AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Place centrale - Bain de foule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reijiro Yamanaka
Hyokage
Hyokage


Messages : 1410
Date d'inscription : 24/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/300  (0/300)
Points de vie:
515/515  (515/515)
Points de chakra:
530/530  (530/530)

MessageSujet: Place centrale - Bain de foule    Dim 12 Juin 2016 - 0:34

La couche de neige qui recouvrait Yuki laissait le village baigner dans son glacial habituel. Mais quand bien même les nuages étaient épais, le ciel ne vomissait rien sur les vivants aujourd’hui. C’est ce qu’on appelait une météo idéale pour s’entrainer, sur l’archipel. Et Reijiro Yamanaka n’était pas une exception. Même s’il était Hyokage, il n’était jamais aussi bien qu’en faisant jouer ses muscles et son esprit, loin des tâches administratives et des affaires à mener. Comme tout être humain, ou peut-être d’avantage encore, il avait besoin de breaks. De temps pour lui. Il préférait œuvrer quatre heures au maximum de sa concentration et passé le reste de ses journées loin de la paperasse et des discussions que de les laisser devenir interminables et négliger un détail. Les résultats parlaient d’ailleurs en sa faveur : son travail était considérable et personne ne s’en plaignait jamais parmi ceux qui avaient la position de le faire. Et ce n’était pas une question de crainte. Depuis qu’il était au pouvoir, Reijiro avait toujours accueilli avec intérêt les demandes, les conseils ou les reproches. Il n’était pas homme à se sentir pousser des ailes et à se sentir irréprochable. S’il était possible de diriger seul sans aucune erreur il l’aurait fait. Et quand bien même il disposait du dernier mot, il n’excluait pas qu’on vienne perturber les premiers et ceux qui suivent. Les personnes les plus fortes et influentes du pays de la neige étaient celles qui commettaient le moins d’erreurs. Ce qui ne voulait pas dire qu’elles n’en commettaient jamais. Ou qu’elles n’en commettraient jamais.

Mais actuellement, il était torse nu. Sa peau foncée, aux muscles bien dessinés, luisait sous la sueur de l’effort. Reijiro était souple et puissant, et son physique le clamait. Ce n’était pas vraiment une force de la nature, mais son corps additionné à son aura le rendait particulièrement impressionnant. Et agréable à contempler, elles étaient nombreuses à être d’accord sur le sujet. Bien qu’elles étaient rares à avoir osé l’approcher de près.
Contrairement à son habitude, il n’était pas armé, ne portait pas de protections, et pas de tenue officielle. Il avait une tenue simple fait pour le combat d’entrainement, et le laissant totalement libre de sa vitesse et de ses gestes. Et son corps ne semblait pas subir l’air glacial de Yuki. En face, le vieux Ioiki semblait peiner à suivre le rythme de son taijutsu, mais pourtant, Reijiro était en sueur et pouvait se battre à une intensité certaine. Ce vieil homme avait dû avoir une force prodigieuse en son temps. Car Reijiro, lui, était jeune. Il n’approchait que la trentaine, et était au sommet de ses capacités. Et s’il dominait les échanges, Ioiki opposait une défense farouche et intelligente à la puissance et à la vitesse du jeune Hyokage.

Jeune Hyokage. Et pourtant complètement légitime et unanime désormais. Mais c’est vrai qu’il en avait bavé pour en arriver là. Durant la précédente passation de pouvoir, pendant que les hauts gradés se chamaillaient entre eux, Reijiro avait mené une campagne secrète à l’aide de ses plus fidèles compagnons d’armes, afin de faire comprendre au peuple qui il était, de se vendre. De leur montrer tout ce qu’il avait accompli et son désir de prendre les rênes. De poursuivre son œuvre. Le peuple du pays de la neige l’avait accueilli, accepté, et désigné par une ovation populaire. Un immense rassemblement qui avait fait taire tous les délibérants, contraints de le laisser accéder à la position de Hyokage.
Il n’avait pas enterré ses opposants politiques. Bien au contraire. Il avait choisi une voie plus laborieuse, mais plus lucrative à terme. Il les avait laissé accéder à de hauts postes afin de connaitre leurs espoirs et leurs revendications. S’il s’était fermement tenus à ses propres convictions et à certaines décisions, il les avait tout de même laissés le conseiller sur d’autres, afin que tous ensembles ils puissent bâtir un village de Yuki plus fort et plus efficace. Aujourd’hui, ceux qui étaient ses détracteurs autrefois reconnaissaient sa force de caractère, et que sa jeunesse n’était pas un obstacle. Il n’était pas qu’un guerrier et il était loin d’être une tête brûlée. Il tenait beaucoup de son clan, les Yamanakas, manipulateurs et retords. Mais en même temps, il possédait la droiture d’un combattant.
Et si parfois son sang était trop chaud, il était dans l’ensemble respecté. Mais ce n’était rien comparé aux habitants de Yuki et à ses shinobis, qui l’adoraient. Ou l’appréciaient, d’une façon plus générale. Il n’y avait eu aucun mensonge à exploiter dans sa campagne, il s’était vendu tel qu’il était, et personne n’avait pu faire trembler son image, du coup. Au pays de la neige, nombreux étaient les shinobis qui mourraient en mission. Seuls les plus adroits et les plus intelligents survivaient à ce monde impitoyable pour parvenir jusque tout en haut. Mais Reijiro avait une particularité qu’aucun Jounin ou Anbu ne pouvait se vanter de posséder : jamais, strictement jamais, un de ses équipiers n’était mort lorsqu’il participait à une mission. Que ce soit pas la force ou l’astuce, il avait toujours ramené tous ses équipiers vivants. Il n’entamait pas une mission qui paraissait difficile pour son groupe si aucune compétence médicale n’était à l’appui ou que leurs spécificités ne correspondaient pas à la tâche demandée. Il avait bravé de nombreuses fois ses supérieurs pour cette raison. Parce que pour lui le monde shinobi est régi par une logique. Et que les vies des ninjas, et leurs compétences avec elles, ne doivent pas être sacrifiées sur l’autel de la stupidité. Chaque élément possède ses propres atouts, et le chef est celui qui parvient à les amener à leur potentiel et à l’employer à bon escient.
Et les résultats sont parlants. La réussite des missions comme le taux de mortalité des shinobis a grandement chuté depuis sa prise de fonction.

Ioki le tira de ses rêveries. Le vieillard avait les paumes sur les genoux depuis bien cinq minutes mais il ne semblait pas encore avoir repris son souffle.


« Navré Reijiro-sama. Ce vieux corps a combattu une bonne heure déjà. J’ai besoin de me reposer encore un peu. »
« Pas d’inquiétudes Ioki. Je suis déjà admiratif de tes capacités actuelles et craintif que tu ne retrouves tes anciennes capacités un jour. »
« Vous me surestimez. Mais je suis bien content que ce vieux corps puisse vous être utile. »


Il n’imaginait pas à quel point. Le Taijutsu n’était pas une spécialité populaire à Yuki. Evidemment, puisque ce n’était pas une voie simple pour remplir le type de mission le plus courant dans les parages. Le taijutsu était une voie destinée au combat, bien moins polyvalent que les trois autres pour le reste. Du coup, trouver quelqu’un pour lui permettre de pratiquer les arts martiaux était difficile. Mais au moins, à chaque fois, il prenait d’autant plus de plaisir à s’entrainer. D’autant plus que cela lui permettait un bain de foule : les entrainements de Reijiro étaient publics. Il aimait se sentir au contact du peuple et leur rappeler quelqu’un de fort les guidait. C’était sa façon de diriger. Alors qu’il remettait sa veste, signifiant à Ioiki qu’il avait fini pour aujourd’hui, une femme perça la foule et courut dans sa direction. La trentaine, tenant un enfant en bas âge dans ses bras, enveloppé dans ses langes. Un jeune homme apparut de nulle part pour s’interposer. Reijiro ordonna, d’une voix forte :


Fuku

« Pas besoin de tout ce cinéma Fuku ! Tu vois bien que ce n’est qu’une femme désireuse de me parler. Je suis son Kage, si elle a quelque chose à me dire elle en a bien le droit. Ecartes-toi. »

Il avait un jour dit à Fuku que de toute manière, si un assassin venait le défier alors qu’il était éveillé et en pleine possession de ses moyens, il l’accueillerait à bras ouverts. Il aimait qu’on le défi. Et si c’était sous cette forme de combat qu’il devait mourir un jour, alors il mourrait de ne pas avoir su être le plus fort. Il était prêt à l’accepter. Le poison ou le meurtre nocturne étaient bien entendus des sujets bien différents. Mais un vrai combat d’homme à homme ? Il ne se défilerait jamais, sauf si cela mettait en danger les vies de ses équipiers lors d’une mission.

« Kokuna, si je me souviens bien. Comment va-t-il ? »
« Très..très bien Hyokage-sama, grâce au médecin que vous m’avez conseillé … Je voulais juste vous dire merci et vous donner ceci. Je sais, c’est un peu ridicule mais … Je n’ai pas vraiment d’autre moyen de vous montrer ma gratitude. »
« Une tarte ? »
« Oui … Les fruits sont rares ici mais on a eu beaucoup de chance cette saison, les pommes notamment ont très bien poussées … Du coup je me suis dit que j’allais vous la donner après votre entrainement, que vous auriez peut-être faim … Mon mari m’a bien dit qu’un guerrier tel que vous n’en aurait cure, mais … »
« Il se trompe, Kokuna. Je suis ravi d’avoir pu vous aider, et j’accepte volontiers ce gage de gratitude. Je ne peux pas aider personnellement tous les habitants que je suis pourtant censé protégé, alors je suis toujours content de voir que j’ai pu en aider un. »
« Merci Hyokage-sama, de tout cœur. J’espère que vous aimerez la tarte ! »
« Aha, vous savez je n’ai ni femme ni cuisinier et ma mère est bien loin. Je crois que je saurais l’apprécier à sa juste valeur. Bonne journée Kokuna. »


Reijiro prit le temps de saluer quelques personnes. Un forgeron, un cultivateur. Prendre le temps de leur parler permettait de prendre la température en plus d’augmenter sa popularité. De savoir de quoi le pays avait besoin pour vivre. Car la gestion des ressources dans un pays aussi marqué par le climat était essentielle.

Fuku s’approcha alors qu’il s’éloignait.


« Comment va le village ? »
« Etonnement bien, Fuku. Apparemment c’est une année de récolte abondante. Et comme nous avons fait reculer les pirates les habitants peuvent enfin goûter au plaisir de savourer le fruit de leur travail. Continuons sur cette voie, nous sommes en bon chemin. »
« Vous ne craignez pas que les habitants se relâche ? »
« Non. Le climat, l’ambiance, les shinobis omniprésents. Personne ne se relâche jamais ici. Mais leur offrir quelques bribes de bonheur, c’est leur permettre d’avoir quelque chose à quoi se raccrocher pour qu’ils soient encore plus tenaces et forts. »
« Je vois. Où allons-nous maintenant ? »


Nous. Reijiro sourit. Son ombre était exhaustive. Il le suivrait partout.

« On quitte la lumière Fuku. Je voulais juste me réchauffer et parler aux habitants pour savoir ce qu’il se passait pour eux. Tout semble aller comme je le souhaite alors on va aborder les sujets qui sont plus délicats sur l’heure. »
« Les pirates ? »
« Pas vraiment. Nous conservons la moitié de nos effectifs concentrés à cette tâche et à la protection du village. Mais depuis bien longtemps nous n’avons pas disposé comme actuellement, de la moitié de nos effectifs pour d’autres choses. »
« Lesquelles ? »

« Le continent, Fuku. Yuki va poser ses yeux sur le continent. Il est grand temps que nous revenions nous poster à l’arrière de la scène. Le regard et le poignard de Yuki sont restés trop longtemps éloignés de la politique mondiale. L’heure est venue de redorer notre blason et de se remettre en action. »

Fuku sourit. Que de bonnes nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Place centrale - Bain de foule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Ga-Metru] Place centrale de Ga-Metru
» Haiti en Marche: Cap sur Camp Perrin la belle
» Flou de Preval irrite le Bresil pour la construction d'une centrale éléctrique
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Next Generation :: 
PARTIE RP
 :: 
Pays de la Neige
 :: YUKI [OUVERT] :: Quartier Nord : Loisirs et commerce
-