AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Quartier de nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Quartier de nuit    Jeu 9 Juin 2016 - 16:01

Une branche de la ville située juste à côté du quartier commercial. Très animé la nuit, rempli de boites de nuit, de bars ou de salles de jeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Jeu 9 Juin 2016 - 16:03

Eihiko tenait le papier à bout de bras, le poing levé vers le ciel en signe de victoire. Il s’était retenu de hurler de joie pour ne pas alerter son grand-père qui travaillait dans la pièce d’à-côté. Les fracas métalliques n’avaient même pas cessés un tout petit peu, donc le vieil homme n’avait même pas entendu le messager qui était venu lui remettre l’ordre de mission.
Le Genin, tout fier, s’empressa de lire la lettre. Un rendez-vous le soir au stand de râmen du quartier de nuit, à l’autre bout de la ville. Terrible. Une mission nocturne ! Dire que ses parents ne voulaient même pas qu’ils se rendent dans ce quartier … Soit disant que c’était malfamé, qu’il y avait de mauvaises personnes, des parieurs, des voleurs, et tous les gens dangereux du village. Ce n’était pas encore une grande mission, seulement du rang D, mais c’était déjà super cool.
En plus, Eihiko ferait équipe avec un autre Genin. Un équipier ! Il était déjà persuadé qu’ils formeraient un duo d’enfer.


** J’espère que c’est aussi un nouveau Genin … Je n’ai pas envie d’être un boulet … **

Il faudrait s’infiltrer dans une boite de nuit. Un repère idéal pour un type louche. Il y avait plein de gens qui remplissaient le bâtiment, et une foule c’est pas mal pour se cacher ou pour servir de bouclier. Pas de doute, ce serait une soirée passionnante !
Le garçon plia l’ordre de mission pour le glisser dans sa poche et changea de pièce pour aller voir son grand-père.


« Papi ! »

Les fracas du métal cessèrent.

« Papi ! Je viens de recevoir un ordre de mission. Tu as besoin de moi cet après-midi ? »
« Une mission ? Ah oui tu es Genin c’est vrai … C’est cet aprem ? »
« Non, une mission de nuit. Mais j’aimerais bien faire une sieste pour être frais ce soir. »
« Vas, je me débrouillerais. Mais t’auras sûrement pas mal de boulot ici après ta mission alors ménages-toi. »
« Ca marche ! »
« Ah et Eihiko, félicitations. Et bonne chance. »


Le garçon lui présenta un pouce triomphant avant de détaler vers la maison à côté de la forge. Ses parents étaient au boulot, évidemment. Il allait pouvoir dormir tranquillement quelques heures, ainsi, il serait fin prêt pour sa mission le soir.


Le réveil le plus agréable de la vie d’Eihiko. Son engouement était à peine retombé et il avait fait des rêves héroïques qui l’avaient gonflé d’entrain.
Il s’équipa vite fait et descendit les marches cinq à cinq. Ses parents n’étaient pas encore revenus, pas moyen de leur annoncer la bonne nouvelle. Bon, pour ce qu’ils en auraient à faire … Ils n’étaient pas spécialement contents qu’il soit devenu ninja. Un jour, il leur avait dit que s’ils voulaient quelqu’un pour reprendre le commerce un jour ils avaient qu’à faire une deuxième enfant. Eihiko avait touché un point sensible ce jour-là : ses deux parents s’étaient fait la gueule pendant trois jours après ça. Du coup depuis, il n’avait jamais plus osé dire ce genre de choses. Même s’il ne comprenait pas tout à fait ce qu’il se passait entre eux.
Bref, le grand-père était en train de se faire quelque chose à manger.


« Tu prends un truc avant de partir Eihiko ? »
« J’ai rendez-vous au stand de râmen avec mon équipier. Je suppose qu’on mangera un truc le temps de faire connaissance. »
« Bonne idée. Tiens attrapes. »
« Dix yens ? »
« De quoi te payer deux bols, cadeau pour ta première mission. »


Eihiko lui servi un grand sourire et prit la porte. Dix minutes après il était devant le stand de Râmen, près du quartier commercial de nuit.
Un stand SuperRâmen. La fameuse chaine de restaurant en partenariat avec l’auteur de la bande dessinée SuperShinobi. Eihiko avait lu quelques aventures un après-midi, à la forge. Dans des moments où il n’y avait pas masse de clients. C’était marrant. Dommage qu’il n’ait pas trop pu en lire plus, à cause du travail.


« Je voudrais un bol de râmen s’il vous plait. Ah, et un deuxième, mon équipier ne devrait pas tarder. »

Il avait attaché son bandeau à son front histoire d’être bien visible comme shinobi et que son équipier le retrouve. Mais apparemment, il n’était pas encore là. Il ne voyait pas d’autre jeune garçon assit tout seul. Des questions existentielles l’assaillaient pendant qu’il attendait.

** Y’a un jouet avec les râmens ici ? Ah oui, cool. J’aime bien les figurines. **

** Mais au fait, c’est quoi un proxénète ? A part un type louche ? **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Jeu 9 Juin 2016 - 18:17

Trois bonnes heures que Sham attendait dans sa chambre. Il ne comprenait pas comment un bout de papier avait pu provoquer cette situation. L'adolescent tournait en rond dans sa chambre en se creusant la tête afin de tenter de trouver une explication logique à cette décision de son père sous le regard peiné de Tak. Un renardeau qui avait pour habitude de tenir compagnie au tout fraîchement genin. 

« Sham arrête de marcher comme ça tu me donnes le tournis ! Et met un t-shirt ce serait plus convenable. » « Et avoir encore plus chaud ? Non merci ! »

Il est vrai que sa chambre s'était transformée en véritable fournaise. Sa fenêtre fermée et impossibilité de l'ouvrir. Encore une décision de son père suite à ses nombreuses sorties nocturnes. Il se voyait donc dans l'obligation de subir la chaleur s'emmagasinant dans la pièce.

« J'aimerais bien comprendre ! Qu'est-ce qu'il y avait dans cette lettre pour que père prenne autant de temps ! »

« Si seulement je pouvais te répondre. »

L'adolescent finit par se laisser tomber sur le lit, faisant décoller par la même occasion Tak qui fini par se blottir sur l'un des flancs de son ami. Sham ne pesta pas sur la chaleur supplémentaire apportée par le corps du renardeau, au contraire. Comme toujours ce contact l’apaisé légèrement.

Son regard fini par se poser sur le bandeau prouvant son grade. Quand Tak ne le portait pas il était posé sur un petit présentoir qu'il avait acheté spécialement pour accueillir celui-ci. Au côté de ses numéros les plus rares de Supershinobi, encore sous emballage plastique bien sûr. Ceux-ci n'avaient jamais été ouvert. Il aimait en acheter de temps en temps en doublon pour en garder une version parfaite. Aussi parfaite que le héros de cette histoire.

Il finit par se redresser d'un bon, manquant de peu d'envoyer Tak valser à travers la pièce. La raison de cet acte n'était ni plus ni moins la clef tournant la serrure de la porte. Chose qui indiquait qu'il allait enfin avoir réponse à sa question.

« Hey le traître ! Père te demande. »

Sham envoya un regard noir à Manaro. Le plus grand de ses frères, de dix ans son aîné. Il ne supportait pas qu'on le nomme de la sorte. Il n'était pas un traître ! Bien au contraire. La preuve, leur père avait fini par accepter qu'il devienne un shinobi. Tak quant à lui grogna avec toute l'intensité qui lui était possible, il ne faisait qu'en devenir plus mignon.

L'adolescent avançait dans les couloirs de la demeure. Il avait plaisir de pouvoir se mouvoir sur un plus grand espace mais chacun de ses pas lui retournaient un peu plus l'estomac. Qu'est-ce que son père allait dire.

Ce ne fut qu'après avoir pris trois bonnes bouffées d'air pour se donner un peu plus de courage qu'il finit par toquer à la porte. Une voix étouffée lui répondit et le bois se dégagea immédiatement de son chemin. Comme toujours il y avait un portier dans cette pièce, tout comme deux gardes du corps plutôt imposant. Mais ce n'était pas eux qui impressionnaient le plus Sham mais son père.  

« Entre Sham, avance toi je ne vais pas te morde. Mais s'il te plaît laisse Tak à l'entrée. D'ailleurs si vous pouviez également sortir messieurs. »

Cette dernière phrase s'adressait aux hommes de mains. Sjam jeta un coup d'oeil inquiet à Tak et le laissa à contre-coeur à l'extérieur. Il n'aimait pas se séparer de l'animal, surtout quand il savait que la situation pouvait être venimeuse pour lui. Une fois qu'ils se retrouvèrent tête-à-tête, le fils sur un siège face à son père accoudé à son bureau l'air sérieux.   

« Du courrier est arrivé pour toi ce matin. » il semblait contrarié « C'est un ordre de mission de la part du Shousan. »

Son père tendit le bout de papier à Sham qui le dévora en à peine quelques secondes. Il n'en revenait pas, il avait une mission ! De rang D mais une mission tout de même ! Et puis il ne serait pas tout seul pour venir à bout de cet homme vendant le corps des femmes ... C'est là qu'il compri où était le hic.   

« Te rends-tu compte de ce que ça veut dire ? »

« Non père. »

Ces mots avaient échappé à l'adolescent. L'énorme poing de son interlocuteur frappa le bureau avec fracas. Une veine apparu sur son front.

« Voilà pourquoi je ne voulais pas que tu deviennes shinobi à la base ! On va commencer à te mettre sur des missions de ce genre et finalement on te demandera de m'arrêter ! »

« Père vous savez que jamais... »

« Tais-toi Sham ! »

Oma Ono se tenait maintenant dos à son fils, debout, regardant par la fenêtre de son bureau, la plus haute pièce de la demeure. L'homme semblait plus calme. Sham lui était enfoncé autant qu'il le pouvait dans son siège, son regard fixait le sol. Il avait peur.

« Tu vas remplir cette mission qui t'a été demandée. Il est hors de question que tu échoues. Je ne voudrais pas que le Shoukage puisse penser ne serais-ce qu'une seconde que notre famille pourrait tremper dans les salles affaires. T'empêcher d'arrêter cet homme pourrait peut-être commencé à éveiller de véritables soupçons. Déjà que l'on doit batailler tous les jours contre les rumeurs. Et puis ça fera moins de concurrence sur le marcher. » il refit face à son fils « Mais je te préviens que si un je te surprend fouiner dans mes affaires au nom du Shoukage tu le regretteras. »

Sham dégluti. Il avait envie de dire à son père qu'il n'avait pas le droit de lire ses ordres de mission et encore moins de les intercepter mais pour ça il lui fallait du courage et face à cet homme il n'en avait pas une once. Du courage ou de la folie ? Il ne savait pas réellement. De toute façon il n'en avait ni l'un ni l'autre. Le silence qui s'était imposé dans le bureau lui avait indiqué qu'il était temps de partir. Comme il s'y attendait une bonne partie de la fratrie se trouvait derrière la porte. Tous portaient un sourire. Cette partie de sa famille aimait quand il se faisait engueuler de la sorte. Aucun de ceux-là avaient accepté la décision de l'adolescent de devenir shinobi. Mais qu'importe à ses yeux. Il était soulagé. Ca ne s'était pas trop mal passé pour lui. Tak sauta dans ses bras et alla s'installer sur l'une de ses épaules.

« La journée peut commencer Tak ! »

La peur avait rapidement laissée place au soulagement. Il n'était plus obligé de rester cloîtrer à la maison. En un clin d'oeil ils étaient à l'extérieur, bandeau autour du coup du renardeau. Celui-ci était un peu trop grand pour lui mais Tak aimait le porter et Sham voyait là un grand honneur de voir son ami vêtu de cet emblème. Ils étaient en quelque sorte un duo de choque ! ... Enfin si on peut dire.

L'après-midi se passa comme bien souvent. Sham tenta de perfectionner ses techniques de dragues dans l'un des parcs de la ville. Tak tentait de l'aider comme il le pouvait. L'aspect physique de celui-ci l'aidait énormément. Un véritable piège à fille. Tout se passait à merveille, l’appât fonctionnait à la perfection. C'était toujours au même moment que les choses se gâtaient. Lorsque Sham ouvrait la bouche ça ne pouvait tourner qu'en fiasco. Cette fois-ci n'échappa pas à la règle.

« Tu es tellement belle que j'en boirais l'eau de ton bain. »

Mais comment quelqu'un peut penser qu'une telle phrase aurait une once de chance de fonctionner ? La preuve, la jeune fille tourna rapidement les talons. On pouvait clairement voir le dégoût peint sur son visage. Sham lui ne comprenait pas. Tentant de rattraper la chose en la suivant. Bien sûr ça ne fit qu'empirer. Rapidement il se retrouva avec le père de l'intéressée sur le dos. Il ne voyait plus qu'une seule solution. La fuite ! Ce fut donc une nouvelle fois bredouille qu'il quitta son lieu préféré sous les rires moqueurs de Tak.

Il était l'heure d'aller à son rendez-vous. Enfin rendez-vous ... Pas comme il l'entendait malheureusement. Il devait aller retrouver son coéquipier au SuperRâmen. Il n'avait pas encore été à celui-ci mais connaissait bien cette chaîne de restauration. Il avait réussi à avoir la quasi-totalité de la collection de Supershinobi en une journée à peine. Il avait dû abandonner quand le marchand avait refusé de lui en vendre plus. D'après lui lâcha de quarante menus dans le seul but de tenter d'avoir la totalité des figurines n'était que pure folie et refusait qu'un enfant dépense la totalité de son argent de poche dans une telle futilité. Sham avait bien tenté de menacer le marchand mais un groupe de shinoni plus haut gradé que lui pointaient le bout de leur nez au bout de la rue. Ce ne fut que sous une dernière menace de représailles qu'il prit les jambes à son coup butin sous le bras.   

Il ne lui fut pas difficile de trouver son coéquipier. Un garçon devant avoir plus ou moins son âge attendait devant deux bols. Il regardait de temps en temps derrière son dos, sûrement voir si notre jeune genin arrivait. L'idée d'un bon repas enchanté Sham. Son regard se posa sur quelque chose et son visage se déconfit.

« Quoi ! » hurla-t-il « Mais c'est pas possible ! »

Il sprinta vers le seul autre shinobi du lieu. Il tenait dans ses mains LA figurine. La seul qu'il lui manquait.

« Mais c'est la figurine d'Azami Eiji ! C'est celle tirée de la parution 326 ! Quand Kara Tadara lui demande d'aller faire un tour dans le parc de Shousanpolis ! Ho mon dieu !!!!!! Il me la faut ! Peut-être que je l'ai aussi ! »

Sans réellement être certain que ce bol était pour lui Sham s'installa au côté de son coéquipier et se saisi de la figurine. Son visage se peint de tristesses à la vue de celle qu'il avait en main. Ce n'était que la cinquième fois qu'il l'avait après tout. Tak quand à lui sauta sur les genoux de l'adolescent lapant avec appétit le contenu de son bol.

« Mec ! Il me faut la figurine que tu as en main ! Si tu veux je te l'échange contre celle-là ! C'est la seule qui me manque et j'ai plus de quoi acheter plein de menu comme avant ! S'il te plaît ! »

Sham souriait à son interlocuteur, il devait lui être impossible d'agrandir celui-ci. Il tendait d'une main la figurine que lui avait eu et l'autre vide prête à accepter la dernière pièce de sa collection.

« S'il te plaît »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Jeu 9 Juin 2016 - 19:26

Surpris. Eihiko fut carrément pris au dépourvu. Un garçon qui devait avoir son âge déboula à sa table, et se mit à parler avec un débit précipité, des figurines donnés en cadeau avec les bols de râmen que le garçon venait de commander.
Apparemment, sa figurine était rare et ce type était collectionneur. Et déçu de celle qu’il avait eue. Eihiko avala une gorgée de râmen, le temps de trier les informations. Il s’aperçut alors du renard posé sur les genoux de l’autre adolescent, qui lapait dans le bol de râmen. Et qui portait un bandeau ninja. Sûrement celui de son nouvel équipier. Car pas de doute possible, c’était lui.
Eihiko se détendit. Ils avaient le même âge, ce serait plus facile de travailler en équipe. Il devait sortir de l’académie lui aussi, ils auraient le même niveau. En plus il semblait être quelqu’un de sympathique et d’enjoué, c’était le genre à le mettre à l’aise.
Eihiko posa la figurine d’Azami Eiji dans la paume du garçon.


« Malheureusement je n’ai pas trop eu le temps de lire des bandes dessinées depuis que je suis entré à l’académie. Du coup je n’ai pas lu le numéro 326 … C’est tout juste si j’ai lu les dix premiers. Du coup elle te sera plus utile qu’à moi. »

L’adolescent prit la seconde figurine.

« Par contre, dans le troisième numéro, le héros est sauvé in-extremis par Himuro, le mystérieux samouraï. Il est trop cool ! Comme quoi parfois, même les super héros peuvent avoir besoin d’un coup de main ! Du coup, comme je connais Himuro je serais bien content d’avoir celle-là ! »

Eihiko regarda la figurine qui venait de passer de main. Azami Eiji. Cheveux rouges, yeux rouges. Des griffes de tigre greffées sur des gants comme armes. Il devait être terrible.

« Eiji a l’air trop classe aussi … Je me demande si un de ces jours j’aurais le temps de lire les trois cent numéros qui m’en sépare … »

Peu probable. Son grand-père avait toujours du travail. Et il n’était pas prêt de perdre du poil de la bête, la forge allait encore tourner pendant des années. Sûrement que quand il prendrait lui-même sa retraite, ce serait pour reprendre le flambeau. Pas de créneau pour bouquiner dans tout ça. C’était de sa faute, au fond. Shinobi prenait du temps. Et il n’en avait plus pour lui.
Enfin, ce n’est pas comme s’il allait regretter. Depuis qu’il s’était découvert le chakra Hikari, sa vie était devenue incroyablement palpitante.
Sourire aux lèvres, Eihiko tendit la main à l’autre Genin.


« Je suis Eihiko. Tsubazame Eihiko. Je viens juste d’être promu Genin mais … » Son pouce se posa sur son bandeau, avec une attitude de vainqueur. « Bientôt je serais connu comme l’éclair blanc de Shousan, le shinobi le plus rapide du monde ! » Il s’empourpra et partit d’un rire gêné. « Enfin, peut-être. J’espère en tous cas. »

Oh, il ne faisait pas de doute qu’il était le Genin le plus rapide du village. Même parmi ses aînés, personne ne pouvait suivre sa vitesse. Encore moins la vitesse-lumière. Mais il n’était pas assez confiant pour le réaliser, voilà tout.
Il montra du doigt ses poings-kunaïs, posés sur la table. Forgés par son grand-père, ils étaient d’une qualité certaine et étaient très bien aiguisés.


« J’en ai pas l’air mais je suis pro-tai. Même si pour l’instant, j’ai vraiment que la vitesse pour moi, je désespère pas d’être un peu meilleur un jour … »

Eihiko eut quelques images en tête. Lui, se déplaçant si vite qu’on croirait qu’il se téléporte, et chacun de ses coups mettant un ennemi au sol. Un rêve qui lui paraissait inaccessible.
Il hésita un moment, puis ajouta :


« Dis, j’ai lu l’ordre de mission et tout mais il est assez bizarre. Tu sais ce que c’est qu’un proxénète ? J’ai pas pensé à demander à mon grand-père avant de partir de la forge … J’ai bien compris que ça devait être un type pas commode et un peu louche, genre méchant quoi, mais je sais pas exactement ce que c’est. »

Il avait un peu honte, mais le garçon avait l’air sympa.
C’est là qu’Eihiko réalisa que le renard devait être une invocation. Il se comportait bizarrement, comme s’il était humain.


« Bonjour, petit renard. » Il lève la tête vers l’autre Genin. « Tu sais déjà utiliser les invocations ? Je n’ai même pas encore essayé de faire un pacte … Ca a l’air super. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Jeu 9 Juin 2016 - 21:19

Quel ne fut pas le bonheur de Sham quand il vit son coéquipier échanger les figurines. Ni une ni deux il ausculta de plus près  la figurine d'Azami Eiji. Il ne pouvait pas croire qu'il l'avait en main. En plus elle n'avait aucun défaut. Il lui était impossible de remballer son sourire en repensant à différent moment de sa bande-dessinée préférée. Surtout le premier baisé entre Azami et Kara. Pour lui il n'y avait aucun doute que le premier qu'il offrirait serait comme celui-là ou même mille fois mieux !

« Quoi tu n'as lu que dix numéros ? Mais comment tu as fais pour t'arrêter à ce moment de l'intrigue ? D'accord il y a des trucs pour te laisser deviner qui est le père de Kara Tadara mais tu ne peux pas en être sûr à cent pour cent. Fin moi je le savais, j'avais deviner sans problème que c'était l'Anbu masqué qui apparaît à la quatrième page du troisième tome. A la silhouette je trouve que ça se comprend facilement ! Fin je vais pas trop t'en dire pour si tu continues ta lecture. »

Pourtant il en avait déjà énormément dit. Dévoilant une partie de l'intrigue des trente premiers tomes. Et contrairement ç ce qu'il disait, le voile n'était levé que pratiquement à la fin de ceux-ci.

« C'est vrai qu'il est classe Himuro mais je préfère clairement Kara et ses dojutsu du tonnerre ! Qu'est-ce que j'aurai donné pour avoir les mêmes que lui. C'est juste ultra classe. Tu crois que ça existe en vrai ?! »

Sham hésita un long moment suite aux paroles de l'adolescent face à lui. Il désirait lire la suite de Supershinobi. Une bonne flopée de numéro valant chacun une petite somme d'argent. S'il voulait pouvoir tous les lires ce n'était pas avec un salaire de genin qu'il pourrait se le permettre dans l'immédiat. Il serait peut-être possible de lui permettre de lire ses tomes mais ça voulait dire que ceux-ci devraient aller dans des mains d'inconnu ... Cette idée ne lui plaisait pas du tout. Mais en même temps qui était-il pour priver quelqu'un d'une histoire aussi magnifique ? C'était impossible de trancher entre les deux.

« Enchanté Eihiko Tsubazame ! Moi c'est Sham Ono. Comme ça tu as déjà en tête un but ! C'est comme ça qu'il faut voir la vie. Sans but on ne va pas bien loin ! L'éclaire blanc de Shouan, ça sonne plutôt bien comme nom. J'espère pour toit que ça arrivera bientôt. Et mon but à moi c'est ... Nan c'est trop stupide à dire ... »

Sham paru un peu gêné. Il savait que vouloir devenir Supershinobi était vu comme quelque chose de stupide. Il ne comprenait d'ailleurs pas ce point de vue. Qu'y avait-il d’immature à vouloir protéger sa ville au péril de sa vie ? Ce n'était pas le but de chaque shinobis de chaque nations ? La seule différence résidait dans la tenue ni plus ni moins ! Et au moins lui n'était pas corrompu comme certain. Sham était persuadé que même face à son père Kara tiendrait bon, resterait droit et ferait parler la justice ! Si seulement lui-même avait le courage de le faire. Certes il aimait son père mais il savait également ce que celui-ci faisait. Enfin, il le pensait car il n'était pas au courant de la totalité des méfaits de cet homme.

« Moi je suis porté sur le ninjutsu. Ca en jette grave. Ca plait à crever aux filles. Si tu savais comme je choppe avec. Rien que plus tôt ce matin dans le parc je me suis emballer un de ces petits morceaux. Franchement tu l'aurais vu tu serais vert de jalousie ! »

Sham détournait le regard comme toujours lorsqu'il mentait. Sa voix suivait la route, on ne pouvait pas top détecter ses bobards à l'aide de celle-ci. Mais une fois qu'on le connaissait un minimum on pouvait aisément le deviner à sa difficulté de tenir le regard d’autrui. D'ailleurs le siens se concentra sur son bol de râmen.

« Tak ! Bois pas tout tu sais bien que j'aime pas quand il n'y a plus de bouillon ! »

Le renardeau ne préta même pas attention à son ami et continua à laper en s'arrêtant que quand les baguettes de Sham plongeaient dans le bol.

« Ho un proxénète ... Hum comment t'expliquer. En gros c'est un mec qui se fait payer par des filles pour le protéger. En très gros hein. C'est pas des plus sympa comme type la plupart du temps. Beaucoup sont même grognons à force de devoir courir après l'argent qu'on leur doit ou faire fuir des clients un peu bizarre qui demande des choses spéciales aux filles. Une fois tonton Tagara m'a raconter qu'un mec avait demandé à une fille si elle pouvait lui marcher dessus avec des talons aiguilles et lui mettre un truc large et long comme un bras .... Ouai nan en faite je devrais pas raconter ça. C'est un peu bizarre et je sais pas si tu es prêt pour ce genre de chose. Tout ça pour dire qu'un proxénète c'est pas les gens les plus réglos. Certains frappent leurs filles. Mais pas au niveau du visage hein. Parait que c'est mauvais pour le commerce. Fin c'est ce qu'on m'a expliqué hein. Va pas croire que je fréquente le milieu. Je préfère chasser dans le parc perso. »

Sur la fin de sa phrase Sham s'était donné des airs de confiance absolue. Enfin c'est ce qu'il avait tenté tout du moin.

« Comme ça ton grand-père est forgeron. C'est classe ça. Mais ça doit faire un bruit de dingue non ? »

Voilà où s'arrêtaient les connaissances de Sham sur la forge. Le bruit que ça pouvait faire. Enfin il en connaissait tout de même les bases, comme le fait qu'il fallait faire fondre le métal et le frapper d'où le boucan. Mais de là à expliquer le reste ... C'était totalement hors de sa portée.

« Hey ! Je suis pas petit ! »

Tak n'aimait pas qu'on lui rappelle sa position dans l'ordre des invocations. Et ça Sham le savait bien, d'ailleurs il aimait beaucoup le taquiner sur ce sujet.

« Arrête Tak, tu vois bien que tu es minuscules. Regarde. »

L'adolescent poussa le bol de quelques centimètres mettant celui-ci hors de portée du renardeau. Quelques centimètres de trop vu que le contenant perdis équilibre et se brisa sur le sol.

« Et merde ! »

« Tu vois à vouloir faire le malin ! Chef un autre bol sur le compte de l'autre blaireau ! »

« Et c'est qui que tu insultes de blaireau sac à puce ? »

« Tu veux voir ce qu'il te dit le sac à puce ?! »

Ni une ni deux l'animal mordit la main de son ami. Certes il possédait de toutes petites dents mais elles étaient suffisamment longue pour percer la peau. Sham lâcha un cri de douleur.

« Lâche moi ou je te transforme en tapis de bain ! »

Il fallut deux bonnes minutes pour que leurs deux esprits se calme. Ce ne fut qu'en voyant le nouveau bol arriver qu'ils finirent de sa chamailler pour de bon.

« Prochaine fois je te pisse dessus. »

Sham soupira.

« Désolé pour le spectacle Eohioko. Normalement Tak c'est mieux se tenir mais parfois ça lui arrive de péter une case. »

« Attention j'ai bu pas mal de bouillon! »

« Et oui j'arrive à invoquer. Et non c'est pas toujours super comme tu peux le voir. Je peux jamais rien manger sans qu'il me chipe quelque chose. Regarde, il est déjà occupé de manger tout les bouts de viande. Tak laisse moi en ! Nan pas le dernier ! »


Sans crier gare le renardeau sauta des genoux du genin pour manger son butin un peu plus loin. Il savait que Sham était totalement capable de le lui reprendre et de le manger comme s'il ne l'avait pas mâchouiller.

« C'est même la galère parfois. »

Sham commença à manger son bol de râmen au boeuf devenu un bol de râmen végétarien.

« Bon c'est pas tout ça mais on a une mission sur le feu. Je connais la boîte de nom. L'une de mes soeurs est sortie une fois où deux dans cet endroit. Apparemment l'ambiance y est naze et la musique toute pourave. Enfin c'est ce qu'elle m'a dit hein. Le type devrait être facilement repérable si personne ne se trouve dans cet endroit mais ça changera tout s'il y a du monde. Vu qu'il guère de filles elles risqueront de pas être très loin de la boîte. Un type comme lui aime pouvoir avoir un oeil sur ses filles. Enfin je crois. »

Sham bu une bonne lampée de son râmen en engloutissant quelques nouilles au passage.

« Tu as une idée de comment on pourrait s'y prendre ? J'ai bien ma petit idée mais je suis pas certain que ça pourrait marcher. »

Avant d'expliquer son plan l'adolescent avala le reste de son repas. Il était pressé de se mettre en route et de montrer à tout le monde de quoi il était capable. Mais surtout de quoi est capable le futur Supershinobi.

« Je te propose de faire la chose en deux parties. En premier lieux où on y va déguiser en un peu plus vieux. Se métamorphoser serait un gaspillage cuisant de chakra. On ne sait pas sur quoi on peut tomber à l'intérieur. Mieux vaut être prudent. Et vu mon physique avantageux avec un peu de maquillage je pourrais peut-être passer pour une potentielle futur fille à lui. Après tout quel proxénète ferait une crois sur un tel gros lot. Certes faudra quand même soigner le déguisement mais il y a moyen que ça passe. De là on repère le type aujourd'hui et les quatre prochains jours histoire de connaître son emplois du temps par coeur. »

Sham marqua une pause dans son plan qui lui semblait tellement parfait. Dans sa tête c'était clairement le moyen le plus efficace de mener cette mission à bien.

« De là quand je serais dans son réseau tu n'auras qu'à venir un jour en tant que client. On montera dans une chambre et on simulera une dispute. Je crierais comme si tu me frappais et ni une ni deux il montera pour voir ce qu'il se passe. Je serais sur le lit avec du faux sang et un couteau. Il croira que c'est un crime. Toi derrière la porte tu en profitera pour frapper comme l'éclaire. Tu veux te fais appeler l'éclaire blanc non ? Ca sera le moment parfait pour montrer de quoi tu es capable ! Avec l'effet de surprise on aura plus qu'à le mettre hors d'état de nuire. L'affaire sera réglée en à peine une semaine. Tu en penses quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Ven 10 Juin 2016 - 15:01

Cette rencontre était de plus en plus étonnante. Sham était quelqu’un de très bruyant, mais de définitivement sympathique. Et en plus il avait l’air cool. Genre, plus expérimenté sur la vie et heureux de le lui faire partager. Mais à la fois, il ne devait pas lui être supérieur comme shinobi. En fait, Eihiko se sentait comme en présence de quelqu’un qui serait à la fois un grand-frère et un meilleur ami. C’était une sensation agréable.

Eihiko ne releva même pas que Sham venait de lui spoiler SuperShinobi. De toute manière, il était certain de ne jamais réussir à le lire en entier. Il ne trouverait jamais le temps. En tous les cas il avait affaire avec un vrai fan ! Il semblait connaitre la bande dessinée par cœur et avoir absolument tout lu. Ca devait être sympa d’avoir un peu de temps pour soi de temps en temps …
Un peu hésitant, le garçon tenta néanmoins de se souvenir de ce qu’il connaissait de l’histoire pour ne pas perdre le fil de la conversation.


« De ce que j’ai vu des dôjutsus de Kara c’est vrai qu’ils sont cools. Et super puissants. Mais je préfère quand même Himuro … Je ne sais pas, son style est plus sobre. Il a moins de talent naturel mais il fait avec, je crois que ça me plait d’avantage ! »

Avec une moue pensive il ajouta :

« De toute façon même si je voulais lire la suite je pourrais pas. Entre la vie de shinobi, les entrainements et aider mon papi à la forge, je n’ai pas le temps de lire … Ca s’arrangerait peut-être si je devenais Shoukage ! Il parait qu’on gagne plein de sous, je pourrais engager un assistant pour papi et prendre un peu de temps pour lire SuperShinobi ! Vu comme t’en parles tu me donnes envie de le lire … »

Quand Sham dit qu’il trouvait que l’éclair blanc sonnait bien, Eihiko ne put pas s’empêcher de s’empourprer. Attitude timide qu’il perdit aussitôt quand son équipier lui dit que son but à lui était trop ridicule.

« Ridicule ? Je ne suis pas assez mâture ou assez stupide pour mépriser le rêve de quelqu’un d’autre, Sham … Je ne peux pas croire que le rêve d’un mec aussi cool et sympa que toi soit ridicule. »

Ce n’était pas vraiment de la gentillesse et il ne l’avait pas dit pour le rassurer ou le mettre dans l’ambiance. Eihiko était strictement incapable de mentir efficacement. C’était un grand naïf qui disait ce qu’il pensait quand il le pensait, ou qui se taisait. Et quand il était à l’aise, il ne se retenait pas de parler. Voilà tout.
Les explications sur ce qu’était un proxénète vinrent. En effet, Sham savait plein de choses. Quelle chance il avait de l’avoir pour équipier ! Mais il parlait un peu comme si son oncle était dans les milieux louches … C’était un peu étrange. Peut-être un policier infiltré ? Oui, probablement. Sinon ce serait un peu trop bizarre.
Par contre, si Eihiko comprit globalement de quoi il retournait, il était bien content que Sham ne soit pas rentré dans le détail. C’était vraiment un sale milieu le proxénétisme. Et un truc d’adultes. Ca allait être dur de s’infiltrer tranquillement dans ce genre de trafic …


« Je… Je vois. T’as l’air d’en connaitre un rayon en filles. Perso je ne suis pas au point de ne pas réussir à leur parler mais j’ai jamais vraiment essayé de draguer. J’aime bien les filles, hein, pas de soucis. Mais je ne vois pas ce qu’elles pourraient me trouver … Je pense que j’essaierais quand je serais un ninja fort et connu. L’éclair blanc, quoi. »

Eihiko attrapa à boire et fourra une paille dans sa bouche, l’air pensif, un peu rêveur.

« Tu arrives souvent à … emballer ? ‘fin, t’es pas un débutant je suppose. Ca va te paraitre un peu con mais j’ai jamais embrassé une fille … Le répètes pas hein, c’est pas vraiment glorieux … »

Si tu savais mon pauvre Eihiko à qui tu avais à faire …
Mais non, il ne savait pas. Pour lui Sham devenait, au fil de la conversation, quelqu’un sur qui il pourrait prendre modèle pour se fonder une expérience sociale un peu plus complète. Miséricorde, qu’est-ce qu’il allait advenir de lui désormais ?
Eihiko sourit quand Sham lui parla du bruit de la forge. C’était une réaction à laquelle il était habitué.


« Ouais, dans la forge c’est bruyant. Quand tu restes longtemps dedans tu es obligé de garder des protections pour les oreilles. Mais moi je suis surtout au magasin la plupart du temps, pendant que papi forge. De temps en temps je l’aide pour refondre ou pour le remplacer le temps qu’il se détende les muscles mais pas si souvent que ça. Mais bon le bruit on s’habitue. Le plus dur c’est la chaleur. Une vraie grotte volcanique. Quand t’es à côté c’est déjà pénible, mais alors dedans pendant toute une journée je ne sais pas comment papi fait … Enfin ça a ses bons côtés. Papi m’a forgé mes poing-kunaïs quand je suis devenu Genin, comme cadeau. J’espère qu’un jour je pourrais faire de l’aussi bon travail … Pas trop pour les sous mais plutôt parce que se battre avec les armes qu’on a soi-même forgé, je trouve que ça a de la gueule. »

Ils furent interrompus par Tak, le renardeau. En les voyant se disputer Eihiko comprit que ce n’était pas qu’un animal de compagnie. Ils étaient liés par une vraie amitié tous les deux. C’était un peu comme son petit frère.
Il les enviait un peu. Lui qui n’avait jamais eu de famille nombreuse et qui n’avait même pas d’invocation … Il se demandait à quoi ressemblerait son invocation ? A vrai dire, il s’en fichait un peu. Que ce soit des colibris ou des anacondas, tant qu’ils étaient sympas c’était tout ce qui lui importait. C’est sûr que des loups ou des tigres, ce serait super classe. Et badass. Mais bon, est-ce que c’était si important ?


« Hahaha, pas de soucis, t’inquiètes. Vous avez l’air de bien vous entendre, en tous cas. Ca doit être super d’avoir un lien aussi fort avec son invocation. De pouvoir compter sur lui pour les missions délicates ! J’ai hâte d’avoir la mienne aussi. Et j’espère qu’elle sera aussi sympa que Tak. »

Il n’avait pas vraiment fait gaffe au fait que c’était lui qui avait déclenché cette petite bagarre en disant que le renardeau était petit. Enfin vu les deux énergumènes ça serait arrivé de toute façon tôt ou tard.
Avant qu’ils ne partent trop à la dérive Sham le rappela à l’ordre et dévoila son plan pour la mission.


** Alors il avait déjà un plan ? Bordel, va falloir que je me donne à fond pour être à la hauteur, il a l’air vraiment doué comme ninja ! Il était déjà préparé à tout et malgré notre discussion il n’a rien perdu de vue. Je dois prendre exemple sur lui. **

Eihiko redevint d’un coup sérieux et écouta attentivement.

« Donc on se déguise, toi en fille moi en mec plus âgé. On s’infiltre, je joue le type qui veut une fille et toi tu cherches du boulot. Et dans une semaine je te retrouve et on le piège. J’ai bien compris. Ca a l’air génial comme plan, je vois pas comment ça peut échouer. »

Etrangement, en tant que votre humble narrateur, je tiens à dire que je trouve ça particulièrement foireux et que ces deux jeunes gens sont fous. Pitié, que quelqu’un leur vienne en aide.

Cela dit, Eihiko était vraiment enjoué. Infiltration, milieux dangereux, une mission périlleuse … Ca avait l’air super amusant. Et super valorisant, présenté comme ça. Ils allaient faire tomber un trafic et sauver des damoiselles en détresse dès leur première mission.


Alors qu’il allait ajouter quelque chose, un mouvement dans son rétroviseur. Une jeune fille venait de glisser sur un papier qui trainait par terre et allait se ramasser par terre tête la première. Plus par réflexe que par réelle réflexion, Eihiko disparut tout simplement de devant Sham. Tout ce qu’il laissa dans son sillage, c’est un éclair blanc. Et il réapparut directement près de la jeune fille pour la rattraper et lui éviter de se payer la honte, et un nez cassé.
Elle mit quelques secondes, dans ses bras, à se remettre de ses émotions, et se dégagea lentement. Apparemment, elle et l’assistance avaient été surprises.
Eihiko profita de l’instant pour la détailler. Elle devait avoir un ou deux ans de plus que lui, d’apparence. Déjà plutôt bien formée, des rondeurs travaillées pour être agréables à regardées, une tenue coquette mais plutôt urbaine. Des boucles brunes à croquer. S’il n’avait pas été aussi timide il aurait sûrement dit quelque chose de super cool pour avoir l’air d’un héros, mais il se contenta de la reposer.


« Dé…Désolé, un réflexe. J’espère que tu ne t’es pas fait mal. »
« N-Non … Merci. »


Ses yeux se posèrent sur le bandeau d’Eihiko. Peut-être qu’il aurait eu le droit à un bisou et à un ‘mon héros’ s’il s’était présenté. Les ninjas avaient bonne réputation. Mais il se contenta de retourner s’asseoir.

« Désolé Sham, c’était … Vraiment, juste un réflexe. Je ne voulais pas interrompre notre conversation. Mais j’en reste à ce que je disais. Ton plan c’est de la bombe, je te suis ! »

[-60 chakra]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Sam 11 Juin 2016 - 16:52

Eihiko préférait donc la force d'Himuro à la finesse de Kara. Sur ce point Sham ne pouvait pas le rejoindre. Lui qui vénérait totalement le Supershinobi ne pouvait pas concevoir de placer un autre protagoniste de l'histoire au devant de celui-ci. Il pouvait certes reconnaître une certaine classe dans la façon de faire d'Himuro mais quelque chose le dérangeais dans celle-ci. Il se sentait profondément plus proche du meneur de double vie. Et puis il n'y avait rien à faire, visuellement parlant qu'est-ce qu'il en jetait !

« Hum. Devenir Shoukage pour pouvoir lire les aventure de Supershinobi. Je ne peux qu'être avec toi sur ce point de vue. Il faut du temps pour pouvoir profiter au maximum cette histoire. La façon d'on des détails sont cachés dans certaine casse en prévision des prochains chapitres. Rien que pour ça, ça vaut la peine de décortiquer chaque page pour tenter de deviner la suite ! J'ai un nombre incalculable de théories sur différents personnages ! Si tu veux je pourrais t'en parler mais ça serait dommage de te gâcher la surprise. »

Sham n'était pas totalement certain sur ce qu'avançait Eihiko sur le rêve qu'il choyait le plus. On s'était trop souvent moqué de lui à l'académie pour qu'il continue à le crier sous les toits. Il n'en avait pas honte, loin de là. Mais pourquoi risquer de s'attirer la risée d’autrui quand ce n'est pas nécessaire ? Il préféra éludé la chose par un simple sourire gêné tout en fuyant légèrement du regard. Il n'aimait pas se retrouver dans ce genre de posture. Trop inconfortable et puis il avait l'impression de perdre la face. Heureusement son coéquipier changea rapidement de sujet. Un sujet que Sham pensait maîtriser mieux, enfin non il ne le pensait pas il le faisait simplement croire.

« Si j'emballe souvent ? Tu rigoles ou quoi ? Je choppe quand je veux ! Mais t'en fait pas pour toi. Comme on dit les choses arrivent quand elles doivent arriver. Je sais plus qui m'a dit ça. Je l'ai peut-être même lu dans Supershinobi. Mais il n'y a aucune honte à ça Eihiko. Et ne t'en fais pas je resterais muet comme une tombe ! Parole de genin. »

Il décocha un large sourire à son interlocuteur. Un sincère. Sham sentait qu'il allait bien s'entendre avec son coéquipier. Il semblait avoir bon fond. Un vrai travailleur contrairement à lui. Il avait suivit ses études pour devenir genin tout en aidant son grand-père de ce qu'il avait compris ... Alors que lui n'avait qu'à aller en cour, le reste de son temps il pouvait le gérer comme il le voulait ... Il aurait pu en profiter pour se perfectionner mais non, il avait préférer faire des coups en douce. Pas qu'il le regrettait hein. Bien au contraire, il se sentait simplement un peu mal à l'aise face à une telle détermination.

« C'est vrai que ça doit être quelque chose de se battre ses propres armes ... Ou même celle qu'on a fait spécialement pour soi. »

Sham lâcha un léger soupire. Ce n'est pas son père qui lui aurait forger quoi que ce soit ... Et encore moins son grand-père qui lui croupissait dans l'une des cellules de Shousan. Il resta silencieux, légèrement pensif pendant qu'Eihiko parlait. Ce gamin semblait avoir une belle vie comparée à la sienne. Celle d'un genin normal. Et puis il se sentait mal également de l'intérêt qu'il lui portait. Il n'arrêtait pas de fabuler sur de nombreux points, de se la raconter ... Mais il ne pouvait pas faire autrement. Il n'avait que ça. Il n'avait que cette vie qu'il se créait. Il lui était impossible de raconter sa véritable vie. Qui voudrait entendre qu'il est le fils d'un chef de pègre ? Ou encore que son père est à la tête d'un vaste réseau de prostitution ? ... C'était tout de même comique. Sa première mission était de mettre un proxénète derrière les barreaux alors qu'il habitait sous le même toit qu'un type de la même trempe en mille fois pire. Il se demandait à quoi pouvait bien ressembler la vie de son coéquipier. Certainement bien meilleure que la sienne.

Alors que Sham s’apprêter à répondre positivement aux affirmation d'Eihiko à propos du plan qu'il avait mis en place ce dernier disparut sans crier gare. Quelque chose aveugla l'adolescent. Un grand flash lumineux. Quelqu'un venait-il de prendre une photo de lui ? Certes il était de beau mais de là à l'immortaliser sans demander son avis !

Quel ne fut pas son étonnement quand il comprit d'où venait cette lumière intense. Il s'agissait tout bonnement d'Eihiko qui venait de se déplacer ... A la vitesse de la lumière ! Ou tout du moins c'est ce que Sham vous direz. Sa bouche était grande ouverte, sans parler de celle de Tak qui avait repris place sur les genoux de son ami maintenant qu'il avait terminé son bout de viande. Et en plus de ça, son coéquipier tenait une belle jeune fille dans les bras. Une technique de drague ultime, jamais il n'avait vu ça. Sauver la vie d'une personne pour créer une sympathie immédiate, une façon d'exploser les premières phases de la séduction. Il cachait bien son jeu ce bougre!
Mais ce n'était pas tout. Cette façon de se déplacer. Comment pouvait-il aller aussi vite ? Il n'avait jamais vu personne se mouvoir de la sorte. Même son père qu'il jugeait être rapide ... Il se demandait même si un Anbu pourrait atteindre une telle vélocité.

Sa surprise et son admiration laissa rapidement place à de la jalousie. Il venait de lui ouvrir les yeux sur quelque chose. Lui possédait une sorte de super pouvoir, une capacité que pratiquement personne n'a ... Alors que Sham, lui n'avait rien. Si, il pouvait lancer du feu c'était tout. Mais n'importe quel abruti peu lancer du feu, ce n'est même pas réservé aux pratiquants du ninjutsu, en taijutsu il est tout à fait possible de le faire. Si quelqu'un s'approchait de Supershinobi c'était bien Eihiko et non lui.

Il faisait tout pour cacher son humeur du moment mais ne pu s'empêcher de croiser ses bras sur son torse.

« Calme toi un peu Sham. C'est un plus pour ton équipe ça. Voit le de cette façon. »

L'adolescent ne prêta pas attention à son ami. Préférant attraper sèchement son verre de soda et d'en à la paille tout en grommelant des mots incompréhensible. Il n'arrêta que quand Eihiko revienne à sa place.

« C'est vraiment fou ce que tu arrive à faire Eihiko. Sham n'en revient pas. Regarde il en a perdu la parole. »

« Ouai vraiment super. » Il finit sa boisson d'une traite en laissant échapper un rot brouillant « On a une mission à mener à bien. »

Sham parlait sèchement. Il s'en voulait d'agir de la sorte mais c'était plus fort que lui. Il n'aimait pas que quelqu'un soit plus proche de son rêve que lui ne l'est. Encore moins quand ce quelqu'un avait son âge. Il se leva en obligeant Tak à sauter de ses genoux avant de se retrouver expulser plus loin. L'adolescent marchait rapidement, sans faire attention s'il était suivit ou non par son ami et son coéquipier.

« Ne t'en fait pas Eihiko, ça lui passera. Aller vient, sinon on risque de le perdre. »

Le petit Ono marchait de bon pas. Il savait exactement où il fallait se rendre pour mettre la mains sur ce d'on ils avaient besoin pour mener à bien leur mission. Malheureusement l'endroit n'allait pas être simple à atteindre. Ils allaient devoir se rendre dans la demeure de sa famille et ça sans se faire repérer. Sham avait l'interdiction d'inviter des gens sans prévenir à l'avance, au moins quelques jours. Simple précaution que son père voulait prendre pour que rien ne filtre. Hélas ils n'avaient pas le choix. Enfin pas réellement, ça ne l'aurait pas déranger de dérober quelques vêtements dans un jardin mais il ne voulait pas mêler Eihiko à ça. Il n'était pas à l’abri de se faire balancer par son coéquipier. Certes il l'appréciait mais ne savait pas comment celui-ci réagirai.

« Je te préviens Eihiko ça ne va pas être des plus simple.»

La mauvaise humeur de l'adolescent commençait tout doucement à se dissiper. Il marchait un peu moins vite pour réduire la distance qu'il avait imposé.

« On va devoir se rendre chez moi mais il faut absolument pas qu'on se fasse repérer. On va devoir se la jouer fine dès le départ. Des personnes gardes la maison. Même moi je ne peux pas être vu sinon on saura directement que c'est moi qui aurait emprunter des affaires à l'une de mes soeurs ... Il va falloir aussi qu'on couvre nos arrières en mettant des fausses preuves dans une autre chambre. »

Sham marqua une pause, il réfléchissait. Quel serait la cible ? Il fallait que ce soit l'une de ses soeurs ayant plus ou moins la même taille que lui et environ la même pointure. Malheureusement aucune ne répondait à ces deux critères, il allait falloir emprunter des affaires à deux de ses soeurs. Son visage était on ne peut plus sérieux, il savait qu'il jouait gros sur ce coup. Si jamais il se faisait chopper ... Il ne voulait même pas y penser.

« Eihiko je te préviens cet endroit est dangereux. Si on se fait prendre on peut risquer gros. Surtout qu'on va devoir se rendre dans la chambre de deux de mes soeurs ... Chose d'on j'ai l'interdiction la plus totale. Tak, il faudra que toi aussi tu sois discret. Si on te voit dans les parages, on saura directement que je suis là aussi. »

Le renardeau acquiesça.

Au bout d'une bonne dizaine de minutes le petit groupe arriva non loin de la demeure des Ono. De l'extérieur on ne pouvait rien voir de la maison, les murailles entourant celle-ci mesuraient quatre mètres de haut. Il n'y avait qu'une entrée gardée par deux malabars et vu l'heure trois groupes de deux faisaient des rondes dans le jardin. Si l'on peut appeler ça un jardin. Celui-ci avait plus des aires de parcs qu'autre chose. Sham se plaqua à l'un des coins de l'enceinte et jeta un rapide coup d'oeil.

« Comme je m'y attendais il y a bel et bien des gens qui gardent la grille. Il va falloir qu'on se démerde autrement. Pas la première fois que je le fais, on peut entrer par l'arbre là-bas, le saut entre lui et le mur n'est pas très difficile. Surtout pour un pro-tai comme toi. Sinon on peut aussi permuter. Oui c'est une meilleure idée. Suis moi. »

Sham introduit Tak dans son pull. L'adolescent grimpa dans l'arbre. D'ici il avait vue sur sa demeure. D'ici les bâtiments lui semblaient si petit. Mais qu'elle idée d'avoir un tel jardin ?

« On attend que ce groupe passe et on permute là-bas. C'est à l’abri des regards et il y a le jardin d'on ma mère s'occupe plutôt fourni en buisson. Si on se fait prendre on est mort. »

Dans un nuage de fumée l'adolescent disparut. Voilà qui tranchait avec sa personnalité si joviale.

[20 pts de Chakra]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Sam 11 Juin 2016 - 22:00

Eihiko fut carrément étonné de l’attitude de Sham. Lui qui avait l’air tellement enjoué quelques minutes plus tôt, maintenant, il faisait tout simplement la gueule. Le garçon avait fait ou dit quelque chose de mal ? Sur le coup, il imagine plusieurs choses grotesques, comme de la jalousie par rapport à sa technique Hikari. Mais il chassa bien vite cette idée. Sham était mille fois plus cool que lui, il n’avait rien à lui envier. C’était vraiment une idée stupide, comment avait-il pu imaginer quelque chose comme ça ?
Tak le tira de ses pensées en lui disant que sa vitesse-lumière, c’était un truc de fou. Le Genin afficha un sourire gêné.


« J’aimerais bien que tu ais raison Tak … C’est une capacité super utile, je suis bien d’accord mais malheureusement je suis trop faible pour l’exploiter à son plein potentiel. Pour te dire la vérité je n’ai pas assez de chakra … Si j’avais autant de chakra que Sham, ce serait vraiment bien … Mais bon, chacun ses qualités et ses défauts. Je pense que c’est pour ça que les ninjas travaillent en équipe. Et je suis super content de faire équipe avec toi. »

Il disait ça à l’adresse de l’intéressé, mais celui-ci semblait préoccupé. Par la mission à venir sûrement. C’est vrai qu’elle s’annonçait difficile, Eihiko avait du mal à croire que c’était une simple mission de rang D. Quand même, c’était dans le milieu de la pègre et même si c’était un petit criminel il n’en restait pas moins chef d’un petit réseau. Il devait même avoir un ou deux molosses pour lui servir de gardes du corps.
Eihiko comprenait tout à fait qu’il soit un peu stressé. Et d’un autre côté, il ne réagissait pas de trop à sa technique mais c’était bien normal. Il devait avoir compris ses faiblesses en les voyant. Lui aussi était un ninja prometteur, après tout. Peut-être qu’ils seraient rivaux un jour ? Enfin, déjà, pour être équipiers, Eihiko allait devoir se dépasser.
Tak le tira une seconde fois de ses pensées en lui affirmant que l’état de Sham allait passer.


« Je comprends. Il est déjà concentré sur la mission. Je ne devrais peut-être pas être aussi insouciant que je le suis et gaspiller du chakra … Ca s’annonce suffisamment difficile comme ça. Je ferais gaffe à l’avenir. »

Soudainement, Sham ralentit et se retourna vers Eihiko et Tak qui étaient en train de tenter de le rattraper. Il nous dévoila la suite du plan. Le blondinet ne s’était pas trompé alors : il était un peu distant parce qu’il réfléchissait à la meilleure manière de réaliser son plan. Eihiko maugréa pour lui-même. Si seulement il avait la même faculté à rester concentré sur la mission en cours peut-être qu’il serait plus créatif pour imaginer des plans fonctionnels. Jusqu’ici il avait toujours été sauvé par ses réflexes et sa vitesse d’exécution. Mais ça n’allait pas suffire pendant toute sa vie. S’il voulait devenir un meilleur ninja, il devait devenir plus complet.
Le plan c’était d’emprunter des vêtements et peut-être du maquillage à une des sœurs de Sham. C’était pas un mauvais plan, et de toute manière Eihiko ne voyait pas comment mettre la main sur des vêtements de filles à part comme ça. Lui-même n’avait que sa mère à la maison. Et ses vêtements ne seraient sûrement pas à leur taille. Encore moins adaptés au monde de la pègre. Il ne savait pas si c’était bien ou mal mais elle n’avait pas de tenues de soirée très sexy … Enfin, Eihiko ne préférait pas y penser. Vomir n’était pas une bonne chose avant une mission.


Ce qui était plus étrange, c’était que Sham avait dit que la maison était gardée. Il parlait d’un concierge ? Ou alors peut-être qu’ils avaient des chiens ? Ca craignait ça. Des ninjas débutants ne pouvaient pas tromper l’odorat des animaux. Il y avait peut-être une astuce avec le sens du vent ou quelque chose comme ça mais Eihiko ne connaissait pas …
Enfin Sham avait l’air de penser que c’était possible. Peut-être que lui il savait si prendre ? Il n’avait de toute façon pas vraiment le choix. Il devait lui faire confiance.
Quand ils arrivèrent devant l’habitation, le blondinet ouvrit des yeux ronds comme des ballons. Ils devaient être à deux doigts de lui sortirent des orbites, et il était bouchée bée. Il suivait Sham distraitement, sans pouvoir s’empêcher d’admirer le bâtiment. C’était tout bonnement gigantesque. Eihiko n’aurait jamais pu se douter qu’il existait des ninjas de son âge qui venaient d’une famille aussi riche … Il tenta de se souvenir du nom de famille de Sham, en vain. Il ne le lui avait pas dit. Dommage, ça devait être un nom de famille plutôt connu pour avoir une aussi grande maison. Sham l’emmena près d’un arbre tout en lui disant qu’ils ne devaient absolument pas se faire prendre sinon ils étaient morts.


Morts ? Il voulait dire qu’ils allaient se faire sévèrement gronder non ? Quel genre d’adulte pouvait tuer quelqu’un parce qu’il rentrait chez lui pour voler une robe et un peu de maquillage ? Ils auraient des ennuis en tous cas. Il devait avoir des parents du genre pas très compréhensif. Bon, il ne fallait pas se faire prendre, message reçu. Il avait plein de questions à poser à Sham mais il les poserait plus tard. Il se contenta d’un simple commentaire pour montrer son admiration :

« C’est tellement grand. Ca doit être trop cool d’avoir une maison aussi grande … »

Il pensait à sa petite chambre, chez lui, et à leur maison qui devait avoir quatre ou cinq pièces à tout casser. Il s’y sentait parfois à l’étroit. Et en plus Sham avait des frères et sœurs. Lui qui avait toujours rêvé d’avoir une petite sœur à laquelle raconter ses histoires de ninjas. Ce n’était pas son genre, mais il se sentit profondément jaloux de Sham. Encore, la maison, il comprenait que ça devait aussi avoir ses inconvénients. Mais il lui en voulait d’avoir quelque chose qu’il désirait autant. Il s’en voulut aussitôt, bien sûr, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Qui serait-il de lui reprocher ça ? Les seuls coupables c’étaient ses parents. Et encore.
En plus, Sham lui donnait pour la première fois de sa vie l’impression qu’il allait pouvoir, un jour peut-être, considérer quelqu’un comme un frère. Ce serait mesquin et stupide de lui mettre ça sur le dos.
Bon, en attendant il fallait grimper dans un arbre, facile. Et maintenant se permuter.


« Euh … Je ne sais pas permut… »

Il venait de disparaître dans un nuage de fumée, laissant à sa place une branche de buisson.

** Merde. Bon je vais devoir sauter. Facil… Quoi ? Bordel c’est super loin ! Bon, pas question d’utiliser la vitesse-lumière c’est bien trop coûteux en chakra. Et puis l’éclair blanc va se voir de loin. Je dois concentrer mon Ki dans mes jambes et … **

Eihiko effectua un saut par-dessus la grille, et retomba lourdement de l’autre côté, effectuant une roulade sur son épaule pour tenter d’amortir sa réception. Malheureusement il n’avait pas vraiment d’expérience de la chute libre, et les chutes ce n’était pas spécialement son domaine. Il venait plus de se vautrer que de réellement se réceptionner. Bon au moins grâce aux buissons, il n’avait pas fait beaucoup de bruit. Par contre les épines lui avaient écorchés le visage et les avant-bras. Il émergea du tout avec un sourire désolé, et se dépêcha de rejoindre Sham et Tak le long du mur, à l’abri de tout regard.

« Désolé … J’ai pas eu le temps de te le dire mais je suis nul pour le ninjutsu. C’est à cause de ma technique que tu as vu, elle m’empêche de bien maitriser mon chakra … Je t’expliquerais une autre fois. Mais à part les clones, je suis incapable d’utiliser le ninjutsu … Pardon, j’aurais dû le dire plus tôt … »

Il suivit Sham en étant un peu honteux de ne pas avoir contrôle sa chute. Fallait bien dire qu’il n’avait jamais eu besoin de sauter aussi loin et que le Ki lui avait fait perdre le contrôle de son propre corps. Dommage, ça aurait eu plus de gueule s’il était parvenu à un bon résultat, mais au final c’était juste un peu ridicule. Ils rentrèrent par une porte dérobée à l’arrière de la maison, après avoir parcouru un jardin qui était un véritable parc. Il y avait moyen de faire rentrer plusieurs fois la maison d’Eihiko ici, rien que dans le jardin. Il n’imaginait même pas l’intérieur.
Et curieusement, de dedans, c’était moins impressionnant. C’était vraiment grand, avec de nombreuses pièces, mais les couloirs dans lesquels ils évoluèrent n’étaient pas aussi immenses qu’il l’aurait cru. Oh c’était décoré, pas de doute. Mais apparemment son père savait garder une certaine sobriété. Le bois était de bonne facture, mais il demeurait simplement du bois. De l’extérieur il avait presque imaginé des tapisseries en or, mais non. C’était une demeure qui aurait même pu être chaleureuse. Mais Eihiko n’arrivait à l’expliquer, ce n’était pourtant pas le cas. Il sentait comme une tension, une sorte de froid glaciale, dans l’air.
Il mit le doigt dessus avec un éclair de maturité qui lui arrivait peu souvent. C’était un endroit triste, qui manquait de vie. Comment Sham avait-il pu grandir ici ? L’habitude peut-être. Mais c’était définitivement moins drôle que ce qu’il avait cru. C’était à la fois immense et donnait une impression de vide pour lui, qui avait toujours vécu dans la promiscuité et le bruit. De froid, pour lui qui ne connaissait que la chaleur humaine.


Il déglutit. Il ne savait pas trop quoi en penser. Il fallait se concentrer sur la mission pour le moment. Et justement, Sham le fit rentrer dans une pièce. Les dimensions redevenaient énormes pour le coup. C’était coquet ici. Des posters d’hommes musclés avec des guitares. Eihiko lu le nom d’un groupe, qu’on disait être les successeurs des légendaires ‘Omocha Daisu’Sei’. Il avait entendu parler d’eux, il en avait même écouté une fois. Son grand-père avait quelques vieux enregistrements d’eux. Des jumeaux ninjas et rockstars. Plus connus pour leur physique et leurs chansons que pour leurs prouesses de shinobis aujourd’hui.
Pour le reste c’était propre et bien rangé. Une table de maquillage énorme, avec un miroir, une douche privée, un lit immense. Une armoire. Eihiko la montra à Sham.


« On devrait trouver ce qu’on cherche là-dedans non ? Je te laisse fouiner, je t’avoue que je suis pas très à l’aise dans la chambre d’une f… Merde ! »

La taille semblait être la bonne, mais c’était un peu osé, ce que Sham prit comme vêtements. Sa sœur devait être plus âgée que lui pour avoir le droit de porter ça.

Heureusement que malgré ses défauts au ninjutsu, Eihiko était rapide. Même sans sa vitesse-lumière ses réflexes étaient excellents. Il attrapa Sham par le bras et le força à se plaquer au sol avec lui. Il fut étonné de constater qu’il avait la force de le faire. C’est vrai que son équipier ne lui avait pas encore parlé de ses capacités. Ils n’avaient parlé que de Supershinobi pour le moment …
Ils étaient tous les deux au sol de l’autre côté du lit quand des éclats de rire féminins rentrèrent dans la pièce. Deux filles apparemment. Les deux Genins coulissèrent sous le lit, essayant de capter ce qu’il se passait autour d’eux. Heureusement, les draps empêchaient de voir en-dessous, là où ils se trouvaient. Apparemment il y avait deux filles. Eihiko se sentait mal à l’aise mais il tendit l’oreille malgré lui pour tenter de comprendre la conversation.
Les deux venaient de se jeter sur le lit, tout en gloussant avec forces décibels.


« On a combien de temps avant que ton père revienne chez toi Mihako ? »
« Je ne sais pas chérie, mais on a de quoi prendre notre pied plusieurs fois, prendre une douche, et filer avant qu’il ne vienne voir si je suis rentré, t’inquiètes. »
« Hmmm … Oh, hé, t’es pleine d’entrain aujourd’hui bébé. Wow tu sais t’y prendre … T’es sûr qu’il nous choppera pas ? »
« Certaine, je t’aurais pas fait venir sinon. Je risquerais pas nos vies comme ça, je t’ai déjà expliqué quel genre c’était … On doit faire gaffe. Mais là tout de suite, détends-toi un peu … »


Il n’était pas sûr de comprendre ce que les deux filles faisaient, mais elles avaient l’air de s’amuser. Par contre, eux, coincés en-dessous du lit, ils n’étaient pas vraiment dans le confort le plus complet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Lun 13 Juin 2016 - 15:14

Sham venait de réapparaître dans un petit jardin à l’abri des regards. Il aimait bien l'odeur que dégageait cet endroit. Il ne venait pas souvent ici. A vrai dire il en avait pratiquement l’interdiction. C'était le petit havre de paix de sa mère. C'est elle qui s'occupait du jardinage de ce petit paradis. Il la voyait déjà s'énerver à l'état du buisson dans le quel il s'était retrouver.

L'adolescent se retourna vers son coéquipier. Pourquoi hésitait-il de la sorte ? Une petite permutation et le tour était joué. Quel ne fut pas son étonnement quand il le vit bondir et atterrir maladroitement à ses côtés. Ainsi donc Eihiko avait du mal avec son chakra ? Et même au-delà de ça, de maîtriser son chakra. Et le tout était dû à son pouvoir qu'il avait dévoilé un peu plus tôt dans la journée. Sham ne put se retenir d'avoir un petit sourire discret, pas un moqueur, loin de là. Non c'était plus un sourire de bonheur. Certes Eihiko possédait une capacité unique le rapprochant de Supershinobi mais Sham lui maîtrisé le ninjutsu comme très peu de monde. A vrai dire il aurait pu aisément sortir premier de sa promotion dans ce domaine s'il s'était ne serais-ce que donné un peu plus.

« On aura tout le temps pour aborder ce sujet par la suite tu as raison. On a plus important et plus dangereux à mettre en place pour l'instant. Et ne t'en fait pas, maintenant que je le sais j'aurais qu'à penser différemment. Un peu comme Supershinobi qui s'arrange toujours pour combler les lacunes de chacun. »

Tak venait de sauter du pull de Sham. Il n'y avait plus aucune raison pour rester à cet endroit qu'il trouvait légèrement étouffant. Heureusement que le gamin s'était lavé ce matin, chose qui ne lui arrivait pas toujours vu sa fâcheuse tendance à se lever en retard.

Le trio se mit en route vers la demeure. Enfin, si on peut nommer cet endroit de la sorte. Sham avait toujours pensé qu'il serait possible de loger une partie de Shousan dans ces murs. Certainement pas la totalité mais il y avait de quoi faire. Lui-même n'avait pas encore visité la totalité des pièces. Il lui arrivait même d'en découvrir, ou plutôt de pousser une porte à la quelle il n'avait jamais fait attention.

Une fois à l'intérieur du bâtiment ils n'avaient pas trop à se soucier de croiser quelqu'un. Ou tout du moins dans une bonne partie du bâtiment. Vu la grandeur de celui-ci.
Sham marchait d'un pas rapide, mais pas suffisamment pour que Tak ne puisse pas suivre. Il savait à quel point celui-ci n'aimait pas être porté, il valait donc mieux éviter un maximum à chaque fois. A chaque coin de mur il marquait une pause et regardais dans chacune des direction possible. Il était hors de question de se faire prendre. Tout comme il croisait les doigts à chaque fois qu'ils empruntaient un escalier. Si quelqu'un d'autre le faisait dans le sens inverser ils auraient pu dire adieu à ses trois prochaines semaines de sortie. Après tout apporter un inconnu dans la demeure familiale sans prévenir ... Il frissonnait rien qu'à penser à ce qui pourrait se passer.

Au bout d'un certain temps de marche, tous sens à l’affût pour Sham, ils arrivèrent dans une pièce. C'est ici qu'ils devaient s’emparer d'une robe. Elle devait répondre à différent critères mais sans trop dévoiler du corps histoire de leur donner le plus de chance dans la réussite de leur mission. Il ne prêta pas attention à la décoration du lieu, il voulait s'emparer de la chose pour la quelle ils étaient venus et quitter cet endroit au plus vite. Si jamais Mihako arrivait ... Il secoua sa tête pour chasser cette idée.

Eihiko lui montra du doigt une armoire. Il avait raison, c'est dans ce meuble que se trouverait la raison de leur venue. Il n'y avait pas de doute à avoir. Il fouilla rapidement en tentant de mettre le moins de bazar possible ... Peut-être aurait-il dû replier les vêtements après ? Remettre sur leur cintre et non en boule au fond. Lui qui préconisait la discrétion depuis le départ ... Tak quand à lui se trouvait sous le lit. Peut-être avait-il peur de se faire prendre.

Fier de lui Sham montra sa trouvaille à ses amis. Sans crier gare Eihiko l'attrapa pour l'emmener au sol. Dans un premier temps l'adolescent se demanda ce qu'il se passait. Il finit rapidement par comprendre. Quelqu'un venait de rentrer dans la pièce. Sa soeur était là ... Merde ! Il aurait pourtant juré qu'elle avait dit la veille qu'elle comptait sortir durant la journée pour faire du shopping. Tous deux rejoignirent Tak sous le lit. Bien qu'il n'aimait pas forcément se coincer sous les vêtements de son ami, le renardeau ne s'en priva pas. Le contact le rassurerait sûrement. Il ne voulait pas subir le courroux de Mihako. Sham lança un regard dubitatif à Eihiko ...

*C'est quoi ce bordel ?! Pourquoi elle ... Mais ... Non c'est pas possible ... Mihako et Hirami ? ... Comment ça chérie ? Mais de quoi elles parlent ? Bébé ? Entrain ? Se faire chopper ? Mais ...*  

Son regard s'était transformé en dégoût. Sa soeur s'apprêtait à faire des cochonneries là maintenant alors qu'il était sous le lit ?

« Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! »

Sham sorti en trombe de sous le lit. Enfin comme il le pouvait. L'émotion le rendait maladroit. En réponse à son cri deux autres furent poussés. De l'étonnement contrairement au sien. L'adolescent était à découvert, le cul à terre.


« C'est quoi ce bordel Mhiako ! »

Un silence plana dans la pièce. Une tension palpable. On pouvait sentir celle-ci peser sur chaque centimètre de sa peau. Le visage de sa soeur montrait clairement la colère.

« Mais qu'est-ce que tu fais avec Himari?! »

Tornade de Chaleur de Mhiako sur Sham, Sham -37pv


Le pied de sa soeur frappa violemment le visage de l'adolescent qui valdingua à travers la pièce pour se retrouver nez-à-nez avec le mur. Il avait tout bonnement décollé de sa place assise pour se retrouver quatre mètre plus loin dans la même position. Ses bras étaient lever pour tenter de protéger au mieux son frêle corps. Il s'attendait à une nouvelle salve. A défaut de sentir une nouvelle douleur sur son corps, il s'éleva simplement. Mihako le maintenant par le col.

«Qu'est-ce que tu fous dans ma chambre petit traître ?! Tus ais très bien que tu as pas le droit ! »

« Lâche moi ou je dis tout à père !»

Sham vu un moment d’hésitation dans le regard de sa soeur. Il savait que ça ne suffirait pas. Certes le patriarche Oni le croirait mais en agissant de la sorte il se métrait la totalité de la fratrie sur le dos. Sa vie était déjà pas des meilleurs vis-à-vis de ceux-ci depuis qu'il s'était inscrit à l'académie. En agissant de la sorte il franchirait un lieu de non retour. Une situation dans la quel il ne serait plus jamais à l'abri de coup fourré. Et sa sa soeur en était bel et bien consciente.

«Tu sais très bien comment ça risque de tourner pour toi.»

Dans un élan de courage Tak mordit la main de Mihako qui lâcha Sham. Lui dans un hélant de peur pris ses jambes à son cou. Il détallait comme un lapin à travers la demeure tout en maintenant Tak dans ses bras afin qu'il ne se fasse pas rattraper. Il pouvait entendre les hurlement de sa soeur dans son dos. Fort heureusement il avait eu la bonne idée de fourrer la robe de sa soeur dans son sac sans que celle-ci n'en sache rien. Ils leurs manquaient tout de même des chaussures et du maquillage ... Avec un peu de chance Eihiko remarquerait que la pointure n'était pas bonne.

Sham évita de peu un autre coup, cette fois-ci c'était carrément un vase qui avait traversé le couloir. Il l'avait évité de peu en s'engouffrant dans une pièce au hasard. S'il ne s'agissait pas d'une chambre il aurait la chance de pouvoir passer de pièce en pièce. Sinon ... Il n'en savait encore rien.  

*Merde !*  

Ni une ni deux il se retourna et ferma la porte à clef. Chose qui allait lui laisser un peu de temps de marche. Pourquoi n'avait pas appris ce foutu sceau qu'on lui avait proposé ? ! Avec ça il n'aurait rien eu à craindre. C'était une chambre d'ami ... Bordel. Une seule porte menant à la salle de bain mais rien de bien mieux. Il pouvait peut-être se cacher dans une armoire dans l’espoir de ne pas se faire repérer. Elle aurait vite fait de capter son chakra à travers le bois, il n'était pas suffisamment puissant pour le cacher aux yeux de tous.

«Ouvre tout de suite Sham ! Je t'assure je ne te ferais aucun mal. »

Il connaissait bien cette chanson. Aucun mal ? Il l'avait cru un jour et avait eu droit à un joli coquard. Déjà là il sentait sa joue un peu gonfler et le goût du sang en bouche. Il vérifia rapidement. Ouf aucune de ses dents ne s'étaient fait la malle.

« Je veux pas finir à la broche Sham. »

« Ne t'en fait pas Tak je te protégerais. »

Sham voyait bien l'hésitation dans le regard de son ami. Il savait ce que ça voulait dire. Celui-ci était occupé de peser le pour et le contre d'un retour à la maison. Au moins il serait en sécurité ... Mais il n'avait aucune envie de se retrouver seul face à sa soeur.
Il prit une profonde inspiration et s'avança vers la fenêtre. Un bruit de craquement résonna dans la pièce. Il fallait faire vite, la porte ne tiendrait pas longtemps. Le vent frais caressait son visage déformé par le coup qu'il avait reçu. N'écoutant que son courage, ou plutôt la peur de se faire attraper, il franchit le chambranle et s'accrocha fermement aux décorations murales extérieur. Ici Mihako ne pourrait pas le suivre, ou tout du moins pas chaussée de ses talons aiguilles.

*Ne regarde surtout pas en bas.*  

Il se répéta sans cesse cette phrase. En vain, car il ne put s'empêcher de jeter à plusieurs reprises un coup d'oeil. Il n'avait pas le vertige, mais se retrouver à une telle hauteur à la seule force de ses bras chétifs ne le rassurais pas. Il se réconforta tout de même un peu en se disant qu'il pouvait toujours tenter une permutation si les choses tournaient mal. L'adolescent avait l’espoir que ça aille bien pour son ami, mais pour l'instant il devait d'abord penser à sa survie à lui.

« Reviens ici sale traître ! Si je t’attrape je te jure que je te tors le cou ! »

Rien que d'entendre la colère de sa soeur il accéléra légèrement son évolution sur l'une des façades de la maison. Il ne se sentait pas très à l'aise dans cette position.

« Arrête de faire le con tu vas te faire mal Sham. »

Il se doutait que sur le coup elle s'inquiétait réellement pour lui. Ils avaient beau tous dirent qu'il n'était qu'un traître. Il n'en restait pas moins le dernier de la famille.

« Mais il se passe quoi ici ?! »

Et merde il ne manquait plus que ça ! La tête d'Anako, son frère aîné, dépassé d'une des fenêtres. La chose surprit tellement Sham qu'il posa son pied dans le vide. Les deux événement inattendu firent totalement perdre équilibre à l'adolescent qui se rattrapa in-extrémiste à la bordure d'une des décorations. Tak quitta sa place pour se mettre sur le rebord, il attrapa la manche de Sham à pleine dents. Chose qui n'était pas des plus utilise il faut l'avouer.

Anako soupira. Ce n'était pas la première fois qu'il voyait le traître de la famille en mauvaise posture. Mais là, il battait des records. En cas de chute il ne donnait pas chère de sa peau. Sham commençait à avoir du mal à tenir, il le voyait bien à l'état de tension de la totalité de son corps et aux perles de sueurs coulant de son front. Mais pourquoi cet imbécile ne tentait pas une permutation ? Tak était en sécurité lui. De plus il lui serait facile de regagner l'une des fenêtre. Un véritable incapable. Anako envoya une pièce non loin de son petit frère, elle tomba pile sur le rebord et permuta avec.

« Besoin d'aide petit traître ? »

« Tu vois bien que oui ! Ne me laisse pas mourir s'il te plaît. Je suis désolé de t'avoir voler tes chocolats ! Je suis vraiment désolé. C'était plus fort que moi. Ne me laisse pas tomber. Je suis trop jeune et trop beau pour mourir. Aide moi. S'il te plaît. »

« Sham. »

« Je recommencerais plus c'est promis ! Et je suis désolé pour le fromage derrière ton radiateur. C'était pas mon idée mais celle de Tak. Je t'en prie sauve moi ! J'ai trop peur ! »

« Ho Sham ! »

Le ton brut et sec de son frère ramena à la réalité le petit dernier. Il avait les pieds posé sur le rebord. Il n'avait pas remarqué que son frère l'avait déjà sorti du mauvais pas dans le quel il s'était fourré. Un sourire désolé se dessina sur son visage.

« C'était donc ça l'odeur dans ma chambre ? »

« Choppe le on va lui faire passer un mauvais quart-d'heure !»

Sham jeta un rapide coup d'oeil à Tak. Ni une ni deux le renardeau disparut dans un nuage de fumée tout comme l'adolescent qui venait de permuter avec une branche en contre bas. Il atterri sans difficulté sur le sol et cavala aussi vite qu'il le pouvait. S'il se faisait chopper il était mort. Mais quelle idée de dévoiler ses méfaits ? Certainement dû à la vague de peur qui était montée en lui.

Lui qui s'était promis d'être discret en arrivant ... Il permutait à tue tête maintenant pour si jamais quelqu'un tentait de le suivre. Il ne posa pas une fois le pied au sol, allant d'arbre en arbre, laissant un panache de fumée derrière lui. Il n'était pas très difficile de le suivre à la trace. Au bout de quelques instants il se retrouva à sa place initiale, c'est à dire derrière la muraille encerclant sa demeure. Pour l'instant il était tiré d'affaire.

Un coup de dents au niveau de son pouce et une apposition de la main au sol suffirent pour rappeler Tak à ses côtés.

« Alors tu t'en es sorti comment ? »

« T'en fais pas, ils sont KO pour l'instant. Il m'a juste fallut un ninjutsu bien placé pour les chopper tout les deux. »

« Sham. Ca marche peut-être avec Eihiko mais pas avec moi. Tu as fuis c'est ça ? »

«Oui.» répondit-il un peu honteux « Mais tu es pas mieux je te signale ! »

*J'espère que tout va bien pour Eihiko. S'il est pas la dans dix minutes, je vais aller le chercher.*  
-110pt de chakra (permut et invoc)
Total: -37pv -130 chakra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Lun 13 Juin 2016 - 19:14

Eihiko mit quelques secondes à comprendre ce qu’il se passait au-dessus du lit. Il avait beau être très naïf, il n’était pas complètement stupide non plus. Ces deux filles étaient très intimes. Il devint rouge comme une tomate. Tant à cause de la situation qu’à cause de leur position inconfortable et étouffante. S’il s’était attendu à ça ! Et puis les mots doux, les soupirs et les bruitages laissaient son imagination complètement vagabonde. Autant dire qu’il était dans un sale état de gêne, le pauvre garçon.
Soudain, avant que le pourtant si rapide Eihiko ait eu le temps de faire quoi que ce soit et alors que ça devenait carrément intéressant, Sham bondit hors de leur cachette, en hurlant. S’en suivit un bordel monstrueux, ponctué de hurlements et de chocs.
Le blondinet ne savait pas du tout où se mettre ou quoi faire. Mais une chose était sûre : s’il sortait et qu’il était vu, Sham aurait encore plus d’ennuis. Au bout de quelques instants, il commença à entendre les voix qui s’éloignaient dans le couloir. Et là il comprit la finalité du plan de Sham. Il était génial, d’imaginer ça en quelques secondes dans une position aussi précaire … Il faisait tout simplement diversion. Ils avaient déjà la robe, mais ce n’était pas suffisant. Il fallait encore deux ou trois trucs pour que le déguisement fasse l’affaire.

Quand Eihiko fut sûr que Sham et sa sœur étaient loin, il se glissa souplement en-dehors de sa cachette, et s’étira. Il était motivé. Grâce à Sham il pouvait poursuivre la mission. Et il était sûr de le retrouver dehors juste après. Impossible que sa sœur le rattrape et lui mette la main dessus, il commençait à connaitre son équipier. Il était bien plus fort que ça.
Bon où étaient les affaires de maquillage ? Eihiko se mit à chercher un peu partout dans la chambre du regard. Il y avait un grand meuble avec un miroir et des affaires qui devaient servir à ça. Il allait commencer par là-bas. Alors qu’il regardait dans cette direction, il regarda le miroir. Celui-ci reflétait le coin de la chambre où était le lit. Et la jeune femme qui était dessus. Plus vieille que lui de quelques années à peine, blonde avec des cheveux qui lui retombaient à peine sur les épaules. Des petites bouclettes qui lui donnaient un visage d’ange. Elle était plutôt fine, mais on voyait les muscles fins et taillés sur sa silhouette. Et elle avait une poitrine bien faite, volumineuse sans trop l’être et bien ferme. Et surtout complètement découverte.
Eihiko resta bouche bée. Ca devait être la première fois qu’il voyait une autre adolescente à moitié nue, comme ça. Il était plus rouge que jamais, mais il n’en perdait pas une miette pour autant. Il trouvait ça joli, finalement. Il se demandait la sensation que ça devait avoir au toucher, aussi. Vu ce à quoi ça ressemblait, ça devait être plutôt agréable à tripoter.
Enfin, la blondinette semblait être sur le point de s’énerver. Il se reprit, et déglutit. Elle avait l’air encore plus surprise que lui de le voir ici.


« Euh … Désolé … Tu dois être Himari non ? Je suis … Enfin peu importe. Désolé, je ne voulais pas te faire peur je … Euh … C’est plutôt joli mais … tu veux te rhabiller peut-être ? »
« Petit con. Je ne sais pas qui t’es mais d’où tu sors, mais apparemment y’a pas que ton pote qui va s’en prendre une … »
« Je suis Genin, mais je n’ai pas envie de me battre contre une fille innocente. C’est peut-être mieux qu’on en arrive pas là … Je pars juste et on oublie ça ok ? »
« Je suis Chuunin, gamin. Tu vas pas t’en tirer comme ça. »
« Je me souviens dans l’épisode 2 de Supershinobi, Kaori dit que les filles de l’Anbu dont on voit le visage ne peuvent pas laisser un homme vivre. Ou alors elles doivent l’aimer. C’est pareil avec les seins d’une Chuunin ? »
« Ta gueule putain ! »


Elle s’élança dans sa direction. Eihiko ne baissa pas les yeux pour ne pas être perturbé par le ballotement de ses atouts féminins. Himari était plus rapide que ce à quoi il s’attendait. Heureusement que, comme toujours, il avait de bons réflexes. Il envoya du ki dans ses jambes et se faufila sous l’attaque surpuissante de la Chuunin. Celle-ci sembla carrément surprise, et elle dut contrôler son centre de gravité avec toute son expérience du combat pour ne pas se retrouver entrainée par son élan. Mais le blondinet avait eu le temps d’attraper le maquillage sur le bureau. C’était l’essentiel. Il déglutit, et le rangea discrètement dans une pochette sur son côté gauche, tout en agitant l’autre main en signe de reddition.

« On arrête là, je t’en prie ! J’ai pas envie de me battre contre toi ! J’oublierais…Euh, non, je dirais à personne ce que j’ai vu ! Promis ! »
« Tu te fous de ma gueule ? »


Elle s’élança de nouveau, mais cette fois Eihiko était prêt. S’ensuivit un ballet à travers la chambre, qui dura une bonne minute. Himari s’arrêta enfin, apparemment à bout de souffle.

« Bordel c’que t’es rapide ! T’es pro-tai, à tous les coups. Et j’peux pas utiliser de techniques de médecine contre un Genin ce serait … »
« Je peux partir ? Tu n’attraperas jamais l’éclair blanc de Shousan. »
« … pas vraiment honorable … Oublie ça. Je vais te massacrer. »


Elle hurla un bon coup, puis gonfla ses muscles des bras de chakra et envoya une gigantesque patate dans sa direction. De peu, Eihiko l’esquiva. Mais alors qu’il allait se glisser encore une fois sur le côté, il se sentit partir en vrille. Himari venait de tirer sur le tapis sous ses pieds ! La diablesse venait de le piéger par surprise ! Le temps qu’il se remette en équilibre le poing de la jeune femme lui arrivait en plein visage. Il vola à travers la pièce, fracassant la porte sur son passage.

Il aurait peut-être pu esquiver en utilisant la maitrise de la vitesse-lumière mais au dernier moment, il avait vu quelque chose près du lit. Une paire de talons de marque. Eihiko s’était dit que ça irait merveilleusement bien avec la robe prise par Sham. Du coup il les avait attrapées et le temps de dire ouf, s’était pris le coup magistralement. Sonné, il se releva en titubant dans le couloir.
Himari semblait hésitante à sortir de la chambre à moitié à poil, ce qui lui laissa le temps de récupérer. Du sang coulait de son nez, qui lui faisait super mal. En tâtonnant, gémissant au passage, le blondinet constata qu’il était cassé. Il devait avoir l’air d’un guerrier comme ça, mais il n’eut pas trop le temps de se poser la question. Le temps qu’il ait complètement reprit ses esprits il entendit des exclamations à l’autre bout du couloir.


« Qui va là ? »
« Merde … »


Deux types en costumes sombres venaient de jaillir. Il se tourna d’instinct vers l’autre côté du couloir, mais deux autres types déboulèrent. Alors  qu’une langue de feu lui effleurait la jambe dans sa fuite, le Genin ouvrit une porte et entra dans une nouvelle pièce.
Il y avait des portraits d’homme et de femmes. Des peintures. Entassées un peu partout. Avant qu’il n’ait eu le temps de chercher une issue, quatre types le cernaient.


« Qu’est-ce que tu fais là petit ? Rends-toi sans faire d’histoires. »
« Je me suis … perdu … »
« Ouais c’est ça. Bouges pas et laisses-toi faire. »


Un coup d’œil dans le fond de la pièce. Une fenêtre. La seule échappatoire. Bon quand faut y aller … Eihiko semblait avoir l’attitude de celui qui se rend, mais il ne pouvait pas trahir Sham. S’il se faisait attraper, son ami allait prendre pour lui. Il ne pouvait pas le permettre !
Il disparut soudainement du champ de vision des quatre types en costume. Et son déplacement sous vitesse-lumière l’emmena droit dans la fenêtre en verre, la brisant avec l’élan et l’impact. Il chuta de quelques mètres directement dans les buissons. Il se fit mal en se réceptionnant, mais rien de grave. Juste sa jambe blessée qui avait eu du mal à supporter la pression d’un saut à cette hauteur. Et il pissait toujours le sang du nez.
Mais il n’avait pas le temps d’y penser : il détala vers la grille en balançant son ki à travers son corps pour courir plus vite. Arrivé au pied de la grille, il bascula son ki vers ses bras pour l’aider à la franchir. Et il le refit circuler aussitôt après dans tout son corps pour courir à nouveau vers l’endroit qu’ils avaient utilisé avec Sham pour entrer dans la demeure. Tout en courant, il se fourra un bout de tissu arraché à son tee-shirt dans le nez.
Hors de question qu’on le suive avec le sang répandu par terre.

Et il arriva bientôt à la hauteur d’un Sham médusé. Eihiko devait avoir une sale allure avec son pantalon brûlé au niveau du mollet et son nez pété avec un bout de tee-shirt douloureusement planté dedans.
Avec une voix nasillarde il entonna sans s’arrêter de courir :


« Faut qu’on se tire d’ici ! »

Et ils coururent tous deux se mettre à l’abri du quartier de nuit, un peu plus loin, pour ne s’arrêter qu’une fois avoir traversé une foule, dans une ruelle où ils semblaient définitivement à l’abri. Eihiko déposa le maquillage et les talons entre les mains de son ami, et s’écroula contre un mur, retirant le tissu pour s’apercevoir que son nez ne saignait plus. Il essuyait consciencieusement le sang qu’il restait.

« Putain la petite amie de ta sœur est une vraie furie … Elle m’a collé une de ces beignes … Et j’ai traversé une fenêtre … Woaw ! En tous cas c’était super intense ! C’est la première fois que je fais une mission aussi cool … Et ta diversion, du grand art. Grâce à elle j’ai pu récupérer le reste de la panoplie de déguisement. Bien joué, Sham. »

Il s’interrompit pour gémir en essayant de remettre son nez à peu près en place.

« J'pense qu'ici personne nous verra, on peut se déguiser non ?»

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Lun 13 Juin 2016 - 22:19

Alors que Sham s'apprêtait à retourner dans la gueule du loup il vit une silhouette arriver. Dans un premier temps il eut peur que ce ne soit quelqu'un de sa famille. Il fut d'abord soulager de reconnaître Eihiko mais rapidement ce sentiment se transforma en honte. Il avait tout de même abandonner son ami dans la chambre. Il connaissait la force d'Himari. Il s'était déjà pris un coup de celle-ci mais jamais à la hauteur de son pauvre coéquipier.

« Tu as raison faut qu'on détalle. Mais ça va aller Eihiko ?»

Il n'eut pas de réponse. Apparemment trop occupé à penser à sauver sa peau. Il le comprenait. Sham était un peu à la traîne comparé à son ami, bien qu'il maintenait tout de même une vitesse que l'adolescent pouvait suivre. Il avait tout le loisir de voir les plaies de l'Eclaire blanc de Shousan. Son nez n'était pas le seul endroit qui avait subit le courroux d'un des occupants de la demeure de Ono. Son pantalon était brûlé au niveau de l'un de ses mollets. Il doutait que Tadara, l'un de ses frères, n'ait pointé le bout de son nez. Normalement à cette heure-ci de la journée il draguait au centre commerciale. Ca ne pouvait être qu'un des gardes de son père .... Ou encore pire, non ça ne pouvait pas être ce dernier. Si ça avait été le cas, même avec sa rapidité jamais il n'aurait pu lui échapper. Ou tout du moins c'est l'image qu'il se faisait de son père.

Ils finirent pas arriver à un endroit tranquille où Sham pu reprendre sa respiration. La course n'avait jamais été son fort et encore moins quand il la pratiquait sous cet effet de stress.

Une diversion ? Ce n'étais absolument pas le cas ! Mais il ne pouvait pas l'avouer à Eihiko. Il semblait si heureux de faire équipe avec lui ... Il ne pouvait s'empêcher de se sentir mal vis-à-vis de son ami. S'il l'abandonnait face à un danger mais mesuré, une situation qui ne m'était la vie de personne en danger qu'en serait-il quand ils se retrouveront dans un véritable combat ? Il afficha un sourire, peut convainquant à vrai dire. Honteux même. Il sentit la mâchoire de Tak se refermer sur son flanc, simplement pour lui indiquer qu'il avait mal agit.

« Oui ça doit être sans crainte. Ca va toi au faite ? Tu as l'air bien amoché. Je suis désolé de t'avoir embarqué là-dedans. »

Jamais Sham ne s'était senti comme ça. Son visage le laisser transparaître sans aucun doute. Totalement incapable de dissimuler la honte qu'il ressentait à cet instant.

L'adolescent se déshabilla tout en gardant tout de même son boxer. Il était hors de question qu'il se mette totalement à nu sous cette robe. Il enfila celle-ci, légèrement trop grande pour lui. Surtout au niveau de la poitrine, après tout il ne pouvait pas être fourni à ce niveau là. D'ailleurs c'est là qu'il planqua ses chaussettes histoire de remplir un peu le décolleté. Il fallait juste qu'il fasse attention à ses mouvements pour pas dévoiler la supercherie. Il n'osa pas dire à Eihiko que les chaussures qu'il avait pris étaient trop petites. Il allait mordre sur sa chique et garder le silence. Et puis il n'était pas à sa prêt. Avait-il pensé que de marcher avec ce style de chaussures était tout un art ? Tout comme le maquillage d'ailleurs. Il manqua de se crever un oeil à deux reprise. La première avec le crayon de couleur blanc, il n'était pas réellement au courant des us et coutumes de la mode actuelle. Puis ce fut le mascara. Heureusement que le tout était waterproof vu les quelques larmes qui avaient couler de ses yeux. S'ensuivit le fard-paupière, fard à joue, rouge à lèvre et j'en passe. Il ne savait pas réellement ce qui allait où ni quelles couleurs il devait mettre et encore moins dans quel ordre il fallait appliquer le tout. C'est de cette façon qu'il termina par le fond de teint ... Donnant à son facier une drôle d'allure. Il avait dépassé un stade que jamais personne n'avait osé franchir.

« Tu crois que ça ira comme ça Eihiko ? »

Tak se mit à rire d'une de ces forces. Il n'arrivait plus à se reprendre. Apparemment Sham ne répondait pas réellement aux critères de beauté actuel. Ou tout du moins son travail d'artiste laissé hautement désiré. Il se regarda une longue minute dans la petite glace fournie avec la trousse de maquillage. Il devait se rendre à l’évidence ... Son visage avait des aires de fausse couche. Il ne pouvait pas rester de la sorte. A l'aide d'une linguette démaquillante, il commença à retirer la totalité de son chef d'oeuvre. Enfin, une puis deux, trois et enfin quatre.

« Ca n'ira pas comme ça Eihiko. Je suis incapable de maquiller. Et je doute que tu le sois aussi. Sans vouloir te vexer hein. Bon attend moi deux minutes ici. »

Bon, il ne pouvait pas aller trouver quelqu'un dans cet accoutrement. Il fallait qu'il se rhabille un minimum. Il enfila rapidement son pull et son pantalon. Sans prendre la peine d'enlever sa fausse poitrine et de remettre ses chaussures, il retira tout de même les talons de peur de se faire mal au pied.

Il s'avança d'un pas assuré, pied nu hein, vers adolescente de son âge. Trousse de maquillage à la main il s'installa à côté d'elle. Il la regarda quelques instants ce qui semblait la perturber légèrement.

« Hey, je te trouve très mignonne tu sais. Ca te dis d'être la confiture sur ma tartine ? »

« Mais de quoi tu me parles ? »

« Ho, je te trouve très mignonnes comme je t'ai dis et je voulais juste savoir si tu voulais bien être la confiture ...  »

« Mais c'est quoi cette histoire de confiture et de tartine ? J'ai compris le reste. T'es vraiment bizarre comme garçon ! »

Sham eut un rire gêné. Il porta l'une de ses mains à l'arrière de sa tête pour tenter de se donner un genre. Loupé, je crois que c'est le mot idéal pour ce moment de solitude.

« Bha qu'on partage un bout de vie ensemble. Que je sois la pâte de l'éclaire au chocolat et toi la crème pâtissière. Fin tu vois quoi ?  »

« Mais sur quoi je suis tombé ? Casse toi tu es pas net comme gars ! Tu dis des trucs bizarre. Et qu'est-ce que tu fais avec une trousse de maquillage ?»

« Ha ça ?» dit-il en présentant la trousse « Bha figure toi que je suis un genin. » il bomba le torse « En mission de très haute importance. Et pour ça je dois m'infiltrer dans un endroit et j'ai choisi de me déguiser en femme. J'ai bien tenté de me maquiller moi même mais franchement tu voudrais pas voir ça. Je crois que ça briserais l'amour qu'il y a entre toi et moi. »

« Mais il n'y a aucun amour entre nous ! Mais tu es complètement taré ?»

Sham ne semblait pas avoir entendu la réponse de sa dulcinée.

« Du coup je voulais savoir si tu pouvais m'aider à me maquiller. En plus de devenir les cornichons de mon hamburger.»

Ni une ni deux une main vola. Elle frappa durement la joue de l'adolescent qui bizarrement ne compris pas pourquoi un tel geste.

« T'es vraiment un psychopathe culinaire ma parole ! Je vais pas aider un fou dangereux moi ! Et puis je dois aller rejoindre mon petit copain. Métamorphose toi si tu es vraiment un shinobi ! Du con va !»

Le coeur de Sham se brisa un instant. Sa petit confiture garnissait déjà le pain de quelqu'un d'autre ? Pourquoi le monde était-il aussi cruel ? Il soupira, tentant de récupérer ses esprits. Il ne voulait pas qu'Eihiko le voit flancher de la sorte.

*C'est vrai ça. Pourquoi je ne me métamorphose pas ? Putain j'aurais dû y penser avant ! Bon tant pis, si je le fais maintenant on aura été à la maison pour rien. Et puis si jamais je me cogne je vais finir par reprendre ma forme initiale. Alors que là je peux même me votrer royalement que je serais toujours Bridgetta de la Marne. Ca sonne méchamment bien n'empêche !*  

Sham retourna au-près de ses amis et retira le surplus de vêtement qu'il portait.

« Va falloir faire sans maquillage. C'est trop dur et on a pas réellement de temps à perdre. Je suis désolé Eihiko, j'espère que ça va pas faire tout capoter ! »

Il enfila tant bien que mal les talons aiguilles. Manqua de se fouler la cheville quatre fois sur le chemin et ne réussit pas à prendre le truc pour se déplacer sur ces échasses. Sans parler du fait que ses orteils étaient compressé comme entre deux étaux.

« Ho fait mon nom de code c'est Bridgetta de la Marne. N'oublie pas hein, c'est super important. Il faudrait pas qu'ils apprenne que je suis un mec enfaîte. Ha oui aussi, viens ici Tak »

Le renardeau s'approcha et se fit dépouiller du bandeau de shinobi qu'il portait. Sham le passa à Eihiko qui avait des poches libres. Contrairement à lui, une si belle robe avec des poches ? Ce n'était pas digne de Bridgetta voyons.

« Ne le perd surtout pas s'il te plaît. Je te fais confiance l'Eclair blanc de Shousan ! Bon il est temps d'y aller les amis ! »

Sham tentait de marcher comme il le pouvait. Il n'était plus très loin du Néon Hurlant. La véritable mission aller bientôt commencer. Il s'approcha le premier, accompagné de Tak, de l'entrée du bâtiment. Un homme plutôt bien bâtit garder la porte.

  « C'est c'est pourquoi ? »

« Salut mon mignon.Je m'apelle Brigetta de la Marne. On m'a dit qu'on cherchait du personnel dans le coin. Alors je me suis dis pourquoi pas moi. » il fit un petit déhanché du cul, sa voix était d'un désagréable au possible, il la rendait encore plus aiguë que ce qu'elle n'était réellement « Alors mon mignon. Tu me laisse passer ou alors tu veux me laisser croupir ici ? »

L'homme semblait tiraillé entre le dégoût, la peur et je ne sais pas trop quelle autre émotion.

  « Je ne suis pas sûr que tu es ce que l'on recherche dans le coin. »

« Aller s'il te plaît mon mignon laisse moi entrer. Et peut-être que je saurais être gentille avec toi. »

L'homme fit un pas en arrière et cria un nom que Sham eu du mal à saisir vu le bruit sortant de cette porte qui venait d'être entrouverte. Un nouveau protagoniste passa la tête.

« C'est pourquoi ? »

  « Brogetta voudrait travailler ici. »

« Bridgetta de la Marne mon mignon. Et toi c'est comment beau grand musclé ? »

« Suis moi Brogetta, on a peut-être une place pour toi. Après tout il y a des tordus partout. »

Sham emboîta le pas à l'inconnu, qui semblait plutôt méfiant, n'oubliant pas de décocher un délicat sourire au sorteur.  Etait-il trop dans son rôle ? Il vous dirait que non, que le bien être de Shousan passe avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Lun 13 Juin 2016 - 23:44

Eihiko parut presque surpris quand Sham lui demanda si ça allait.

« Hein ? Oui c’est un peu impressionnant mais ça va. Le Katon d’un des gardes du manoir m’a effleuré la jambe et brûlé les vêtements, mais ça va, j’allais assez vite pour qu’il ne me touche pas vraiment. Et j’ai esquivé presque tous les coups de Himari mais elle a utilisé une ruse avec le tapis et je m’en suis mangé un. C’est ma faute, j’ai pas été assez bon. »

Il rit franchement, un rire très clair et très pur, quand son équipier s’excuse de l’avoir entrainé là-dedans.

« Ne t’excuse pas. J’ai eu une vie très ennuyeuse. Je suis prêt à accepter de me faire casser le nez une fois ou deux si ça me permet d’en avoir une plus palpitante. On est encore jeune, alors pas de regrets et pas de doutes, on doit juste aller droit vers l’avant. Même si on prend des coups, car ça arrivera, on doit garder le cap ! Tu veux devenir aussi fort que Supershinobi un jour non ? »

Il ne pensait plus vraiment au refus de Sham de lui parler de son nindô. C’était simplement sa façon de parler de Supershinobi, sa ferveur, et le fait qu’il soit devenu shinobi à son tour. Tout paraissait plus que limpide, c’était d’une logique élémentaire. Il ne fit même pas attention au fait que Sham ne le lui avait jamais dit car c’était tout simplement évident, quand on lui avait parlé un peu.

« Eh ben moi je suis sûr que ce sera le cas. Alors ressaisis-toi, on va mener cette mission à bien et on en réussira encore beaucoup dans l’avenir. »

Il se sentait un peu comme le compagnon du héros, qui lui remonte le moral avant d’aller affronter l’épreuve finale.
Mais Eihiko avait beau faire le malin, il avait quand même mal au nez. D’ailleurs, pendant que Sham se battit avec la robe et le maquillage, lui partit en vitesse chercher quelques pansements dans une pharmacie proche. Quand il revint, il en disposait un sur son nez, bien serré, pour le maintenir en place. Ca ne faisait pas moins mal, mais s’il bougeait, il éviterait d’aggraver le décalage osseux comme ça. Il penserait à aller voir un docteur demain. Ou alors il demanderait à son grand-père. Il serait tout fier d’exhiber son trophée de guerre, même s’il ne lui expliquerait pas d’où il provenait. Il prétexterait le secret défense. Rien que de repenser aux seins d’Himari il était rouge comme pas possible. Il faillit en toucher un mot à Sham, mais bon il avait l’air concentré dans son opération déguisement, pas question de le déconcentrer avec ses histoires perverses.


Quand Sham se tourna vers eux, Eihiko fit de son mieux pour ne pas rigoler tellement il avait l’air ridicule. Par respect pour son ami. Mais Tak explosa carrément de rire, ce qui l’acheva, et entraina avec lui son rire cristallin. Il se contint rapidement, cela dit. Ce n’était pas le moment de rire.

« Désolé … Non tu as raison, y’a un souci. Je sais pas comment les filles font d’ailleurs … »

Sham eut une idée apparemment, car il partit un peu plus loin après s’être démaquillé. Resté seul avec Tak, Eihiko se remit à se trifouiller le nez pour essayer de le bloquer dans une position plus confortable.

« Ca te fait encore mal ? »

Le renard semblait sérieux. Il avait perdu son ton rieur d’un peu plus tôt.

« Non ca va, comme j’ai dit à Sham, j’ai juste pris un coup par ma faute. »
« T’es plus solide que t’en as l’air, Himari est une vraie brute. »
« J’ai vu … la chambre de Mihako était dans un sale état, et on a même cassé la porte … »
« Ouais Sham s’entend pas très bien avec sa sœur … »
« Ah ? A les entendre, malgré la dispute, je sentais pourtant qu’il y avait quelque chose entre eux. On voyait bien que c’était un frère et une sœur. »
« C’est … Compliqué. Il a une famille compliquée. »
« Ca finira par aller mieux. Tout finit toujours par aller mieux à Shousan, on est au village de l’espoir. »
« T’es vraiment quelqu’un d’optimiste. Mais j’espère que t’as raison. »


Eihiko leva un pouce confiant, tandis que Sham revenait leur annoncer qu’il n’y aurait pas de maquillage. Quand Eihiko vit Sham retirer son bandeau, il fit de même. Ils allaient dans un milieu où ce n’était pas très bien vu. Et il rangea les deux dans l’intérieur de sa veste. Il ne les perdrait pas, posés ici. S’il perdait le bandeau confié par son équipier, il s’en voudrait longtemps, donc autant le poser à un endroit où il ne risquait pas de lui glisser des mains.
Bon, ben il était temps d’aller au néon hurlant. A quelques enjambées de la boite, Eihiko s’arrêta soudainement.


« Je te laisse entrer. Je viens dans dix minutes, dans la peau du client, comme on avait dit. Et je trouverais un moyen de suivre le plan par après … »

Il le regarda s’éloigner, puis se faufila dans une ruelle proche en réfléchissant à tout rompre, et en gardant un œil sur la scène. Bridgetta finit par réussir à rentrer.

** Punaise il a réussi malgré son costume. Son jeu d’acteur doit être meilleur que ce que je pensais … Pour dire la vérité j’avais comme un doute sur le déguisement en le voyant. Mais bon je l’ai sous-estimé on dirait. **

C’était à son tour maintenant. Eihiko avait dix minutes. Il en profita pour fouiller dans la boite à maquillage, pour s’occuper. Il y trouva quelque chose de merveilleux qui allait beaucoup l’aider pour la mission.
Il se présenta quelques minutes après devant le videur. Il avait arrangé et aplatis ses cheveux, et avait revêtu sa trouvaille : une merveilleuse moustache fixable. Elle trônait fièrement au-dessous de son nez explosé. Il devait avoir l’air super vieux comme ça !
D’une voix qui se voulait profonde et caverneuse, et qui était en réalité à peine moins cristalline que sa voix habituelle, le blondinet entonna :


« Bonjour, gentleman ! »
« Casses-toi gamin. »
« Hum. Je sais que j’ai l’air jeune, mais moi, Alphonse de la Bavière, j’ai déjà trente ans. Je souhaiterais venir chercher une fille pour … »
« T’as de quoi payer ? »
« Oui, j’ai beaucoup de yens. »
« Montre. »
« C’est-à-dire que … »
« Quoi ? Vingt yens ? Casses-toi ou je te tabasse. »


Eihiko s’éloigna, et retourna dans sa ruelle, tout penaud.

** Merde … Même avec une moustache ? Bordel, mon jeu d’acteur est moins bon que celui de Sham faut croire. Désolé mec. Mais je dois rentrer là-dedans d’une façon ou d’une autre. Et je garde la moustache, Alphonse de la Bavière n’a pas dit son dernier mot ! **

Le blondinet avisa de loin la boite de nuit. Pas moyen de passer outre le garde sans tenter de l’assommer, ce qui pouvait faire suspect et alerter d’autres videurs. Bon, il allait faire autrement. De là où il était, il vit un velux entrouvert sur le toit, et sut qu’il devait passer par là.
Appelant encore une fois son ki à l’aide, Eihiko grimpa sur une benne à ordures, et se hissa sur le toit d’une maisonnette. Souplement, il passa de toit en toit, sautant en faisant le moins de bruit possible et abusant complètement de sa connaissance du Ki Taijutsu. Il arriva jusqu’au velux ouvert, et jeta un œil à l’intérieur. Une chambre vide. Parfait. Il s’y laissa coulisser souplement, sans refermer derrière lui.


** Bon je suis à l’intérieur … Je me demande comment ça se passe pour Sham de son côté … Faudrait que je le retrouve … Ou alors peut-être qu’avec ma moustache je peux me mêler au reste des invités ? Non, ça n’a pas marché pour le garde. Je vais me faufiler discrètement jusqu’à Sham pour lui demander ce qu’on fait et lui dire que j’ai pas réussi à me faire passer pour un client. **

Il ouvrit doucement la porte et jeta un œil dans le couloir.

** C’est plus grand que ce que je croyais … Bon y’a personne. C’est parti ! Une infiltration, trop bien ! **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Mer 15 Juin 2016 - 1:09

Sham soupira de soulagement. Il avait légèrement douté de son plan dans les derniers instants mais apparemment il avait eu raison de le pousser jusqu'au bout. Il avait bien vu au visage du videur que le maquillage aurait certainement camouflé un peu plus sa virilité. Mais ce qui comptait c'est le fait d'être entré sain et sauf dans le lieux de missions. Voilà des heures que celle-ci avait débuté et ils la commençaient à peine. Il faut dire qu'ils s'étaient éterniser sur les préparatifs.

« C'est quoi cet animal avec toi ? »

« Ho lui ? C'est un renardeau mon mignon. Il m'accompagne tout le temps. C'est ma mascotte en quelque sorte. P'tit Biscuit qu'il s'appelle. Il est mignon, hein mon mignon ? »

« Ne m'appelle plus jamais comme ça Brogetta. Tu risquerais de le regretter. »

Sham dégluti. Il n'aimait pas beaucoup ce personnage. A vrai dire même s'il semblait plutôt rachitique, quelque chose se dégageait de lui lorsqu'il proférait des menaces qui m'était l'adolescent mal à l'aise. L'intimidait même.

En parlant de mal à l'aise. Ces chaussures étaient une vrai torture pour le jeune genin qui manqua encore une fois de se fouler à plusieurs reprise sa cheville. L'idée de signer quelques mudras pour une maîtrise du chakra lui effleura l'esprit histoire d'assurer son geste lorsqu’il posait  pied à terre. La question était de savoir dans quoi dissoudre son chakra. Devait-il assouplir l'articulation de ses pieds ou plutôt viser à augmenté la capacité de ceux-ci à subir la douleur ? Toute façon l'idée ne se posait pas. Il était hors de question de flamber du chakra, car à ses yeux le mieux était les deux. Mais surtout, il ne pouvait pas se permettre un tel geste vu la compagnie à la quel il avait droit.

Plongé dans ses pensées il ne remarqua pas immédiatement qu'il se trouvait dans la salle principale du Néon Hurlant. C'est le brouhaha ambiant qui le tira de ses souhaits de pieds moins endolori. Il semblait y avoir déjà pas mal de monde. L'homme entraîna le jeune shinobi vers le bar.

« Attend moi ici. J'ai à parler à quelqu'un. J'en ai que pour quelques minutes. Jamaki sert quelque chose à notre amie Brogetta. »

Sham jeta un coup d'oeil au serveur. Quelque chose le dérangé dans sa façon de le regarder. Etait-ce ce regard trop insistant au niveau de ses cuisses dévoilées par sa robe fendue, fort heureusement qu'il n'avait pratiquement aucun poil, remontant doucement vers son décolleté ? Ou alors cette langue courant avec une sensualité plus que suspecte sur les lèvres gercée de l'homme ? L'adolescent ravala le dégoût qu'il éprouvait à cet instant , et la colère en entendant Tak ricaner doucement. Il devait penser avant tout à la mission et rien d'autre.

  «Qu'est-ce que je peux servir à une beautés comme toi ? »

« Un soda au shaker pas à la cuillère s'il vous plaît. »

Il avait lu une réplique approximative dans un des chapitres de Supershinobi. Sauf que celui-ci prenait de l'alcool et non un soda.

  «Comme princesse le voudra. »

Cette fois-ci ce fut trop fort. Il eut un léger spasme de dégoût. C'était la première fois de sa vie qu'on le draguait. La toute première ! Il avait fallu que ce soit par un infâme barman d'une boîte de nuit plus que louche. Enfin d'aspect elle n'avait rien de louche. Bien au contraire. Certes il n'y avait pas encore énormément de monde, trop tôt dans la soirée pour que la fête batte son plein. La décoration était sympa, et même plus. La musique plutôt bonne. S'il avait été un peu plus âgé et qu'il n'était pas au courant de ce qui se déroulait dans ces lieux, il serait bien revenu. En faite non, oublié, il n'était gêné par aucun de ces deux points. Il comptait bien venir passer une soirée dans ce lieu dans un futur proche ! Il jeta de temps en temps des coups d'oeil vers la porte d'entrée. Eihiko ne devait normalement plus trop tarder.

  «C'est quoi ton petit nom ? » demanda-t-il tout en posant le verre de soda devant Sham

« Bridgetta de la Marne mon m... barman. Dites-moi où sont les toilettes s'il vous plaît ? »

Il lui indiqua une porte du doigt, le sourire niait. Porte non loin de celle qu'avait emprunter l'homme l'ayant conduit jusqu'ici. Sans plus tarder, et surtout sans toucher à son verre, il se releva et se déplaça jusqu'aux cabinets. Il manqua bien sûr de franchir la mauvaise porte. Après tout il n'était pas encore totalement habitué à son identité féminine. A peine avait-il franchit la porte qu'il tenta un coup d'oeil par la vitre de celle-ci. Des clients au bar, c'était parfait ! Le plus discrètement possible il se faufila en dehors de la pièce jusqu'à la porte qui l'intéressait réellement. Il eut un moment d'hésitation, fort heureusement d'ailleurs car quelqu'un arrivait. Il pouvait l'entendre. Mince ! Lui qui voulait se faufiler. Avec un peu de chance, c'est le proxénète qu'il avait été voir. Mais quelque part tant mieux. Aurait-il pu lui faire face sans l'aide de son ami ? Et puis il n'avait pas le coeur de le priver de la finalité de la mission. Ils s'étaient tous les trois donnés à fond après tout ! Il rejoignit rapidement sa place. Quelques instants avant qu'on ne vienne le trouver à nouveau.

« Bien. Tu veux donc travailler ici Brodgetta. Suis moi on va te trouver une chambre. Le patron veut bien te prendre à laissé pour ce soir. Si c'est concluant il réfléchira à te garder. »

« Parfait mon ... Heu, merci beaucoup. »

Il ne voulait pas être menacé d'avantage.

Sham lui emboîta le pas. Fort heureusement qu'il n'avait pas franchi la porte. Il y avait derrière celle-ci un homme plutôt costaud. Il semblait monter la garde. L’ascension des escaliers fut un véritable supplice pour ses voûtes plantaires. Mais comment sa mère et ses soeurs faisaient-elles pour marcher toute la journée avec ça ? Devait-il envoyer une lettre aux instances s'occupant de la torture à Shousan pour proposer le port des talons aiguilles comme moyen efficace pour obtenir des informations contre des personnes résistant au supplices mentales ?

Les couloirs ici étaient bien moins accueillant que le rez-de-chaussée. Beaucoup moins de couleur,s moins de musiques ... Et surtout plus de bruits étranges. Enfin pas si étrange que ça. Sham connaissait bien la source de ces sons. Après tout il avait des frères et soeurs plus âgé que lui. Au moins il n'y avait plus de doute à avoir, ils étaient bel et bien au bon endroit.

« Entre ici et attend un peu. Quelqu'un passera dans pas longtemps. »

Cette fois-ci il ne répondit même pas. Sa mâchoire était crispée. A peine la porte s'était-elle fermée qu'il retira les talons tout en poussant un soupir de soulagement. Il ne les avait pas porté bien longtemps mais voilà que des cloches apparaissaient déjà sur ses talons. Sans crier gare la mâchoir du renardeau se referma sur l'un de ses mollets.

« Haaa ! Mais qu'est-ce qui te prend Tak ?!»

« P'tit Biscuit hein ! Tu as de la chance que je t'aime bien ! Au moins on est au bon endroit. Maintenant reste à savoir où se trouve votre cible. Mais surtout où se trouve Eihiko. Il n'était pas sensé nous retrouver à l'intérieur ? »

« Si, mais on est déjà resté pas mal de temps en bas et je ne l'ai pas vu entrer. J'espère qu'il ne sait pas fait recaler à l'entrée sinon on est dans de sale drap. »

L'adolescent se mit à masser les endroits endoloris de son corps. C'est à dire pratiquement la totalités des deux jambes. Pourquoi n'avait-il pas demander des chaussures plates ? Il jeta également
un rapide coup d'oeil par la fenêtre histoire de voir si son ami ne traînait pas dans le coin. Malheureusement non.

Ce ne fut qu'une bonne demi-heure plus tard que quelqu'un toqua à la porte.

« Tu as de la chance on a trouver de quoi faire tes preuves. » il ouvrit la porte « Surtout allez-y mollo, vous n'avez pas payer le surplus. »

On pouvait clairement voir l'effarement sur le visage de Sham. L'homme qui l'avait accompagné jusqu'à cette chambre était revenu accompagné. Un mètre cinquante plus ou moins, la bedaine poussant dangereusement sur les boutons de son haut. Les yeux pétillants. Physique plutôt répugnant à vrai dire.

« Bonjour ma joli ! Ou plutôt devrais-je dire mon joli ? Je ne sais jamais. Tu préfères quoi ? »

Sham et Tak furent dans l'incapacité de répondre. L'étonnement était à son plus haut point. Jamais il n'avait pensé qu'en se faisant passé pour une fille de joie il aurait droit à un client. La peur montait tout doucement en lui, tout comme en Tak. Bien que ce dernier n'avait pas à s'en faire pour son popotin.

« Heu il doit y avoir erreur. Je ne fais qu'attendre un peu ici moi. »

« J'aime bien la timidité. J'étais comme toi quand j'étais plus jeune. Quel délicat visage. »

L'homme s'avançait doucement vers Sham. Retirant déjà sa veste. Ses yeux pétillaient déjà un peu plus. Le genin sauta directement sur ses pieds, ignorant la douleur que ceux-ci lui envoyaient à son cerveau. Il était en position défensive.

« Farouche en plus ? Tout pour plaire. C'est mon jour de chance aujourd'hui ! Brogetta c'est ça ? »

« Non ! Bridgetta de la Marne. Et mon corps n'est pas à vendre ! » hurla-t-il

« J'ai même droit à un scénario. »

L'homme était déjà torse nu. Sham prêt à lance une attaque de ninjutsu. Tak lui mordait déjà le mollet grassouillet du client. Alors qu'il s'apprêtait à malaxer son chakra la porte vola en éclat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Mer 15 Juin 2016 - 3:30

Le blondinet avait le cœur qui battait la chamade. Il venait juste d’entrouvrir la porte pour entendre ce qu’il se passait dans le couloir et aux alentours. Mais sans regarder pas moyen de savoir si la voie était vraiment dégagée. Il y avait trop de bruit pour se rendre compte. Entre les basses de la musique quelques étages au-dessous, et les bruits dans les chambres voisines. Parlons-en de ces bruits. Des gloussements, des lits qui grinçaient. Il y avait quelqu’un qui faisait un cauchemar ? Les nuits agitées étaient parfois une vraie plaie. Le père d’Eihiko en avait fait quelques-unes après un voyage à l’étranger. Il n’a jamais parlé de ça, mais sa femme avait très attentionnée avec lui pendant cette période. Ses parents étaient redevenus plus vivants pendant cette période. C’était merveilleux. Mais malheureusement, quand son père s’était senti mieux, le train-train quotidien avait repris.
Il y avait aussi des soupirs. Un peu comme ceux d’Himari et Mihako, mais plus francs. Plus expressifs. Eihiko commençait à comprendre ce qu’ils faisaient là-dedans. Il devait y avoir des hommes qui tripotaient des seins. La chance qu’ils avaient. Le Genin se demanda s’ils étaient beaux quelques instants, avant de revenir à sa mission. Il devait retrouver Sham, sinon il allait finir par croire qu’il l’avait abandonné. Plutôt mourir que de laisser son ami entre les griffes d’individus aussi louches que le videur. Surtout qu’il ne devait pas être le pire.


** Allez, du courage Eihiko. T’as pas le droit d’être tétanisé dans un moment comme celui-là. Ce n’est pas ta vie qui est en jeu. **

Prenant son courage à deux mains, il glissa son regard vers le couloir. Sombre, vide. Parfait. Eihiko s’engagea à pas de loups sur le parquet. Il avait les sens en alerte, et un filet de sueur coulait de son front. La pression et la tension qu’il subissait étaient extrêmement fortes. C’était pour ainsi dire la première fois que de sa discrétion dépendait peut-être sa propre vie et celle de quelqu’un. Enfin, au final ils s’échapperaient peut-être. Mais il n’était pas sûr de s’en remettre facilement s’ils échouaient à leur toute première mission sans avoir rien accompli.

** Penser à l’échec n’est pas digne de l’éclair blanc. Plutôt : comment mener ma mission à bien maintenant ? Qu’est-ce que je dois faire ? Rejoindre Sham. D’une façon ou d’une autre. **

La lumière jaillit soudainement autour de lui. Ses yeux, éblouis, ne lui servaient plus à rien. Avec un gémissement étouffé, il mit son bras en protection. Ses oreilles captaient des bruits de pas venant des escaliers. A tâtons, il chercha un endroit où se planquer. Des billes noires plein la vue, à moitié aveugle, il se glissa à l’ombre d’un gigantesque pot de fleurs. C’était une cachette grossière, mais la meilleure qu’il avait à sa disposition. Si seulement il avait eu la métamorphose ou l’adhésion, il aurait pu faire un peu mieux …
Son nez cassé le démangeait un peu en plus. Il avait envie d’éternuer. Mais autant pour ne pas se faire repérer que parce qu’il était sûr que ça lui ferait un mal de chien, il se retint de toutes ses forces.
Un homme en complet cravate et une femme habillée de façon assez osés venaient d’arriver à l’étage, main dans la main. Ils gloussaient comme des poules en chaleur. Eihiko jura voir l’homme lui mettre la main entre les deux fesses, mais pas sûr. En tous cas ça eut l’air de faire plaisir à la fille qui fit une sorte de cri de flamand rose croisé marsouin. Il ne comprenait rien mais le tout avait une allure glauque et dégoutante. L’essentiel, c’est qu’ils éteignirent la lumière et se faufilèrent dans une chambre. Il n’enviait pas du tout l’homme au complet cravate. Pour rien au monde il n’aurait voulu tripoter les seins de cette femme. Bien trop vieille et en plus elle semblait avoir le talent de Sham pour le maquillage. Ou à peine mieux. Vraiment à peine.


Eihiko sortit de sa cachette, toujours en mode infiltration et discrétion maximales. Il y avait des escaliers qui montaient et des escaliers qui descendaient. Le bruit venait d’en bas. Peut-être pouvait-il s’infiltrer dans la foule ? Il entama une descente prudente. Il y avait du monde et de la musique en bas. Tout le monde dansait, une vraie boite de nuit bien clean. Quand on savait qu’il y avait de méchantes personnes qui faisaient des trafics derrière tout ça et tant de personnes innocentes qui n’en savaient rien. C’était dégueulasse. Le blondinet était dégouté par ce genre d’individus. S’il avait pu chopper la totalité de ceux qui se trouvaient à Shousan, s’il en avait eu la force … Peut-être qu’un jour il pourrait. Le Shoukage ne devait pas être si fort s’il n’y arrivait pas. Il le remplacerait, alors.

Eihiko se mêla à la foule. Grâce à sa moustache et à son nez cassé il passait plutôt bien question déguisement finalement. Il se traîna jusqu’au bar et déposa timidement quelques yens sur le comptoir.


« Je peux avoir un soda sans sucre ? »

Le barman le regarda d’abord d’un œil mauvais. Puis un étrange sourire lui apparut sur le visage. Un peu comme celui d’un homme qui voulait tripoter les seins d’une jolie femme. Sauf qu’il le regardait lui. Il se sentit immédiatement très mal à l’aise. Mais au moins, il eut son soda. Il vit bien vite qu’il n’était pas sans sucre … mais bon, c’était mieux que rien. La plupart des gens autour de lui buvaient de la bière. Eihiko avait essayé une fois, en cachette, et il avait trouvé la boisson particulièrement mauvaise. Amère, sans goût, et en plus ça donnait envie de pisser en quelques gorgées.  Il s’éloigna du comptoir pour ne plus avoir à supporter le regard lubrique de l’homme debout de l’autre côté. Ce type était louche mais ce n’était pas lui qu’il cherchait.
A contrecoeur, voyant qu’il ne trouvait pas Sham, il revint voir le barman.


« Vous n’auriez pas vu une jeune dame appelée Bridgetta de la Marne dans le coin par hasard ? »
« Ah oui, une créature magnifique. T’es du même genre ? »
« Du même genre ? »
« Indécis, entre deux bords tu vois. »
« Non j’assume complètement qui je suis. Mais je ne suis pas sûr de comprendre. Elle non ? »
« Non, mon mignon. Tout le monde n’est pas aussi confiant que toi malheureusement. »
« Ah … Vous avez vu où elle est partie ? »
« A l’étage, pour bosser. Au premier je crois. Ca fait même pas dix minutes. »


Il ne prit pas la peine de lui dire merci. Cet homme lui faisait peur. Il fuit le plus vite possible, slalomant entre les clients pour revenir vers les escaliers. Il les grimpa quatre à quatre, et attendit d’être en haut pour reprendre son souffle. Ce pervers méritait d’être pendu ou brûlé sur un bucher.

Eihiko réalisa alors que la lumière du couloir était allumée. Un type, petit et maigre, rachitique même, le regardait d’un œil mauvais. C’était le videur qui l’avait recalé à l’entrée ! Ce sale type qui … Merde, il allait voir qu’il avait réussi à se faufiler ! Bon, trop tard.

** Je fais quoi pour le faire taire ? Je tente de l’assommer ou alors j’essaie de lui dire que quelqu’un d’autre m’a fait rentrer ? **

Il se rapprocha en tâchant d’avoir l’air détendu. Il avait sa moustache, il ne fallait pas l’oublier.

« Alphonse hein ? Qu’est-ce que tu fais là ? Je ne t’ai pas dit que les gamins n’avaient pas le droit d’entrer ici ? »
« J’ai pas eu le temps de vous dire la vraie raison de ma venue à l’entrée. Je viens voir le boss. Je vous ai déjà envoyé un cadeau en début de soirée. Une de mes filles, Bridgetta. J’en ai des dizaines comme ça à vendre s’il veut enrichir son commerce avec des trucs exotiques. »


Le méchant sembla hésiter. Eihiko n’en revenait pas. Il venait de sortir un mensonge naturellement pour la première fois de sa vie. Et quel mensonge ! Un véritable chef d’œuvre ! Il bénissait sa rencontre avec Sham, qui le rendait déjà beaucoup plus efficace dans bien des domaines, dont l’art de tromper les ennemis de Shousan. S’il ne lui avait pas expliqué au stand de râmen ce qu’était un proxénète, jamais il n’aurait pu être aussi convaincant, il le savait.

« T’en as que des comme ça ? Des comme Bridgetta ? »
« Non, j’ai différents modèles. Un vrai prêt-à-porter. Y’en a pour tous les goûts quand on vient faire son shopping. »
« Quoi ? Qu’est-ce que tu baves ? »
« J’en ai plein de sortes. »
« Hum … Attends là je vais voir si ça intéresse le patron. Koto, tu le surveilles. »


Un grand gorille super costaud accepta en dodelinant de la tête. Eihiko souffla de soulagement quand l’autre ne fut plus en vue. Bon, Sham devait être derrière la porte dont l’homme rachitique venait de sortir, ou pas loin. Il tendit l’oreille et reconnut la voix de son ami derrière une porte. Il crut l’entendre hurler d’effroi. Il fallait qu’il l’aide ! Il se précipita pour l’ouvrir, mais le gorille se mit devant lui.
Mais son ami était peut-être en danger. Alphonse de la Bavière n’avait pas le droit d’hésiter. Sans perdre son élan, de toute sa vitesse, il sauta dans les airs et tourna sur lui-même. Son pied s’électrifia et rencontra le gorille en plein tête, le faisant voler à travers la porte. Emporté par son élan, Eihiko passa avec lui dans un fracas assourdissant et en hurlant :


« POUSSES-TOI DE MON CHEMIN ! LA TORNADE FOUDROYANTE ! »

Il atterrit sur le type, qui était dans les vapes après le coup de pied électrique en plein visage.

Eihiko avait soigné son entrée on pouvait le dire. Eclairs, porte en quatre morceau, un gorille évanouit sous ses pieds. Et un bordel monstrueux.
Mais un grand sourire apparut sur son visage quand il vit Sham et Tak, aux prises avec un individu louche et torse nu.


« Beurk ! Sha… Bridgetta ! Je suis content de te voir ! C’est moi, Alphonse de la Bavière ! Tu veux de l’aide avec ce type ? »

Pour toute réponse, Sham envoya une boule de feu surpuissante sur le type, qui s’écrasa contre le mur opposé, le torse brûlé. Non, il n’avait pas besoin d’aide.
Toujours souriant derrière son auguste moustache, Eihiko tenta de s’expliquer :


« Désolé ! Je me suis fait recaler à l’entrée ! Pourtant mon déguisement était pas mal … Je crois qu’ils refusent juste l’accès quand on ne vient pas pour faire des trucs louches. Mais je suis passé par le toit. J’ai entendu des hommes tripoter des seins et j’ai vu un type louche au bar … Cet endroit est vraiment infect. Ah et j’ai dit que je voulais faire affaire avec le patron, il arrive ! Ou alors son second. Tu crois qu’on peut piéger la pièce pour le chopper ? »

Eihiko réfléchissait à toute vitesse, plein d’adrénaline.

« On éteint la lumière et on lui sort une attaque combinée ? J’ai plus de chakra, j’suis vide. Mais j’peux faire une frappe de ki et lui faucher les jambes. Et quand il est à terre, tu t’en occupes ? Ou alors … C’est pas si terrible comme plan. T’es meilleur pour les imaginer … »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Jeu 16 Juin 2016 - 17:03

Eihiko arriva en trombe dans la pièce. Sham récupéra son sourire qui se placarda en un instant sur son visage. La peur qu'il avait ressenti venait de s'évaporer en un claquement de doigt. Ainsi donc son camarade était d'affinité Raiton ? C'est vrai qu'ils n'avaient pas beaucoup échangé sur leur spécialisation à chacun. Il savait pour le taijutsu et sa capacité à disparaître et apparaître à un autre endroit mais pas pour ça. D'ailleurs s'était de la téléportation ou un déplacement à très haute vitesse ? Tout du moins s'était une technique digne d'un super héros. Il préféra secouer sa tête pour évacuer cette idée. Il allait encore se mettre de mauvaise humeur s'il pensait à ça. Même son entrée s'approchait plus de celle de Supershinobi. Lui était simplement entré par la porte, comme tout le monde. Eihiko aussi, mais en la fracassant ! Jalousie quand tu nous tien. Mais il n'avait pas de temps à perdre, il avait un cul à botter. Si Eihiko était capable d'envoyer des paillettes dans les yeux, pourquoi ne pouvait-il pas en faire autant ?

« Pousse toi Tak ! Que je t'y reprenne plus gros sac à sucre ! Sinon prochaine fois je te caramélise réellement ! Flamme ardente.  »

Katon :  Flamme ardente : -50chakra

Quelques mudras suffirent à l'adolescent pour créer une longue flamme venant lécher le corps de celui qui aurait aimé abuser de lui. Enfin, il eut à utiliser du chakra également et pas qu'un peu. Il avait beau avoir une réserve plus que raisonnable il commençait tout de même à sentir qu'il avait puisé une bonne partie de celle-ci. L'homme finit sa course sur un mur, son torse fumé dû à la chaleur. Peut-être en avait-il fait un peu de trop ? Non, il devait aussi montrer ses talents ! Tak lui mordit une dernière fois le ventripotent avant de retourner auprès de ses amis.

« How how. Calme toi Eihiko. »

L'adolescent prit quelques secondes pour réfléchir. Ils n'avaient pas beaucoup de temps. Est-ce que le patron allait réellement revenir vu le boucan qu'ils avaient fait ? Un type assommé, une porte pétée et peut-être un futur caramel.

« Mais c'est quoi cette moustache ? Ho c'est bien vu, me demande pourquoi le videur a refusé de te laisser entrer. JE trouve ton déguisement super bien réussit. Et ton nom de code parfait. D'ailleurs je crois que ça ne sert plus à rien de l'utiliser Alphonse de la Bavière. Même si ça sert à rien c'est juste trop classe ! On continue ! »

Il se stoppa une nouvelle fois. Il fallait qu'il réfléchisse vite et bien. Ils ne pouvaient pas se permettre d'attendre ici. Si jamais le patron avait entendu tout ce brouhaha il ne faisait aucun doute qu'il augmenterait sa garde.

« Je crois que le mieux est d'aller directement à sa rencontre. S'il vient vraiment par ici on pourra le prendre par surprise. Ou tout du moins éviter qu'il ne fuie en voyant la porte éclatée. »

« Je ne sais pas si foncer tête baisée est un bon plan. »

« Ils n'ont pas l'air très résistant. On arrive à les avoir rapidement ces gardes. Mais bon, après il en a peut-être des meilleurs et on commence à tomber à court de jus tout les deux. 'Fin j'ai encore de quoi tenir un peu mais si je continue à flamber comme je viens de le faire, sans vouloir faire de mauvais jeu de mot, quoi que si enfaîte, bha je tiendrais pas des masses. Je crois qu'il faut agir vite et bien pour ne pas se retrouver en sous nombre. »

Eihiko ne semblait pas en désaccord avec son plan. Bien au contraire. Contrairement à Tak qui semblait vouloir intervenir mais Sham ne lui laissa pas le temps. Il s'engouffra directement dans le couloir en prenant le renardeau dans ses bras. Il ne voulait pas que celui-ci se prenne un coup perdu ou quoi que ce soit d'autre.

Le trio se mit à courir dans le couloir. Des bruits de pas se firent entendre un peu plus loin. Comme Eihiko l'avait dit le patron arrivait. Enfin c'était sûrement lui, un type encadré de cinq gardes. Sham ne voyait pas qui d'autre aurait droit à un tel privilège. Les hommes de mains étaient de bonne carrure mais d'aucun il ne pouvait sentir du chakra. Tout comme le proxénète. Lui était seulement vêtu de façon saugrenue. Une longue veste en fourrure brune, des bagues toutes plus clinquantes les unes que les autres, fausse bien sûr, tout comme la fourrure, une chaîne de bonne taille trop légère pour être de l'or. Des dents recouverte d'un métal brillant, chose qui devait être plutôt inconfortable. Une canne d'on le pommeau n'était rien d'autre qu'une mini sculpture d'une femme nue recouverte par-ci par là de strass ... Autant dire que cet homme était un cliché à lui tout seul. Ce type était réellement marchand d'orange le jour ? S'il se souvenait bien c'est ce qui était noté sur l'ordre de mission.

« Vous le marchand d'orange. Par ordre du Shoukage vous êtes en état d'arrestation. Vous avez le droit de ... Mais attendez que je termine de parler!  »

Bordel c'était son moment à lui ! Et ce type était occupé de le gâcher. Il partait, sans demander son reste. Laissant trois de ses hommes de mains sur place. Il ne faisait aucun doute qu'ils avaient pour ordre de stopper le duo de genin.


« Eihiko attend quelques secondes. Je pars à la poursuite de l'autre !»

Il était hors de question qu'Eihiko s'approche encore plus de son rêve à lui ! L'adolescent se mit à courir vers le groupe de brutes tout en malaxant du chakra. Il sauta tout en sigant les mudras d'on il avait besoin. Alors qu'il atterrissait au milieu des malfrats des flammes commencèrent à s'élever autour de lui, elles se mirent à tourbillonner dans une danse enivrante. Ou tout du moins c'est ce que lui trouvait. Moins les trois hommes autour de lui apparemment, ils venaient de se brûler légèrement au contact. Reculant à temps avant que leur vêtements ne parte en fumée. Contrairement à la robe qu'il portait. La partie basse de celle-ci, bha oui fendue à un quart cuisse ça pardonne pas, se prit dans le tourbillon enflammé. Ni une ni deux, il déchira la robe tout en continuant sa route. Tak lui retomba au sol avec souplesse. Il était hors de question qu'il laisse sa cible lui échapper.

Katon : Cyclone de flammes : -50 chakra


Sham était fière de son action, une comme Supershinobi aurait pu sortir. Enfin, il y avait la robe qui avait un peu foutu le tout en l'air. Mais dans la globalité il était heureux. Bon, autre petit bémol dans le tableau, il courrait maintenant juste en boxer. Certes le cyclone autour de lui caché le corps frêle de l'adolescent, mais tout de même un peu de pudeur s'il vous plaît. La technique Katon s'arrêta. Il ne servait à rien de continuer à dépenser du chakra inutilement, surtout qu'il commençait réellement à être à court.

C'est ainsi que l'adolescent débarqua au milieu de la boîte de nuit, vêtu ridiculement d'un boxer et accompagné de son meilleur ami. Son corps n'était pas des plus vilain à regardé mais il manquait tout de même de matière. Il put voir le proxénète quitter les lieux par la porte d'entrée. Pourquoi ne prenait-il pas une porte dérobée cet imbécile ? Bonne question.

Il se retrouva maintenant dans les rues de Shousan, coursant les malfrats tout en marquant la pierre de la route à l'aide de ses flammes. Après tout il fallait bien qu'Eihiko puisse le retrouver.


Total: -37pv -230 chakra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Jeu 16 Juin 2016 - 22:37

Le ninjutsu, c’était quand même la méga classe. Bon, ok, c’était la spécialisation principale la plus répandue dans le monde ninja. Mais il n’y avait rien à redire. C’était spectaculaire. En plus, Sham maitrisait la flamme ardente ! Ce n’était pas juste le Honenza, mais carrément une technique classifiée rang deux ! Normalement, un Genin qui sortait de l’académie ne devrait pas maitriser une technique aussi avancée … Sham était plein de surprises ! En même temps, est-ce qu’Eihiko avait vraiment de quoi être étonné ? Après tout il faisait équipe avec l’héritier du titre de Supershinobi, il n’y avait rien de si surprenant à ce qu’il maitrise des techniques avancées.

Sham enchaina, déjà revenu à la mission. Il le félicita pour son déguisement, ce qui ne manqua pas de faire très plaisir à Eihiko. Qu’un as de l’infiltration comme son équipier le complimente sur le sujet, ça faisait rudement du bien. Il savait bien que le garde à l’entrée avait juste de la jalousie vis-à-vis de sa moustache. Pas d’autre explication, évidemment.


« Je me suis inspiré de ton déguisement ! J’ai trouvé la moustache et j’ai tout de suite eu l’idée ! »

Tout de suite, il corrigea aussi son plan. C’est vrai qu’attendre était un peu bancal. Avec le boucan qu’ils avaient fait, la tête pensante allait fuir. Mais heureusement, il avait un stratège accompli avec lui. Parfois, le meilleur plan, c’est encore de foncer tête baissée ! Peut-être que Sham comptait sur sa vitesse pour réussir ? Il ne pouvait pas le décevoir.
Il lui emboîta le pas dans le couloir et ils tombèrent sur le grand méchant. Goruto Ichinanamachinchose. Le fameux proxénète. Il avait toute la panoplie du type louche. Fourrure cher, canne sertie de joyaux, fausse dent en or. Et pleins de bagues et de bijou qu’il avait dû acheter avec son argent sale.
Le visage d’Eihiko se ferma de concentration. Son premier grand méchant. Mais bientôt, celui-ci fuyait devant Sham et ses paroles pleines d’autorité.


** Hein ? Mais normalement ce n’est pas censé être l’affrontement final ? Zut, on fait quoi maintenant ? **

Sham lui cria qu’il partait à sa poursuite, et tout de suite Eihiko réagit. Il était un peu simplet, mais quand il fallait répondre présent il le faisait. Il comprit de travers les paroles de son ami, cela dit. Il comprenait ‘je m’occupe de tout ici’. En gros, c’était encore une façon de faire diversion. Tandis que les gardes du corps et Goruto se dirigeaient vers le bas du bâtiment, sans doute pour s’enfuir, Eihiko fonça à l’étage avec une idée bien précise. Il aperçut le reflet des flammes derrière lui. Parfait, Sham avait la situation en mains. Il allait donc leur couper toute retraite !
Le blondinet fonça vers la chambre au velux, et se hissa sur le toit. De là, il attendit de voir le proxénète et ses deux gardes du corps sortir dans la rue. Ce qui ne tarda pas.


Souplement, le Genin sauta sur le toit voisin, il pouvait les suivre facilement. Mais il fallait faire encore mieux. Il venait de voir Sham débouler dans la rue lui aussi, et se mettre à leurs trousses. Bien, il savait ce qu’il lui restait à faire.
Il força sur ses jambes pour courir le plus vite possible. Des impulsions de Ki parcouraient son corps. Ses sauts étaient plus puissants, sa course plus rapide que jamais. Et bientôt il effectua un véritable saut périlleux, pour atterrir dans la rue au milieu du chemin, devant les gardes du corps et Goruto qui tentaient de fuir. Il manqua cependant un peu sa réception, une fois de plus. Heureusement il eut plus de chance que la dernière fois et il exécuta sa roulade correctement. Bancal et un peu sonné, il se releva comme il pouvait, recouvert de poussière.
Les passants regardaient la scène, éberlués, et les trois fugitifs venaient de piler net. C’était son heure de gloire ! Lissant sa moustache d’une main, il posa son pouce sur son bandeau de l’autre.


« Ninjas de Shousan ! Au nom du Shoukage, vous êtes en état d’arrestation ! Si vous n’obtempérez pas nous nous verrons contraints d’employer la force. »

Les deux gardes du corps se regardèrent.

« Patron on s’en charge, prenez la ruelle là, on vous rejoint dès qu’on en a fini avec lui et on s’occupera du deuxième. »
« Dépêchez-vous. »
« Ouais. Fais gaffe Toru, même si leurs parents ont oubliés de les finir, ils sont plutôt forts. »


Eihiko regarda le patron s’en aller. Pas de soucis, il avait vu Sham le pourchasser. C’était comme cette scène dans le deuxième bouquin de Supershinobi. Où Himuro s’occupait des gardes du corps pour que Kara puisse se charger du patron.  Il lui laissait volontiers le premier rôle, il le méritait amplement. Lui allait se contenter du rôle de Himuro. Un rôle secondaire et discret, mais pas moins important. Il prendrait la tête d’affiche une autre fois ! Mais cette fois n’était pas la sienne !
Resté seul avec les deux molosses devant une foule de spectateurs, le blondinet se mit en garde. Il se sentait en état de grâce, déjà persuadé que Sham attraperait Goruto à coup sûr. Il s’agissait de bien faire pour se montrer à la hauteur.
Il se mit en garde. Deux poings relevés vers le visage, un devant et un derrière, sautillant sur ses pieds, à la manière d’un boxeur.
Ses réserves de chakra étaient presque vides, mais il avait encore beaucoup de Ki.


Les deux gardes enfilèrent des poings métalliques hérissés de pointes. Pas de la quincaillerie pour bébé, Eihiko le voyait à leur facture. Le métal était ouvragé, ils avaient dû valoir cher. Les pointes étaient acérées, faites pour tuer. Il douta l’espace d’un instant. Si c’étaient des professionnels … Mais non, leur premier assaut le conforta dans ses capacités. Dès qu’il s’agissait de combat rapproché, le garçon si timide prenait de l’assurance.
L’un des deux gardes passa devant l’autre. Il lui décocha un une-deux puissants. Droite, puis gauche. Mais il ne brassa que du vent. Eihiko avait esquive en utilisant ses appuis mobiles. C’est là que le second apparut, tentant de lui mettre un uppercut. D’une pirouette, le Tsubazame l’évita comme si le coup avait été porté par un gamin croisé au coin de la rue et pas par un homme entrainé. Même si ces hommes n’étaient pas mauvais, ils n’étaient pas au niveau pour affronter un ninja entrainé au combat au corps à corps. Eihiko réalisait un peu de la force qu’il avait acquise ces dernières années en cet instant.
Il porta deux coups vifs au niveau de la mâchoire de chacun de ses opposants et grimaça. Pas assez puissant, évidemment. C’était son vrai gros défaut dans le domaine. Tout dans la vitesse, mais un manque de punch pour distribuer des mandales.
Il dut éviter une nouvelle rafale de coups de poing. Il fallait qu’il s’y prenne autrement. Cette fois ils n’étaient pas passés loin. Ils commençaient déjà à prendre la mesure de son rythme. A deux, ils allaient l’avoir.


Il fit violemment circuler son ki vers son poing et frappa l’un des deux hommes à l’estomac de toutes ses forces. La frappe de ki. Même vidé de son chakra il lui restait encore cette attaque pour causer quelques dégâts ! Son adversaire se recroquevilla sur le sol, en vomissant de la bile. Le coup avait été dévastateur, le ki compensant son manque de puissance. L’onde sonore issue du choc, sourde, avait même fait hésiter le second, qui n’en profita pas pour attaquer.
Plus de chakra, plus de ki, le nez cassé. Il ne restait pas grand-chose à Eihiko pour lutter par contre. A contrecoeur, il passa ses poing-kunaïs à ses poings. Il aurait préféré régler ça sans faire couler de sang mais l’homme en face de lui demeurait un solide gaillard bien entrainé.
Une sorte de pugilat épuisé s’en suivit, où Eihiko prit quelques coups bien sentis. A bout de forces, il finit par planter un crochet étonnement puissant droit dans le visage du loubard en costard, qui s’effondra sur le sol, complètement KO.

Le blondinet palpa son visage en grimaçant. Il avait une bosse sur le coin du front, très visible en plus. Et son œil était enflé. Il allait avoir le droit à un beau coquard.

Il prit le temps d’attacher les deux salopards à un poteau, puis trottina dans la ruelle, avançant aussi vite qu’il pouvait. Eihiko devait aller voir comment Sham s’en était sorti. Mais il commençait sérieusement à fatiguer. Il aurait tout donné pour être à Hoto, sur une plage, à siroter du jus de mandarine, mais il ne pouvait pas abandonner ses deux compères.
Au moins il avait encore sa moustache.
Il tourna au coin d’une rue, crut entendre la voix de son ami.


« Sham ? Tak ? Vous avez réussi ? Dis-moi que oui, je veux aller manger des beignets ! Et des râmens ! Ah et des chips ! J'ai trop la dalle, bordel !»

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sham Ono
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 1102
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
76/100  (76/100)
Points de vie:
115/115  (115/115)
Points de chakra:
360/360  (360/360)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Ven 17 Juin 2016 - 0:17

Sham ne remarqua pas le mouvement au niveau des toits. Son attention était rivée sur la proxénète et ses deux hommes. Il se demandait comment il allait faire pour se débarrasser de tout ce beau monde. N'avait-il pas vu trop gros ? La scène devait être comique. Déjà leur cible et son sublime accoutrement accompagné de deux armoires à glaces le tout poursuivit par un adolescent en boxer trimbalant sur sa tête son meilleur ami, un renardeau.

La course était fatigante il faut l'avouer, après cette journée éreintante il aurait préféré un bonne sieste. Mais bon il n'avait pas trop le choix, il se devait de mettre fin à cette mission. De ne pas laisser échapper le vendeur d'orange. Après tout Eihiko comptait sur lui !

Malgré la fatigue on pouvait aussi voir du bonheur sur son visage. Il se sentait enfin utile dans ce village. Il n'avait pas l'impression d'être un parasite comme son père. Lui ne vivait pas du malheur des autres. Il ne vendait pas une fausse sécurité. Bien au contraire, il se battait pour que chacun puisse dormir sur ses deux oreilles. Certes, il ne chassait pas la pire crapule de tout les temps. Mais c'était tout de même un malfrat. Et débarrasser les rues de Shousan de cet homme lui apportait une satisfaction bien plus grande que la fatigue qu'il ressentait à l'instant.

Soudain quelque chose atterri au milieu de la rue. A la base il se demanda ce que c'était ou plutôt qui. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre. Ca ne pouvait qu'être son coéquipier et nouvel ami. L'éclair blanc de Shousan. Sa réception n'était toujours pas point mais quelle entrée fracassante ! Rien à dire, il était réellement tombé sur la bonne personne pour faire équipe. Il lança un pouce en l'air au blondinet tout en poursuivant sa cible. Celle-ci s'était enfoncée dans une ruelle. Il ne connaissait pas bien le quartier. Sham avait pour espoir que celle-ci menait dans un cul de sac.

« Au nom des autorités de Shousan je vous ordonne de vous arrêter immédiatement ! »

Rien à faire, il ne freina pas d'un pouce. Sham malaxa son chakra et le déversa dans ses jambes afin d'accélérer sa course. Il poussa un sprint, ses poumons commençaient tout doucement à avoir du mal. Quelle condition physique ! Et dire qu'il était shinobi.

Maîtrise du chakra +3vitesse -25chakra Honenza no jutsu  -30 chakra

« Comme tu le voudras ! Honenza no jutsu . »

Une boule de feu s'échappa de ses lèvres. Venant s’écraser directement sur l’intéresser. Le contact l'avait fait voler un peu plus loin dans la ruelle. Apparemment ce n'était pas suffisant pour arrêter cet énergumène. Il voulait sa liberté plus que tout. Malheureusement pour lui il était tombé sur la mauvaise personne.

« Clone de flammes . »

Clone de flammes  -10chakra

Un deuxième Sham apparut. Il fallait faire vite pour chopper cette crapule. Il était hors de question qu'il lui échappe et encore moins qu'Eihiko intervienne. Il se serait débarrassé des brutes du couloir, plus celles de la rue et en plus l'aurait aidé à choppé ? Non, il fallait que lui aussi ai un peu de mérite. Il voulait devenir Supershinobi ? Il n'avait qu'à le prouver là maintenant ! Malheureusement il n'avait plus une once de chakra à flamber, enfin si mais pas suffisamment pour lui permettre de continuer sa course.

Ce fut en parfait duo qu'ils piquèrent un dernier sprint pour tenter d'arriver au niveau du proxénète. Ce ne fut qu'au bout de quelques minutes qu'ils y arrivèrent. Le clone se jeta dessus, lui faisant perdre équilibre. En atterrissant il laissa des marques de brûlure sur la peau du marchand. C'est à ce moment là que Sham arriva à son niveau, l’attrapa par le col.

  «Lache moi tout de suite gamin ! Tu sais pas à qui tu as affaire. Si tu me laisse partir je fermerais les yeux sur ce qui vien de se passer. »

«J'ai peut-être oublié de me présenter Mon nom à moi c'est Sham Ono. Ono comme Oma Ono. Je sais pas si tu vois de qui je veux parler. Ca doit peut-être te dire quelque chose. Alors comme ça tu marches sur les plates-bandes de mon père ? Je suis sûr qu'il serait très heureux de l'apprendre. » il marqua une petite pause «Moi je vais te proposer quelque chose. Tu vas nous suivre mon ami et moi, le tout bien sagement et sans broncher un mot, et je ne dirais rien à mon père sur tes petites affaires. Sinon, je te relâche et tu cours. Mais là je t'assure qu'il sera mis au courant dans les prochaines minutes qui viennent. Et là je ne donne pas cher de ta peau. »

On pouvait clairement lire la peur sur le visage de l'homme et la sévérité sur celle de Sham. Il était rare de le voir dans cet état.  Sûrement de mauvaises manières héritées de son père. Il lâcha le col du proxénète. Comme il s'y attendait il ne bougea pas, tendant limite ses poignets pour être arrêter. Sham l'attacha.

« Je te déconseille d'en parler à qui que ce soit. »

Le ton de l'adolescent n'était pas celui qu'il avait à son habitude. Tout comme son comportement qui lui semblait énormément déplaire à Tak. Pour preuve il disparut dans une nuage de fumée. Ce n'était pas la première fois qu'il agissait de la sorte quand Sham se laissait aller.

C'est à ce moment précis qu'Eihiko décida d'arriver. Sham tenta de récupérer son visage souriant, il n'y arriva pas réellement. Il n'aimait pas quand il se comportait de la sorte. Pourtant de temps en temps c'était plus fort que lui. Il aimait ce sentiment de puissance, de supériorité, la crainte qu'il faisait naître dans certaines personnes.

« C'est bon Eihiko. On en a fini avec lui, on a plus qu'à le déposer. On peut aller manger un bout après si tu veux. »

Il avait récupéré son fameux sourire. Celui qui laissait place à toutes ses dents. Mais quelque chose clochait dans son regard. Un peu plus sombre qu'à la normale. Voilà pourquoi Sham n'était prêt à égaler Supershinobi et ça même s'il en avait la force.


Total: -37pv -295 chakra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eihiko Tsubazame
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 524
Date d'inscription : 25/07/2010

Feuille de personnage
Points d'expérience:
6/100  (6/100)
Points de vie:
222/222  (222/222)
Points de chakra:
273/273  (273/273)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Ven 17 Juin 2016 - 4:20

Le déposer. Oui. Puis manger un morceau, tout en écrivant le rapport de mission. Tout ceci se fit plutôt dans le calme. Les deux adolescents étaient fatigués, et Tak n’était pas avec eux. Mais Eihiko ne nota même pas son absence : l’épuisement le gagnait. La mission avait été plus périlleuse que prévu, même s’ils n’avaient pas réellement forcé. Ils avaient plutôt gaspillé que poussé leurs limites, en fait. Mais l’intensité avait été présente, du début de la soirée jusqu’à la fin. La vieille horloge du stand de râmen indiquait presque quatre heures du matin.
Cinq heures de mission sans aucune pause. Infiltration du manoir Ono, il avait échappé de peu aux gardes des lieux. Puis la même chez le proxénète. Et enfin, cet affrontement qui avait achevé de vider son chakra et ses réserves de ki. Des blessures un peu partout. Aucune de vraiment grave. Bleus, bosses, coquard, nez cassé. Rien qui ne se soignerait pas rapidement. Mais l’addition du tout donnait un cocktail qui devait être au moins aussi fort qu’une bonne dose de calmants.

Eihiko acheva son troisième bol de râmens et regarda son équipier à la dérobée quelques instants. Il appréciait beaucoup Sham. Ils avaient de nombreux points communs, et leurs différences de style se complétaient plutôt bien. Ils seraient une bonne équipe et il le considérait dors et déjà comme son ami. Son premier véritable ami même.
Mais il y avait encore de nombreuses choses sérieuses qu’il ne comprenait pas à son sujet. Une si grande maison, ces gardes du corps qui connaissaient des techniques de ninjutsu. Il y avait de quoi être curieux. Oh, il était loin d’avoir mis le doigt sur la vérité. Il était même plutôt à l’opposé dans ses soupçons. A imaginer une espèce de clan ninja presque inconnu mais avec de gros moyens, ou quelque chose comme ça. Mais il comprenait que quelque chose n’était pas normal dans tout ça. Son instinct le lui soufflait.
Cependant, entre lui faire confiance ou se méfier, il ne pouvait que choisir de lui faire confiance.


« Bon. Je vais rentrer moi. On a déjà livré le type, et je suis complètement exténué. On se reverra sans doute bientôt pour une mission ou autre. Mais si jamais t’as un souci, passe à la forge. C’est tout à l’Ouest du quartier commerçant, des bâtiments récemment rénovés. La forge Tsubazame. Si je n’y suis pas il y aura grand-père. Ou alors j’habite juste à côté. N’hésite pas à passer. Et bonne nuit. »

Il souleva avec difficulté sa carcasse meurtrie, et parut s’en aller. Juste avant, il s’arrêta et fouilla l’intérieur de sa veste. Il tendit ensuite son bandeau à Sham. Il lui avait demandé d’en prendre soin, et il le lui rendait intact. Une phrase. Une putain de bonne phrase. C’était ce qu’il fallait lors de ce genre de moments !

« C’est à toi. L’éclair blanc ne trahit jamais ses amis. »

____________________

Pousser la porte de la maison fit un bien fou à Eihiko. Le fait de rentrer chez lui, en terre familière, était rassurant après tout ce qui s’était passé. Pas un seul instant il n’avait douté de la réussite de la mission. En fait, il n’avait même pas vraiment eu peur. C’était quelqu’un de confiant, quand il avait un plan, aussi mauvais soit-il, il était efficace et au maximum de ses capacités. C’était plus l’improvisation, ou l’inconnu, qui lui posaient encore problème. Il avait parfois tendance à faire les mauvais choix dans ce genre de situations.
Les lumières étaient toutes éteintes, tout le monde dormait. Le garçon se traina jusqu’à la cuisine et se servit deux grands verres d’eau, qu’il avala successivement avec soif. Il n’avait pas pensé à prendre à boire au stand. Il avait autre chose en tête.


** Alors c’est ça une mission ? Le monde des shinobis ? J’ai du mal à l’expliquer mais même si je suis mort de fatigue … Je me sens bien. C’est une bonne fatigue. Celle du devoir accompli. L’impression d’être entré dans un monde où tout est grand. Avant, je voyais ce monde comme inaccessible, je ne faisais que rêver de lui, le regarder d’en bas. Maintenant j’en suis. C’est presque difficile à croire. Ce n’était peut-être pas une grande mission, pas encore. Il n’empêche, on a croisé des types armés et entrainés. On a arrêté quelqu’un qui était dans de sales affaires. Si on n’avait pas été suffisamment aguerris, si on avait commis une erreur, on aurait pu y rester. Tout l’entrainement que j’ai subi jusqu’ici c’était en vue de quelque chose comme ça. **

Il montait les escaliers, lentement, en essayant de faire le moins de bruit possible, mais aussi parce qu’il était simplement en train de s’endormir debout.

** C’est étrange. J’avais espéré que, peut-être, maman ou papa resterait éveillé pour savoir comment j’allais, comment je m’en étais sorti. Peut-être les deux ? Je sais bien que ce n’est pas le cas, mais c’est comme s’ils s’en fichaient. Comme si on n’était pas dans la même maison, pas dans le même monde. En fait, d’aussi loin que je me souvienne, ils ne m’ont pas embrassé depuis longtemps. Je crois qu’ils ne m’ont jamais dit qu’ils m’aimaient. Je sais bien qu’ils ne sont pas très démonstratifs mais ça me manque un peu. Heureusement, y’a papi … **

Il déposa ses vêtements et ses armes en boule à même le parquet. Sauf la paire de poing-kunaïs, délicatement posée sur le bureau de cette petite chambre impeccable et bien ordonnée.

** Pourquoi je pense à ça ? On s’en fiche … Ils sont juste comme ça. Ce n’est pas comme s’ils ne m’aimaient pas. Ils ont juste du mal à … le montrer … **

Les ronflements du blondinet emplirent bientôt la nuit. Le sommeil s’était emparé de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun-Woo Yu Fang
Genin de Yuki
Genin de Yuki


Messages : 416
Date d'inscription : 01/11/2010
Age : 24

Feuille de personnage
Points d'expérience:
2/100  (2/100)
Points de vie:
305/305  (305/305)
Points de chakra:
30/220  (30/220)

MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Ven 17 Juin 2016 - 7:15

Spoiler:
 

Eihiko et Sham :

40 xp
Bon d'achat de 200 gils chez l'apothicaire
1 technique gratuite, rang 1 maximum et pas de technique de clan/ST
10 jours de râmens gratos chez SuperRâmen ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quartier de nuit    Aujourd'hui à 15:34

Revenir en haut Aller en bas
 

Quartier de nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La nuit du renouveau.
» Un quartier de Mordheim
» DALIDA son quartier et maintenant là où elle repose
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Next Generation :: 
PARTIE RP
 :: 
Pays du Feu
 :: 
SHOUSAN [OUVERT]
 :: 
Quartier Nord : Loisirs et Commerces
-