AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Rang D - La princesse et le Magiciene (Porte Sud)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Momo Inuzuka
Genin de Yuki
Genin de Yuki
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 25/08/2011

Feuille de personnage
Points d'expérience:
90/100  (90/100)
Points de vie:
138/138  (138/138)
Points de chakra:
211/316  (211/316)

MessageSujet: Rang D - La princesse et le Magiciene (Porte Sud)   Lun 13 Juin 2016 - 19:04

« Konjuro…  Konjuro…  Réveille-toi, vite. »

Le garçon ouvrit les yeux et se les frotta de ses petits poings.

« Nous partons Maman ? » demanda-t-il, des larmes de sommeil prêtes à couleur sur ses joues.
« Oui. » fit la mère, agrippant son garçon et le soulevant de la couche de fortune où il reposait.
« Papa, il vient avec nous ? »
« Non, Papa, il va rester derrière, afin d’être sûr qu’on ne soit pas suivi. »
« Suivie par qui, Maman ? »
« Par ceux qui nous veulent du mal mon chérie…  Mais ne t’inquiètes pas, Papa est fort et ne les laissera pas faire. » répondit la mère, en posant la tête de son fils contre son épaule et assurant sa prise.

Konjuro, d’à peine six ans, se laissa faire.  La lueur des flammes se reflétait sur son visage paisible.  Le garçon ne comprenait pas très bien la situation, mais l’inquiétude de sa mère lui faisait battre son petit cœur.  Maman lui passa une main dans le dos, afin de le calmer.  Son fils ferma les yeux.

Il les rouvrit dix-huit ans plus tard, dans son petit appartement crasseux et froid de Yuki no Kuni.

Le blond passa ses mains dans son visage humide de sueur et respira bruyamment, avant de tousser et cracher.  Un rêve profond, qui le ramenait loin en arrière, dans ses souvenirs les plus enfouis.  Un rêve plutôt calme, par rapport aux cauchemars dont il s’était habitué à vivre, chaque matin, depuis trois ans.  Car même si les flammes était dans celui-ci, la panique, elle, avait laissé place à un sentiment de sécurité.  Konjuro rêvait peu de ses parents, même qu’il ne pensait à eux que très rarement.  Il avait fui Hoto afin de s’éloigner le plus loin possible de cette vie oubliée suite aux nombreux psychotropes qu’il avait tenté, en compagnie de Hana, son ex-petite amie.  Le magicien était intelligent, certes, mais même la plus grande intelligence ne pouvait résister aux effets néfastes de la drogue.

Il roula sur le bord de son lit et s’y assit.  Les ressorts de son matelas bon marché grincèrent, alors qu’il posait pied sur son sol froid.  Un frisson lui parcourut le dos, tandis qu’il soufflait dans ses mains pour se réchauffer.  Il se couvrit de sa couverte, puis tâtonna jusqu’au petit monticule de bougies, qu’il alluma d’un katon, afin d’y réchauffer ses doigts.  On bougea dans son lit et une silhouette féminine sortie des draps restants.  Elle se couvrit de ceux-ci et passa une main dans ses cheveux en bataille, le visage tout endormi.

« Bon matin… » dit-elle d’un sourire forcé ; Konjuro n’y prêta pas attention. « T’as de quoi bouffer ? »
Le genin soupira. « Non. »

La jeune femme se tira du lit et vint rejoindre le magicien.  Elle regarda briller les petites flammes, une lueur étrange dans son regard.

« C’est plutôt crade chez toi, en fait. »
« T’es plutôt moche, en fait. »
répliqua Konjuro, d’une moue légère.
« T’es plutôt con, en fait. » répondit la jeune femme, sans réellement se soucier de l’insulte.

Le genin ne put réprimer son sourire et la dévisagea un instant.  Elle devait avoir la mi-vingtaine, comme lui, et sa peau était aussi blanche que neige.  Ses cheveux, d’un blond cendré, contrastait avec les deux billes bleu clair qu’étaient ses yeux.  Elle n’était pas la plus belle, mais elle dégageait un charme auquel, la veille, Konjuro n’avait pas su résister.  Et après de nombreux verres, ils avaient abouti dans son lit.  Le magicien se permit d’admirer sa silhouette.  Elle n’était pas très grande, mais sa corpulence physique trahissait ses heures passées à s’entraîner.  Elle n’avait rien des femmes que Konjuro était habitué à charmer.  Elle était confiante, ce que trahissait sa posture face aux bougies.  Dire que le blond ne connaissait pas son nom…

« Oboro. »
« Konjuro. »
« Je sais. »
termina-t-elle sèchement, avant de se retourner et de récupérer ses vêtements, étalés devant le lit ; un objet métallique brilla au fond de sa poche.
« Désolé, mais j’ai pas l’habitude de revoir les gens. » crut bon d’ajouter Konjuro, alors qu’elle enfilait ses bottes.
« Moi non plus. »

Oboro descendit les marches qui menaient à la porte et la referma bruyamment.

* Faut vraiment que j’arrête de sortir et de ramener des filles… *

Il se rendit dans la cuisine, ouvrit son frigo et en sortit un carton de lait qu’il renifla, avant d’en avaler le contenu d’un haussement d’épaules.  Il était en retard pour une mission que lui avait confiée le village.  Avec ses sorties nocturnes, le magicien avait besoin de fonds pour tenir une semaine, et ce n’était pas son salaire de misère qui allait le lui permettre.  Il se dépêcha pour se vêtir, puis sortit au vent frais.  C’était l’une de ces rares journées où le ciel était dégagé et Konjuro pouvait admirer les dernières étoiles qui résistaient à l’aurore.

Il longea le port jusqu’à la porte Sud.  À la hâte, il parvint cependant à arriver à l’heure.  Les portes, ouvertes, laissaient entrevoir deux beaux étalons qui menaient une carriole richement ornée.  À n’en pas douter, Mishima Sakuzaki en était la passagère.  Konjuro avait été mandaté pour escorter toute la journée la fille de celui que l’on surnommait le Baron de l’île du riz, un commanditaire.  Si Konjuro ne connaissait pas très bien la situation politique de Yuki, par manque d’intérêt, il savait cependant que Tenjiro Sakuzaki était le plus grand cultivateur de riz de tout Tarot et donc, un puissant allié commercial pour Yuki.  Autrement dit, Mishima était une invitée distinguée et Konjuro se devait d’être à son meilleur.  Ce ne serait pas facile, car sa veille arrosée lui martelait les tempes.

Avant que le convoi ne s’arrête, le magicien passa sa main devant sa bouche, afin de sentir son haleine.  La carriole possédait les armoiries des Sakuzaki – les même que ceux sur les sacs de riz – et deux gardent vinrent ouvrir la porte à une délicate jeune femme.   Konjuro se para de son plus beau sourire et fit la révérence de façon théâtral, croisant les jambes, un bras au ventre et l’autre perpendiculaire à son corps.  Si les malabars restèrent impassibles, Mishima sembla apprécier.

« Mademoiselle Sakuzaki, bienvenue au sein de Yuki.  Je me présente : Tejinashi, Konjuro.  Je serai votre guide pour la journée. »

Mishima le toisa de haut.  Les mains sur les hanches, elle le laissa le redresser.  Son regard était hautain, comme tous ceux qui étaient nés des baguettes d’argent dans la bouche.  Mais lorsqu’elle vit le bandeau ninja accroché à la taille du genin, ses yeux se mirent à pétiller d’excitation, bien que son corps resta très droit, décidemment entraîné à la pose.

« Enchantée, Konjuro ! Je suis prête pour l’entraînement ! »

À ces mots, l’un de ses gardes déchargea un énorme sac aux pieds de Konjuro.[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rang D - La princesse et le Magiciene (Porte Sud)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Porte étendard orque
» Demande de rang spéciaux
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Demandes de rang
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Next Generation :: 
PARTIE RP
 :: 
Pays de la Neige
 :: YUKI [OUVERT] :: Portes de Yuki
-