AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Portes de Shi no Kuni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akiro
Civil
Civil


Messages : 39
Date d'inscription : 08/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
22/100  (22/100)
Points de vie:
215/215  (215/215)
Points de chakra:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Portes de Shi no Kuni   Mar 12 Juil 2016 - 19:04

Nous arrivâmes aux portes de Shi no Kuni en fin d’après midi, deux jours après notre départ. Le soleil achevait tranquillement sa course à l’ouest et les ombres grignotaient inexorablement ce qu’il restait de clarté. Le voyage s’était déroulé sans heurts dans une atmosphère monotone et  placide. Peu de paroles échangées. Aucun d’entre nous ne désirait rompre cet accord tacite ; profiter de ces derniers instants d’ataraxie avant de plonger dans la cohue ronflante d’une grande ville.  

«Nous voila arrivés !»

Déclara Itami placidement, presque avec amertume. Il préférait les grands espaces vides aux rues étroites et bondées de la Capitale. La sérénité de la nature à l’agitation des villes.
Pour ma part c’était la première fois que je m’approchais de si près d’une agglomération aussi dense que tentaculaire. Les portes me paraissaient immenses. La foule s’y pressait comme dans une fourmilière. Quel spectacle incroyable. J’étais bien loin de ma montagne natale ou de la petite chaumière solitaire d’Itami.

«Impressionnant n’est-ce pas Akiro ? On ne dirait pas comme ça avec tout ce désordre apparent mais permettre à autant de gens de cohabiter requiert une sacré organisation.»

Je me contentai de hocher la tête, encore saisis d’ébahissement. Itami poursuivit, cette fois-ci avec plus d’entrain et d’excitation. Comme s’il cherchait à me la communiquer.

«Je te présente Shi no Kuni, la capitale de l’empire. C’est ici que nos chemins se séparent fiston ! Je repars demain à l’aube en espérant pouvoir trouver une boutique d’ouverte ce soir. »

Comme à chaque fois qu’il m’appelait de la sorte, je tiquai. Je n’étais pas son fils et nous le savions tous les deux. Alors pourquoi prétendre le contraire ? J’appréhendais l’affection qu’il cherchait à véhiculer. Et cela me touchait, dans un certain sens. Mais cela me rendait surtout mal à l’aise car je savais qu’il cherchait ainsi à combler un manque, faisant de moi la projection de son esprit.

«Mais bon, tu sais que notre maison te sera toujours ouverte. Kushina se fera un plaisirs de te choyer. En plus elle est moins chiante quand tu es là ! »

Je lui rendis son sourire. J’étais doué pour feindre. J’aurais fait un bon acteur. Même si je leur étais sincèrement reconnaissant pour tout ce qu’ils avaient fait pour moi, j’étais incapable de le ressentir intrinsèquement.
Je m’apprêtai à mettre pied à terre lorsqu’Itami m’en empêcha en me saisissant par le bras. Son visage s’était durcit, sa voix s’était alourdie.  

«Je sais ce qui brûle en toi. Tu ne t’en rends peut-être pas compte au jour d’aujourd’hui mais la haine est coincée dans tes tripes. Nous n’avons jamais vraiment parlé de ce qu’il t’était arrivé avant notre rencontre mais je me rappelle de l’état dans lequel je t’ai trouvé. Un jour viendra ou tu seras habité par un furieux désir de vengeance, une intarissable soif de réponses. Souviens toi alors de ceci : Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort et les morts qui mériteraient la vie. Mais tu ne peux la leur rendre. Alors ne sois pas trop prompt à dispenser mort et jugement.
Essai de chercher des réponses à tes questions en posant sur le monde un regard sans haine car il n’y a pas plus destructeur que ce sentiment. Il finira par avoir raison de toi. Aucun homme ne peut se nourrir exclusivement de haine et de rancœur. Aucun. »


Il me lâcha presque aussi subitement le bras et je manquai de tomber de la carriole, choqué par ce sermon prophétique et par cette voix impérieuse.  Je ne comprenais pas ce qu’il cherchait à me transmettre.  Pourquoi maintenant ? Et comment pouvait-il être aussi sûr de lui ? Et de quoi parlait-il ?

«Enfin bref, un jour tu comprendras. Files, tu vas me mettre en retard !! »

Je sautai prestement à terre et le regardai passer devant moi cahin-caha en lui adressant un signe de la main qui se voulait chaleureux. Sa voix caverneuse ricochait encore dans ma tête.
Je décidai de mettre cela de côté. J’étais à présent livré à moi-même et j’avais fort à faire.
Je me dirigeai donc d’un pas résolu vers la porte et accostai une jeune femme devant moi qui semblait aller dans mon sens dune voix aimable, respectueuse.

«Excusez-moi Mademoiselle, je souhaite rentrer dans la capitale afin de me présenter à l’académie. Dois-je signer un registre ou informer quelqu’un de ma présence ici ? Ou je peux simplement entrer et sortir comme bon me semble. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eika Shirogane
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 55
Date d'inscription : 20/11/2011

Feuille de personnage
Points d'expérience:
66/100  (66/100)
Points de vie:
147/147  (147/147)
Points de chakra:
206/206  (206/206)

MessageSujet: Re: Portes de Shi no Kuni   Mar 12 Juil 2016 - 20:15

Revenir à Shi no kuni signifie souvent que je suis d’humeur exécrable. Le frisson de la chasse passé, ne reste que l’amertume qu’elle soit terminée, bien souvent. Mais ce n’est pas le cas aujourd’hui : les affaires courantes sont suffisamment bonnes pour me mettre dans un état plutôt tendance jubilatoire. Je suis venue chercher mon paiement suite à la capture de Nanako Nara, une jeune Genin de Shousan, mais pas seulement. J’ai une commande à passer auprès d’un forgeron, et une autre auprès d’un ébéniste. Les tout meilleurs de l’Empire, que je peux me permettre grâce à cette paie. Les flèches que je vais pouvoir fabriquer seront de première qualité, ce qui me laisse présager des parties de chasse passionnantes dans un avenir proche.
Mieux on est équipé, mieux on peut chasser de gros gibiers après tout.

Alors que j’approche de la ville, et que je vois enfin les portes, un type m’accoste. Nos âges doivent être sensiblement les mêmes, et il veut savoir où trouver l’académie. Je le jauge avec ironie. Soit c’est un menteur, soit une recrue terriblement prometteuse. Son allure et la force de son chakra tranchent carrément avec celles des recrues qui se présentent habituellement à l’académie. J’ai bien envie de ne pas lui répondre comme je le fais d’habitude quand on me parle à l’improviste, mais ce serait aller contre un de mes devoirs de shinobi. L’information. Ce type sera peut-être un frère d’arme un jour, ce n’est guère une bonne idée de le traiter comme un moins que rien. En plus pour le coup il a l’air de connaitre le sens du mot politesse, et je n’ai aucune bonne ou mauvaise raison de le laisser en plan. Surtout que vu ce qu’il vient de me dire, il va avoir clairement besoin d’aide.

Je lui désigne une direction vers l’horizon. Une route qui part légèrement vers l’Ouest.

« L’académie shinobi ne se trouve pas à Shi no kuni, mais à Taki, vers le Nord-Ouest. Ce ne sont que les shinobis d’élite qui sont postés dans la capitale. Ceux en formation, les senseïs, ainsi que les ninjas jugés moins doués sont à Taki. Si tu veux vraiment t’inscrire c’est plutôt là-bas qu’il faudra te rendre. Cela dit … »

Je rehausse mon épaule, pour caler mes deux arcs dans une position plus confortable. Avec les explications que je dois donner je vais devoir parler un peu, autant ne pas les avoir qui me titillent dans le dos.

« Pour intégrer l’académie il faudra que tu obtiennes une attestation comme quoi tu as été testé, et aussi qu’on te fasse remplir quelques paperasses … Il n’y a qu’une poignée de personnes qui peuvent faire ça, et la plupart sont à Taki. Mais bon, comme tu es à Shi, tu dois savoir qu’il y a aussi trois autres personnes ici qui peuvent t’aider pour ça. L’Impératrice en personne bien entendu, mais autant dire qu’il sera difficile d’approcher du palais. Sinon, au centre administratif tu peux aller voir un certain Jinji Nara. C’est le haut conseiller de Shi, et le stratège de Sa Sainteté. Il a autorité sur tout ce qui est administration donc signer ce genre de dérogation ne lui posera pas de problème si tu as la patience d’attendre un rendez-vous. Ou alors tu vas à la cathédrale voir l’Evêque des Cinq. Les Dieux aussi peuvent choisir leurs propres apprentis ninjas faut croire … »

Bon, ben j’ai été plutôt sympa et claire je crois. Il a tout ce qu’il lui faut pour intégrer l’académie.

« Et pour passer les portes, il n’y a que les contrôles de sécurité à l’entrée. Ils prendront sûrement ton nom, entre autres. Mais c’est tout. »

De toute manière, une fois à l’intérieur, tous les recoins à risque étaient sécurisés, pour ainsi dire. Ce n’est même pas sûr qu’ils se contentent des informations demandées. Bien souvent, un ninja sensoriel étudie aussi les pensées passagères des individus qui passent les portes pour en savoir un peu plus et vérifier les intentions. Mais bon, ça, je me garde bien de le lui dire. Surtout parce que ce n’est pas mon problème.
Comme je lui ai dit tout ce qu’il a besoin de savoir, je commence à m’éloigner d’un ou deux pas, puis je me ravise. Je regrette presque d’avance ce que je vais dire, mais bon, ce jeune homme n’est pas désagréable à regarder … Et puis, il a l’air plus compétent que sa question ne le laisse entendre. Je suis un peu curieuse, malgré moi.

« Tu veux que je te guide vers un des endroits que j’ai évoqué ? J’ai quelques trucs à régler en ville, et je fais le trajet vers Taki à la fin de l’après-midi. Je peux t’y mener si tu veux. Par contre, ce sera à pieds. Donc ça signifiera passer la nuit dehors. »

Bon, plus possible de me raviser maintenant. Je ne suis pas le genre de fille qui revient sur ses propres paroles. Ce que la bonne humeur peut vous faire faire parfois … Bon au moins on ne pourra pas m’accuser de donner des indications à n’importe qui. J’aurais le temps pendant le trajet d’étudier un peu le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiro
Civil
Civil


Messages : 39
Date d'inscription : 08/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
22/100  (22/100)
Points de vie:
215/215  (215/215)
Points de chakra:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Re: Portes de Shi no Kuni   Mar 12 Juil 2016 - 21:24

La demoiselle se retourna et m’indiqua du doigt une route extrinsèque a la cité qui partait vers l’ouest.  J’étudiai rapidement mon interlocuteur en la balayant discrètement du regard. Une jeune Kunoichi de 20 ans tout au plus. Les yeux expressifs, le regard vif, le corps durcit par l’entrainement. Mais le plus parlant était son attitude, confiante, franche et feutrée. Elle ne semblait pas exubérante ou superficielle. Au contraire. Et cela lui conférait un charme certain, le charme des gens silencieux et introvertis, naturels mais réfléchis ;  le charme du mystère. D’emblée je fus saisis d’une furieuse envie de percer ses secrets, de plonger dans le tréfonds de son esprit pour y découvrir ce qu’elle y cachait farouchement.  
J’adorais la psychologie humaine. Si complexe et si simple. Si paradoxale.
Sauf quand elle arborait deux arcs dans son dos.

« Oh je vois. »

Répondis-je sur un ton neutre. Comment faisaient-ils déjà pour manifester de l’embarras ? Ah oui, comme ça. Je passai une main dans mes cheveux blancs laiteux et tentai de lui adresser un sourire gêné.

«Je suis désolé alors je me suis trompé de ville. Je ne suis qu’un simple civil, je ne vais pas importuner sa majesté et ses conseillers pour un cas aussi humble que le mien. »

Oui, plutôt mignonne dans son genre même si j’étais loin d’être un expert en la matière. C’était la première fois que j’échangeais avec une fille de mon âge. Je ne savais pas trop comment me comporter.
J’haussai les épaules intérieurement, cela ne devrait pas trop différer des garçons.
Je me souvins de Kushima grondant son mari pour avoir laisser son regard s’attarder trop longtemps sur le corps d’une vendeuse de pomme. Je pris bien garde à ne pas commettre la même erreur et m’attelai à ne pas décrocher mon regards du sien.
D’autant plus que les yeux ne mentaient jamais.
Les miens étaient d’ailleurs d’un noir de geai, aussi profonds et emmuraillés que l´’était mon esprit torturé.

«Et bien étant donné le fait que je me suis déjà trompé une fois, j’accepte ton offre avec plaisirs. Je vais t’attendre ici si cela ne te dérange pas.  »

Je m'inclinai légèrement. Je n’aimais pas importuner les gens. Elle avait des choses à faire, ce n’était pas mes affaires.
Devais-je ajouter quelque chose ? Un sourire, une expression de contentement, quelque chose pour lui manifester ma gratitude ?
Je lui tendis ma main timidement, découvrant une peau pâle et immaculée, et lui adressai un franc sourire.

«Au fait je m’appelle Akiro et je suis ravis de faire ta connaissance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikusa Seisen
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 33
Date d'inscription : 17/06/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
46/100  (46/100)
Points de vie:
130/215  (130/215)
Points de chakra:
90/90  (90/90)

MessageSujet: Re: Portes de Shi no Kuni   Mar 12 Juil 2016 - 22:54

Jour de garde aux portes de la ville. Ca résonne comme jour chiant à mes oreilles. Il se passe rien, on se fait chier. Les gens ont tellement peur de l’empire qu’ils sont tout dociles à l’idée de rentrer dans cette ville. Y’a jamais un seul bandit à fracasser, un mec qui se croit supérieur. Du coup ma journée elle se résume à rester debout à attendre. Je m’amuse avec mon sabre, je fais quelques mouvements. Mais ça s’arrête là. Du coup bah je m’emmerde. Je suis pas le genre de type à avoir des passe-temps, à part tabasser du Shousanais je veux dire. Ah si, on dirait pas comme ça, mais la lecture. Enfin un type en particulier. Celle sur la Lune Rouge. J’ai d’ailleurs hâte que ma garde se finisse, j’dois me rendre à Taki avant demain, passer à la bibliothèque. Avec un peu de chances je vais trouver des ouvrages intéressants.

Parce que j’ai pas pu me rendre à Ito du coup. L’affrontement avec les deux nanas a tout coupé. Bon, faut avouer que ça en valait la peine. Je me remémore la scène. Ces deux êtres si fragiles tentant de nous résister, Eika et moi. Qu’elles étaient pathétiques. En plus une des deux m’a permis de m’exercer à la torture. C’est vrai qu’elle a douillé la pauvre. Mais c’est bon. Et je suis sûr que c’est pas finis, j’vais avoir plein d’autres occasions de lui faire mal. Sentir son corps se crisper de douleur, voir son sang couler, entendre ses hurlements. Ca me manque déjà.

Et pourtant je suis là, en mission de garde. J’viens pourtant de ramener une meuf de Shousan toute fraiche, une petit Genin, et c’est comme ça qu’ils me remercient. Ca craint vraiment. Ouais d’accord j’ai eu une bonne prime de 200 drake, avec ça j’aurai bientôt de quoi affuter encore plus mon sabre, mais bon, ils auraient pu faire mieux. Une nuit dans un bordel offerte, ça ça aurait été cool. Ou alors avec Kiara. Oh ouais, encore mieux.

« Putain qu’est ce qu’on se fait chier. »

Forcément en plus je suis tout seul. Non pas que la compagnie des gens m’intéresse, mais bon on peut toujours s’occuper, se fritter un coup. C’est chiant de n’avoir rien à faire. Du coup je prends un caillou qui traîne, je m’assois en tailleur et j’aiguise mon sabre. Ca donne un petit air menaçant, au cas où un dingo voudrait tenter de passer les portes discrètement. Y’a pas grand monde aujourd’hui n’empêche.

Pile quand je me fais c’te remarque, je vois Eika qui débarque pour entrer dans la ville. Je la croise pas souvent, mais c’est toujours un plaisir. Elle aussi ça vaudrait le coup de me la taper, ça doit être bestial. Avec de la violence en prime je pari. J’suis sûr qu’on peut faire un paquet de truc sympa avec son arc et ses flèches. Faut un peu d’imagination forcément.

Y4a un type qui l’aborde. Pas un marchand, pas de bandeau. Ca sent le coup fourré. Elle sait se défendre, je veux pas toucher à sa proie au besoin, mais je me rapproche tout de même. Elle me tourne le dos, elle me voit pas. Du coup j’en profite pour écouter discrètement leur conversation. C’est pas trop mon genre, mais je veux pas débarquer comme un boulet si c’est rien d’important. En plus ma pause est bientôt finie. J’vais pouvoir me casser. J’ai pas spécialement envie qu’il y ait du grabuge, ça fait de la paperasse derrière quand je suis en poste aux portes. Si ça avait été dehors, ça aurait été différent forcément, j’serai allé foutre un coup de sabre à ce mec direct, par pur plaisir, sans aucune raison. Sa gueule me revenait pas forcément.

Par contre qu’est-ce que j’entends ? Elle lui balance des infos comme ça sur l’Empire. C’est pas important certes, mais elle connaît pas ce type, si ça se trouve c’est un espion. Il dit qu’il veut rejoindre l’académie, mais ça se voit que son niveau est bien plus élevé que celui d’un étudiant. Il se rapproche de moi. Ca ferait un beau combat.

Je décide d’intervenir.

« Salut Eika. Dis moi, t’as pas l’impression de balancer des infos à un mec que tu connais pas là ? J’suis pas sûr que l’impératrice elle apprécierait. »

J’en profite pour lui rentrer un peu dedans, pour l’énerver. Elle est beaucoup plus attirante quand elle a soif de sang. A l’état normal ca semble être une nana banale, c’est moins drôle. J’me tourne vers l’individu en question.

« Eh donc Akiro, c’est ça ? Tu fous quoi là ? T’as des preuves de ta volonté d’intégrer l’académie ? Non parce qu’ici t’es pas à Shousan tu y rentres pas comme tu veux. »

Je sors un peu mon sabre de son fourreau, montrant que je suis pas là pour déconner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eika Shirogane
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 55
Date d'inscription : 20/11/2011

Feuille de personnage
Points d'expérience:
66/100  (66/100)
Points de vie:
147/147  (147/147)
Points de chakra:
206/206  (206/206)

MessageSujet: Re: Portes de Shi no Kuni   Jeu 14 Juil 2016 - 16:06

« Eika. »

Je me retourne pour aller faire mes emplettes en ville, avec le sentiment du devoir accompli, quand Ikusa débarque sans crier gare. Je l’aime bien d’habitude, mais pour le coup son attitude me tape sur le système. C’est pas parce qu’on a combattu de la sous-merde shousanaise ensembles que ça fait de nous des amants, qu’est-ce qu’il va s’imaginer d’un coup ? Je n’ai jamais toléré qu’on me parle sur ce ton sans la moindre raison et c’est pas près de commencer.
Mais bon, il s’agissait de rester un minimum pragmatique. Quelle image on donnerait de l’Empire si je lui collais une flèche dans chaque œil juste devant les portes de Shi ? Pas celle qu’on est censé donné, ça c’est sûr. Et il parle de déplaire à l’Impératrice. Si j’avais été un poil plus sanguine sur l’instant, oui, on aurait sans doute réussi à la mettre en rogne.
Je soupire, et je me dis qu’il vaut mieux calmer la situation pour le moment. Après tout Ikusa ne pense pas à mal, c’est juste sa façon d’être. Il n’empêche que pour une fois, ça me saoule. Je le préfère largement quand il la ferme. Il devient alors un être de bonne compagnie.
Posément, enfin je crois, je rétorque d’un ton banal :

« Et si c’est un espion qu’est-ce que j’ai bien pu lui apprendre qui nous mette dans la merde, dis-moi ? Tu es mercenaire mais toi aussi tu as passé l’épreuve de sélection. Tu sais très bien que si c’est un espion, il se fera broyer. Je m’en moque de qui le fait, c’est tout. C’est pas mon problème. »

L’épreuve de sélection. Une analyse des compétences, mais aussi du mental du prétendant à l’académie. Déguisées sous la forme d’une cérémonie religieuse et mystique, pour faire bonne mesure, bien entendu.
En réalité, j’ignore si les mercenaires passent réellement cette épreuve, mais je suppose que oui. Après tout, ils ont le même statut que nous, les ninjas, en termes de droits tout du moins. Enfin, étant donné le penchant pour les choses spirituelles d’Ikusa, il s’en est peut-être jamais vraiment rendu compte.
Enfin au moins, si Ikusa l’interroge, il y aura peut-être un peu d’animation quand je reviendrais de mes emplettes. Si le nouvel arrivant ne s’avère pas aussi calme qu’il me l’a montré, ils finiront pas se taper dessus. Et je n’y serais pour rien, donc j’aurais simplement le droit de profiter du spectacle. En espérant qu’on me demande d’intervenir. Sur les murailles, les emplacements privilégiés pour mon style de combat étaient légions. Autant dire que dans ce genre d’environnement, ça revient pour moi à tirer sur des lièvres en termes de difficultés.

En passant à côté d’Ikusa, pour me diriger vers le centre-ville, je lui glisse quand même à l’oreille pour faire bonne mesure :

« Change de ton à l'avenir, je ne suis pas sûre qu'on reste en bons termes sinon. »

Pas une menace. Pas encore. Juste une sorte de manifestation de fierté. Surtout pour une femme, dans ce genre de milieu, montrer qu’on est prête à sortir les crocs quand on essaie de nous marcher sur les pieds, ça tient presque du domaine de la survie. C’est vital.
Mais bon, je n’attends pas spécialement de réponse ni ne prend la peine de me retourner. Je laisse Akiro entre des mains … Eh bien, des mains.

La première chose que je fais une fois rendue en ville, c’est de passer au poste de police, situé au rez-de-chaussée de celui de l’ANBU. Histoire de récupérer ma prime. Ca ne prend que le temps de quelques formalités, ils me connaissent, il s’agit juste de vérifier mon identité et d’attester le non-emploi d’une éventuelle métamorphose. Ils me font passer dans un sceau, les deux pieds en avant. Je ne sais pas comment ça marche, mais c’est le genre de contrôle qui les satisfait. Moi tant que j’ai mon blé au bout, je m’en balance.
Puis c’est parti pour la tournée de la rue des artisans, dans le quartier commercial. J’ai fait les commandes dans leurs filiales à Taki, mais tant que je suis là, autant les récupérer dans les magasins plutôt que de me faire envoyer un postier. Le service est payant, et puis je fais souvent le voyage jusqu’à la capitale alors autant en profiter.
Du métal pour les pointes de flèches, suffisamment pour quelques-unes, une fiole d’argent liquide, aussi. Et avec ça, du bambou. Taillé, pas n’importe lequel. Le bambou qu’on utilise couramment pour les arcs et les flèches. Il ne me restera plus qu’à peaufiné le tout pour en faire des traits meurtriers.

Mine de rien, le tout me coûte super cher. Ma récompense pour la capture de Nanako Nara passe dedans, mais pas seulement. Ce qu’il reste des salaires des dernières semaines sont engloutis avec. Et pourtant je ne fais qu’acheter la matière première.
Je n’avais pas en mémoire les prix du marché. Au moins, maintenant, c’est chose faite. Et ce n’est pas une très bonne surprise.
J’empaquette le tout pour pouvoir le porter dans mon sac, sur l’épaule opposée à celle où sont calés mes arcs. De toute manière, tout est soigneusement taillé et mis à la bonne taille, du coup comme j’ai un sac assez large, ça passe dedans. Bon, ça va être un peu du sport de transporter quelque chose d’aussi lourd jusqu’à Taki. Mais c’est pas comme si j’ai aucun besoin de me faire un peu les muscles de toute manière. Je me trouve un peu trop fragile et maigrichonne parfois.

Bon, faut que je m’occupe d’encore une ou deux choses, vite fait, et je me dépêcherais de tracer vers les portes. Je commence à croire que laisser Akiro seul avec Ikusa trop longtemps peut être mauvais. Pas pour lui, hein, ça je m’en fiche. Mais si je ne me dépêche pas de revenir, je vais manquer le plus beau du spectacle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiro
Civil
Civil


Messages : 39
Date d'inscription : 08/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
22/100  (22/100)
Points de vie:
215/215  (215/215)
Points de chakra:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Re: Portes de Shi no Kuni   Jeu 14 Juil 2016 - 17:31

Eika. Un mot. Pas plus.
Pantois, un peu déboussolé je me demandai ce que j’avais bien pu faire pour la vexer. Ou peut-être était-elle plus taciturne que je ne l’avais envisagé au premier abord. Mais pourquoi ne pas faire d’effort ? Décidément, les femmes semblaient plus complexes que je ne l’aurais cru. Au moins moi j’en faisais des efforts pour paraitre, a défaut d’être, sociable et amical. D’autant plus que son regard de faucon ne trompait pas, l’intelligence luisait dans ses yeux. Une intelligence instinctive plus qu’empirique visiblement.

D’intelligence, le nouveau protagoniste semblait en être dépourvu. Brutal, animal, abrupt, féroce, âpre. Je pouvais lire dans ses yeux comme dans un livre ouvert. Attiré par la violence j’étais prêt à parier qu’il ne vivait que pour et par elle. Il devait s’épanouir en  épousant ses formes grossières et rugueuses. Peut être pour combler un manque. Peut être pour exorciser ses démons intérieurs. Peut être pour se décharger d’une haine brut, coincée dans ses tripes sans même qu’il ne le sache.
Ou peut-être était-ce simplement sa nature.
Une nature dégénérée, pervertie par une vie de débauche.  

Je les observai converser en prenant soin de rester de marbre. Peu m’importait leur petite querelle. On aurait dit un couple en devenir. Lui la taquinant en roulant des mécaniques, elle en faisant la fière, l’inaccessible, l’indépendante.

Je soupirai discrètement en observant la jeune Kunoichi s’éloigner. Décidément, les membres de l’empire ne semblaient pas très diplomates. Et voilà que je me retrouvais avec une brute épaisse qui cherchera le moindre prétexte pour me couper une jambe avec ce sabre qu’il semblait bien pressé de dégainer. D’ailleurs ce-dernier reporta son attention sur moi en m’assaillant de questions.
Je m’éclaircis la gorge et lui répondis d’un ton neutre, indifférent a son attitude menaçante, sans provocation dans le regard ni insolence.

*Porter sur le monde un regard sans haine…. *

«Je peux savoir ton nom ?»

Je n’en avais cure mais c’était a mon sens la moindre des politesses si il voulait que je réponde a ses questions.  Après tout, il pouvait jouer le dur, le caïd, il ne devait pas être tres haut dans la hiérarchie pour se voir attribuer la corvée de surveiller les portes. Je n’avais, de fait, aucune obligation légale de lui répondre. Certes il semblait habile de ses mains, à défaut de se servir de sa tête. Des muscles saillants, un corps forgé par une vie rude et primitive.  Mais il ne m’intimidait pas. La vie m’avait appris à ne pas avoir peur de gens avec aussi peu de suite dans les idées. Et puis des corrections, j’en avais reçus plus que je ne pouvais m’en souvenir.
Une de plus, une de moins.
Ce n’était qu’un mauvais moment à passer.
Mon esprit connaissait le chemin du salut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikusa Seisen
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 33
Date d'inscription : 17/06/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
46/100  (46/100)
Points de vie:
130/215  (130/215)
Points de chakra:
90/90  (90/90)

MessageSujet: Re: Portes de Shi no Kuni   Jeu 14 Juil 2016 - 17:55

« Tu sais qu’tu m’plais quand t’es farouche ? »

Je sens que son excitation est montée. Je l’ai énervé, ça fait pas de doute. J’ai rapidement vu son regard changer. Elle a eu envie de m’en coller une. Je sais pas pourquoi elle l’a pas fait. Elle aurait du, on se serait marrer un peu. Passer mon temps à surveiller ces foutus portes ça me fait rouiller. On aurait pu avoir un peu d’action. Et j’aimerai vraiment me prendre une de ses flèches un de ces 4, c’est pas banal comme arme, la douleur doit être différente des autres. J’ai toujours envie de céder à la nouveauté. Mais voilà qu’elle se casse. Tant pis. Je la recroiserai bien, d’ici pas longtemps je suppose. Et on s’amusera à ce moment.

* Bon, j’espère que l’autre pecno il va être réticent. J’ai envie de me défouler maintenant. L’exercice, y’a que ça de vrai pour se maintenir en forme. *

Je le scrute attentivement. Il a pas la carrure d’un mec qui se présente à l’académie. Ca se voit, il a l’air balèze. Si j’devais donner un autre d’idée de son niveau, j’dirai qu’il est un peu inférieur à Eika et moi. Mais de peu. Donc pourquoi est-ce qu’il veut se présenter à l’académie ? Ca sent le coup fourré cette histoire. Il a de l’expérience ça se sent, ça se voit dans son calme. N’importe quel gamin venu tenté sa chance à l’académie aurait paniqué dès que je lui aurais adressé la parole. Lui là, il reste d’un calme absolu. Donc je dois pas l’impressionner plus que ça. Ca laisse pas énormément de possibilité. Soit il s’est entraîné seul, ce qui est pas logique, soit c’est un gars comme moi, un mercenaire venu tenté sa chance à Shi, et du coup ça justifie son expérience. Soit c’est un envoyé de ces connards de Shousan.

Mais j’me rends rapidement compte qu’Eika avait pas tord dans ce qu’elle m’a dit. Si c’est un espion il va pas faire long feu. Surtout que c’est complètement stupide d’envoyer un mec de mon niveau en reconnaissance. Je sais que je commence à être balèze, mais de là à m’envoyer à Shousan casser des bouches, faut vraiment être le dernier des abrutis pour penser qu’un mec un tant soit peu censé ferait ça. Enfin moi, ça m’empêcherait pas de le faire si on me le demandait.

Bref, ça sert à rien de réfléchir, ça casse les neurones. J’suis plutôt dans l’action. En plus, il semble pas vouloir ouvrir sa gueule, c’est pas mal. Mais encore une fois est-ce que c’est justifier. Les rapports ça me gonfle mais d’un point. Si j’avais pu me mettre sur la gueule avec Eika ça aurait été cool. Au moins on se serait cassé chacun de notre côté sans aller se plaindre. Là si je défonce le type j’vais devoir rendre des comptes. En fait c’est chiant de plus bosser pour soi même.

« Ikusa Seisen. »

J’décide de la jouer réglo. Pour l’instant. Mais si je sens le moindre coup foiré là j’hésiterai pas à lui rentrer dedans. Au moins, j’aurai une raison à montrer au responsable de la garde.

« C’est ton premier passage à Shi. T’as ni bandeau, ni certificat de commerçant. Aujourd’hui t’as pas de bol, c’est moi qui gère les entrées. Si t’étais tombé sur les autres glandus ça aurait été p’t’être pas la même histoire. »

J’le fixe. Apparemment, aucune réaction notable.

« Du coup, j’peux pas te laisser entrer comme ça. Tu dis que tu veux rejoindre l’académie. Quel motif ? Ca se voit que t’as pas le niveau d’un étudiant, faut pas m’prendre pour un débile. »

J’suis assez bon joueur avec lui. Je lui laisse une chance. Mais à la moindre couille de sa part, j’vais pas hésiter à lui enfoncer mon sabre dans l’bide. C’est cool, ça me fera un deuxième sujet d’expérience à amener à Kiara. Ah, elle me manque déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiro
Civil
Civil


Messages : 39
Date d'inscription : 08/07/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
22/100  (22/100)
Points de vie:
215/215  (215/215)
Points de chakra:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Re: Portes de Shi no Kuni   Jeu 14 Juil 2016 - 19:00

Comme je m’y étais attendu, il me répondit sobrement. Frustré.  Il aurait aimé que je la lui fournisse son excuse pour pouvoir me sauter dessus. J’étais même convaincu qu’il ne guettait que ça. Il savait qu’il ne pouvait le faire sans qu’il n’y ait de conséquences. On ne tuait pas un innocent aux sues et vues de tout le monde Au fond peu lui importait que je sois un espion ou non, que je sois un potentiel ennemie ou non. Son manque de diplomatie n’était pas simplement le reflet de sa nature de rustre mais également le fruit de son égocentrisme. Ce n’était vraisemblablement pas le genre de bonhomme à s’appesantir sur des questions sociétales ou métaphysiques. Il ne vivait que pour satisfaire ses désirs primaires.
J’avais un peu pitié de lui. Ce genre d’homme n’était bon qu’à servir d’arme pour une âme plus éclairée. Facile à appréhender donc facile à manipuler. Un soldat utile, rien de plus. Pas dangereux à terme. C’était même paradoxal. J’étais persuade qu’il se pensait indépendant, libre, maitre de son destin alors qu’en réalité ce n’était qu’un chien enragé mais docile avec ses maitres.  

Pour autant je ne pouvais m’empêcher de penser à ses futures victimes. Un boucher sans foi ni loi se faisait fi des innocents et n`hésitera pas a tailler dans la foule si l’envie ou le besoin le prenait.  Un véritable danger public qui n’avait pas sa place au sein d’une société  paisible et équilibrée. D’ailleurs le fait que des hommes de sa trempe puisse spoiler la hiérarchie me faisait tiquer. Cela en disait long sur l’évolution de ce monde. La violence et la haine s’écoulaient depuis trop longtemps dans les mœurs des hommes. Cela ne choquait plus personne, c’était devenu d’une banalité déconcertante.

Je balayai rapidement les alentours du regard en écoutant d’une oreille distraite les redondances de mon interlocuteur. Personne ne semblait s’offusquer qu’on puisse traiter un étranger de la sorte. Qu’on puisse lui manquer de respect avec morgue. Qu’on puisse le menacer ‘implicitement’ sans raisons ni preuves. Qu’un simple soldat, qu’un simple pion puisse molester une âme perdue a priori incapable de se défendre.
Incroyable. C’était donc ca le monde ?
Non impossible. Il y avait des gens biens aussi. Des gens respectueux et humbles. Des gens avec un peu de jugeote et de la suite dans les idées.

*’’On ne dirait pas comme ça avec tout ce désordre apparent mais permettre à autant de gens de cohabiter requiert une sacré organisation.’’*

Mouais. Sans nul doute. Mais une organisation bien précaire si elle s’appuyait sur des types comme lui.
Enfin bref. Il faut de tout pour faire un monde. En outre, je ne comptais pas rentrer à l’intérieur de la ville donc je n’avais plus rien à faire avec cette brute inintéressante. J’allais attendre paisiblement mon guide ici sans faire d’esclandre.
J’osai espérer qu’Ikusa n’était pas stupide au point de tenter quoique ce soit d’inapproprié car ce serait le seul perdant dans l’histoire. Je persistais et signais : sous ses airs de caïd, ce n’était qu’un chien enragé qui ne mordra pas la main de son maitre. Et pour le moment, son maitre lui intimait de me laisser tranquille du moment que je ne faisais rien d’inquiétant.
Encore fallait-il qu’il saisisse le concept de hiérarchie et de tout ce que cela impliquait.

«Ca tombe bien car je ne compte pas entrer. A présent je ne vais pas vous déranger plus que cela dans votre travail. Je vais attendre votre collègue ici.»

Lui signifiai-je platement avec un léger sourire sur le coin des lèvres. Puis j’inclinai tres légèrement la tête en guise de salut et lui tournai le dos pour aller m’assoir sous l’arbre le plus proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eika Shirogane
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 55
Date d'inscription : 20/11/2011

Feuille de personnage
Points d'expérience:
66/100  (66/100)
Points de vie:
147/147  (147/147)
Points de chakra:
206/206  (206/206)

MessageSujet: Re: Portes de Shi no Kuni   Jeu 14 Juil 2016 - 22:44

J’avais raison sur un point : mon barda est horriblement lourd. Le bois, les fioles de fer, mes arcs, je ne suis clairement pas constituée pour transporter autant de choses en même temps. Mais bon, au moins, je sens les muscles de mon dos et mes épaules qui souffrent. Qui travaillent. Qui sait, peut-être que si je fais ça plus souvent, ça m’aidera à me forger une silhouette un peu plus performante. Etre rapide et vive c’est bien, mais je ne suis même pas capable d’utiliser convenablement un Daikyu, à cause de ma faible force physique. Je suis loin d’être la risée familiale, mais je serais plus que jamais notre future championne si je peux ajouter le maniement de l’arc long à ma panoplie d’attaques possibles. En plus ça peut augmenter mes possibilités en termes de chasse et de traque, ce qui est plutôt séduisant comme perspective.

Je passe quand même chez deux ou trois autres marchands pour me procurer encore deux ou trois choses. Des outils, surtout, car j’en manque, afin de travailler mes arcs et tailler mes nouvelles flèches. Surtout que j’ai comme projet de me faire une flèche en argent, et que ce n’est pas facile à faire. Je connais bien la théorie, mais la pratique … Disons que ce sera ma première fois question de pointe en argent.
Je passe ensuite chez le forgeron de notre clan, pour emprunter la salle arrière pour l’après-midi, où je m’attèle à faire les pointes de flèches. Je n’en ai que trois à faire, et ça prend moins de temps que je ne le pensais. J’ai déjà de la matière première, sous forme liquide, il suffit de la verser dans le moule, de la chauffer, puis de faire refroidir le tout.
Le truc, maintenant, c’est de tailler des hampes dans le bois afin de pouvoir les accrocher ensembles et former les flèches. Mais ça je n’ai pas le temps de le faire. J’ai déjà prévu de le faire cette nuit, à la place de dormir. Histoire de les avoir pour le matin, et de rentrer en Taki avec trois flèches bien spéciales.
Avant de quitter la forge clanique, je prends quand même deux autres fioles. Une de poudre incendiaire, et une de notre poison préféré. Je ne me suis jamais demandé à partir de quoi il est fait. Il faudra que je le fasse quand quelqu’un sera là pour répondre à cette question. Il y a peut-être moyen que je m’en procure autrement pour atténuer d’autres dépenses d’argent. Et je peux peut-être faire de même pour la poudre incendiaire ?
Parce que mine de rien, je viens de dilapider tout l’argent qu’il me restait.

Une fois tout cela fait, je reprends la route vers les portes. Je me demande bien où en sont Ikusa et Akiro. Les deux semblent avoir des caractères bien différents. Akiro m’a paru être quelqu’un de très calme, voire trop calme. Serait-ce un faux-semblant ou était-il tout le temps comme ça ? Et même s’il l’est, c’est bien possible que quelqu’un de trop calme ou de trop sincère déplaise à Ikusa. Quoique, au fond, parler peu et parler bien c’est un peu son crédo aussi. La preuve, c’est ce point qui fait qu’on s’entend aussi bien d’habitude. Et puis, je ne l’ai jamais vu mentir. C’est pas le genre, il en a pas trop besoin.

« Tu sais qu’tu m’plais quand t’es farouche ? »

« Abruti. »

Rien que d’y penser ça me fout les boules. Il a le don pour m’énerver quand il l’ouvre, finalement. Je me pose des questions d’ailleurs, maintenant que j’y repense. Il a l’air de l’avoir sévère contre Shousan. Perso, moi, c’est juste que je cherchais des cibles et qu’on me les a mis en ligne de mire. Mais lui ça a l’air viscéral. Je me demande bien ce qu’il leur trouve. Après tout, quand on se choisit une proie par soi-même, surtout une grosse proie, c’est qu’on a une forme d’estime ou une envie très profonde de la traquer non ?
Je dois être à côté de la plaque. Ikusa est différent de moi, il ne raisonne pas en termes de chasseur et de proie. On a le même goût du sang, mais on l’exerce différemment. Pas possible que je me mette à sa place en fait. N’empêche que j’aimerais bien comprendre. Ca me surprend d’être aussi curieuse, mais bon, faut croire qu’il m’a tapé dans l’œil. Je me demande comment il est, une fois en action. Ca peut être sympa. Je dois y méditer un peu, faut pas qu’il se croit tout permis après. Déjà qu’il est du genre détendu.

Je vois les portes. Pas de bruit de baston à la première écoute. Ca a même l’air étrangement calme. Ils sont devenus potes ou quoi ?

Je m'approche. Ouais, ça a l'air aussi calme que ça peut l'être.

« Bon, je retourne à Taki moi. Faut que je dépose mon bordel dans mon appart, et j'ai une mission à faire après. Akiro, si tu veux toujours y aller ... »

Je me tourne vers Ikusa :

« Tu vas vers où, toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikusa Seisen
Genin de l'Empire
Genin de l'Empire


Messages : 33
Date d'inscription : 17/06/2016

Feuille de personnage
Points d'expérience:
46/100  (46/100)
Points de vie:
130/215  (130/215)
Points de chakra:
90/90  (90/90)

MessageSujet: Re: Portes de Shi no Kuni   Jeu 14 Juil 2016 - 23:09

Pas de réponse. Il esquive la conversation. J’ai une furieuse envie de lui fracasser le crâne contre le sol. Mais il me plaît bien. C’est pas le même genre de pédale que je croise toute la journée. Les gens tu leur parles un peu mal ils font dans leur froc, ils s’excusent, ils déblatèrent tout un tas de connerie pour pas que tu leur casses la gueule. Au moins lui, il porte ses couilles. Il a pas envie de me parler il le fait pas. C’est bien, c’est un type qui a du cran. Mais en même temps il me tient tête. Et c’est pas la meilleure chose à faire ça en temps normal. Mais là, j’suis de garde.

Ouais, parce que bon, j’veux bien me défouler, voir même prendre une raclée par ce type. J’pense pas mais on sait jamais c’que les gens cachent. Les deux nanas de Shousan elle nous ont quand même pris de court avec Eika. On s’attendait pas à autant de résistance. Bon on les a quand même défoncées, normal. Mais c’est pas parce que tu perds que ça fait de toi une merde. Au contraire, ça te donne un objectif pour te défoncer à t’entraîner, pour retourner lui casser la gueule. Jamais rester sur une défaite. Sauf que le problème, c’est Nanaki. Si j’commence à foutre la merde, c’est pas une raclée que j’vais prendre. C’est l’emprisonnement au bagne. Et ça c’est pas drôle, tu bouffes pas, tu bois pas, t’en prend plein les dents sans pouvoir répliquer. Et tu finis par te faire trancher la tête. Et ça, c’est chiant.

Du coup j’prends sur moi. Je le regarde fixement, longuement. Il se casse. J’dis rien, j’devrais peut-être, il pense qu’il a gagné. C’est un peu l’cas en fait, mais ça m’fait chier de l’admettre. J’ai quand même envie de l’titiller un peu. Mais non faut pas, la paperasse, toujours la paperasse. En plus j’ai bientôt finis ma journée, j’vais devoir bouger à Taki. Et la route de nuit c’est chiant. Va falloir que j’me grouille. Sont casse-couilles aussi à diviser la ville en deux grandes zones. Pouvaient pas tout mettre au même endroit ? Bon, avec un peu de chances va y avoir un ou deux pecnos sur la route pour me casser les couilles et que j’leur plante mon sabre entre les côtes.

« Vaudrait mieux pas pour toi qu’on s’recroise. Aujourd’hui t’as d’la chance. »

Ouais bon, j’peux pas m’en empêcher. Mais j’peux pas fermer ma gueule quand on m’impressionne pas. J’ai trop envie de chercher les embrouilles. Et là au moins, s’il avait un peu de couilles, bah j’aurai une raison de lui casser les dents. Mais vraiment j’y crois pas trop.

J’me pose pas loin, me reste encore quelques minutes de garde. Si j’me casse avant j’vais m’taper des heures supp’, et franchement j’ai pas envie là maintenant.

Tiens, Eika est d’retour. Ah ouais, c’est vrai qu’elle a dit qu’elle accompagnait à Taki l’autre blaireau. J’suis sûr il veut la serrer. Fait chier. Eika je la testerai bien au plumard n’empêche. Carrément même. Bon, c’pas l’genre de nana à se contenter que d’un mec j’pense, mais on sait jamais. Vaut mieux être le premier sur l’coup. Elle a pas l’air de s’être calmée en plus. Si j’m’arrange pour faire la route avec eux j’peux faire une pierre deux coups. J’défonce le type, puis j’défonce Eika, mais pas de la même façon. Ahahahah.

Et là, coup d’bol. V’la qu’elle me demande c’que je fais. Mais c’est que y’a franchement moyen avec la donzelle. Elle me tend des perches là en fait. Faut que j’la saisisse. J’dois avouer que la petite séance de torture, et surtout Kiara, ça m’a bien excité.

« Taki. Dans 5 minutes. Tu m’attends ? »

En plus de ça, maintenant qu’j’y réfléchis un peu, ça va m’permettre de garder un œil sur ce gars. Comme ça j’vais vite voir s’il veut vraiment intégrer l’académie ou pas. En tout cas, si c’est vrai y’a pas de doute, ça sera une bonne recrue. Du potentiel, des couilles. Manque plus que la soif de sang et il est parfait pour l’Empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Re: Portes de Shi no Kuni   Lun 1 Aoû 2016 - 11:46

Les 3 : 10 xp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Portes de Shi no Kuni   Aujourd'hui à 15:34

Revenir en haut Aller en bas
 

Portes de Shi no Kuni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Portes de la Moria
» Gardiens des Portes
» Journée Portes-Ouvertes [Suite]
» La seule chose que j'aime chez toi, c'est la haine que tu me portes Ҩ Sarily
» Les portes d'Azkaban.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Next Generation :: 
PARTIE RP
 :: Empire de Shi :: Shi no kuni :: Portes de Shi no kuni
-