AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Zone n°4 [Réservé aux Genins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Lun 4 Juil 2016 - 13:00


Kazuhiro Uchiwa
Vie : 152/152 Chakra : 10/517 Energie : 117/117

Après avoir ouvert la fermeture éclair de sa maison mobile, Kazu attrapa une bouteille de jus de kiwi qu’il descendit aussi sec. Puis, à l’heure où l’entrainement de ses élèves allait bientôt commencer il fit ce que tout senseï respectable se devait de faire : il s’étala de tout son long dans sa couchette. Être à 100% c’était aussi savoir se reposer quand le moment l’exigeait. Et pour l’heure, il était complètement épuisé.

Il faut dire que l’Uchiwa avait bossé toute la nuit à l’élaboration d’un programme d’entrainement personnalisé pour aujourd’hui. Et pas seulement un programme : il avait organisé l’aire d’entrainement ainsi que la forêt de sorte à ce que tout soit prêt afin que ses élèves puissent s’exercer selon leurs spécificités. Un travail draconien qu’il avait mené à son terme dans ce qui était pour lui un temps record.
Et maintenant que tout était en place, il s’agissait d’espérer qu’ils viennent à bout des épreuves qu’il leur avait préparé. Ses clones étaient en place, mais pas seulement. Kazuhiro avait tout bonnement vidé ses réserves de chakra afin d’appeler toutes sortes de défis pour ses protégés.
Malgré son attitude, il était compétent sur le sujet. Et avait subi assez de revers dans sa vie pour pouvoir préparer ses élèves au pire. Ce n’était pas pour rien qu’un type aussi loufoque et original était devenu senseï. Ou sempaï comme il se plaisait à le rappeler.
Il ne voulait plus jamais perdre personne. Coéquipiers, kohaïs, amis, il les protègerait quoiqu’il lui en coûte.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, Kazu n’était pas un homme au sommeil profond. Ses moments de repos étaient agités de souvenirs. Des souvenirs qui dataient du départ de sa famille, et de son clan, pour l’Empire de Shi. Son duel avec son père, et sa défaite, à l’issue duquel il avait emmené sa chère petite sœur avec lui, alors que le Chuunin aurait voulu l’emmener avec lui à Shousan pour qu’elle ait une existence plus paisible. Peut-être même l’aurait-il laissé à Kikaru avec les clans du Nord ? Peut-être qu’il se serait installé avec elle et qu’il aurait pu mener lui-même une existence plus posée.


** Je ne dois pas penser comme ça. Si ma petite sœur était là je lui apprendrais à se battre pour ceux qu’elle aime, comme je le fais avec Jiro, Luciole, Kaouri et Akai. Dans ce monde, nous n’avons pas le droit de laisser la jeune génération sans les armes dont elle a besoin pour changer le monde. Nous ne sommes pas en temps de paix … Mais peut-être pourront-ils les ramener ? **

Kazuhiro s’endormit.

________________________


Non loin de là, sur l’aire d’entrainement n°4, il n’y avait encore personne. Le vent battait calmement les feuillages des arbres, provoquant une légère mélopée sur laquelle les oiseaux chantaient, chœur pour les murmures rauques du ruisseau agité.

Au milieu de la clairière, une lettre était posée sur une souche, épinglée par une aiguille pour ne pas qu’elle s’envole. On pouvait y lire très clairement certaines instructions :



Citation :
Yosh, c’est Kazu-sempaï !

Je vous ai concocté un petit quelque chose pour vous quatre. Genre entrainement personnalisé, vous allez voir y’a moyen de vous éclater. A l’orée de la forêt, j’ai placé quatre plaques devant des chemins qui sinuent entre les arbres. Sur chacune de ses plaques se trouve l’un de vos noms. Comme vous le comprendrez, chaque chemin correspond à un entrainement pour chacun d’entre vous. Vous aurez différentes épreuves le long de ces chemins, ainsi que d’autres instructions qui vous permettront d’acquérir certaines capacités, d’en entrainer d’autres, ou encore de vous entrainer à des techniques qui vous correspondent.

Il n’y a qu’une seule règle de base : vous n’avez pas le droit de sortir du chemin.

Et j’ai quelques conseils : ne relâchez pas votre vigilance, et considérez ces chemins avec sérieux, les épreuves que je vous impose ne sont en aucun cas dangereuses pour votre vie, mais ce n’est pas pour ça qu’elles sont simples à effectuer.

On se retrouve de l’autre côté de la forêt, devant la statue !

Et soyez vous-même, à 100 % !


Comme la lettre l’indiquait, différents chemins partaient de l’orée de la forêt, vers les profondeurs de ce mystérieux endroit …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Shuichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 62
Date d'inscription : 29/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
68/100  (68/100)
Points de vie:
158/158  (158/158)
Points de chakra:
118/118  (118/118)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Lun 4 Juil 2016 - 18:43

Je marchais d’un pas nonchalant. Contrairement à la dernière fois, Kazuhiro nous avait gratifiés d’un horaire pour l’entrainement. Enfin, si on pouvait appeler ‘environ neuf-dix heures’ un horaire. En tous cas c’était mieux que la dernière fois, où il avait juste proposé une date sans mettre la moindre indication supplémentaire. Fallait croire que lui aussi, il progressait.

En tous cas, à la dernière session, j’étais arrivé dernier et j’avais dû me contenter d’un petit travail de communication en équipe sans pouvoir réellement m’entrainer. Bon, de toute manière je n’étais pas un grand bourreau de travail. J’étais plutôt du genre à croire dans un travail constant, jour après jour, pour renforcer les muscles qu’en l’apprentissage de deux ou trois techniques ninjas. Les ruses couramment utilisés par les ninjas n’étaient pas trop mon point fort, même si je reconnaissais sans sourciller leur efficacité.
Bref, cette fois j’allais pouvoir m’entrainer aussi. Je me demandais ce que notre senseï avait prévu de nous apprendre aujourd’hui. Et en particulier pour moi, car même s’il avait des informations, jusqu’où connaissait-il mon style de combat alors qu’il ne m’avait jamais vu à l’œuvre ?

J’arrive un peu en avance. Genre moins le quart. Ce n’est pas trop dans mes habitudes, mais ça se pourrait bien que je sois plus motivé que j’en ai l’air. Je reluque tranquillement l’air d’entrainement. L’ours qui était là hier n’y est plus. Logique. Pareil pour la ruche à moitié dépouillée, disparue. Par contre, sur une souche, je note un parchemin accroché avec une aiguille. D’un geste vif, j’arrache le parchemin de l’aiguille pour le lire.
C’est signé Kazuhiro, et puis pas d’erreur possible le style est 100% authentique. Le tracé aventureux des lettres aussi … J’avais l’habitude d’observer ce genre de détails.


** Un chemin en forêt ponctué de défis personnalisés. Ca m’a tout l’air d’être ce qu’il me faut pour me réveiller … Je me demande quand même ce qu’il veut dire par difficile. Et non dangereux ? Difficile de dire si ce type de mec a la même conception du danger que le commun des mortels. **

Je repose la lettre déchirée sur le haut, et je la rattache en utilisant l’aiguille, d’un coup sec. Peut-être que je l’ai replantée un peu trop profondément d’ailleurs … Et il se pouvait bien que l’aiguille ait atterrie en plein milieu du mot écrit par le senseï.
Bah, c’était toujours lisible, donc pas de problèmes pour mes équipiers.

Je me dirigeais vers le fond de la forêt, là où Kazu avait posé des étiquettes sur les arbres pour indiquer nos noms en face de différents chemins. Je trouvais sans peine le mien, et me mettait en route après avoir passé mes gants métalliques autour de mes poings. Question de précaution, il y avait quelque chose qui ne me disait rien de bon dans ce mot qu’il avait laissé.
J’hésitais à trottiner, mais je préfère m’allumer une clope et continuer ma route sans me presser. C’est aussi un avantage d’être venu en avance. On peut commencer plus lentement le temps que les autres nous rattrapent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaouri no Kido
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 46
Date d'inscription : 13/11/2014
Age : 23

Feuille de personnage
Points d'expérience:
8/100  (8/100)
Points de vie:
130/130  (130/130)
Points de chakra:
128/128  (128/128)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Mer 6 Juil 2016 - 1:46

Le soleil se lève en même temps que moi, une fois de plus. Le bain d'hier a détendu tous mes muscles, je me sens en pleine forme, une nouvelle journée début ! Mon entrainement matinal a été cautionné par Kazu-sempai. Cependant aujourd'hui la meute doit se réunir pour un entrainement en équipe. Le dernier entrainement a failli m'tué, je préfère donc me réserver pour l'entrainement de tantôt, je me déplace jusqu'à la cuisine et mets ma cafetière en route. Le café est un luxe que je ne me réserve que les jours de repos. Je ne doute pas de l'apprentissage que va nous inculquer Kazu-sempai loin de là. Voilà pourquoi je me permets ce café; Ting ! Ah enfin !

Je bois quelques gorgées et dépose ma tasse sur la table, le Hoshano, ce chakra. Je ne pense pas pouvoir le contrôler un jour. Il émanait jusqu’à présent sans que je ne m'en rende compte après tout...  Cela même s'il agissait, je pensais que la pourriture sur les troncs d'arbres que je cognais était dû à mon Genshido. Mais je n'aurais jamais pensé que mon pouvoir serait tout autre. Kazu-sempai m'a dit qu'il compte m'aider à maîtriser ce pouvoir. Je regarde l’horloge au mur, vite je veux m’entraîner !

Je me trouve à nouveau face à cette forêt, si dense, si grande. Un véritable labyrinthe pour un Kido comme moi, aucune indication aucun plan seul, un souvenir. Oui, c'est vrai, je suis déjà venue ici. J'avance dans cette forêt calmement, en me focalisant sur le chemin emprunté la veille... J'ai mis un temps fou à trouver la zone d'entrainement hier, je ne veux pas refaire la même erreur. D'ailleurs j'en ai commis pas mal des erreurs hier, je me suis emballé lors de l'entrainement. Cela ne doit plus jamais arriver, je ne dois plus jamais laisser la bête sortir. Il faut toujours garder le contrôle après tout nous sommes une meute maintenant. Je connais la valeur de mes coéquipiers. Seul le Hoshano vient perturber cette idée de combattre en équipe. Ce pouvoir n'est pas seulement un danger pour moi, il l'est aussi pour ceux qui m'entourent... Au village, je n'avais pas ce problème. Peut-être parce que nous maîtrisions tous le Genshido, père est ce pour cela que nous étions sous terre... Quoi qu'il en soit j'ai été vraiment surpris d'apprendre que personne ne connaissait cette technique. Les méthodes pour générer du courant ici sont épatantes. Utiliser l’énergie des éléments pour pouvoir faire fonctionner ces machines, voilà un concept qui aurait dû être adopté à Kido ! Merde, j'ai marché sans réfléchir... J'suis ou là...

Le panneau enfin ! La zone d'entrainement ne devrait plus être très loin. Je n'ai pas mis plusieurs heures à arriver comme hier. J'étais sur la bonne voie. J'avais plus ou moins réussi à me diriger grâce à mon souvenir de la veille. Je ne vois personne une fois sur place, étrange. J'étais loin d'imaginer que je serais le premier arrivé. Ma surprise s’estompa rapidement lorsque je découvris la note. C'est l'écriture de Kazu-sempai et cette aiguille plantée négligemment au milieu de la note qui la rend presque illisible, pas de doute, il s'agit de Kazuhiro. Je me mets à lire la note... Un chemin pour chacun d'entre nous, sempai veut nous entraîner individuellement. Pour le moment il vaut mieux agir de cette manière. Je n'en sais que trop peux sur mon pouvoir.

Une des plaques n'est plus là, Akai, ça ne me surprend pas de lui. Il est donc le premier à être arrivé, il est surement le plus fort d'entre nous. Hier il me semblait qu'il enseignait à Jirobu et Luciole pendant que Kazuhiro était avec moi, cela prouve bien sa force. Je dois devenir plus fort moi aussi, Kazu-sempai la dit, je n'excelle dans aucun point. Je n'ai pas la force de Jirobû, ni la technique de luciole et d'Oni. Cependant d'après sempai, je suis plutôt bon dans tous les domaines. Bon ne suffira pas à le vaincre, si je veux un jour pouvoir me venger. Je dois devenir excellent dans tous les domaines !

Heureusement pour moi il s'agit d'un simple chemin à suivre. Je ne vais pas devoir me concentrer sur la route ni laisser de trace pour m'orienter. Un simple chemin à suivre, la tache semble trop facile. Je vais plutôt pouvoir me concentrer sur ces "épreuves". Sempai nous conseille d'être vigilant. Je suis volontiers son conseil, plus prudent que jamais, je m'aventure sur ma voie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jirobû Akimichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 138
Date d'inscription : 11/11/2014

Feuille de personnage
Points d'expérience:
55/100  (55/100)
Points de vie:
146/146  (146/146)
Points de chakra:
10/120  (10/120)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Mer 6 Juil 2016 - 16:33

La journée commençait bien : aucune crampe grâce au bain d’hier avec les autres, plein de nouvelles techniques apprises la veille, et un super programme d’entraînement personnalisé venu tout droit de Kazu-sempai ! Jirobû sortit de chez lui dès le saut du lit et partit faire son petit footing matinal recommandé par son sensei, et une fois terminé continua sur sa lancée en enchaînant avec les exercices de musculation, la douche, et enfin son petit déjeuner.

Il n’avait pas spécialement fait attention à ce qui se trouvait au pied de sa porte : une note, qui attendait là depuis déjà plusieurs heures, l’invitant à nouveau à se rendre à l’entraînement avec la meute, ce qui le fit sauter de joie !

*Yosh ! Ça va encore être une super journée, je pète la forme aujourd’hui! Kazu-sempai est vraiment trop balaise avec nous !*  

Il sortit donc de chez lui après avoir ingurgité tout ce qui lui passait sous la main, empaqueta une bonne dizaine de paquets de chips et il partit en trombe pour enfin découvrir ce qui allait l’attendre.

Le même petit chemin que la veille se présentait à lui : Les petits zoziaux qui couinaient, les ruches qui bzoutaient – moins celle qu’ils avaient utilisé la veille bien entendu – et toujours cet éternel petit sentier qui menait au panneau le plus intéressant au monde « Zone n°4 ». Cette zone qui ne représentait peut-être rien grand-chose pour n’importe qui d’autre ne faisant pas partie de la meute. Bizarrement, la clairière était totalement vide de présence humaine.

*Je suis le premier ? Bizarre, j’ai quand même mangé pas mal de temps…*

Il s’avança alors vers la partie de la zone qui contenait des souches pour y trouver la fameuse note de la part de son sempai préféré – le seul, aussi – stipulant que l’entraînement en groupe commencerait par un entraînement solo. Quoi de mieux pour commencer la journée que de se faire titiller le trilili par l’esprit négligé de leur sempai ?

*Super ! Je vais pas voir la sale tête de l’autre dresseur de repas comme ça !*

S’avançant vers l’orée de la forêt, Jirobû s’enfonça dans celle-ci à l’endroit où son nom était indiqué, et profita du fait d’être seul pour se jeter un petit paquet de chips tranquillement, sans pression aucune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 53
Date d'inscription : 11/11/2014
Age : 20

Feuille de personnage
Points d'expérience:
9/100  (9/100)
Points de vie:
148/148  (148/148)
Points de chakra:
121/121  (121/121)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Ven 8 Juil 2016 - 0:31

Six heure du matin, la tête du soleil se dessinait de par dessus l'horizon. La fenêtre du studio était encore ouverte, laissant la brise matinal imprégner la pièce. Un gémissement s'introduisait dans l'oreille de Luciole c'était l'heure pour Oni de sa promenade matinal. Tiré de son sommeil, le jeune Inuzuka s’avançait près de la corbeille à fruit. Il agrippa deux oranges, un pamplemousse et un citron, dans un bol il pressa les fruits pour en récolté le jus. Le coup de fouet suffisant pour réveiller le ninja. Il prit sa douche, pendant que son omelette habituel frissonnait dans l'huile. Le pantalon large enfilé après le décrassage, un t-shirt légèrement trop grand, et les sandales au pied. Il englobait son omelette dans une feuille d'algue séchée pour ensuite emprunté la porte de sortie, suivi d'Oni impatient de se dégourdir les jambes.

« Nous avons cinq kilomètres à faire pour débuter le programme d’entraînement journalier Oni, tu vas pouvoir te réveiller correctement aussi. »

Le chien sautillait tout autour du maître, comme un enfant en bas age qui reçoit un bonbon exprimerait sa joie. L'activité qui allait se projeté dans quelques instants allait leur procuré une bonne endurance si elle se pratiquait tout les jours. Les enjambées croissante en vitesse, les menaient déjà au centre du village. La ruelle situé sur la gauche allait les délivrer du paysage urbain pour laisser place aux plaines du village. Lié la vue imprenable sur la nature sous l'aubade matinale des oiseaux ainsi que le petit jogging était une idée des plus merveilleuse. La langue en dehors de la gueule, la bave qui s'éparpillait de toute part. Oni avait distancé de quelques mètres son compagnon, la joie se faisait ressentir quand il gambadait dans ces sentiers. Luciole accéléra le pas, pour essayé d'adopter la même cadence que son chien. Le tour touchait à sa fin, la vue des premiers bâtiments s'esquissaient. De retour au studio, les deux compagnons ont déversé un demi litre d'eau dans leur gosier, la fraîcheur de se breuvage ravivait de nouveau Luciole et son chien. Les altères gisaient à côté du canapé, finissaient entre les mains du jeune homme pour finir les exercices donné par Kazuhiro.

Une petite sieste de quinze minutes pour recommencer une journée ardue. Les deux compagnons s’élançaient dans la forêt de Shousan, toujours se petit grillage grinçant qui informait d'une arrivée.

*Personne ? Pourtant il est encore assez tôt...*

La où Kaouri essayait de maîtriser son étrange technique il y a quelque temps d'ici, se trouvait une souche d'arbre énorme ayant pour décoration sur le haut de ses racines quelques traces de déflagration. Une notice y était accrochée, traversée par une aiguille. On pouvait y lire les quelques consignes de Kazu-sempai pour commencer l’entraînement.

« Notre deuxième entraînement ! Kazu-sempai veut peut être nous examiner plus précisément pour établir notre style, nos réactions face à différents dangers... Ça me plaît qu'il se donne autant de mal pour nous trouver des entraînements aussi divertissant... Et pour une fois on ne devra pas supporter l'Akimichi pendant une bonne partie de la journée. »

La lisière de la foret, le vent faisait danser le feuillage compacte des arbres offrant un spectacle affriolant au yeux de Luciole. Il se sentait bien entouré de toute cette végétation. Deux arbres sortaient légèrement du lot, un peu plus avancé que les autres offrant un portique à ses congénères qui se dressait derrière. Une plaque gravée du nom de Luciole, qui indiquait le chemin prédéfinis par Kazuhiro emmena le jeune genin et son chien dans les méandres de la forêt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jirobû Akimichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 138
Date d'inscription : 11/11/2014

Feuille de personnage
Points d'expérience:
55/100  (55/100)
Points de vie:
146/146  (146/146)
Points de chakra:
10/120  (10/120)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Sam 9 Juil 2016 - 21:36

Le paquet était terminé, et ça faisait maintenant un petit bout de temps que la route sinuait entre les arbres, sans vraiment mener quelque part, alors qu'un kangourou barrait la route de l'Akimichi, quelques pas plus loin.


A côté de lui, un immense rocher – il devait bien mesurer environ six Jirobû de haut, et huit de large. Alors qu'il était en train de mâcher un batônnet de Dieu seul sait quoi, le kangourou – immense, lui aussi: il mesurait facilement trois mètres – posa son regard sur Jirobû, qui put alors mieux l'observer.

*Ha! Mais il est aveugle? Il a pas de pupilles! Et... Ses yeux sont jaunes? Ce serait pas des flammes qui lui sortent des oreilles? Est-ce qu'il est genre, le roi de la forêt? Vu toutes ses cicatrices il a dû se battre vraiment beaucoup! Et puis, il a vraiment la classe pour un truc qui se mange! J'en aurais presque plus envie de le manger tellement il dégage de charisme! Bon c'est peut-être à cause du fait qu'il pète des flammes, sans aucun doute aussi... Mais bon. Revenons-en à nos jambons.*

Le kangourou observait l'avancée du genin, qui se rapprochait de plus en plus du rocher qui lui barrait la route, et lui lança un défi. Surpris par le fait que la bête était capable de parler, Jiro eut un mouvement de recul, avant de se ressaisir et de se rapprocher du rocher.


*Un kangourou qui parle! Ca doit être un kuchiyose, j'ai entendu quelques petits trucs à leur sujet à l'académie, ainsi donc... Kazu-sempai aurait pactisé avec... Lui? C'est bizarre, Kazu-sempai n'a pourtant aucune marque de combat apparente, contrairement à son kangourou, qui lui a l'air d'avoir vécu des combats titanesques... Enfin bref! C'est pas comme si il faisait plusieurs têtes en plus que moi, mais je ferais mieux de l'écouter et de faire ce qu'il me dit! Et puis, si j'échouais déjà maintenant... Kazu-sempai serait triste. Et moi aussi, accessoirement!*

Apparemment, Jirobû devait briser le rocher, ce qui ne semblerait pas être chose aisée, même si il présentait une fissure en son centre. Le kangourou l'aurait-il frappé? Vu la taille et la musculature du bazard, ce n'était pas chose impossible. Bref, le kangourou était en train de mâcher une tige qui ne ressemblait pas à quelque chose de connu par le genin, et ce-dernier était déjà face à une impasse.

*Hmmmm ça va être vraiment, vraiment, vraiment chaud de le casser comme ça, mais connaissant Kazu-sempai... Je l'entends de là où il est me dire "Sans techniques, c'est mieux!" et c'est bien ça le problème. J'aurai très certainement jamais la force de casser ce foutu rocher sans techniques... Mais bon, remarque, tant que j'ai pas essayé, je peux pas le savoir! Bon allez, je me lance!*

Un premier coup dans le rocher, et, comme prévu, ça faisait mal. Vraiment très très mal. Et même beaucoup trop mal, à vrai dire. A ce moment là, Jirobû avait alors tout compris: c'était impossible de le détruire sans utiliser de techniques. Cependant, il savait très bien que le Houshou ne serait pas suffisant car il ne ferait que déplacer le problème, et son décuplement Akimichi ne serait que d'une bien piètre aide et que même en tapant de toutes ses forces, il n'arriverait même pas à agrandir cette fissure. Il ne lui restait plus qu'une seule technique, mais celle-là semblait encore moins appropriée à la situation, la tornade terrestre, qui lui permettrait de frapper certes plus fort, et sans se faire mal, mais qui pouvait lui assurer la réussite de telle sorte?

Après quelques petits moments de réflexion, il se souvint que son père pouvait lui aussi briser des choses immenses qui avaient pourtant l'air incassables, et décida de faire comme lui. Ca ne devait pas être bien compliqué: un peu de chakra par-ci, sans doute un peu d'énergie dans le tout, et pour mélanger la mixture, un petit coup pile où il faut, et la boucle était bouclée!

Il se concentra alors afin de déplacer du chakra ainsi que de l'énergie dans ses poings pour pouvoir décocher son meilleur coup au niveau de la fissure.


[-25 chakra; maîtrise du chakra + 3 FOR]
[-10 energie: pas de technique particulière, mais disons qu'il utilise une sorte de "frappe d'énergie"?]

Impassible. Ce satané rocher n'avait pas l'air de vouloir se fissurer, ce qui était plus qu'embêtant. Jirobû se retourna alors vers le kangourou pour quémander un peu d'aide.

"Dis, kangourou-sempai, je peux utiliser des techniques? Je sais que celles que je maîtrise déjà me seront totalement inutiles, et je peux pas toutes les utiliser sinon je vais crever avant l'heure... Mais si du coup je peux utiliser les techniques, est-ce que celle que je dois utiliser, je la connais déjà? Si oui, ne me dis pas laquelle c'est, je veux la découvrir moi-même!"


'' Tu connais tes propres techniques mieux que moi jeune Akimichi. As-tu quelque chose capable de briser ce rocher ? ''

'' Et mon nom est Ashigaru. ''

"Enchanté Ashigaru sempai! Moi, c'est Jirobû Akimichi! Et... Pour répondre à ta question, la seule technique que je connaisse qui puisse peut-être m'aider, c'est le Houshou... Enfin. Je vais retourner essayer, alors! Merci!"

Il était vraiment temps de se débarasser de ce rocher. Les autres étaient très certainement déjà bien avancés dans leurs courses et Jirobû n'avait pas envie d'arriver le dernier, et encore moins après Luciole et Oni. C'était inconcevable pour lui. Il lança alors un bon gros coup de paume sur la fissure du rocher, qui resta à nouveau immobile.


[Houshou: -20 Energie]

Jirobû commençait à perdre son calme, et sortit alors son principal atout. Il grossit d'un coup, et réitéra son attaque sur le rocher.


[Décuplement: -30 Chakra]
[Houshou: -20 Energie]

Toujours rien. Le rocher avait un peu reculé, mais ça n'était vraiment pas exceptionnel. Jirobû réfléchissait encore et encore.

*Apparemment, l'énergie ne m'aidera pas du tout pour cette épreuve. Il ne me reste donc plus qu'à me rabattre sur le chakra... Mais comment alors? Je ne connais aucune technique qui puisse m'aider... Ou alors, j'utilise mon chakra comme si c'était de l'énergie? C'est peut-être ça, le truc en fait!*

De fait, Jirobû s'exécuta. Il concentra son chakra sur l'un de ses poings et donna un gros coup sur le rocher, qui n'avait pas eu l'air d'apprécier réellement l'impact étant donné que la fissure était légèrement plus grande à présent. Il souria donc, content d'avoir plus ou moins trouvé l'astuce, même si l'épreuve n'était pas encore terminée, et réitéra plusieurs fois cette frappe. Il savait qu'il ne fallait surtout pas perdre sa concentration de chakra et qu'il fallait absolument le laisser sur son poing. Dans le pire des cas, il alternerait entre ses deux poings en faisant voyager son amas de chakra de l'un à l'autre au moment voulu, mais il savait qu'il s'approchait de la fin du défi.

Récapitulatif:
 


Dernière édition par Jirobû Akimichi le Dim 10 Juil 2016 - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Shuichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 62
Date d'inscription : 29/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
68/100  (68/100)
Points de vie:
158/158  (158/158)
Points de chakra:
118/118  (118/118)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Sam 9 Juil 2016 - 22:07

J’avançais à mon rythme sur le chemin de terre sèche. Le soleil qui filtrait à travers les arbres ne m’atteignait pas, et le vent relayé par les arbres donnait au cadre une atmosphère fraîche et matinale qui ne me déplaisait pas. J’étais détendu, même.
Mais bon, c’était trop beau pour être vrai. Même s’il était cool notre senseï restait un ninja, quoique que je puisse penser de lui. Et au moment où je commençais à apprécier la promenade, quelque chose se mit à gémir en-dessous de mes pieds et m’attrapa les chevilles. Je tentais de forcer, par réflexe, mais je réalisais vite que j’étais complètement paralysé.

Je baissais les yeux, pour apercevoir quatre paires de bras squelettiques qui me tenaient par les chevilles. Je retins un hoquet de surprise, mais j’avais beau forcer, pas moyen de m’en libérer. Et un vrombissement retenti dans l’air. Une caillasse m’arrivait dessus à pleine vitesse. Alors que je ne pouvais pas me déplacer ! Et ça arrivait au niveau de la poitrine, même en me courbant, pas moyen de l’éviter totalement.
Par un mouvement qui fut totalement un réflexe, je mis ma paume en opposition. La pierre la frappa violemment, mais même si le choc me fit grimacer, c’était toujours moins pire que de me la prendre en plein torse.


** Ca doit être un coup de Kazuhiro j’imagine. Pas la peine d’essayer de me libérer des squelettes, j’y passerais trop de temps … Et si d’autres pierres arrivent … **

Effectivement, un deuxième vrombissement, la pierre passa juste à côté de ma tête.

** Un avertissement ? D’autres vont suivre, mais cette fois, ce ne seront pas des leurres, je suppose que c’est ce que ça veut dire. C’est un peu archaïque comme méthode d’entrainement mais au moins c’est simple à comprendre. Si les pierres sont lancées comme celles d’avant je ne vais pas pouvoir les esquiver. Surtout que rien ne me garantit qu’elles viennent une à une. Et je vais me démolir les mains et les poignets en les amortissant … Bon, y’a qu’une solution. **

J’enfilais mes gants métalliques. Puisque je ne pouvais pas esquiver et que je risquais d’abîmer mes mains, j’allais simplement les protéger avec du métal et boxer les caillasses jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus !
Et s’il y en avait encore ? Allez, n’exagérons rien. Il ne s’était quand même pas amusé à faire une montagne de cailloux à me balancer sur la gueule ? Il devait y avoir certains pour me montrer que je devais être plus attentif. Ca ressemblait à une sorte d’échauffement un peu abusé.
Je ne pouvais pas m’empêcher de penser que Kazuhiro était quand même plus que loufoque. A l’occasion il était même un peu fou. Ou alors simplement inconscient. J’avais déjà repéré l’ours étalé par terre et la ruche à moitié vidée de son miel hier, mais là c’était encore mieux. De la nécromancie, et une tentative de lapidation en règles.

Le caillou suivant fusa de la droite. D’un geste ample, je le boxais du poing droit. La position me permettait de prendre moins de temps à ce que le bras revienne à sa place initiale pour pouvoir servir plus vite, tout en gardant mon bras gauche disponible en cas de problème. Après tout, j’ignorais encore à quelle cadence les pierres allaient m’arriver dessus. Et à quelle vitesse, aussi. Quitte à faire un entrainement grotesque, autant le faire jusqu’au bout. Surtout si ça évitait de se faire massacrer à coup de caillasses.

Encore un vrombissement à gauche. J’ai à peine ramené mon bras droit que je détends le gauche pour taper dans la pierre. Elles se succèdent ainsi, une dizaine au total, sur un rythme régulier, droite puis gauche. Le suivant se fit attendre quelques secondes, cassant l’élan de ma boxe, et il fusa alors que mon attention se relâchait un petit peu, plus rapide que les autres. Il me heurta au niveau de l’épaule, assez sèchement. J’étais bon pour un bleu. Mais j’étais averti sur les dangers du manque de concentration au moins. D’autres vinrent, encore, mais cette fois j’étais sur mes gardes et j’avais compris le système. Dans un concert de fracas métalliques je repoussais le défilé, au terme duquel les bras squelettiques disparurent, me laissant de nouveau libre de mes mouvements.


** Eh ben, sacré échauffement … **

Tout en me remettant à avancer, je vérifiais l’état de mes gants. Le cuir était abîmé, mais les pierres n’avaient pas touchées directement le métal donc les renforts devaient encore être impeccables. Heureusement, je l’aurais assez mal pris s’ils avaient pris cher.
De temps à autre je ne pouvais pas m’empêcher de regarder le sol, vérifiant où je mettais les pieds. J’avais assez mal pris l’attaque par en-dessous de la part des squelettes.

Encore quelques pas et le sentier déboucha enfin sur un endroit différent. Une clairière, avec au centre, un ring vide. Je regarde les alentours, dessous aussi. Plutôt un ring de boxe. J’ai bien envie de grimper dessus mais maintenant je suis vigilante. Il pourrait y avoir un piège, en touchant les cordes par exemple. Vu les méthodes de notre senseï rien n’était totalement à exclure.
Je jette un coup d’œil dans la clairière. Apparemment, personne. Le ring n’était pas là par hasard, évidemment. Mais cette fois pas de note, pas d’indication. Où Kazuhiro voulait-il en venir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaouri no Kido
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 46
Date d'inscription : 13/11/2014
Age : 23

Feuille de personnage
Points d'expérience:
8/100  (8/100)
Points de vie:
130/130  (130/130)
Points de chakra:
128/128  (128/128)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Dim 10 Juil 2016 - 16:04

J'avance prudemment à travers le sentier, la végétation se fait de plus en plus rare sur le sol et cela continua jusqu’à disparaître. Désormais je marche sur une terre sèche pleine de caillasses. Il semble y avoir une zone dégagée à quelques mètres, la lumière en ressort. Je franchis la marge en me demandant ce que peuvent bien cacher ces arbres. Il doit surement s'agir de mon premier teste. Arrivé sur le lieu, je suis vraiment surpris de ce que je vois. Une falaise au milieu des arbres, elle n'a pas du tout l'air naturelle. Comment une falaise a pu atterrir là. Je me demande ce que Kazu-sempai a prévu pour ma première épreuve...

Je remarque une note fixée au mur de la falaise, toujours la même écriture, Kazu sempai...
Citation:
 

...Ma maîtrise du chakra est sans doute liée à ma précédente fonction au sein du village, je n'étais pas censé devenir un ninja après tout. Et puis je suis loin d'être aussi brillant qu'il le dit. Je ne peux même contenir mon Hoshano... Ma première épreuve va donc me permettre de maîtriser l'adhésion cette technique si particulière qui permet à son utilisateur de s'attacher à n'importe quelles parois. Je regarde à nouveau la falaise, de son pied elle paraît vraiment immense. Elle doit faire au moins 50 mètres. Je ne remarque aucune prise, c'est lisse comme du beurre. Pour arriver à son sommet, je n'aurais pas d'autres choix que d'utiliser l'adhésion. Le principe n'a pas l'air très compliqué, la circulation du chakra était un domaine très abordé au sein du clan. Le plus intrigant reste ce bouton rouge. Je décroche le parchemin et me retrouve face à lui. J'ai envie de m'exercer, je ne pense pas pouvoir réaliser la technique comme ça mais, je ne peux m’empêcher de me demander. Ce bouton, que pouvait enclencher . Si c'est sempai qui la mit, je n'aurais la réponse qu'en appuyant dessus... Je finis par presser le bouton...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 53
Date d'inscription : 11/11/2014
Age : 20

Feuille de personnage
Points d'expérience:
9/100  (9/100)
Points de vie:
148/148  (148/148)
Points de chakra:
121/121  (121/121)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Jeu 14 Juil 2016 - 0:12

La pénétration entre cette étendue d'arbre s'était faite sans difficulté, le calme était maître dans cette foret. On n'entendait que les bruits de pas que Luciole et Oni provoquaient en écrasant les feuilles mortes étalés sur le sentier. La végétation accueillante était encore humide, mouillé par la rosée du matin, dégageant une fraîcheur plus qu’appréciable pour les deux compagnons. Par moment on pouvait apercevoir, entre quelques branches, des écureuils qui en toute furtivité se faufilait sur ces énormes troncs d'arbres qui bandaient leurs sommets vers le ciel. Une demi-heure s'était écoulé, sans avoir la jouissance d'observé une quelconque chose intéressante. Luciole décida de faire une halte afin de se ressourcer un peu. Les arbres formaient un cercle, entourant une petite étendue d'eau, c'est ici que les jeunes de Shousan allaient prendre une bonne rasade avant de reprendre la route. A quelques mètres de là, les compagnons furent déranger par un drôle de parfum. Une giclée d'odeur désagréable violaient le trou des narines de ces jeunes shinobi. Une effluve de métal imprégné par le temps...

« Tu l'as senti aussi Oni... Ça provient de la clairière droit devant. On va vite voir ce que c'est, cette odeur de rouille me dérange un peu... »


Le chien doté d'un langage extrêmement sophistiqué ne savait répondre que par...

« Wouaf, wouaf! »

Luciole avait passé suffisamment de temps avec Oni pour pouvoir comprendre ses aboiements. Les deux compagnons saisissaient leur premier pas dans cette nouvelle clairière. Les arbres s'étaient légèrement écarté, pour laissé place à une étendue d'herbe verte. Quelques mottes de terre boueuse gisaient de part et d'autres du terrain. L'odeur était devenue assez forte, c'était bien ici que provenait la source de ce délicat parfum. Le regard était attiré sur une chose étrange. Planté au milieu de cet espace, elle était seule et gardienne de la clairière, cette vielle pelle attendait que des mains chaleureuses viennent lui toucher le manche comme au temps jadis ou son apparence était plus attirante. Juste à côté gisait une petite pierre qui empêchait l’envol d'un bout de papier. Un message écrit de Kazu-sempai...

... Luciole,
Je t'ai laissé du matériel pour que tu puisses creuser et t'échauffer les muscles des bras. Il y a un vieux tuyau sous terre qui est relié à une nappe d'eau souterraine. Il est bouché à cause de la terre. L'idée serait que tu réussisses à le trouver, l'atteindre, et à refaire partir l'eau !
Normalement, un futur pro du Suiton comme toi ne devrait pas avoir de mal !
Bonne chance ! ...


« Hé bien, moi qui trouvait ça étrange qu'une pèle se trouve seule sur ce terrain... Toujours aussi surprenant ce Kazuhiro... Il va falloir bûcher, un petit coup de patte ne me ferait pas de mal pour cette épreuve. Notre odorat est plus aiguisé que les personnes normal, trouver le tuyau sera un jeu d'enfant pour nous Oni. »

La clairière était devenu tout d'un coup plus grande aux yeux de Luciole. Les arbres ne cachaient plus le soleil, qui lançait des rayons de plus en plus chaud. Une épreuve physique, sous une chaleur qui s'intensifiait au fil des heures. La pelle sur l'épaule, Luciole établi un plan d'action avec son chien...

« Oni j'ai une idée, mets toi aux abords de la foret, on va effectuer des cercles. Moi je reste au centre de la clairière pour commencer. Après chaque tour, on agrandit le rayon de nos recherches d'un mètre, on finira par se rejoindre. On couvrira plus de terrain si on se sépare de la sorte. L'endroit ou l'odeur devient extrêmement forte, c'est là que le tuyau devrait se trouver, le premier qui le trouve devra prévenir l'autre. Il restera plus qu'a creuser et suivre la canalisation pour trouver d’où vient le problème... »


Le chien approuvait tellement ce que son maître lui dictait qu'il en sauta de plaisir avant de courir se positionner près des arbres. A croire que cet animal pensait exactement de la même manière que Luciole.

« Tu es prêt Oni, à mon signal on commence... »


Le bras levé vers le ciel, le son d'un claquement de doigt se diffusait dans l'air. C'était le signal de départ. Après quelques secondes le premier tour de Luciole était fini, son rayon d'action s'étendait à deux mètres, le chien n'était même pas encore arrivé à la moitié de son tour. Le jeune Inuzuka enchaînait quelques cercles avant que Oni termine le sien. L'odeur ne s'intensifiait pas malgré le temps déjà passé sur la recherche. Les tours de terrain s’enchaînaient sans avoir de résultat concluant.

Six cercles plus tard, l'odeur de cette rouille introduisait violemment les poumons de Luciole. Une quinte de toux s'exprimait, et le genin appela son chien.

« Ça y est Oni, je l'ai trouvé. On va creuser quelques mètres de part et d'autre et voir par ou nous devons continué la fouille. »


Cette si vieille pelle allait reprendre sa gloire d’antan. Avant de brandir le manche, Luciole cracha dans ses mains afin d'avoir une meilleur adhésion et de prévenir l’apparition de futur ampoules. Les coups de pelle s'encastrait dans le sol soulevant un nombre incalculable de monticule de terre. Oni aidait comme il le pouvait en creusant avec ses pattes comme tout bon chien l'aurait fait. Un tintement métallique résonnait et un morceau du tuyau se dessinait dans le sol humide. Deux mètres de profondeur, le cylindre métallique s'inclinait fortement vers la gauche donnant ainsi la direction à emprunter pour trouver son bout.

Exténuer par la dureté de l'épreuve les deux compagnons s’arrêtèrent un moment. Plus de deux mètres de profondeur sur trois de large, le trou était énorme et le tuyau s'inclinait de plus en plus dans le sol. Deux grosses heures s'écoulaient avant de voir le bout de ce foutu tuyau.

« Elle est énorme, cette canalisation ! Heureusement qu'on a un bon odorat sinon on aurait passer des jours entier pour retourner le terrain et trouver l'emplacement de la tuyauterie... »


Oni léchait amicalement les mains de Luciole qui étaient marquées par l'effort produit.Il se releva pour continué le travail commencé. Et quelques instants plus tard un gémissement de plaisir s'extirpait de la gorge de Luciole...

« On y est Oni, on a enfin trouvé son extrémité. »

[-10 énergie pour avoir creusé rapidement le gigantesque trou]

Dit-il en pataugeant dans une quinzaine de centimètre d'eau...

La canalisation était obstrué par une boue qui collait l'embouchure, luciole essayait d'enlever cette boue avec les mains mais il y en avait beaucoup trop. Une idée lui venait en tête Utiliser la technique de la tornade aqueuse pour couper la partie du tuyau qui était bouchée. Luciole concentrait son énergie et son chakra à dose égale le long de son tibia pour venir percuter le vieux métal qui se coupait à l'impact du coup donné. Luciole avait réussi à déboucher le tuyau, mais à quelle prix ?

[-15 chakra, -30 énergie Tornade Aqueuse  ]


« C'est malin, le tuyau n'atteint plus la nappe d'eau, les gens vont faire comment pour se réapprovisionner maintenant ?! »

Luciole faisait les cents pas dans le trou qu'il avait soigneusement créé.

*je vais devoir rajouter de l'eau mais comment ? Ok je suis censé maîtriser l'élément eau mais je ne suis pas un pro en ninjutsu, que vais-je faire, j'ai merdé sur ce coup là... J'ai pas assez réfléchit...*

L'agacement mettait ses nerfs à rude épreuve, le pied de Luciole tapotait le sol ne trouvant pas de solution il lança un énorme coup de pied sur le sol en criant son mécontentement.

*Stupide mec, pourquoi tu n'as pas réfléchis avant d'agir ! Ça ne me ressemble pas !!*


Les coups de pieds s’enchaînaient sur le sol créant un trou plus profond d'une cinquantaine de centimètre. Quant au niveau de l'eau, il augmentait par magie comme si le trou agrandi par Luciole avait fait office de pompe pour amener de l'eau à la surface du tuyau.

« Mais je ne comprends rien, comment j'ai pu faire ça ? Quoi qu'il en soit j'ai réparé ma bétise... »

[ -15 chakra, -20 d’énergie, pour un début  d'Apparition d’eau ]

Oni était resté de l'autre côté du trou qui était séparé de deux mètres de la surface de la clairière. Il s’élançait sur un coté du mur pour prendre appui et sauter plus haut pour retrouver le doux paysage de la foret.

Luciole était à plus ou moins quatre mètre de profondeur heureusement il a eu la brillante idée de creusé en forme d'escalier sur la fin pour pas devoir escalader le tout. Il n'y a plus que deux mètres a parcourir pour atteindre le sommet du trou, il doit planter sa pelle à mi-hauteur pour lui faire un appui et remonter plus aisément à la surface...

« Une friandise bien méritée Oni, c'est pour toi... Je sais pas toi, mais moi je retournerai bien sur nos pas pour me baigner dans ce petit lac qu'on a croisé juste avant.... J'en ai grand besoin, je suis rempli de boue et de sueur...»


Luciole avait pris la précaution d'emporter un petit casse croûte, un biscuit pour Oni, et un fruit pour lui. Une fois mangé ils retournent tout les deux sur leur pas et cette même scène s'ouvrait devant leur yeux. Les arbres alignés parfaitement qui entouraient une étendue d'eau servait de bain pour Luciole et Oni...

[Total: -30 de chakra, -60 énergie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jirobû Akimichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 138
Date d'inscription : 11/11/2014

Feuille de personnage
Points d'expérience:
55/100  (55/100)
Points de vie:
146/146  (146/146)
Points de chakra:
10/120  (10/120)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Jeu 14 Juil 2016 - 18:41

Ce n’était pas très efficace… Le rocher se tenait toujours là, debout, comme s’il voulait narguer celui qui voulait le faire valser en mille morceaux, d’ailleurs s’il pouvait parler c’est très certainement ce qu’il ferait, il rirait même aux éclats ! Fortement contrarié, Jirobû s’assit par terre histoire de se reposer un peu tout en sortant un paquet de chips.


[+20 chakra]

Alors que le paquet était vide, le kangourou s’approchait de la scène afin d’observer l’étendue des dégâts occasionnés par les deux « protagonistes », si on peut dire.

" Tu n'y es pas tout à fait, jeune Akimichi. Tu utilises la bonne quantité de chakra mais pas de la bonne manière. D'après toi quels sont les atouts principaux du clan Akimichi au combat ? Leur force prodigieuse et leur résistance physique qui l'est tout autant. Pour l'attaque, seule la force nous intéresse. Maintenant poses-toi cette question : d'où provient cette force ? De quels éléments de ton corps ? Qu'est-ce qui différencie réellement les Akimichis, physiquement, des autres clans ? ''

« Facile, c’est leur poids ! On est les seuls ninjas gros! Enfin, les seuls à vraiment utiliser leur poids, du moins. Mais donc… Je pense que je vois où tu veux en venir Ashigaru sempai »

Ou, en fait, pas du tout. Jirobû avait compris l’astuce, mais ne savait pas comment la mettre en pratique. C’était facile de fanfaronner sur le fait qu’il avait compris – un peu comme tout le monde – qu’il faisait partie des plus gros de sa promotion, et qu’il pouvait utiliser son chakra pour faire grossir son corps, mais de là à réellement utiliser cet atout pour briser ce rocher… Il savait qu’un simple décuplement n’allait pas vraiment faire avancer le schmilblik, mais il était relativement content de savoir qu’il allait évoluer dans le domaine de la maîtrise des techniques de son clan, qui constitue sa principale force.

*Bon. Je suis totalement calé, je sais pas trop quoi faire… Je sais ! Je connais quelqu’un qui pourrait m’aider, mais avant ça…*

Jiro sortit la pilule qu’il avait gagnée à la sueur de son front et la mit au fond de son gosier.


[+100 chakra ; -1 Pilule de l’armée partielle]

Il composa quelques signes et après quelques petits éclats de fumée, un panda sauvage fit son apparition.


[-40 chakra: invocation rang 0]

« … Et maintenant, faites place pour le plus grand de tous les Pandresseurs de shinobis, le grand, le seul, l’unique, mais surtout le magnifique, SHIIIIIIIIIIIIIICHOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO…. Mais. Hé ! Je suis plus chez moi ! Qu’est-ce que je fous ici ? J’étais en train de regarder Pokuchiyose ! Pourquoi tu m’as appelé ? »

« Bah, j’ai grandement besoin de ton aide ! Déjà, je te présente Ashigaru-sempai, l’invocation de Kazuhiro-sempai ! Ensuite, je dois péter ce gros rocher. Et pour le casser, je dois utiliser mon chakra pour lancer une technique propre à mon clan. Toi qui connaît mieux ces choses-là que moi, tu sais pas m’aider ? »

« Euh. Non. J’ai déjà vu des Akimichi grossir une seule partie de leur corps, mais j’ai jamais vu de technique capable de disloquer un aussi gros bazard. J’ai déjà vu des gens d’ton clan éclater des géants en utilisant du chakra, ça ouais. Mais de là à t’expliquer comment utiliser la technique… J’en ai aucune idée. »

Après avoir remercié son invité, Jiro se releva d’un bond. C’était pourtant si simple ! Il lui suffisait d’utiliser son chakra comme son énergie, et donc plutôt que de renforcer simplement son corps avec celui-ci, il lui fallait tout simplement l’utiliser pour frapper, comme si c’était une arme, le tout en décuplant la force présente dans son poing. La chose pas vraiment sorcière quand on est un Akimichi, mais qui l’est un peu plus quand on réfléchit autant qu’un Jirobû.


[-45 chakra]

Tandis que le genin envoyait le plus gros coup de poing de sa vie sur le rocher, Shicho s’approchait d’Ashigaru afin de taper la causette.

« Alors, t’en dis quoi de mon poulain ? Il m’a fallu du temps pour le faire évoluer… »


Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jirobû Akimichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 138
Date d'inscription : 11/11/2014

Feuille de personnage
Points d'expérience:
55/100  (55/100)
Points de vie:
146/146  (146/146)
Points de chakra:
10/120  (10/120)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Lun 18 Juil 2016 - 18:30

*Haaaaaaaa ! Ca fait mal bordel ! Vite, vite ! Il me faut des chips !*

Fort de sa taille, de toute sa grandeur, sa majesté et sa prestance, le rocher restait inlassablement debout, faisant face à l'envahisseur Akimichi, lui brandissant ses cailloux en guise de protestation, comme si il n'était pas prêt à se casser de si tôt. Cependant, même si celui-ci narguait le genin de toute son arrogance, les faits étaient là : Il n'était certes pas brisé, mais il avait reculé un peu. Ce qui, en soi, était relativement bien, et peut-être signe que Jirobû approchait de la solution. Mais malheureusement pour lui, il avait tout donné niveau réflexion et impossible pour lui de trouver autre chose, il se contenta alors d'ouvrir un nouveau paquet de chips afin de récupérer ses forces.

Ashigaru se retourna à nouveau vers l'Akimichi, le sourire au bord des lèvres. Etait-il en train de se moquer de lui ? Peu probable, surtout lorsque l'on voyait ses yeux emplis de... De quoi déjà ? De substance jaune totalement inconnue et parfaitement bizarre ? Bon, disons que c'était de la compassion, ouais.

" Tu es brave jeune Akimichi, peut-être même un peu trop téméraire. Mais tu n'as que la moitié de la réponse. L'incroyable poids du clan Akimichi est déjà une arme en soi, mais ce n'est pas la source de leurs pouvoirs réels. Là où ton clan est aussi puissant, c'est pour sa faculté à manipuler toutes les graisses qu'ils stockent. Tu comprends mieux où je veux en venir ? "

" Tu dois effectivement concentrer ton chakra et ton énergie dans ton poing, mais pas uniquement dans le but de faire un coup de poing 'puissant'. Afin de rendre ton attaque plus redoutable, tu dois faire circuler de la graisse de ton corps jusqu'à ton bras. Et là, tu utilises ton chakra pour la consumer. Elle te donnera alors, un bref instant, une incroyable force de frappe ! C'est l'essence de la 'Frappe Akimichi', un des coups de poing les plus puissants du monde ninja. "

" Je ne l'ai jamais réellement vu à l'oeuvre pour te dire la vérité, et j'ignore si elle est capable, réellement, de briser ce rocher. Mais Kazuhiro m'en a assuré. A 100%. Et je lui fais confiance sur ce point. "

« Alors, si c'est Kazu-sempai qui te l'as assuré à 100%... Je vais suivre à fond tes conseils ! Merci beaucoup Ashigaru-Kangourou-Sempai ! »

Pendant ce temps, Shicho se sentait réellement délaissé. Il avait tenté de se rapprocher d'Ashi, mais celui-ci l'avait purement et simplement ignoré de la plus grandiose des manières. Il était même sur le point de pleurer, mais préféra aller se loger dans sa poche fétiche de la veste de Jirobû. C'était plus confortable, et puis de toute façon, là dehors, personne ne voulait le voir.

Revenons-en à nos gradons (de quoi?)... Jirobû se décarcassait la cervelle afin de comprendre comment réaliser cette technique qui allait sans doute devenir sa pièce maîtresse dans peu de temps.

*Au final, c'est exactement le même principe que pour le décuplement, sauf que pour la frappe j'ai pas besoin de faire gonfler ma graisse...*

S'exécutant alors, Jiro fit bouger son gras dans son poing, qui prit une ampleur presque titanesque, et y injecta son chakra pour la faire brûler comme son sempai temporaire lui avait conseillé. Il profita du surplus de puissance engrangé afin d'asséner un ultime coup de poing à ce foutu rocher, qui avait l'air de faire beaucoup moins le malin à présent, le tout sous les yeux ébahis de Shicho qui n'en revenait pas de pouvoir enfin assister à l'exécution de cette technique en direct.


Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Mar 19 Juil 2016 - 14:11


Shuzozo Ashigaru
Kyuchiose

Shuzozo, plus couramment appelé Ashigaru par les humains, regarda la scène sans émettre le moindre battement de cil. Le poing de Jirobû ne réduisit pas le rocher en miettes, mais la fissure au centre de celui-ci s’élargit considérablement, atteignant les deux extrémités. Le kangourou était certain que, si le jeune Akimichi le voulait, un second coup de poing couperait sans doute le rocher en deux. Vraiment, une si gigantesque structure de pierre démolie par un poing humain … Cette technique de la Frappe Akimichi était encore plus redoutable que ne l’avait laissé entendre Kazuhiro. Il se demandait si le poing de feu de la famille kangourou pourrait arriver à égaler cette puissance, s’il l’utilisait à son potentiel maximum.
A dire la vérité, en termes de force destructrice, ce ne serait sans doute pas le cas. Il essaierait plus tard, quand le jeune garçon serait reparti. Il ne tenait pas à ce que quelqu’un voit la technique secrète du poing de feu de la famille kangourou. Le Kangoo Fire Punch devait rester autant que possible inconnue pour les mortels.

Ashigaru n’avait pas réellement ignoré le petit panda qui lui avait parlé. Juste qu’il sentait que répondre à ce qu’il disait ne présentait aucun intérêt. Ses réflexions à lui étaient celles d’un esprit purement martial et centenaire. Celles du petit panda … Etaient donc inutiles à ses yeux.

Il continua plutôt de s’adresser à Jirobû, en désignant le chemin révélé par le rocher qui venait tout juste de tomber en deux parties égales, finalement, de chaque côté de la route. Alors il n’avait pas tenu au bout du compte.

[Frappe Akimichi validée]

« Vraiment, quelle technique incroyable. En tous cas tu es libre de continuer ton chemin jeune Akimichi. Tiens, tu auras besoin de ça pour la prochaine étape de ton périple. »

Il lui tendit un petit totem de bois. Celui-ci ne portait encore aucune inscription. C’était juste un banal morceau de bois taillé. Certes plutôt joli, c’était sans doute du bois de qualité, et le soin apporté à celui-ci était grand. Mais il n’en demeurait pas moins qu’il n’y avait rien dessus.
Oh ! Si. En regardant bien, on pouvait voir un petit symbole au-dessous du totem. Cinq cercles, qui semblaient représenter les cinq éléments.

« Tu trouveras un cercle un peu plus loin. Plante ce totem dans le sol en plein milieu du cercle, et quelqu’un viendra te voir. Un représentant des forces qui régissent la nature. Si tu lui présentes tes respects, il sondera ton cœur. Et peut-être qu’il te laissera parler à l’un de ses enfants. Alors, tu auras accès à un savoir nouveau, marginal par rapport aux arts shinobis. On nomme ce savoir le shâmanisme. D’après Kazuhiro, et je ne fais que te transmettre ses paroles, ton clan et ta personnalité sont très indiquées pour que tu puisses arpenter cette voie. De ce que j’ai vu de mes propres yeux, je pense qu’il a raison. Tu es quelqu’un d’entier, sans vraiment d’arrière-pensées. Si tu aimes la nature qui nous a tous fait naitre, en plus de cela, alors n’hésite pas à suivre cette voie. »

« Si tu ne penses pas l’aimer suffisamment, bien entendu, tu auras juste à passer et continuer ton chemin jusqu’à la prochaine épreuve de ce parcours. Bonne chance. »


Il aurait pu se désinvoquer, mais il préféra attendre. Après tout, il avait encore un Kangoo Fire Punch à tester sur ce qu’il restait du rocher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jirobû Akimichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 138
Date d'inscription : 11/11/2014

Feuille de personnage
Points d'expérience:
55/100  (55/100)
Points de vie:
146/146  (146/146)
Points de chakra:
10/120  (10/120)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Mar 19 Juil 2016 - 15:03

Finalement le rocher avait terminé par céder aux assauts incessants et maladroits de Jirobû, se divisant en deux parts égales qui s’éloignaient petit à petit l’une de l’autre, dévoilant alors lentement mais sûrement le chemin sur lequel l’Akimichi allait devoir s’élancer par après. Il se retourna alors vers Ashigaru, comme pour le remercier de l’avoir aidé dans son avancée vers la gloire et l’exploration des saveurs, lorsqu’il lui fit part de ses sentiments à l’égard de la technique tout en lui tendant un bout de bois.

*Pourquoi est-ce que j’aurai besoin d’un bâton ? Kazu-sempai va encore me préparer des trucs bizarres je le sens…*

Le genin prit alors en main le bout de bois remarquablement bien taillé dans ses mains et l’observa de plus près. Il n’avait pas grand-chose de spécial, si ce n’était que les cinq éléments étaient représentés sur ce qui semblait être son socle… Aussi loin pouvait-il remonter dans ses souvenirs, il ne se souvenait pas avoir entendu parler de pareille chose, mais une aura étrange se dégageait de ce qu’Ashigaru nomma totem, ce qui expliquait alors le mysticisme se dégageant de l’objet.

« Merci beaucoup encore une fois, Ashigaru-sempai ! Je ne serais jamais arrivé à ce résultat tout seul… Je ne sais pas trop ce que tu manges, alors tiens, voilà pour te remercier ! »

Jiro posa un petit bol rempli de bouillon de bambou aux pieds du kangourou et continua son chemin après lui avoir fait une petite courbette afin d’imager le respect qu’il éprouvait envers l’animal. Ainsi donc, l’amour que Jirobû éprouvait pour la nature pourrait être récompensé par cette même nature ? C’était plutôt intéressant en fait. La possibilité de pouvoir faire certaines choses que les pro-ninjutsus sont capables de faire, ce serait énorme pour le petit cœur de l’Akimichi, qui avait plus que hâte d’arriver à ce fameux cercle élémentaire.


*Le shâmanisme… C’est vraiment quelque chose dont j’ai jamais entendu parler. Enfin, pas en détails… Si je me souviens bien, on avait vu ça très brièvement à l’académie. Je vais devoir signer un genre de pacte avec un esprit d’un des éléments, ça ne peut que m’être bénéfique je crois ! Mais… Je commence à signer pas mal de pacte, faudrait que je tienne un registre parce que si je continue comme ça je vais finir par en signer un avec le diable sans même m’en souvenir !*

Le chemin continuait son avancée, jusqu’à être caché par des dessins en son sol reliés par des courbes qui dessinaient un cercle. Les symboles principaux –situés sur la partie externe du dessin – représentaient sans aucun doute les éléments, et même si il était très facile de deviner quel symbole correspondait à quel élément, on ne savait pas spécialement quelle en était leur réelle signification. En étant un peu plus observateur, on pouvait savoir que ce long dur et foutrement bien poli totem avait exactement les mêmes symboles sur le socle, ce qui affirmait donc que c’était bel et bien le cercle dont Ashigaru avait parlé plus tôt.

« Bon, c’est maintenant ou jamais ! Shicho, ramène ta fraise, on va manger de l’élémentaire ! »

« Quoi ? Mais… Jigro, ça ne veut strictement rien di… »

Le panda n’eut pas le temps de terminer sa phrase  que Jirobû planta le totem au centre du dessin qui comportait donc deux cercles concentriques, entre ces deux se trouvaient les symboles des éléments, reliés entre eux par des courbes qui dessinaient au final un genre de pentagramme. Le totem était planté dans la face centrale de celui-ci, vu qu’elle était sans aucun doute la partie qui vers laquelle allait converger toutes les puissances élémentaires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 53
Date d'inscription : 11/11/2014
Age : 20

Feuille de personnage
Points d'expérience:
9/100  (9/100)
Points de vie:
148/148  (148/148)
Points de chakra:
121/121  (121/121)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Mar 19 Juil 2016 - 17:41

De retour sur leurs pas non loin du lac, les deux compagnons entendirent une voix qui berçait leurs oreilles. Un rythme assez entraînant se dégageait de l'endroit si enchanteur, Luciole et Oni s’avançaient, s'approchant de plus près, et le chant devenait plus audible. Une chanson enfantine revisité ou l'individu comptais l'histoire d'une kangourou, les claquements qu'il faisait avec l'eau donnait la rythmique ...

Rythme du chant



« Un kangoo vert
qui courrait dans l'herbe

Je l’attrape par la queue,
Je me la care dans l'oignon.

Ces messieurs me disent :
Trempez là dans l’huile,
Trempez là dans l’eau,
Ça glissera plus vite.

Je la mets sous le bras
Elle me dit qu’il fait trop chaud.
Je la mets dans la gueule
Elle me dit qu’il fait trop noir.

Je la remets dans mon anus
Elle me fait jouir de plai...sir.»

La comptine touchait à sa fin Luciole et son chien absorbé par la musique avait oublié d'être discret.
La visibilité était nul, un monticule de mousse recouvrait le lac, on ne distinguait qu'une silhouette qui se frottait le dos à l'aide d'une énorme brosse. Le manque de discrétion  des deux jeunes de Shousan fit retourner brusquement l'individu. Soudainement la mousse qui cachait celui-ci s'évaporait et laissait place à un petit être poilu...



C'était donc un ami de Kazu-sempai, qui allait donné la suite de l’entraînement. Kukun, le petit kangourou, était maître dans l'art du suiton. Il invitait amicalement Luciole et Oni à s'installer auprès de lui et partager le bain. Le jeune Inuzuka envahit de perplexité ne cherchait plus à comprendre la situation et s'installait dans le lac encore mousseux. Une interrogation du kangourou pour Luciole s'en suivi, sur les diverses types d'eaux qui entouraient l’environnement présent.

*C'est quoi cette question... De l'eau c'est de l'eau et c'est tout...*

Quelques instants de réflexion et Luciole s’élançait dans une réponse sans trop de conviction il s'exclamait...

« Il y a l'eau boueuse, l'eau du lac, il y a les flacs d'eau que la pluie dépose sur le sol, il y a les nappes phréatiques, il y a les eaux usée des égouts, il y a l'eau qui s'écoule dans les arbres, la petite rosée du matin, l'eau qui se trouve dans l'air Kazu-sempai m'a montré comment la matérialisé, il y a l'eau de notre corps, l'eau qui se trouve dans les nuages,  ça c'est pour l'eau que je vois, que je connais déjà... »

Une profonde respiration pour absorbé les odeurs qui se trouvaient aux alentours...

« Il y a l'eau qui pue et celle qui pue pas comme celle de ce lac, et il y a l'eau qui dégage un parfum de fraîcheur provenant de petit ruisseau avoisinant.  Je crois que j'ai tout dit...»

L'air un peu soucieux, Luciole espérait avoir répondu correctement à la question posée par Kukun. Il attendait avec impatience la réplique de son nouveau sensei...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Shuichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 62
Date d'inscription : 29/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
68/100  (68/100)
Points de vie:
158/158  (158/158)
Points de chakra:
118/118  (118/118)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Jeu 21 Juil 2016 - 16:22

J’avançais dans la forêt, peinard. Je fumais histoire de me détendre, et je profitais de l’air frais. J’en avais presque oublié l’entrainement et l’exercice excentrique que venait de m’imposer Kazuhiro. Au premier détour du chemin, bim, je me retrouvais dans une clairière. Installé là de façon totalement innocente, un ring. Pas le genre ring souterrain. Rien au-dessous, pas le moindre matériel. Pas d’échelles surtout. Et pas de cage autour. Même le parquet n’était pas le bon, il était plus tendre. C’était plus le genre ring de boxe en fait.

D’un geste souple et curieux, je passais par-dessus les cordes. Ce n’était pas tout à fait la sensation que j’imaginais de fouler ce ring. Mais bon, ce n’était quand même pas si mal. Mais bon, sous mes pieds, je sentais bien que c’était pas ça. C’était plus fait pour glisser, sautiller, bref, pour le jeu de jambes. Pas trop pour un combat à mort frontal.
Alors que je m’apprêtais déjà à descendre pour continuer mon chemin, une deuxième personne saute les cordes à l’opposé de là où je me trouvais. Enfin, une personne … Pas exactement.




Un kangourou. Et il avait une paire de gants. Sérieusement ? Dans quoi est-ce que Kazuhiro m’avait encore embarqué ? Pas moyen que je fasse joujou avec cette bestiole. Je commençais à passer les cordes.

« Si tu descends du ring tu as perdu, je te préviens. »

Et le kangourou parle. De mieux en mieux. Je suspendis quand même mon geste. Déclarer forfait sur un ring c’était pas trop mon truc. Même si c’était pas mon ring, c’était quand même pas dans mes plans dans l’immédiat de m’incliner face à un putain de kangourou.

« Tiens attrapes. »

« Des gants ? »

« Mon ring, mes règles. »

Je soupirais, mais j’ôtais quand même mes gants métallisés pour passer les mitaines. Je laissais aussi ma veste sur le côté, restant torse nu. Par contre je gardais mon bonnet, fallait quand même pas pousser. Mon bonnet c’était mon bonnet. Personne n’avait le droit de me l’enlever.

« On fait des rounds de trois minutes jusqu’à ce que l’un de nous soit KO. C’est de la boxe, pas question d’utiliser autre chose que des coups de poings. »

« Ton ring, tes règles, hein ? »

« Yep ! Au fait, moi c’est Shopapa ! »

Et un nom ridicule par-dessus le marché. J’avais envie d’étrangler Kazuhiro sur le moment. Même si c’était pour nous entrainer, ses méthodes étaient un peu trop loufoques pour moi. Comment je pouvais apprendre quoi que ce soit en boxant avec un kangourou, au juste ?
De mauvaise grâce, je me mis en garde. Un gong sonna. Et je réalisais instantanément mon erreur. D’un une-deux fulgurant, le kangourou fit sauter ma garde. Et j’eus tout juste le temps de pousser sur mes appuis pour me jeter en arrière afin d’éviter le crochet au foie que Shopapa me réservait. Le kangourou ne rigolait pas : c’était un combattant averti, malgré toutes ses règles inutiles. Et vu le bruit de ses poings quand ils fendaient le vent, il n’y allait pas vraiment à moitié. Ou s’il le faisait, c’était un adversaire terrifiant. Comme je m’étais jeté en arrière, je rebondis le dos sur les cordes. Ni une, ni deux, j’en profite pour me propulser en avant. Le kangourou esquive mon attaque … Que je ne fis pas, me contentant de l’esquiver pour arriver au niveau des cordes de l’autre côté du ring. Je sautais, prenant appui sur la troisième, et effectué une attaque sautée. Un coup de poing avec l’élan des cordes, et du saut réunis. Le genre d’attaque classique dans mon style de combat, et pas simple à éviter.
Mais Shopapa, d’un petit saut agile, se mit hors de portée.


« Je vois ! Comme le disait Kazuhiro tu utilises un style de combat très acrobatique et très agressif ! »

« … »

« Mais trop aérien pour me battre. Tu manques d’efficacité au sol. »

« Je ferais pas autrement. »

« Mon ring, mes règles, tu as oublié ? Il est interdit d’utiliser les cordes. D’ailleurs tu as un point de pénalité ! »

« En fait tu me mets juste un nouveau malus quand tu te sens menacé, pas vrai ? »

« Pas exact… »

« Non, j’en ai ma claque. Pas besoin de ça, je vais te refaire le portrait à ma façon. »

Je bazardais les gants, et reprenait mes poings métallisés, plus légers et plus efficaces. Puis j’attaque férocement, à mon tour, avec un une-deux. Le kangourou évita sans problème les deux attaques de deux pas chassé agiles. Mais pas de problème. Je m’esquivais à nouveau, prenant appui sur les cordes, pour une nouvelle attaque sautée … mais cette fois, c’est tout mon corps que j’envoyais vers celui de Shopapa, pour une attaque en piquée. Ma meilleure attaque, un splash sur l’adversaire avec la force de la gravité et tout le poids du corps. Il allait le sentir passer.
En fait non. Il m’attendit à la réception, et me laissa me crasher par terre. Je me relevais en titubant, et il m’enchaina un bon vieux une-deux des familles, en plein dans la caboche. Plus sonné encore, je vis à peine les flammes qui entouraient le poing du kangourou.


« Kangoo Fire Punch ! »

L’attaque me cueillit en plein estomac, et ce fut le noir complet.

Un seau d’eau froide me remit sur mes fesses. Assit, une migraine pas croyable, et une douleur qui me vrillait le ventre. Je venais de me faire latter par un kangourou. Pas croyable. J’avais pas bien vu la technique qu’il avait utilisé, mais j’avais bien compris le message : il était plus fort que moi. Incrédule, je le regardais se remettre en position.


« Mon ring, mes règles. Va chercher les gants. »

Je m’exécutais, encore un peu déboussolé.

« Je suis ton professeur, pas ton adversaire, au cas où tu n’aurais pas bien compris. Ton style aérien est très bien, mais si tu ne deviens pas meilleur au sol, dès que l’adversaire sera plus fort que toi il esquivera comme je l’ai fait et tu seras sans défense en plus de t’infliger à toi-même de lourds dégâts. Tu dois d’abord travailler tes attaques au sol, pour tirer un meilleur parti de ton style aérien. Tu comprends ce que je veux dire ? »

« Ouais j’ai pigé. »

Je me remets en garde. Si je l’attaque sans réfléchir il va encore esquiver. Le temps de récupérer tous mes moyens, je compte déjà défendre et observer avec une garde resserrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Lun 25 Juil 2016 - 20:49

Jirobû :

Tu poses donc le totem au milieu du cercle, et différentes manifestations se produisent. D’abord, un cercle de feu apparaît autour du cercle, puis s’éteint. Ensuite, des courants d’airs assez violents se lèvent, puis s’arrêtent. De l’électricité parcoure alors les lignes du pentagramme, et s’amenuisent à leur tour jusqu’à disparaître. Puis, la terre semble se creuser au niveau des lignes, et enfin elles se remplissent d’eau. Contrairement aux autres manifestations, la terre reste creusée, et l’eau reste à l’intérieur.
C’est alors que tu vois une sorte de silhouette, brièvement, mais elle disparaît aussitôt. Et tu entends une voix dans ta tête :

« Qui es-tu ? »

« Qui es-tu vraiment ? »

« Qui es-tu ? »

« Qui es-tu pour la terre qui engendre ? Pour le vent qui anime ? Pour le feu qui détruit ? Pour la foudre qui châtie ? Pour l’eau qui nourrit ? »

« Qui es-tu pour le monde qui t’entoure ? »



Luciole :



Kukun te regarde, apparemment sceptique. Il n’a pas l’air d’avoir compris, mais il se frotte pensivement le dos avec sa brosse tout en comptant sur ses doigts. Ce qu’il compte ne semble pas très clair, mais il a l’air de s’arrêter à un moment et apparaît sur son visage ce qui ressemble beaucoup à un sourire.

« Ouais, y’a pas mal d’eau en effet ! Tu as l’air d’avoir conscience qu’elle est présente un peu partout, c’est cool. Tu auras parfois besoin d’être créatif pour utiliser le Suiton. Dans le désert par exemple, ou dans un lieu où la terre est sèche comme les plaines foudroyées. Et tout plein d’autres endroits. »

Le kangourou pose sa brosse sur le bord du bassin et aligne ses deux paumes l’une en face de l’autre. Une sorte de sphère d’eau apparaît entre elles.

« De ce que je sais tu sais déjà changer la nature de ton chakra en eau. Ca permet de produire de faibles quantités d’eau, suffisamment pour exécuter des techniques comme la Tornade Aqueuse ou le Kangoo Ice Punch, un truc de ma famille. Mais ça ne suffit pas pour des techniques qui demandent d’avantage d’eau. Et pour ces techniques-là tu auras besoin de créer d’avantage d’eau. Pour être honnête, je ne peux pas le faire moi-même, je suis donc limité dans mes possibilités par rapport à l’endroit où je me trouve. Mais ce ne sera pas ton cas à la fin de cet entrainement ! »

Kukun te demande alors de lui raconter l’épreuve avec la pelle.

« Donc tu sais déjà localiser l’eau. Mais maintenant on va devoir apprendre autre chose. C’est bien de pouvoir la repérer, mais on va envisager une technique appelée Apparition d’eau. C’est une technique qui a bien plus d’utilité que de juste pouvoir faire venir de l’eau jusqu’à toi. Elle permet de creuser un trou sans avoir besoin d’une pelle notamment, afin d’avoir un récipient où stocker l’eau que tu rassembles. Tu sais rassembler l’eau. Il reste donc à savoir creuser le trou. Tu as fini de te baigner ? Viens, on va sur le bord. »

Kukun cherche un peu en tapotant de ses grandes pattes la terre au-dessous de vous, ses grandes oreilles faisant des mouvements aléatoires en même temps, puis s’arrête.

« Ici ! Il y a une nappe phréatique juste en-dessous. Tu vas devoir aller chercher l’eau en t’aidant de ton chakra, et la faire remonter dans le trou que tu vas créer. Pour créer le trou, il va falloir creuser avec ton chakra là aussi. L’élément eau te permettra de ramollir la terre, et elle va s’affaisser toute seule si tu mets suffisamment de chakra pour le faire. Et comme tu feras remonter l’eau, tu pourras avoir un petit réservoir d’eau boueuse. Si tu le fais juste au-dessous d’un ennemi, il se retrouvera dans le trou, gêné par l’eau boueuse par-dessus le marché. Comme je te l’ai dit, ça peut servir à bien plus que juste à avoir de l’eau à disposition. Tu te sens de le faire ? »

Il hausse la bosse qui lui sert de sourcil.

« Juste le fais pas sur moi. Je viens de me laver, j’ai pas envie de me salir. »


Akai :



Shopapa se met à sautiller sur la pointe des pattes. Grâce à ses appuis il arrive instantanément au corps à corps avec toi et t’engage grâce à un une-deux dans lequel il met tout son poids pour une puissance optimale. Tu le prends dans la garde, mais tu as l’impression qu’il l’a traversé malgré le block.

« Tu fais n’importe quoi ! Tu dois amortir le choc en t’aidant de ta souplesse, et du jeu de jambes si tu ne peux pas esquiver totalement ! Utilise tes jambes et ton buste, pas seulement tes bras. Même si tu ne peux utiliser que tes poings pour frapper le reste de ton corps ne doit pas demeurer statique sinon tu ne vas jamais pouvoir faire autre chose que rester sur la défensive. »

Un jab du gauche très puissant résonne. Tu n’as absolument pas la moindre ouverture et tu subis les attaques.

« Et en plus même si tu pares, tu ne peux pas m’empêcher d’attaquer et je finirais par t’avoir. »

Encore un jab. Puis un troisième, très rapides ceux-là. Ils n’ont pas l’air de faire très mal. Par contre le direct du droit qui vient conclure l’enchainement, lui, est tout en force. Malgré tout il est juste assez rapide pour que tu ne puisses pas esquiver. Il va t’arriver dessus d’un instant à l’autre …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jirobû Akimichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 138
Date d'inscription : 11/11/2014

Feuille de personnage
Points d'expérience:
55/100  (55/100)
Points de vie:
146/146  (146/146)
Points de chakra:
10/120  (10/120)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Jeu 28 Juil 2016 - 15:57

[Je vais tester un peu quelques trucs niveau RP histoire de changer un peu et surtout pour voir si ça me va pas mieux ^^]

A l'instant même où le totem a été posé contre le sol, j'entends une série de craquements très bruyants que j'étais apparemment le seul à entendre au vu de la quiétude omniprésente des êtres de la forêt. Ces craquements n'étaient pas venus seuls : un cercle de flamme fit son apparition à l'orée du disque présent au sol, qui s'intensifiait en même temps que le bruit qui résonnait dans ma tête, pour au final que tout s'éteigne.

Je me rappelais peu à peu des leçons sur le Shâmanisme de l'académie. Si seulement j'étais resté réveillé, ça aurait été très certainement vachement plus simple pour moi de comprendre ce qui m'arrivait !

« C'était quoi ça ? T'as vu ça Jigros ? »

« Ouais, et t'as entendu le boucan que ça fait ? J'ai l'impression d'être à côté d'un camion poubelles qui travaille... »

« Entendu quoi ? Non, j'ai rien entendu de spécial moi. Je crois que je vais te laisser seul un ptit instant, je reviens dans une trentaine de minutes, on a besoin de moi chez moi ! »


*En tout cas, ce bruit est excessivement énervant...*

Shicho était parti. Le courage personnifié ! Ou plutôt, panda-isé. Dès qu'un peu de danger se profilait, il était toujours le premier à partir... Mais ça ne pouvait pas être dangereux car de toutes façons, c'était Kazu-sempai qui avait préparé cet entraînement, il ne nous laisserait pas face à un danger trop grand durant un entraînement... Enfin, c'est vrai qu'hier je m'étais battu contre un ours immense, et battu contre un... truc à bras dégueulasse qui puait la viande avariée.

Alors que la peur commençait à m'envahir lentement mais sûrement et que mon estomac se contractait et se décontractait en alternance, un nouveau bruit se fit entendre. Cette fois, ça n'était pas des craquements, mais des sifflements, très intenses dès le début, et qui s'estompaient tout aussi tôt. Mais, à l'image de mon estomac se nouant, ces sifflements revinrent d'un seul coup, encore plus intenses. A croire qu'ils essayaient de me faire croire qu'ils étaient partis. J'entendais tout mon matériel – pour le peu que j'en aie – cliqueter sous le coup des courants d'air qui parcouraient le pentagramme, et d'un coup, le silence revint, pour qu'une dernière bourrasque me fit plier le genou.

*J'ai eu le Katon... Maintenant j'ai le Futon... Je pense que je commence à voir ce qu'il se passe !*

Des nouveaux craquements, différents cette fois. Ils ne ressemblaient pas à quelque chose de continu et indomptable, mais plutôt à quelque chose qui savait où il devait aller, mais surtout de très rapide. Je baisse les yeux pour me rendre compte qu'un courant électrique parcourait le sol, selon les courbes qui y étaient tracées.

Je n'étais certes pas un génie, mais je trouvais tout de même bizarre que de la terre puisse être électrique de la sorte. J'en étais maintenant au Raiton. Ca se confirmait, j'allais avoir une épreuve à la chevalier du chakra ! Reste à voir ce qui allait m'arriver dans la face après tout ça. Je n'ai pas dû attendre très longtemps pour entendre un énorme grondement, suivi de la création d'une tranchée autour de moi, là où la foudre était passée juste avant, au niveau des lignes, pour laisser place à un doux et léger bruissement, signe que ces tranchées se remplissaient d'eau. Bizarrement, Doton et Suiton étaient restés près de moi. Etait-ce voulu ? Ne l'était-ce pas ? J'ignorais de le savoir.

Mais ce qui apparu devant mes yeux avait l'air beaucoup moins drôle et surtout, vachement plus impressionnant que tout ce qui venait de se passer ! Une silhouette fit une très brève apparition juste devant moi. De ce que j'ai pu entrevoir, elle était... Grande, et majestueuse. J'ai pas su voir beaucoup plus de détails en si peu de temps.

Et là, la peur reprend place en moi en même temps qu'une voix vient se caser dans ma tête, comme si j'avais pas déjà assez avec la mienne !

« Qui es-tu ? »

« Qui es-tu vraiment ? »

« Qui es-tu ? »

« Qui es-tu pour la terre qui engendre ? Pour le vent qui anime ? Pour le feu qui détruit ? Pour la foudre qui châtie ? Pour l’eau qui nourrit ? »

« Qui es-tu pour le monde qui t’entoure ? »

... Ouais. Un peu délicat de répondre à ce genre de question. Je sais pas vraiment à qui je dois m'adresser, ni même comment je dois m'y adresser...

*Euh... Je sais pas quoi dire, je dois parler ? Ou alors, cet immense truc peut lire mes pensées ? Bah... Aucune idée, au pire j'ai qu'à faire les deux, après tout pourquoi chipoter... Et puis, c'est le genre de questions un peu délicates, c'est vachement vague.*

« Pour le chevalier Doton, je suis celui qui marche sur ses pas. Pour Futon, je ne suis rien. Juste une brindille dans son sillage. Je suis l'ennemi de Katon, car je ne souhaite que construire, le rempart face à Raiton et le meilleur client de Suiton qui me nourrit ! Quant au monde qui m'entoure, on m'appelle Jirobû Akimichi, shinobi de Shousan, lié à la famille des pandas ainsi que combattant de la faim ! »

Y'a pas à dire, mes lectures des chevaliers du chakra m'avaient vraiment aidées dans ma réponse à cette entité. Il m'a juste suffit de plus ou moins adapter le discours de la princesse Saori quand elle se dressa face au chef de la confrérie secrète des ninjas. Bon, c'était vraiment un souvenir d'enfance, donc il est très certainement beaucoup mieux écrit que ça en vérité... Mais bon, au moins j'avais ma réponse. Et du poulet. Dans mon sac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Shuichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 62
Date d'inscription : 29/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
68/100  (68/100)
Points de vie:
158/158  (158/158)
Points de chakra:
118/118  (118/118)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Dim 31 Juil 2016 - 14:51

Je n’aurais jamais imaginé que c’était aussi amusant de boxer avec un foutu kangourou. Shopapa me regarde me mettre en garde et se met en position à son tour. Cette fois, je choisis de défendre prudemment et d’attendre une ouverture. De toute manière, il m’a bien prouvé qu’il était plus fort que moi. Il fallait que je ruse, que je trouve un moyen détourné de l’atteindre.
 
Shopapa se détendit soudainement. Ses grandes pattes lui permirent de bondir puissamment, pour franchir la distance qui nous séparait instantanément. Grâce à l’élan de sa propulsion et à sa force naturelle, il m’envoya un une-deux prodigieux en plein dans ma garde. Malgré les gants, je sentis les deux chocs se répercuter à travers tout mon corps. Les os de mes avant-bras en avaient pris pour leur grade. La garde en croix était plus étendue, mais ne marchait pas très bien vu la force du kangourou.
Mon senseï s’énerve soudainement. Il me fait pas mal de reproches, puis m’envoie une nouvelle série de coups pour l’illustrer. Il a raison, il a juste à taper dans la garde. De toute manière, ses attaques passent au-travers et me font de gros dommages malgré tout ce que je tente pour me défendre. Et en plus, je ne peux même pas riposter. Et il n’a pas l’air du tout d’être fatigué. Il ne doit même pas y aller à fond, ce qui invalide ma stratégie défensive.
 
Alors que je songe à une stratégie plus offensive, à d’autres possibilités, il m’envoie une série de gauches rapides dans la garde. Pas tellement puissants ceux-là. J’ouvre ma garde quand le poing repart, près à riposter, enfin. Mais là je vois le droit armé qui m’arrive directement vers le visage. Le genre de coup qu’on ne peut pas vraiment encaissé. Je ramène le plus vite possible mes bras devant moi, et je plie les jambes par réflexe. C’est la peur qui m’intime ce mouvement.
Etonnement, l’impact est moins puissant que ce à quoi je m’attendais. Non, il traverse quand même ma garde. Il a mis une force incroyable dans ce coup. C’est juste que je l’avais mieux encaissé. Shopapa s’éloigna d’un ou deux petits bonds et reprit sa position initiale.
Je restais surpris. Ca faisait super longtemps que je n’avais pas eu aussi peur de me prendre une attaque de quelqu’un. La sensation me laissait une désagréable impression, mais elle avait aussi comme libéré quelque chose. J’avais combattu tellement d’années d’une façon téméraire, sans aucune peur, que j’avais oublié son utilité.
Je reportais mon attention sur le kangourou.
 
« C’était bien mieux. Tu es le genre à progresser quand tu es au pied du mur ? On va continuer alors. Tu as compris ce qu’il vient de se passer non ? Tu as utilisé tes jambes et tes abdominaux pour absorber l’impact de mon attaque, donc tu l’as mieux encaissée. Pas en m’opposant un rempart, mais un mélange de solidité et de souplesse. Maintenant tu dois apprendre à attaquer en utilisant tes jambes pour me prendre de vitesse. Allez ! Viens ! »
 
Je n’étais pas sûr d’apprécier que ce soit un kangourou qui m’apprenne à boxer, mais bon, vu son efficacité ça aurait été stupide de décliner l’invitation. Il veut que j’utilise mes jambes alors ? Pas moyen que je bondisse sauvagement comme lui. Il allait falloir trouver une autre manière de faire. Je me mets à sautiller sur la pointe des pieds comme il l’a fait auparavant, tout en lui tournant autour. Je ne cherche pas vraiment une ouverture. Plutôt, je tentais quelques feintes d’attaques en avant pour voir comment il réagissait. Ca ne prenait pas, il m’attendait et m’observer calmement, cachant le bas de son visage avec ses gants. Je ne voyais que ses yeux rivés sur moi. C’était un peu stressant, de ne voir que ses yeux. Un peu intimidant aussi. Peut-être que je pourrais essayer une garde comme ça à l’occasion. C’était pas mal.
 
Mais pour le moment il fallait surtout que je la passe. J’exécute quelques pas chassés pour me rapprocher du corps à corps. Rien à voir avec le bond de Shopapa, mais je n’étais pas si lent que ça. Pourtant mon une-deux plein de hargne rebondit sur ses gants comme si je frappais un énorme coussin. Mes yeux se baissèrent quelques instants. Il avait fait ce qu’il venait de m’enseigner : contracter les abdominaux, plier les jambes pour profiter de sa souplesse. Il avait amorti le choc, jusqu’à le nullifier. Cette méthode était vraiment efficace, décidément. Mais ce n’était pas le moment de se décourager. J’essayais quelques autres attaques tout en lui tournant autour, l’air de rien. Je teste. Puis je passe aux choses sérieuses. Un gros direct du droit en plein visage … Il se prépara à le parer mais c’était une feinte, et je me ravisais pour descendre, effectuant une rotation au ras du sol, jambe tendue. Un fauchage ! J’allais quand même pas laissé passer une occasion pareille de l’avoir, règles ou pas règles !
D’un bond réflexe, Shopapa passa au-dessus de ma jambe offensive.
 
« Kangoo Fire … »
 
** Eh merde … **
 
« Punch ! »
 
A nouveau dans les vapes. Ca allait devenir une sale habitude.
 
Et l’eau glacée me ramena à moi. J’étais dégouté de m’être fait étalé une seconde fois par un putain de marsupial. Rien que le nom de son espèce était ridicule. Tout ce qui avait un rapport avec Shopapa était ridicule. Son prénom à lui, le mot kangourou aussi. Tout ça me sortait par les trous de nez. Mais pas moyen que j’en reste là. Hors de question de me faire écraser une troisième fois. J’avais l’impression d’être un gosse qui se faisait rabrouer. J’étais un combattant, je ne pouvais pas me laisser humilier plus longtemps.
Et plus question de transgresser les règles, sinon le Kangoo Fire Punch m’attendrait au tournant. Ca aussi je l’avais pigé. Je devais d’abord devenir plus fort et suivre les instructions si je voulais lui coller une raclée plus tard. Je le rajoutais sur ma liste, juste au-dessous de Hikako dans la liste des priorités. Un jour je lui casserais sa petite gueule de marsupial.
 
En attendant, il fallait la jouer profil bas et se contenter d’apprendre. Même si je n’aimais pas ce style de combat il pouvait me servir. Comme l’avait dit Shopapa, me renforcer au sol, c’était aussi rendre mon style acrobatique plus efficace. Ah, mais la solution était peut-être dans cette phrase. Je ne l’aurais pas en utilisant que le combat au sol. Je ne l’aurais pas non plus en utilisant uniquement le combat aérien. Il fallait que j’essaie d’employer les deux à la fois.
Le souci, c’était que ce ne serait pas de la boxe. Et en plus je n’avais pas le droit aux cordes. Il allait falloir faire autrement. Il existait bien une ou deux petites astuces de combat au sol que je connaissais de mes années clandestines.
 
Je repris mon manège de frapper sans vraiment rien espérer, préparant une feinte en faisant semblant de me donner à fond. Sauf qu’à un moment je en sorte d’avoir les cordes juste derrière moi. Je sautais alors comme si j’allais utiliser les cordes. Je vis Shopapa réagir, se déconcentre peut-être, pour me préparer un Kangoo Fire Punch ?
Mais je retenais mon saut, pirouettant en plein air, et profitant à la fois de la feinte et la force centrifuge pour frapper du poing le kangourou. L’attaque venait d’en haut, en plongée par rapport à sa garde, et en plus elle était à la fois surprenante et puissante.

C’était ce qu’il voulait non ? Que j’utilise mon style et celui qu’il m’inculquait ensembles ? Alors feinter de désobéir à nouveau pour profiter d’une diversion, c’était ce qui pouvait le mieux fonctionner !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 53
Date d'inscription : 11/11/2014
Age : 20

Feuille de personnage
Points d'expérience:
9/100  (9/100)
Points de vie:
148/148  (148/148)
Points de chakra:
121/121  (121/121)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Mar 2 Aoû 2016 - 15:20

Luciole écoutait attentivement les dires de Kukun, l'apprentissage d'une nouvelle technique allait bientôt commencer.

« Oni écarte toi un peu pour ne pas être pris dans les dégâts que je pourrais occasionner. »

Le jeune homme s'approchait donc de l'endroit désigné par le kangourou. Il tâtait le terrain du bout du pied, comme si il pouvait ressentir l'étendue d'eau qui se trouvait sous le terrain. Il ne restait plus qu'à se mettre en place et tenter d'effectuer l'apparition d'eau.

Le chakra se concentrait autour de son pied, qui s'affalait tel un marteau sur le sol. Un pied qui s’enfonçait dans le sol d'une trentaine de centimètre. Il n'y avait pas assez de puissance dans le coup pour former un plus grand trou. Avec difficulté Luciole retirait son pied encastré dans le terrain, une nouvelle fois concentré, son chakra englobe son pied...

*Mais j'ai été trop vite, j'oublie tout le temps... Pourtant, l'énergie est la clé de toute les techniques de ma branche... Si je ne la concentre pas en même temps et au même niveau que mon chakra, je serais encore là demain à essayé de produire cette apparition d'eau.*


Le temps de réflexion était trop long, mais cette fois ci l'énorme trou allait se créer. L'énergie, est à présent en symbiose avec le chakra présent sur le pied du shinobi. Le geste devenait de plus en plus répété au fil des entraînements, la concentration chakra et énergie était devenu naturel... Le pied de Luciole s'élançait claquant la paume sur le sol devant lui, et un trou apparaissait. Profond d'un mètre, à voir la tête de Kukun la profondeur n'était pas assez importante pour pouvoir atteindre la nappe phréatique.

*Étonnant, j'ai mis beaucoup de puissance dans ce coup et je n'ai qu'un trou assez suffisant que pour être utilisé comme composte... Je dois me concentrer bien plus, mettre beaucoup plus d'énergie et de chakra... Dès que la profondeur du trou sera correct, je vais passer à l'étape supérieur... Faire remonter l'eau de la nappe et finaliser la technique.*

Le temps de concentration était plus long, une grosse dose d'énergie bien plus importante que la concentration de chakra émanait du jeune Inuzuka. Oni qui se trouvait sur le coté mis sa queue entre les jambes impressionné par la puissance dégagé par son maître. Luciole s’élançait de nouveau, un coup de pied écrasant la surface du terrain, provoquant un trou incroyablement profond se dessinait devant l'apprenti. L'élève regardait de par dessus aussi impressionné que son chien...

*Wouaw !! Il doit y avoir au moins quatre mètre de profondeur, je crois que le trou est bon pour poursuivre l’entraînement...*

[Tentative création du trou 1 : -10 de chakra]
[Tentative création du trou 2 : -10 de chakra et -15 d'énergie]
[Tentative création du trou 3 : -10 de chakra et -30 d'énergie ]


Le plus difficile était à faire, pomper l'eau de la nappe et l'infiltrer dans le trou créé. Luciole s’élançait dans le fond du trou. Chaque chose en son temps, maintenant il allait consacré son temps à maîtriser l'apparition d'eau.

*Ressentir l'eau qui se trouve dans le sol, se construire l'image dans l'esprit. Je suis l'eau, je dois me faufiler au sommet de cette terre qui m’empêche de respirer...*

Une aura de chakra entourait Luciole qui méditait les profondeurs du trou... Il se mit à la place de la nappe phréatique afin de mieux percevoir la manière de faire jaillir l'eau du sol.

*Lorsque Kazu-sempai nous a proposer de faire le test d 'affinité, le verre d'eau au simple contact de mon chakra s'est mis à déborder. Ça doit être le même principe pour cette technique. Mais la terre est bien plus épaisse que le verre, je devrais sans nul doute utilisé une quantité de chakra bien plus importante.*


Luciole se mit en place, le chakra emmagasiné pendant la phase de méditation se propageait lentement sur le sol. Il ne faisait plus qu'un, en parfaite harmonie avec la terre et l'eau. Comme si une simple parole suffisait pour effectuer ce tour de passe passe, l'eau remontait à la surface. Un lit d'eau apparaissait, des bulles se formait au contact de l'air, éclatant une fois trop grosse pour salir de boue le genin de Shousan.

*Et bien, je crois que je tiens le bon bout... Il ne reste plus qu'a joindre le tout et le tour est joué.*

Luciole levait la tête et regardait le sommet de la paroi de terre...

*Merde j'ai pas réfléchi à ça... Je fais comment pour remonter maintenant ?!*


Luciole escaladait le mur de terre en plantant ses doigts profondément dans la terre. Ses pieds n'étaient pas d'une grande utilité pour l'escalade, mouillé par l'apparition d'eau, il glissait à chaque essai. Seul la force de ses bras pouvait l'aider à remonter à la surface. Une quinzaine de minute s'était écoulé, avant que Luciole ne puisse remonter à la surface. Épuisé par l'effort, il déposa sont fessier sur le sol pour récupérer son souffle...

[Apparition d'eau : -20 de chakra]
[Sortir du trou : -25pv]


Luciole repris place à quelques mètres des trous déjà créé. Il tâtait de nouveau le terrain, et utilisait son flair pour vérifier l'étendue de la nappe phréatique. L'eau s'étendait sur la moitié de la surface d’entraînement, ce qui laissait à l'Inuzuka un champ d'action convenable pour élaborer la technique.  Il se plaçait donc sur une parcelle de terrain qui n'était pas encore dévasté par ses trous.

*Bon je récapitule, je dois concentré plus d'énergie que de chakra pour cette technique afin de créer un profondeur correct. Le chakra doit être en suffisance pour communiquer avec l'eau et la faire remonter à la surface. J'ai bien travaillé, séparément tout fonctionne. Il ne reste plus qu'a combiner le tout, et la technique sera acquise.*

L'énergie et le chakra s'infiltrait le long du pied du jeune homme.Encore une fois, le plat du pied de Luciole heurtait le sol provoquant un son lourd et grave dans la petite clairière. A nouveau, un gigantesque trou se formait devant le genin. La quantité de chakra ruisselait le long des parois de terre pour terminer la course sous le sol. L'eau s'élevait à la surface, sous un fond sonore de ruissellement, un bain de boue se créait doucement dans le fond du trou. La quantité d'eau n'était pas assez grande pour gêner un quelconque adversaire mais le principe d'exécution était presque acquis.

[Apparition d'eau presque réussie : -20 de chakra, - 40 d'énergie]

Luciole s'énerve, il avait pourtant presque tout calculer afin de réussir la technique parfaitement.

« Merde !! Ça devait fonctionner... J'avais tout mis en œuvre, étudier point par point l’enchaînement requis pour effectuer cette technique. Je me retrouve avec quoi ?! Un gigantesque trou de quatre mètre une une flaque de boue d'une quinzaine de centimètre. J'ai du oublié quelque chose... Mais quoi ? »

Luciole tournait la tête en direction de Kukun, en espérant avoir une réponse qui pourrait l'aider à parfaire la technique. Le visage colérique du jeune homme, frustré de ne pas avoir réussi, s'estompait en quelques secondes pour laissé place à un bâillement assourdissant. Luciole avait puisé beaucoup d'énergie et se laissait tomber, attiré au sol par la force gravitationnel. Le souffle haletant, les paupières fermées, la sueur coulant le long de ses joues, étendu sur le sol, il attendait de reprendre des forces pour continuer l'entrainement.

[Total : -70 chakra -85 energie -25pv]
[Reste : 51 chakra 49 energie 109 pv ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
PNJ
PNJ


Messages : 142
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
0/100  (0/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Mar 2 Aoû 2016 - 20:11

Jiro :
 
Au moment où tu achèves de prononcer ta phrase, tu vois ton passé défiler devant toi. Comme si quelqu’un examinait qui tu étais vraiment. Tes souvenirs, tes pensées profondes, tout ce qui fait de toit ce que tu es aujourd’hui. Et alors que tu reviens à toi et que le processus s’achève, il y a quelqu’un, ou quelque chose qui vient d’apparaître. Un crocodile immense, dont la taille surdimensionnée dépasse de beaucoup les arbres et la forêt. Il est légèrement en biais par rapport à toi, de sorte que son œil à moitié latéral de crocodile soit braqué directement sur toi.
 
Curieusement, la forêt ne s’aplatit pas sous son ventre. C’est là que tu comprends qu’il est à moitié mirage. Ou tout du moins, que sa forme ne fait pas totalement partie du monde physique. C’est quelque chose d’autre, qui t’apparait sous cette forme. Un esprit ? Une divinité ? C’est difficile à dire et cela dépend de tes croyances et de la région d’où tu viens.
Une nouvelle voix résonne dans ton esprit, mais elle est bien différente cette fois.
 
« Hydrius. C’est ainsi que les tiens me nomme, Jirobû. »
 
« Tu t’es présenté au roi des esprits, et il a lu en toi à travers tes paroles et ta volonté de t’ouvrir au monde. Il y a lu une volonté protectrice, et un grand sens du Bien. Une conscience d’autrui très forte. Et c’est donc moi qu’il a appelé pour t’aider dans cette ouverture au monde. Pour combler ce qu’il manque à quelqu’un comme toi pour s’épanouir, mais aussi pour te faire partager une nouvelle facette du monde. »
 
« Jirobû, connais-tu le rôle des cinq éléments qui sont les piliers de ce monde ? Sais-tu en quoi ils maintiennent l’équilibre, chacun à leur façon ? »


Akai :
 
Shopapa fut complètement surpris par la feinte d’Akai, dont le poing heurta la joue du kangourou avec violence. Il recula de quelques pas, perdant enfin du terrain. C’était la première fois que le jeune homme parvenait à ce résultat au cours de leur entrainement, c’était plus qu’encourageant : c’était vraiment pas mal. Il avait juste mis un peu de temps à se débarrasser de certains mauvais réflexes acquis pendant ses années passées dans les souterrains de Shousan. Heureusement, le poing de feu du kangourou avait fini par lui remettre les idées en place.
 
Le Kyuchiose ne prit pas la peine de se remettre en garde.
 
« Pas besoin d’en faire plus, Akai. Tu as brillamment réussi l’exercice, même si le début a été un peu laborieux … L’idée était de te faire prendre conscience des bienfaits de savoir te battre au sol, au lieu d’engager directement le combat par la voie aérienne. Maintenant que tu l’as compris, c’est parfait. Pas besoin d’en faire d’avantage, mais ne sois pas trop borné. A l’avenir, souviens-toi de cette leçon, d’accord ? »
 
[Akai : Maitrise de la boxe/ou autrement dit : Maitrise des gants métalliques, acquise]
 
Alors que Shopapa te laisse reprendre ton chemin tu tombes dans un trou placé sur le chemin par inadvertance, et tu roules longuement dans une pente abrupte, avant d’atterrir dans un endroit obscur où tu ne vois absolument rien. Autour de toi, principalement des cailloux de différentes tailles d’après ce que tu palpes. Mais pas moyen d’avoir une autre information comme ça. En plus, tu as les muscles un peu engourdis à cause de ta chute.
 
[Akai : -30 pvs pour les Fire Punch, -15 pvs pour la chute]



Luciole :
 
Kukun fait un signe de tête négatif en voyant Luciole galérer.
 
« Ta technique est parfaite, ne t’inquiètes pas. Tu as l’impression qu’il n’y a pas assez d’eau car quand tu t’es retrouvé dedans tu n’as toi-même pas été gêné. Mais c’est à cause de ton affinité avec l’eau que c’est le cas. Même s’il y a peu d’eau, un adversaire sera légèrement embêté, je t’assure. Trente centimètres d’eau c’est un point embêtant. »
 
Luciole s’attendait sans doute à d’avantage de flotte, ce qui expliquait qu’il ait minimisé la quantité qu’il voyait au fond.
 
« Surtout qu’il ne faut pas oublier un dernier point : l’eau ramollit la terre déjà humide au fond du trou. Et un adversaire s’enfoncerait dedans. Ce n’est pas éclatant, mais c’est juste assez pour qu’il soit gêné. Je pense que tu t’attendais à d’avantage, mais je t’assure que c’est déjà suffisant. Plus tu progresseras dans la maitrise du Suiton et plus il y aura d’eau, avec moins de boue. Mais pour le moment ça suffit amplement à remplir les objectifs de cette technique ! »
 
[Luciole : Apparition d’eau acquise !]
 
« Bon, pour la suite c’est par là-bas, dans la suite du chemin. Apparemment Kazuhiro m’a dit que je devais juste t’indiquer ça. Je ne sais pas ce qui vous attend, mais bonne chance à tous les deux. »
 
Quoique tu fasses avant d’y aller, te laver, te reposer, tout ça. Tu finiras par y aller. Et là fatalement, tu tomberas donc dans le trou placé sur le chemin ! Et tu rouleras le long d’une pente qui te semblera interminable, Oni à tes côtés, jusqu’à ce que vous butiez contre quelque chose qui semble à la fois mou et métallique. Etrange. Ah et ça parle !

Vous êtes dans la même caverne qu’Akai, dans le noir complet, et entourés seulement par de la caillasses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaouri no Kido
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 46
Date d'inscription : 13/11/2014
Age : 23

Feuille de personnage
Points d'expérience:
8/100  (8/100)
Points de vie:
130/130  (130/130)
Points de chakra:
128/128  (128/128)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Jeu 4 Aoû 2016 - 19:41

Lorsque j'appuie sur le bouton une table apparaît soudainement ainsi qu'une lettre. Je me demande comment Kazu-sempai a fait ce petit tour, la table est même accompagnée de sa chaise. Je n'ai rien vu venir. La table est assez original, elle possède plusieurs trous et plusieurs boules en bois. Je me demande bien ce que cela veut dire, la lettre me l'expliquera surement. Je prends la lettre et l'ouvre, curieux de savoir ce qui m'attend....

Citation:
 

Je vois cette technique agie comme une sorte de ventouse. La circulation du chakra n'est pas quelque chose de facile, mine de rien mon Genshido nécessite beaucoup de concentration...

"FSSSHH FSSSH FSSSH FSSH..."

Des taupes font des va-et-vient à travers les trous de la table, bon sang ils sont vraiment rapides les bougres! Je vois, je dois les atteindre avec les boules grâce à la répulsion! Pour maîtriser l'adhésion il faut maîtriser la répulsion Je dois avoir le bon timing pour les atteindre au bon moment, il va me falloir beaucoup de concentration. Je m'assieds sur la chaise, malgré le fait quel soit simplement fait en bois je m'y sens plutôt bien. La première chose à faire et adhérer la boule à la paume de ma main, heureusement pour moi c'est là où je dois concentrer mon chakra pour mon Genshido. J'ai donc l'habitude de concentrer mon chakra dans cette zone .Une fois que mon chakra y est concentré je dois le rendre adhésif. Cette manipulation de chakra va me demander énormément de concentration puisqu'il faudra jouer avec la pression ambiante... Je ferme l'oeil et pose ma main droite sur une des boules. Le  bruit des taupes, la forêt et même la falaise finit par disparaître de mon esprit, je me concentre uniquement sur ce que je ressens. Je ressens la surface de la boule toucher la paume de main, je ressens mon chakra qui tourbillonne à l'intérieur de moi, son tourbillon se concentre maintenant sur ma main droite, puis sur ma paume droite. La boule semble maintenant avoir  fusionné avec ma main. Je lève la main droite délicatement et ressens le poids de la boule. Seulement ce poids me surprend et me fit perdre ma concentration. La boule se retrouve à nouveau sur la table et se me a rouler, le FSSHH FSSHH des taupes se fait à nouveau retentir... Bon je me doutais bien que je n'y arriverais pas du pas premier coup, seulement voilà, en l’espace d'un instant un moment j'ai cru y être parvenu...[-5 chakra]

Je ferme à nouveau l'oeil et me concentre à nouveau. La même sensation se répète voila que la boule semble à nouveau avoir fusionné avec ma main, je lève le bras droit. Le poids de la boule ne me surprend plus et voila que je lève haut le bras. J'ouvre l'oeil calmement et contemple cette boule de bois fixé à la paume droite de ma main. Je bouge le bras de gauche à droite, elle semble tenir... J’accélère la vitesse en restant concentré sur mon chakra et la boule reste fixée à ma main.[-5chakra]

Bien je pense avoir saisi le truc avec l'adhésion, mais si je veux grimper cette falaise je dois être capable de me détacher correctement du mur de la falaise. Pour le moment je ne sais qu'annuler mon adhésion en stoppant la concentration de chakra sur ma paume. Je ne peux pas grimper avec cette méthode sinon je ferais comme la boule lorsque je perds ma concentration, je tombe. Savoir se repousser correctement est donc primordial pour cette technique. Je regarde les taupes qui continuent leurs mouvements. Kazu-sempai pense vraiment à tout, ce jeu est l'entrainement idéal pour cette technique ! Par contre cela ne risque pas d'être facile les taupes bougent vraiment rapidement. Je dois d'abord observer leurs timings pour trouver lequel je vais détruire en premier. Ils sont tous différents je remarque le plus lent d'entre eux, en haut à droite. Je suis sur de pouvoir l'atteindre ! Je pointe la boule vers les trous... Maintenant ! Je concentre frénétiquement mon chakra sur la paume de ma main droite. La boule s'en expulse pour partir à toute vitesse en hauteur et s'écrase sur le mur de la falaise... La taupe continue son mouvement comme pour me narguer, elle ne perd rien pour attendre....[5chakra]

Je reprends une boule en main et y concentre mon chakra, voila que la boule adhère à ma main je commence à m'y habituer... Je pointe mon bras vers la taupe. Cette fois-ci je ne me concentre pas sur le timing de la taupe mais sur la dose de chakra que je vais devoir concentrer dans ma main afin d'expulser la boule correctement. Ces boules ne sont pas ordinaires Kazu-sempai me l'avait dit. Mais elles réagissent beaucoup plus au chakra que je ne l'aurais imaginé. Je prends une grande respiration, concentrer la bonne dose de chakra n'est pas chose facile, je dois le faire par rapport au poids de la boule. Plus la boule pèse lourd plus je devrais utiliser de chakra pour la propulser. Heureusement pour moi elle ne pèse pas vraiment lourd, je dirais 800grammes ou un kilo maximum. Je regarde la taupe qui continue son mouvement, je ne pense pouvoir la toucher du premier coup mais au moins je saurais quelle dose de chakra utiliser. Mon Genshido est lancé de la même manière que ces boules et elles peuvent faire de réels dégâts si j'y injecte plus de chakra... C'est décidé, cette façon d'utiliser ces boules... Je vais appeler cette technique le Genshiball. Le mouvement de la taupe me semble maintenant encore plus le lent comme si je m'étais habitué à son rythme, je ressens parfaitement le poids de la boule

« Genshiball ! »  [-7chakra]

La boule s'expulse de ma main et fonce à toute vitesse vers la taupe. Il n'en reste qu'un petit morceau de bois qui continue de monter descendre. Je pense avoir compris, je vérifie toutes les boules, leurs poids sont identiques. Bon il y a sept taupes au total, j'en ai détruit une, il en reste donc six. La vitesse entre chaque taupe différente même si elle reste minime, je dois monter petit à petit en vitesse pour m'habituer au rythme des taupes. Autant profiter de cette différence de vitesse....[-42chakra]

Enfin, je les ai tout eus, c'est beaucoup plus fatigant que je ne le pensais, m'enfin ça reste moins épuisant qu'un Genshido. Je pense maintenant être capable de grimper cette falaise. Même si j'ai plus l'habitude de concentrer mon chakra dans mes mains plutôt que mes pieds ce petit jeu a renforcé mon aptitude à manier mon chakra. Je regarde la falaise de son pied, d'ici elle semble vraiment immense, je dois rester concentré tout le long si je ne veux pas mourir...

Je ferme l'oeil et me concentre sur mes pieds. j'arrive plus facilement à y concentrer mon chakra que je ne l'aurais imaginé. Il faudra que je pense à remercier sempai son entrainement et vraiment efficace. Je sens maintenant que mes pieds sont comme collé au sol. Je penche mon corps à 45 degrés en restant concentré sur mes pieds et je ne tombe pas... Je repousse maintenant mon chakra pour pouvoir marcher, jusqu'à la falaise. Je garde le contrôle entre l'attraction et la répulsion à chaque pas, mon pied droit se pose maintenant sur la falaise. Il semble bien fixé. Mon pied gauche le rejoint sur la falaise et mon regard cette porte sur le ciel. Il faut marcher maintenant, mes premiers pas m'ont pris cinq minutes ensuite je me mis à trottiner puis à sprinter. L'adhésion, je trouve cette technique vraiment utile mais j'ai surtout aimé la manière de l'apprendre. Kazuhiro est vraiment le sempai idéal, je me demande comment s'en sortent les autres. J'espère ne pas être le dernier... Je continue mon sprinte et me voilà maintenant au sommet de la falaise. Quel sera la suite de l'entrainement...[-5chakra]

Chakra:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Shuichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 62
Date d'inscription : 29/10/2012

Feuille de personnage
Points d'expérience:
68/100  (68/100)
Points de vie:
158/158  (158/158)
Points de chakra:
118/118  (118/118)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Ven 5 Aoû 2016 - 12:34

Bizarrement, quand le kangourou annonce la fin de l’exercice, mon sentiment à son sujet prend une autre tournure. C’est peut-être parce que l’adrénaline s’en est allée. Ou bien parce que ma tension redevient normale. Mais même si j’ai toujours envie de devenir capable de lui casser la gueule sérieusement, le fait d’avoir réussi à le frapper et de l’entendre dire que j’ai été bon me fait plaisir, et me contente pour le moment. Le souvenir de son coup de poing enflammé restait quand même bien gravé dans ma mémoire … mais c’était plus une envie de le surpasser qu’une véritable rage. Je ne le haïssais pas, simplement. A l’image de Kazuhiro, ou de mes équipiers, je n’avais rien de personnel contre lui en fait.
Au contraire, il venait de me donner une leçon utile et de m’aider à progresser. En fait, il se pouvait même bien que je l’apprécie. Surtout que ses méthodes d’entrainement me rappelaient celles de l’homme qui m’avait aidé à développer la Lucha Libre. Une erreur, une torgnole. C’était quelque chose que je comprenais, qui était efficace.

Avant de partir, je fais un geste pour montrer ma reconnaissance. Je suis quelqu’un de blasé, pas quelqu’un d’irrespectueux après tout.


« Merci, Shopapa. Je me souviendrais de ce que vous m’avez enseigné. »

Etre plus fort au sol pour rendre mes techniques de combat aériennes plus efficaces. C’était d’une logique imparable, et il m’avait démontré la pertinence de cette logique. M’envoler et retomber sur mes ennemis ne suffisait pas pour être un bon combattant. C’était vrai que mes combats clandestins les plus difficiles, c’étaient ceux où mon adversaire m’avait cloué au sol trop longtemps. Si j’avais su faire ce que je savais aujourd’hui faire … Eh bien, je n’aurais pas autant galéré à l’époque. Une époque où je n’avais que ce style acrobatique pour moi. Car lorsque je combattais normalement, j’étais furieusement banal. Fort, plutôt vif, mais banal. Maintenant, ça pouvait changer.

J’étais perdu dans mes pensées, à marcher sur le chemin, quand le sol se dérobe soudain sous mes pieds. Je chute et je roule longuement, avant de me manger, le dos contre ce qui me semblait être un rocher. Maudissant Kazuhiro pour ses entrainements draconiens, je constate que je suis dans le noir total, et en palpant autour de moi je ne sens que des pierres de différentes tailles. Alors quoi ? Il veut m’apprendre à voir dans le noir maintenant ? Ou peut-être à combattre en aveugle ? Difficile à dire mais sur le coup, je m’énerve et je ne sais juste pas comment réagir.

Alors que je me remets de mes émotions, j’entends des chocs. Quelqu’un d’autre qui roule dans ma direction, et qui finit par me heurter. Par chance, j’ai le temps de tendre les bras pour amortir l’impact. Je sens du tissu sous mes doigts, mais aussi de la fourrure. Y’a deux personnes différentes. Tiens. Bizarre. Mais ça me fait penser à quelqu’un.


« Luciole ? Oni ? »

Je tente de me calmer et j’attrape mon briquet pour tenter de faire un peu de lumière. Pas de chance, la chute semble l’avoir malmené, mais il émet une faible lueur. Ouais, c’est bien le visage de mon équipier et du chien.
Avec un soupçon d’ironie et un trait d’humour, je tente une petite plaisanterie pour me détendre, et ajouter un petit brin de comique à l’atmosphère oppressante de la grotte :


« Je suis venu me promener dans le coin pour faire des ombres chinoises. Vous êtes venus voir le spectacle ? »

J’essaie vaguement de faire la silhouette d’un crétin lunatique avec des lunettes de soleil à l’aide de la lueur émise par le briquet, mais je ne suis pas vraiment doué. Ca ressemble … Non, en fait ça ne ressemble à rien. Tant pis, j’aurais au moins eu le mérite d’essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jirobû Akimichi
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 138
Date d'inscription : 11/11/2014

Feuille de personnage
Points d'expérience:
55/100  (55/100)
Points de vie:
146/146  (146/146)
Points de chakra:
10/120  (10/120)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Mer 10 Aoû 2016 - 15:30


« Jusqu’à présent, tu n’étais rien. A présent, sois ! »

Cette voix sortie de nulle part, à la fois effrayante et apaisante, familière et étrangère, retentit dans mon crâne. Une seule fois. Alors que je me trouvais dans une caverne sombre, j’avais l’impression d’avoir perdu tous mes sens excepté la vue, bien  qu’ouvrir mes yeux m’étais atrocement douloureux. Petit à petit, j’entendais quelques petits bruits étouffés, comme si… Comme si on frappait contre un mur, mais dans l’eau. C’était vraiment bizarre. Alors que la caverne semblait s’effondrer sur elle-même et que je me retrouvais comme poussé vers un nouvel endroit, deux mains vinrent saisir ma tête.

*Mais bordel, où je suis ?*

Enfin, j’apercevais la sortie de cette grotte. Malheureusement, lorsque j’en sortis, un flash blanc beaucoup trop lumineux pour moi m’empêchait de voir clairement. J’entendais d’innombrables voix autour de moi, mais impossible de comprendre ce qu’elles voulaient me dire. Un cri sortit alors de ma bouche, totalement incontrôlé. Je m’égosillais, comme si le volume de mon cri allait faire en sorte que tout rentre en ordre. Alors que je continuais, j’entendais deux voix qui me semblaient beaucoup plus familières que ce que j’avais entendu avant, dans la grotte. Bien sûr, c’était difficile de reconnaître à qui elles appartenaient alors que je ne comprenais pas ce qu’elles disaient. Mais c’est lorsqu’on m’emmitoufla dans un tissu doux et chaud que je pus enfin voir ce qui se passait autour de moi. Je pus apercevoir mes mains, mes pieds, tous boudinés, et en relevant légèrement la tête je vis mes parents qui me regardaient, tout sourire.

Était-ce une deuxième naissance ? Je n’avais même pas eu le temps de pousser un second cri que je me retrouvai aspiré à nouveau dans un vide.

« NON ! Mon fils ne sera JAMAIS un shinobi, tu entends ? »

Cette fois apparemment, je pouvais comprendre ce qu’il se racontait. Et je reconnaissais les voix qui s’élevaient. C’était mes parents. Enfin, ici j’entendais ma mère plus qu’autre chose.

*Je me souviens de ce moment… C’était quand papa et maman se disputaient sur mon avenir. J’écoutais tout depuis ma chambre…*

Alors qu’ils se disputaient pour savoir qui avait le plus raison des deux – même si d’après mes souvenirs leurs deux points de vue étaient défendables – je sortais de ma chambre afin d’aller les rejoindre en catimini.

« Moi, je veux devenir shinobi. Comme papa ! Et comme Chizara-sama ! »

Mes parents se turent alors, s’échangèrent un regard dont la signification m’était totalement inconnue à ce moment, mais qui m’est de toute manière impossible à déchiffrer maintenant aussi, et je me retrouvai happé à nouveau dans les abysses de ce que je présumais être mon âme.

Et je continuais à voyager sur ma ligne du temps de la sorte, impossible pour moi de changer quoi que ce soit, tout était tel que ça l’était dans mes souvenirs. Enfin, pour ce dont je me souvenais bien sûr, je ne vais pas aller jusqu’à dire que je me rappelle du jour de ma naissance, ce qui m’empêchait de penser que c’était un rêve, mais bel et bien un voyage au plus profond de mes souvenirs. Peu à peu je commençai à me rappeler de l’endroit où je me trouvais et surtout avec qui je me trouvais. Les souvenirs commencèrent à s’effacer petit à petit, laissant place à la forêt qui m’entourait, celle où je m’entraînais depuis hier. Bien, au moins, ce voyage flippant était terminé. Par contre, un énorme crocodile avait fait son apparition. Bien que certaines parties de son corps touchaient les arbres, il ne semblait pas les plier. Était-il sans poids ? Ou était-ce une simple apparition ? Dur à croire, après tout ce qu’il venait de se passer. Et puis son énorme œil qui se trouvait en face de moi donnait l’impression de pouvoir observer la moindre de mes pensées tellement son regard était perçant.

Et là, de la voix que j’avais entendu le jour de ma naissance, le crocodile commença à s’adresser à moi.

« Enchanté, Hydrius-sama. »

*Bordel mais qu’est-ce que c’est au juste ? On dirait un Dieu ? Mais sans l’être… Qu’est-ce qu’il m’arrive ?*

Mes interrogations ne restèrent pas longtemps sans réponse. Un esprit. Et qui plus est, un des fils du roi des esprits. Ca commençait à me revenir, maintenant. On avait très vaguement vu tout ça à l’académie. Mais vraiment vite fait. D’après notre ancien prof, ce n’était pas une discipline shinobi à proprement parler, mais elle venait des traditions des anciens peuples qui habitaient sur le continent. Ma foi, c’était plutôt sympathique de pouvoir pratiquer les arts anciens.

Et qui plus est, le Roi m’avait apparemment bel et bien sondé. Ca expliquait tout ce bordel que je venais de vivre. Pour terminer, Hydrius m’envoya une nouvelle question dans les dents, comme si je n’étais pas assez désarçonné. Mais malgré tout ce qu’il pouvait me dire, je ne pouvais pas m’empêcher de penser au fait que j’étais le seul à le voir, sinon des autres personnes seraient déjà arrivées pour voir ce qu’il se passait, et de toute façon vu sa taille… Tout Shousan pouvait le voir. Ouais non, j’étais bel et bien le seul à le voir. C’était pas possible autrement. Je repris mes esprits afin de lui répondre, avant qu’il ne perde patience.

« Hum… Les éléments se complètent, enfin. Je crois.  Je veux dire par là, que ce que l’un crée, l’autre le détruit, pour qu’au final tout ce qui meurt ressuscite sous une autre forme. Par exemple, la terre aspire l’eau. Cependant, la foudre peut briser la terre, qui relâche l’eau lorsqu’elle est brisée. C’est bien ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole
Genin de Shousan
Genin de Shousan


Messages : 53
Date d'inscription : 11/11/2014
Age : 20

Feuille de personnage
Points d'expérience:
9/100  (9/100)
Points de vie:
148/148  (148/148)
Points de chakra:
121/121  (121/121)

MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Mer 10 Aoû 2016 - 23:42

Kukun avait la manière de dire les choses, afin de rassurer son élève. Les phrases prononcées devaient gonflé la confiance du jeune Luciole. La technique était bien réaliser seul l'expérience pouvait parfaire le rendu final. Les indications pour la suite de l’entraînement poursuivi les paroles de Kukun, pointant le doigt vers le bout de la clairière, une pente assez importante terminait le chemin laissant pour seul vue le sommet des hauts arbres qui y gisaient. Fatigué, exténué par la dépense d'énergie le genin de Shousan s'effondre sur le sol laissant le sommeil s'emparer de lui. Oni s'installait à coté de son maître pour ne pas laissé le vent froid se frotter sur le corps de Luciole. Une petite heure était passée quand l'Inuzuka ouvrit les yeux, la langue rugueuse de son compagnon frottait son visage pour le remettre d'aplomb...

[Sieste : +10 PV et +20 Chakra/Energie ]
[Reste : 71 chakra 69 énergie 119 pv ]


Détendu et reposé, le jeune homme poursuivi la route.

« Il est temps maintenant de continuer notre route Oni. Kukun nous a indiqué la direction à prendre allons-y sans plus tarder... On a déjà perdu pas mal de temps de ma faute... »

Au sommet de la pente, Luciole admirait le paysage magnifique qui s'étendait sous ses yeux. Une brise de vent balayait ses cheveux de gauche à droite. Il entamait son chemin d'un pas décidé et se précipite dans la descente qui s'étalait sur une bonne dizaine de mètre. Il prenait plaisir à esquiver les différents arbres qui faisait obstacle sur sa route, Oni avait quelques pas d'avance et heureux il balançait sa langue qui laissait par moment coulé sur le sol une traînée de bave. La descente se terminait sur un plateau rocailleux où quelques érables palmés avaient trouvé racines, un petit ruisseau traversait cette étendue rajoutant une touche de charme à l'endroit. Luciole avait presque oublié l’entraînement, il prenait plaisir à se balader accompagné de son chien dans cette si magnifique nature. Le sentier se redessinait au milieu d'une allée d'arbre, laissant supposé la direction à prendre. Le jeune shinobi s'empressait de continuer sa route, excité à l'idée de découvrir d'autre paysage. Il s'enfonçait avec aisance et insouciance, lorsqu'un craquement retentit sous les pieds de Luciole et Oni. Un trou se formait et englouti sans plus tarder les deux compagnons. Une descente digne d'un gigantesque toboggan les entraînaient profondément dans la terre. De roulade en roulade, il se bousculaient tout les deux se cognant les membres contre les parois. Ils essayaient de ralentir la descente, des traces de doigts et de pattes dessinait le chemin de leur chute dans la terre. Une surface plate était apparue, lorsqu'ils heurtaient tout les deux une chose molle qui cliquetait comme du fer. Le sujet avait ralentit la chute et un petit gémissement laissait entendre que cette chose était vivante... Il faisait noir, la grotte était obscure et sombre, aucune lumière n'avait trouvé de place pour se frayer un chemin. Luciole ne distinguait plus Oni, seul son pelage qui frottait ses jambes et son odeur indiquait sa position. Une voie les appelaient par leur nom suivi par un bruit de pierre qui se frottait, ça ressemblait étrangement au bruit du mécanisme d'un briquet. La flamme ne s'allumait pas, mais les étincelles suffisaient à discerner le visage de son utilisateur...

Luciole se sentait un peu gêné d'être tombé dans un piège aussi facilement... Il frottait l'arrière de sa tête et lançait quelques excuses à son vis à vis...

« Désolé pour notre arrivée fracassante... Ce n'est pas dans mes habitudes de me faire remarquer de la sorte... »

Akai semblait s'amuser dans l'art des ombres... Il n'avait pas la dextérité des Nara, mais, le principale c'était d'essayer...

« Heu... Ouais... On admire le spectacle... Mais au fait, tu essayes de reproduire quoi au juste ? Si c'est la culotte d'oncle Ikaru tu es sur le bon chemin... »


Un sourire se dessinait sur le visage de Luciole, dans son malheur il était content d'une chose... Il aurait très bien pu se retrouver seul avec le gros...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Zone n°4 [Réservé aux Genins]   Aujourd'hui à 15:38

Revenir en haut Aller en bas
 

Zone n°4 [Réservé aux Genins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» La zone métropolitaine contribue à 90% à la recette fiscale
» Zone de stockage
» (Réservée) La colère d’un homme…
» Forêt interne de Konoha - Zone interdite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Next Generation :: 
PARTIE RP
 :: 
Pays du Feu
 :: 
FORET DE SHOUSAN
 :: 
Zones d'entrainement
-