AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Cachots de Yuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sun-Woo Yu Fang
Genin de Yuki
Genin de Yuki


Messages : 416
Date d'inscription : 01/11/2010
Age : 24

Feuille de personnage
Points d'expérience:
2/100  (2/100)
Points de vie:
305/305  (305/305)
Points de chakra:
30/220  (30/220)

MessageSujet: Cachots de Yuki   Mer 22 Juin 2016 - 12:54

Un accès réglementé et soigneusement contrôlé, pour la prison réputée pour être la plus rude du monde ... Les cellules sont glaciales et humides, et les prisonniers vivent de mauvais moments par ici.

Les niveaux inférieurs sont réservés à la torture sous toutes ses formes et strictement interdits d'accès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun-Woo Yu Fang
Genin de Yuki
Genin de Yuki


Messages : 416
Date d'inscription : 01/11/2010
Age : 24

Feuille de personnage
Points d'expérience:
2/100  (2/100)
Points de vie:
305/305  (305/305)
Points de chakra:
30/220  (30/220)

MessageSujet: Re: Cachots de Yuki   Mer 22 Juin 2016 - 18:21

Les prisons de Yuki sont à mon humble avis l’endroit le plus sinistre de la ville. Souterraines, elles mêlent le froid glacial de l’archipel à l’humidité vivante des entrailles de l’île. Ce sont plus des grottes aménagées, des couloirs et des cellules gorgés d’eau stagnante. Un endroit où la mort rôde, où le froid mord et où les infections attendent leur heure pour faire agoniser les prisonniers.
Je rôde un moment autour de l’entrée, passant trois fois devant dans un sens puis dans l’autre, avant de me décider. Je ne suis moi-même pas tellement sûre de ce que je fais. Qu’est-ce que je viens chercher ici ? Pourquoi est-ce que je suis aussi décidée à venir le voir ?
Informations ? Réconfort ? Ou alors des réponses aux questions que je me pose ? Comment est-ce que tout cela a pu arriver ? Qu’aurais-je pu faire de mieux pour que ça n’arrive pas ? Ce genre de choses je suppose. J’ai du mal à mettre des mots sur ce que je veux entendre de sa part.

Je pile devant la grille. Le type en faction devant a un drôle de sourire. Il m’a déjà vue ici une fois. J’ai passé dans l’enceinte des souterrains les jours les plus douloureux de mon existence. Ce ne fut qu’une semaine. Même pas, une poignée de jours. Cinq pour être exact. Pour être interrogée. Le temps de l’enquête. Ce type était déjà là. Il doit se souvenir de m’avoir vu passer.

« Alors on revient au bercail ? Ce n’est pas courant, en général les personnes qui viennent ici une fois n’en sortent pas. Et quand elles en sortent elles ne reviennent plus jamais. »
« Je viens voir Akutsu. »
« Nostalgique ou capricieuse ? »
« Ni l’un ni l’autre. Je cherche juste des réponses. »
« Masochiste alors. Au moins ce n’est pas interdit. »

Il ouvre la grille. Je m’engouffre à l’intérieur, et pénètre dans les boyaux souterrains. Je connais le chemin par cœur. Je n’ai qu’à me plier aux différents contrôles d’identité, aux fouilles et déposer mes armes à l’entrée. Ces étapes sont longues et méthodiques. Rien n’est laissé au hasard. Différentes méthodes, différents moyens de me scanner. Je ne suis même pas sûre de toutes les connaitre. Certaines doivent être faites à mon insu. Qu’importe. La sécurité de la prison est bien connue, et ses raisons le sont tout autant. Je n’ai aucun droit de protester, même si je trouve tous ces protocoles assez invasifs. Pas physiquement, mais plutôt mentalement. C’est comme si quelqu’un sonde jusqu’à mon âme. Et jusqu’à la racine de mon esprit. Que ce soit vraiment le cas ne m’étonnerait même pas, d’ailleurs.

J’arrive au second sous-sol. Je m’enfonce plus loin dans les ténèbres, dans les abîmes. J’ai l’impression de descendre dans la gueule du Léviathan.
Je me laisse guider le long des cachots. Dans le fond des cellules, je ne vois que des ombres qui me regardent passer. Des yeux luisent au fond de l’obscurité dans la plupart d’entre elles. Des yeux ivres de folie, de colère, ou de fatigue. J’ai connu ce sentiment de ne pas seulement être dans une prison. C’est à mi-chemin entre un asile, et un abattoir. Ca ne porte que le nom de prison. C’est tout. Et encore, moi je n’ai eu le droit qu’aux incursions mentales afin de savoir ce que je pouvais éventuellement cacher. Jamais à la torture.
Je ne dis pas que ceux qui sont ici ne le méritent pas. Bien au contraire. Mais je comprends que certaines personnes qui ont tout pour devenir des traitres ne trahissent jamais. Rien que d’avoir vécu ici quelques jours dans sa vie dissuade d’y entrer de nouveau un jour. En tous cas pas dans la peau d’un taulard.

Akutsu est là, dans sa cellule. Il est assit à même le sol, les jambes croisés dans la position du lotus tandis que ses bras et son dos pendent vers l’avant. Ses poignets sont plaqués sur le sol dans des angles étranges. De longs cheveux filasses et blanchis ont remplacés la coupe que je lui connaissais. Une barbe rase lui a poussé. Elle est grossièrement taillée. Qu’on lui ai fait ça avec un kunaï ne m’étonnerait même pas. Il est bien plus maigre que quand je l’ai connu, mais ça n’ôte rien à sa musculature. Plutôt fine et souple, mais bien dessinée. Torse nu, le regard bleu cyan. Couleur de l’océan lorsqu’il est paisible et que le soleil s’y reflète, avait dit un jour une de mes équipières. Elle ne l’avait dit qu’une fois. Akutsu lui avait mis une gifle d'une telle violence qu’elle n’a jamais voulu retenter ce genre de compliments.
Et elle ne le retenterait plus jamais, puisqu’elle est morte. Lors de cette fameuse mission.


« Sun-Woo. »

Il vient de noter ma présence et se redresse de toute sa hauteur. Son mètre quatre-vingt, pas voûté cette fois, mais entièrement déplié. Sa seule stature est menaçante.
Akutsu Zamaza. Cet homme a été mon senseï. Je ne sais pas trop d’où il vient, c’était la première fois que j’entendais parler de lui à l’époque. Un Jounin, surgit de nulle part. On lui a collé dans les pattes des élèves dont il ne voulait pas et il nous le faisait bien sentir. Il faisait ses missions tout seul, et nous trainions dans son ombre, essayant comme on pouvait de survivre à ses méthodes. Les coups perdus étaient souvent pour nous. Mais derrière cette violence, j’ai cherché des enseignements. Elle m’a permis de réfléchir à ma condition de kunoichi, de trouver des explications à certaines choses. Des raisons à d’autres. A me forger une attitude et des méthodes à suivre dans ma vie de ninja. Encore aujourd’hui, j’en conserve beaucoup d’entre elles.
Il restera mon premier senseï. Peu importe à quel point je le hais. Peu importe à quel point j’ai envie de lui enfoncer mon katana dans la gorge.

« Je pensais bien que si quelqu’un venait me voir ce serait toi. »
« … »
« Ahaha ! Ce regard plein de haine ! La petite est farouche ! Comme toujours. Alors, qu’as-tu fais de mes enseignements de puis que tu es sortie d’ici ? »
« Tu ne m’as rien enseigné. Si ce n’est à laisser aller ma colère. A perdre le contrôle. A laisser venir la violence. Et jusqu’ici ça ne m’a pas beaucoup aidé. »

Son regard devient rigide. Son expression vaguement amusée se meut en quelque chose de glacial. Il n’est pas satisfait de ma réponse, je connais bien cette expression. Si j’étais encore son élève, j’aurais dégusté la plus monumentale raclée de ma vie.

« Petite sotte. La violence est l’essence même du shinobi. Tu crois quoi ? Que la subtilité ou les techniques nous rendent moins violents ? Notre métier, nos activités, notre vie entière doit être vouée à la violence pour pouvoir être un vrai shinobi de Yuki. Les conneries qu’ils racontent au pays du feu, tu y crois toi ? La force de l’amitié ? La chaleur humaine ? Le partage ? Tu crois qu’on peut tuer quelqu’un en ressentant ce genre de choses ? Sans aucune hésitation ? Comme on nous le demande ? »
« Non. »

Il parait surprit. Mon ton est clair, mais ma voix est nette. Presque aussi glaciale que la sienne. Un léger sourire agite sa lèvre supérieure gauche.

« Tu n’as pas oublié alors. »
« Je n’oublierais jamais. Tu as fait en sorte de me le rappeler. »
« Alors si je n’ai plus rien à t’apprendre, qu’es-tu venue faire ici ? Me demander pourquoi j’ai trahi le village ou quelque chose comme ça ? »
« Je connais déjà ta réponse. »

Pour Akutsu, il n’a pas trahi le village. Je l’ai entendu le dire maintes et maintes fois. Le meurtre de ses Genins, presque tous, moi mise à part, n’est pas une trahison. Mais de la sélection. Il a éliminé les plus faibles, afin de renforcer la plus forte d’entre eux. C’est ce qu’il m’a dit. C’est aussi ce qu’il m’a dit quand le dernier d’entre eux m’a attaqué, rendu fou par une de ses techniques. Et que je l’ai transpercé de part en part avec mon katana. Légitime défense selon les autorités.
Akutsu n’aime juste pas les méthodes de l’actuel Hyokage, et il ne s’en est jamais caché. Ce jour-là il a juste franchi la limite.
Mais même pour moi ce n’est pas clair. Il a essayé de servir le village à sa manière, quoiqu’on en dise. En mission, serais-je comme lui à l’avenir ? Si l’un de mes équipiers me gênait, ou se montrait trop faible, l’éliminerais-je pour le bien du village ?

« Je t’ai créée Sun-Woo. Je t’ai fait éclore. Et maintenant j’attends que tu t’épanouisses. Tu deviendras peut-être comme moi, ou peut-être pas. Mais je suis sûr que mes enseignements feront de toi une vraie kunoichi. »
« Je deviendrais une vraie kunoichi, que ce soit avec ou sans tes enseignements. »

Je me lève, et je commence à me diriger vers la sortie. J’en ai assez entendu. Derrière moi je l’entends crier :

« Tu te mens à toi-même ! Tu ne resteras pas longtemps celle que tu es ! Bientôt, tu comprendras ce que je veux dire ! »

Je me mens à moi-même. Peut-être. Je ne sais même pas si ce qu’il dit est vrai. J’ai été une kunoichi plutôt normale. Un peu plus de fierté à cause du passé de mon clan peut-être. La volonté de m’affirmer. Une grande gueule. Mais l’équipe d’Akutsu m’a calmé. Je ne parle presque plus, j’essaie de définir les limites et les méthodes à employer en tant que shinobi. De trouver une voie qui me convienne. De forger ma vision des choses.
Mais à chaque fois que je pense à ça, je revois mon arme qui transperce mon équipier, je revois le visage triomphant d’Akutsu, et j’entends sa voix. Qui répète toujours la même chose.

« Un shinobi n’est que violence. »
« QUE violence. »
« Violence … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Cachots de Yuki   Mer 22 Juin 2016 - 18:34

+10xp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cachots de Yuki   Aujourd'hui à 15:38

Revenir en haut Aller en bas
 

Cachots de Yuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» Yuki Hoseki ... [refusée]
» Deniss Owen présentation[Validée par Yuki Hoseki]
» presentation de: Yuki Judai
» Yuki de Anzu Story !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Next Generation :: 
PARTIE RP
 :: 
Pays de la Neige
 :: YUKI [OUVERT] :: Quartier central
-