeune garçon tout juste assez âgé pour connaitre les cuisses d’une femme.

« Je le savais ! J’avais découvert ton secret avant même que tu n’ouvres la bouche ! CO CO CO ! »

Itami avait tapé un grand coup sur la table, le sourire jusqu’au oreille. Il lui en fallait peu pour s’émerveiller devant son intelligence.

« He bien he bien mon petit, c’est une belle histoire que voilà. »

Kushina s’était, elle, légèrement renfermée. L’instinct maternelle ne trompait jamais lui non plus. Tandis qu’Itami s’était focalisé sur les grandes lignes, trop soucieux de satisfaire son égo, je savais que Kushina avait titlée à l’évocation du père de Sham. Ce devait être naturelle pour une femme de ressentir la peine d’un enfant. Je fronçai légèrement les sourcils. En quoi être le fils d’un riche commerçant était-il préjudiciable ? Pourquoi nous l’avoir caché ? Et de quel malheur parlait-il ?

« Baf, ne t’en fais mon ptit gars, qui pourrait bien nous vouloir du mal ? Et puis les sortilèges de mami nous protègent !
-Pssss c’est sûr qu’il ne faudra pas compter sur toi, vieux crouton. »

Étais-je le seul à avoir compris qu’il y avait anguille sous roche ? Pourquoi ne réagissaient-ils pas ? Sham venait tout simplement de menacer cette maison alors pourquoi n’étaient-ils pas curieux d’en savoir plus ? Je fixai du regards Itami en attrapant du gauche un saladier. Non. Impossible qu’il n’ait pas remarqué. S’il choisissait le silence ce devait être par respect pour son invité. Après tout, je m’étais moi-même tu tout à l’heure face à Tak par courtoisie.
Je haussai les épaules, Itami enchaina plus sérieusement.

« Tu sais Sham il n’y a pas de honte à être le fils d’un riche négociant. Au contraire tu devrais en être fière. Pour se hisser au sommet il a dû en affronter des péripéties. Et pour y rester il a dû faire face à la jalousie cruelle et bêtement égoïste des hommes. Et puis tu t’en rendras compte plus tard mais la vie ce n’est pas tout blanc ou tout noir. Il faut faire des choix. Parfois on prend les bonnes décisions, parfois non. Mais une chose est sûre, tu ne pourras jamais le savoir. Alors ne sois pas trop catégorique avec lui. Tu verras, avec le temps ta vision du monde changera et avec elle l’image que tu te fais de ton père.
-Moi j’aurais aimé que mon père soit riche et respecté. »


J’arborai un grand sourire.

« Akiro ne se souvient plus de sa famille. Il faut toujours relativiser dans la vie sinon c’est une prise de tête perpétuelle !
-Ce n’est pas pour rien que ce fossile est encore vivant ! Sa tête, il l’a trop économisée !»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Jeu 4 Aoû 2016 - 18:30

Sham fut soulagé de voir que les visages restaient souriant, ils avaient donc dit vrai. L'adolescent alla jusqu'à sursauter quand le vieil homme frappa de la main sur la table. Il ne s'était pas attendu à telle réaction. Tout comme Tak qui avait un peu bondit en arrière. Découvert son secret ? C'était vite dit, il avait plus découvert où était le mensonge mais pas la totalité de la vérité. Sham avait dit vrai tout le long mais avait omis plusieurs détail comme le commerce que pratiquait son père. Ca ne s'arrêtait pas à la marchandise malheureusement. L'ironie de la situation dans la quel se trouvait le jeune adolescent était le fait que son père était l'un des plus grands du monde, place qu'il voulait également occupé mais dans un domaine tout autre. Alors que l'un gagner sa vie dans l'illégalité, l'autre voulait rejoindre les forces de l'ordre du village dans le quel Oma sévissait.

Le futur aspirant répondit à Kushina d'un simple sourire timide. Il ne savait pas encore réellement comment réagir après cet aveux. Pouvait-il continuer à faire comme avant ou devait-il se montrer un peu plus discret maintenant ? Enfin, il ne s'était pas trop imposé non plus pour l'instant. C'était étrange, en temps normal il se serait déjà fait remarqué alors que là il était calme et posé. Peut-être était-ce simplement le fait qu'il ne se trouvait pas à Shousan et donc que personne ne le connaissait. Ici il était simplement Sham et non le fils d'Oma Ono. Serait-il possible que son comportement soit influencé par ça ? Certainement.

Sham ne souriait même plus, rien que de penser à son père lui donnait un coup au morale. Il avait peut-être parlé trop vite sur le fait qu'en dire trop risquerait d'attirer des problèmes à ces gens ... Quoi que pas spécialement, il savait que son père s'était débarrassé de témoin ne sachant pas grand chose. Qu'en serait-il d'un couple de vieux accueillant un adolescent ayant entendu de la bouche de son fils qu'il était mafieux. Si jamais ils viendraient à répéter une telle information qu'il aurait donné ça pouvait être la fin pour Oma. Ce n'était pas homme à jouer avec sa sécurité, il préférait mille et une fois s'assurer que rien ne pouvait le relier à ses crimes que de laisser ne serait-ce qu'un indice derrière lui.

Tak revint se blottir contre son ami, sentant que celui-ci n'avait pas trop le morale. Il tentait tant bien que mal de le dissimuler mais sa joie de vie s'était vue méchamment diminuée ce qui se reflétait par un visage plus sérieux que celui qu'il avait pour habitude d'aborder. Itami tenta tant bien que mal de lui montrer que son père n'était pas aussi honteux que ce qu'il pouvait penser ... Si seulement il savait, ce n'était pas la jalousie et l'égoïsme à que son père devait faire face mais plutôt à la haine qu'engendrais ses actions et sans grande surprise celle-ci se répercutait sur le jeune adolescent. Tout comme ce n'était pas en affrontant des péripéties qu'il s'était hisser au sommet mais en s'arrangeant pour prendre la place de son père à lui. Non, il n'y avait aucune raison de ne pas être fier de son père.

« Vous avez peut-être raison. Je suis peut-être un peu trop dur avec mon père. Surtout que je suis le seul à le voir sous cet angle là dans la famille. L'erreur vient peut-être de ma part. »

Il ne croyait pas un seul mot de ce qu'il venait de dire.

Les paroles d'Akiro étaient lourde de sens aux oreilles de Sham. Il comprenait très bien sa position, s'il ne se souvenait pas de ses parents lui aussi aurait aimé qu'ils soient riches et respectés. Malheureusement il avait appris que ça n'avait pas toujours du bon.

« Je suis désolé Akiro, je ne savais pas. J'espère pour toi qu'un jour tu pourras en apprendre plus sur eux. »

* Et que ton père ne sera pas comme le mien ... *

Le morale de Sham remonta un peu, entendre à nouveau Kushina lancer des piques à son mari. Il y avait réellement quelque chose de cocasse dans cette façon de faire entre eux deux qui plaisait énormément à Sham.

« Au fait Akiro, tu sais ça n'a pas toujours du bon d'être le fils de quelqu'un de connu. On ne te voit jamais pour ce que tu es mais pour qui tu es. Tu deviens le fils de la personne et non toi. »

Voilà qui résumé en grande partie la vie de Sham, être le fils de quelqu'un de connu c'était être l'ombre de cette personne. Combien de fois ne l'avait-il pas simplement nommé par son nom de famille ou encore pire par « le petit mafieux ». Pas étonnant qu'il lui arrive aujourd'hui de chaparder des choses. Après tout autant mériter son surnom non ?

Désireux de changer de discussion Sham se tourna vers le vieil homme.

« Vous m'avez dit que vous pourriez m'en apprendre un peu plus sur le monde des shinobis. Vous seriez d'accord pour le faire quand on aura fini de manger ? »

Il avait sorti son plus beau sourire, habitude qu'il avait attrapé quand il désirait réellement quelque chose. Il serait malheureux de ne pas profiter des atouts que la nature lui avait offert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une petite maison dans la prairie, nord de Shi   Aujourd'hui à 7:47

Revenir en haut Aller en bas
 

Une petite maison dans la prairie, nord de Shi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La petite maison dans la prairie [LIBRE]
» Premier Prime (26/11 - 21h00)
» La petite maison dans la prairie
» 03.06/02.Sc.[Long Lake] - La Petite Maison dans la Prairie
» Petite maison dans la Fôret.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Next Generation :: 
PARTIE RP
 :: Empire de Shi :: Shi no kuni
-